DSK et l’astrologie conjonctionnelle

Posté par nofim le 21 mars 2013

A l’occasion du passage à la télé d’un  documentaire consacré à DSK par Gérard Miller, on se demandera si notre astrologie peut éclairer les évènements concernés.

En mai 2011, Saturne est autour de 10° Balance. Il est déjà loin de la conjonction avec Regulus du tout début du signe de la vierge à la fin de 2007. Entre ces deux dates, sa situation s’est dégradée, ce qui est las cas de tous ceux qui sont les plus  portés par la conjonction Saturne-étoile fixe royale.

En période conjonctionnelle, ces personnages  parviennent à faire tenir ensemble  des éléments extrêmement divers et apparemment  inconciliables en faisant preuve de beaucoup d’énergie, de vigilance. Il y a là un challenge, un défi à relever et les difficultés et les obstacles agissent comme des excitants. On jongle avec un grand nombre de données.
Et puis, le charme peu à peu se dissout, au fur et à mesure que le sablier conjonctionnel s’écoule et s’épuise et  on ne réussit plus aussi bien le grand écart, on n’assume plus aussi heureusement la gestion des risques.
Nous pensons que DSK s’était donné pour objectif de résoudre les équations les plus difficiles, voire à se donner des handicaps pour corser les choses.
Malheureusement pour lui, l’artiste virtuose qu’il était a trébuché. C’était le grain de sable.  Ce qui importe ici, ce n’est pas le fait que DSK ait eu telle propension mais bien qu’il ait échoué à neutraliser celle-ci de façon adéquate. A partir du moment où Saturne s’éloignait de ses bases conjonctionnelles,  la probabilité que quelque chose en vienne à se détraquer augmentait mais il n’y avait rien de fatal. Avec un peu de chance, DSK s’en serait sorti. On peut annoncer un risque, en astrologie mais non affirmer que telle chose se produira. L’affaire Cahuzac (un proche de DSK), qui a entraîné ces derniers temps, la démission du ministre du budget appartient vraisemblablement à un même scénario et peu importe qu’il s’agisse ici de sexe et là de trafic. On a affaire à des gens qui se croient assez habiles pour jouir d’une certaine impunité et il est vrai que ce sont souvent les plus doués qui sont soumis à de telles tentations. Il y a là une sorte de complexe d’Icare chez des personnalités qui se brûlent les ailes en poussant le bouchon trop loin. Jusqu’où  peut-on aller trop loin ? Telle est la question qui se pose à ces individus « conjonctionnels ». Il y a d’ailleurs certainement beaucoup de tels individus qui parviennent à ne pas se faire prendre ou inquiéter. Quelque part,  le vrai problème n’est pas là où l’on imagine qu’il est, dès lors que l’on prend un peu de recul et que l’on met la morale de côté. Ce qui importe dans le choix des leaders, c’est leur ingéniosité, leur aptitude à gérer les situations les plus délicates. Ce sont là des talents précieux sans commune mesure avec la gravité de ce qui pourrait leur être reproché. Quelque part, la phase 2, c’est la revanche des petits et des médiocres sur les grands et les surdoués qui sont attendus au tournant (passage de phase 1 à phase 2) et dans le cas de DSK, la vengeance des femmes, de Tristane  à  Marcella  en passant par Nefissato et quelques autres).
On voit que l’astrologie conjonctionnelle peut s’appliquer à des cas précis sans tenir compte du thème de naissance et sans  recourir à des transits planétaires. Le recours à la conjonction  complétée par les aspects de la planète à l’étoile fixe suffit et est très économique, l’aspect n’étant pas un facteur d’espace mais de temps, comme une sorte d’aiguille dans une horloge. Tel aspect indique que tant de temps s’écoule mais comme l’on sait le temps est subjectif. On ne vieillit pas tous de la même façon et donc on ne peut déterminer  une date de passage de phase 1 vers la phase 2 si ce n’est selon une certaine probabilité statistique.  Plus la période de sept ans ne s’écoule et plus le risque est grand que les difficultés à tout tenir ensemble s’aggravent mais déjà à  l’approche de la prochaine conjonction, l’on bascule en phase 1 et là encore, un certain processus d’anticipation peut jouer. On doit donc se contenter d’un continuum, d’une progression mais aussi il est plus sûr de travailler sur des grands nombres que sur un cas particulier. Ce n’est qu’après coup que l’on peut inscrire tel ou tel cas au sein d’une tendance générale,  ce qui correspond aux exigences de l’approche scientifique.
L’on nous objectera que tout le monde n’est pas logé à la même enseigne. Il est clair que ceux qui ne prennent aucun risque sont moins concernés par le cycle saturnien lequel concerne les personnages les plus audacieux et les plus capables. Ce sont eux qui risquent en tout cas d’être atteints les premiers. Ceux dont la mise est plus faible peuvent même aller jusqu’à penser qu’il n’y a pas de cyclicité. L’astrologie conjonctionnelle concerne en priorité ceux qui sont marqués par une certaine ambition voire par une volonté de se tester et de se dépasser. Comme le notait Gauquelin, plus les gens sont remarquables et plus l’astrologie peut entrer en ligne de compte.
 
 
 
JHB
20. 03.13DSK et l'astrologie conjonctionnelle dans ASTROLOGIE dsk2-300x237

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs