• Accueil
  • > ECONOMIE
  • > Vers une nouvelle approche des équilibres macro-économique – Vers un nouveau rôle de l’Etat

Vers une nouvelle approche des équilibres macro-économique – Vers un nouveau rôle de l’Etat

Posté par nofim le 22 mars 2013

Nous pensons  que l’économie mondiale souffre de ne pas disposer d’un modèle équitable en ce qu’elle ne tient pas compte des enjeux macro-économiques, c’est-à-dire qu’elle ne rend pas à César ce qui est à César (Evangile). La question des échanges économiques en est restée à un stade des plus primaires et simplistes qui n’est pas la marque d’une civilisation avancée.

Tout se passe comme si l’on considérait que seuls les objets, les choses pouvaient faire l’objet d’un commerce. En fait, il semblerait que l’on ne s’intéresse qu’à ce qui est extrêmement ancien comme les ressources du sous –sol ou ce qui est extrêmement récent comme les derniers appareils de communication ; Mais tout ce qui se situe  entre les deux n’est pas traité correctement pour toutes : sortes de raisons et de prétextes.
Prenons le cas des langues  européennes, est- ce que les pays non européens paient quoi que ce soit pour avoir le droit de les utiliser à commencer par l’anglais ?Un autre cas est celui de la musique européenne qui est jouée dans le monde entier.  Le monde est très redevable envers l’Europe mais que lui reverse-t-il ? Des clopinettes !
Mais prenons un exemple encore plus marquant : ce que les femmes doivent aux hommes.
Définissons ainsi la notion de dette : je dois à quelqu’un ce que je ne peux produire par mes propres moyens. Mais nous parlons ici de dette collective et non individuelle. Là se situe le nouveau concept économique : nous ne sommes pas uniquement des agents économiques à une échelle personnelle mais aussi du fait de  nos appartenances. Il est temps que des instances au plus haut niveau tiennent compte du patrimoine dont elles ont en principe la charge et règlent les affaires comme il se doit, de continent à continent, de religion à religion,  de sexe à sexe, de classe d’âge à classe d’âge, de langue à langue etc. Le rôle des sciences humaines, toutes confondues, pourrait être de rendre compte de telles problématiques. Telle pourrait être en fait leur mission au XXIe siècle. Il importe de repenser la question de la propriété dont Proudhon disait que c’était le vol et plus précisément de l’appropriation. Celui qui s’approprie quelque chose le fait sien et quelque part ne se sent pas redevable. C’est cela qui doit être repensé.
Nous pensons que l’appropriation est le vol dans la mesure où l’on nie  que la chose nous est étrangère ; on l’intègre.
Refus de reconnaitre autrui dans sa différence, d’affirmer une égalité au sens de pouvoir être ce qu’est l’autre, prendre sa place, ce qui s’appelle l’imposture. Il convient donc de désapproprier, ce qui implique de reconnaitre sa dette envers autrui. Dès lors, l’économie se voit liée à l’éthique : qu’ai-je-le droit d’infliger à autrui : ai-je le droit de m’approprier ce qui émane de lui et cela vaut tant dans le rapport entre personnes physiques qu’entre personnes morales, entre Etats, entre régions, entre cultures. Cela exige un certain examen de conscience. D’où vient ce que j’ai ? Métaphysique non pas de l’être (ontologie) mais de l’avoir, de ce que je me suis approprié et qui m’est devenu propre mais qui n’est pas ma propriété au sens où l’on parle de la propriété d’un objet. La vraie propriété implique une certaine pureté, à l’état pur, au sens propre.
La question de l’endettement  se situe, pour nous,  à un tout autre niveau que celui auquel il est fait référence de nos jours ;
Il n’y a pas de rapport sain à autrui quand on ne lui « rend » pas ce qu’on lui doit. Qui paie ses dettes s’enrichit.  Nombreux ceux qui, de mauvaise foi, nient devoir quoi que ce soit en dehors de ce qu’ils ne peuvent s’approprier de leur propre chef, sans demander de permission, sans payer pour l’avoir. Mais même acheter quelque chose ne  justifie pas que l’on se l’approprie. Si on achète un tableau, on ne devient pas l’auteur du tableau, à notre connaissance. On en est le dépositaire. On ne peut que « louer » ce qui ne vient pas de nous, n’est pas notre œuvre et un loyer peut se perpétuer des siècles durant. Dans la Bible, il est dit que rien ne se vend définitivement. Tous les 49 ans, un bien revient à son propriétaire.
Autrement dit, mêmes les dettes les plus anciennes  ne changent pas le statut de celui qui dispose d’un bien qui n’est pas son œuvre, qui n’est pas le fruit de son travail, tant individuel que collectif.
Un cas remarquable est celui des mots empruntés par une langue à une autre langue ou tout simplement le fait de parler une langue étrangère. Dans le cadre de l’économie équitable que nous prônons, une langue peut être endettée à l’égard d’une autre et lui devoir un « loyer » en proportion de l’importance de l’emprunt. Si l’on prend le cas de la langue française, l’Etat Français est en droit de récolter annuellement les subsides correspondant à ce que les autres langues doivent à la langue française directement ou indirectement. On a observé récemment que certains pays réclamaient de récupérer des biens se retrouvant à l’étranger. Les choses ne sont pas aliénables, sous aucun prétexte et aucune dette ne peut être réglée définitivement tant que le lien subsiste sous une forme ou sous une autre.
Dans le domaine industriel, c’est en Europe que de nombreuses inventions ont été mises au point comme l’automobile, l’avion, le cinéma, le piano etc. Quand bien même l’Europe ne vendrait plus tel ou tel article, les pays utilisant ces articles lui doivent une redevance. Il y a là tout un champ de recherche pour une nouvelle pensée économique.
Dans le cas des femmes, il est clair qu’une grande partie de ce que les femmes utilisent ou pratiquent vient des hommes et à ce titre elles sont vouées à régler une certaine redevance à un organisme approprié au pro rata du nombre d’hommes  ayant crée dans tel ou tel domaine comme en musique, en peinture, en philosophie etc.
Nous caractériserons notre  philosophie économique comme étant celle de la dette commune à nos appartenances. Si j’appartiens à un groupe, je deviens ipso facto solidaire économiquement de celui-ci, de tout ce qui s’est mis en place au cours des décennies, des siècles.
Il n’y a pas de raison de payer pour du pétrole qui n’est pas le fruit de l’activité de ceux qui occupent tel territoire et de ne pas recevoir d’argent, de royalties, pour des œuvres, des créations qui sont le fait de tout un peuple, comme sa langue, sa musique, sa culture. Il y a là une nouvelle idée de la Justice que nous défendons.
Nous pensons que ce faisant, nous atteindrons à un nouvel équilibre économique. C’est une façon vitale  pour l’Occident de maintenir son rang. Cela exige de repenser le Droit international.
On voit là apparaitre un nouveau rôle de l’Etat qui est celui de gérer l’héritage. C’est inscrire l’Etat dans l’économie en tant que gérant  des ressources du passé, qu’elles soient culturelles ou minières. L’Etat Juif, par exemple, aurait pour mission de faire l’inventaire de tout ce qui se rattache aux Juifs, comme ce fut le cas lors des « réparations » allemandes au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, en faveur d’Israël. C’est là une dimension peu théorisée de l’Etat, qui vient compléter la responsabilité de l’Etat dans le maintien de l’ordre et de l’intégrité du territoire. L’Etat doit aussi veiller à ce que l’héritage national ne soit pas spolié mais aussi à s’acquitter de ce qu’il doit à l’égard des autres Etats.  Ce peut être là un projet mobilisant notamment les historiens en les inscrivant au cœur d’une nouvelle problématique économique..
 
JHB
02 . 12. 12

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs