Article « découragement »

Posté par nofim le 20 avril 2013

La phase 2 de Saturne et  l’épuisement du psychisme
Par  Jacques Halbronn
 
Nous avons souvent utilisé l’image du sablier pour décrire le passage de la phase 1 à la phase 2 (voir notre entretien avec  Jean-Claude Durand sur teleprovidence)). On passe insensiblement en phase 2 à mesure que le temps passe depuis la dernière conjonction de Saturne avec l’une des quatre étoiles fixes royales.
La phase 2  n’est donc pas déterminée de façon mathématique mais plutôt thermodynamique, comme un déclin annoncé et tout à fait « prévisible », tout comme la mort est prévisible, ce qui ne veut pas dire datable avec précision.
Ce qu’il est important de comprendre, c’est que ce ne sont pas tant les « faits » qui changent mais notre capacité à supporter une certaine tension laquelle, elle, varie selon la loi astrologique du modèle universel.
Telle entreprise qui semblait « valoir le coup » à tel moment  sera abandonnée un peu plus tard du fait du dépérissement des motivations. En ce sens, l’astrologie conjonctionnelle serait une science des motivations (mot qui est à rapprocher de mouvement, d’émotion).
Cette perte de motivation- ce découragement – le jeu ne vaut plus la chandelle-  peut avoir des effets considérables dans la vie des personnes et des sociétés à telle enseigne que l’Histoire de l’Humanité pourrait se résumer à une telle problématique.
Il convient donc, à notre échelle personnelle, de repérer les moments de découragement par lesquels nous sommes passés au cours de notre vie et qui ont une valeur non pas « existentielle » mais bel et bien « essentielle «  car on n’y échappe pas.
Qui n’a pas renoncé  à une entreprise plus ou moins engagée, qui n’a pas décidé d’interrompre un processus, de le faire avorter. Les anglais emploient plus que nous le verbe « avort » pour indiquer que l’on arrête les frais, que l’on sonne la retraite.
C’est bien évidemment celui qui se dépense le plus qui sera le plus sujet à l’abandon alors que celui à qui cela coûte peu n’aura guère cette tentation. Or, dans une confrontation, nous ne sommes pas logés à la même enseigne et c’est celui qui fournit le plus gros effort sur lui-même qui risque d’être le plus atteint par la phase 2. Quelqu’un qui « force » sa nature est une victime toute trouvée de phase 2 car l’énergie sémiologique (le signal conjonctiionnel) sera de moins en moins marquant et marqueur. En ce sens, au vu d’une liste de gens, l’on devrait être en mesure de prévoir ceux qui vont « craquer » les premiers parce que ce sont eux qui prennent le plus sur eux, et qui vont tôt ou tard rencontrer leurs limites, en une sorte de compte à rebours. Si l’on prend le cas du Premier Ministre, Jean-Marc Ayrault et de certains de ses ministres, l’on peut dire que beaucoup d’entre eux se sont lancés dans ce que l’on peut appeler une certaine épreuve qui n’était pas « évidente » pour eux, qu’ils sont assumé une fonction pour laquelle ils n’étaient pas nécessairement parfaitement préparés. Ils risquent de « craquer » en phase 2. Pour bien faire, il faudrait attendre que la nouvelle phase 1 commence à s’activer, aux approches de la prochaine conjonction. Mais alors il faut tenir  bon et seule l’astrologie conjonctionnelle peut aider à ce faire, en ce qu’elle fournit les données adéquates et que chacun peut comprendre sans passer par les oracles opaques des astrologues.
Qui n’a pas de regret d’avoir trop tôt cédé au découragement, d’avoir baissé les bras alors que la situation n’était pas aussi désespérée qu’on la ressentait ? Ici l’astrologie aborde notre sentiment intérieur au prisme duquel nous percevons le monde.
Le découragement est contagieux (infectious, disent les Anglais). En tout cas, on tend à en voir des manifestations de plus en plus nombreuses. Le renoncement devient courant. On pense à Fillon qui signe une trêve et renonce à se battre pour la présidence de l’UMP. La prime n’est pas tant au plus motivé mais à celui qui est tout simplement le plus doué et ne dépend pas de l’adjuvant astral qui joue le rôle d’un dopant. A contrario, en phase 1,  la motivation tend à se répandre, à se généraliser. Tout le monde est partant et même les moins doués sont survoltés.  
Autrement dit, l’astrologie nous apparait comme un surcroit d’énergie qui est apporté à l’Humanité et qui s’apparente en effet à une sorte de dopage lors de la phase 1. En phase 2,  l’on en revient à une plus grande vérité. Cela expliquerait justement les aveux de dopage d’un Lance Armstrong et le fait que nombre de personnes déclarent forfait, se « dégonflent », parce qu’elles sentent qu’elles ne font pas le poids, que la « drogue » cosmique leur fait défaut (cf. l’épice dans Dune)
 
 
 
JHB
10. 04.13

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs