La femme au présent

Posté par nofim le 26 mai 2013

La femme et le rapport au présent
Par Jacques Halbronn
 
La conscience de l’absence  n’est pas chose simple.  L’absence renvoie à un passé  qui se dérobe. Mais face à une œuvre, comment savoir d’où elle vient, ce qui  l’a précédée, préparée ?  Sans conscience du passé, il reste que l’on tend à survaloriser le présent. Quand on va à un concert de musique classique, comment  avoir à l’esprit le compositeur alors même  que ses interprètes occupent le devant de la scène ici et maintenant ?
Remonter dans le temps exige une toute autre culture que de s’en tenir à l’apparence des choses ici et maintenant. Quand  quelqu’un joue une œuvre, n’est-on pas tenté de lui en attribuer tout le mérite, quand bien même ne ferait-il que reprendre, une fois de plus,  une partition jouée mille fois auparavant ? Tout le monde ne peut se permettre d’aller au-delà de cette impression  du moment.
En fait, notre jugement est le plus souvent superficiel. Il ne fait sens que par rapport à notre subjectivité.  L’historien aura un tout autre regard sur le monde. Il ne saurait se contenter des apparences.  Il dénonce le plagiat, l’imitation car il connait les précédents et en recherche toujours d’autres de façon à rendre à César ce qui est à César et à ne pas consacrer un imposteur, un voleur.
Selon nous, les femmes vivent dans le présent, dans la spatialité et pour elles les absents auront toujours tort.  Or, la conscience du manque exige une certaine forme d’intelligence. Ce manque nous ouvre les portes du passé. Le présent se décompose et se déconstruit par ses incohérences, ses déviances. Mais comment percevoir une déviance quand  on ne connait pas l’origine des choses ?  L’historien répond que  le passé  se perpétue par diverses traces, par des « pistes » que l’observateur à l’œil aiguisé sait déceler. Les hommes sont plus doués que les femmes pour remonter le temps et se libérer de l’emprise du présent.
Quant au futur, il semble qu’il soit également promis plus aux hommes qu’aux femmes. Qu’est-ce qu’arpenter le futur, sinon  dépouiller le passé  de ses scories, de ses particularités.  Le philosophe est un prophète en ce que son propos, par son abstraction même vaut aussi bien pour le passé  que pour le futur. On laissera donc le présent, l’immédiat aux femmes, un présent coincé entre le passé et l’avenir.  En général, les femmes sont broyées par Chronos, le temps qui le traite bien mal comme on peut le voir dès que l’on ouvre un livre d’histoire, que ce soit de l’art, des sciences, de la philosophie, dont elles sont quasiment absentes.  En fait, les femmes n’ont d’existence que collective et c’est pourquoi la notion de propriété intellectuelle leur est assez étrangère. Elles s’approprient sans état d’âme tout ce qui s’offre à elles, dans le « partage ».  Le monde masculin leur est étranger car c’est avant tout un monde intérieur, invisible, organique alors que le monde féminin est un monde extérieur, visible, instrumental. Or, l’on peut dire que le passé  est à l’intérieur du présent, qu’il en est le noyau. Dans un monde idéal,  il suffirait de quelques hommes pour  que l’Humanité existe.  Les hommes appartiennent à des lignées historiques avec lesquelles ils se connectent alors que les femmes se situent dans la spatialité du présent, dans la « synthèse ».  La société des hommes traverse, transperce  le temps. C’est pourquoi la solitude des hommes n’est qu’une apparence car ils sont animés d’une vie intérieure qui s’ouvre à l’extérieur tandis que les femmes remplissent leur intériorité de ce qui se situe autour d’elles-mêmes. L’image de la femme dont sort l’enfant induit en erreur. L’enfant qui sort n’existerait pas sans la semence masculine, comme chacun sait. Dire que la femme « donne la vie » est  un abus de langage. La naissance est déjà un aboutissement et non pas un commencement. Là encore, le présent tente d’effacer le passé. .
 
 
JHB
23.05.13

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs