Astrologie et Peinture : un parallèle édifiant

Posté par nofim le 29 août 2013

Si l’on admet qu’il y a un débat autour de ce que l’on pourrait appeler l’astrologie « abstraite », le parallèle entre astrologie et peinture fait sens  et est porteur d’enseignement pour les deux domaines. Si l’on demande à des astrologues de nos jours si l’astrologie est « abstraite », que pensez-vous qu’ils répondront ? Il est peu probable que ce terme leur parle et qu’il ait été évoqué lors de leur formation. On peut le regretter.
Pourtant, est-ce que précisément ce n’est pas l’abstraction qui distingue l’astrologie de la voyance ? Un astrologue peut-il s’exprimer autrement que par la voie de l’abstraction ? Ce qui implique évidemment qu’elle  soit douée pour un tel exercice. Les astrologues qui n’ont pas d’affinité avec l’abstraction sont mal partis.
Certes, pour celui qui entend l’astrologue dire ce qu’il a à dire, cela peut tout à fait évoquer des choses « concrètes » mais ce n’est pas à l’astrologue d’apporter cette dimension « figurative ». C’est au client qu’il revient de transmuter l’abstrait en du concret. C’est ce que nombre d’astrologues ne semblent pas avoir compris.
Mais évoquons cet exercice bien ambigu de la biographie astrologique, chère à Jacques Berthon et à certains de ses disciples comme Didier Geslain (cf ses conférences sur la chanson française, dont certaines sur teleprovidence). Là l’astrologue joue sur les deux « tableaux », dans une main, il tient le thème natal, dans l’autre, la « vie » du personnage censé lui correspondre. Il sera donc tenté de dresser un portrait astrologique aussi ressemblant que possible de l’intéressé, un peu comme un peintre réalise un « portrait » ressemblant de son client, avec sa palette de couleurs.
Mais quand l’astrologue est placé face à une personne qu’il ne connait pas, dont il est censé ne rien savoir, peut-il procéder de même ? Probablement pas. C’est dire que cet exercice astrobiographique peut sérieusement induire en erreur quand il ne s’agit pas de rendre compte de ce que l’on sait  par ailleurs et par avance, sans le recours de l’astrologie, qu’il s’agisse de parler à un inconnu ou de traiter de ce qui n’est pas encore advenu  (avenir).
Et c’est bien là que l’astrologie n’a d’autre choix que d’être abstraite, dès lors qu’elle ne se limite pas à être rétrospective ou à décrire l’état  présent ou en cours des choses ou tout au plus un futur immédiat, en train de se faire.
Quel hiatus donc entre l’astrologie face au passé et l’astrologie face à l’avenir ! On dirait que ce n’est pas la même discipline. Et pourtant, on  prend rarement la peine de distinguer les deux situations, ce qui nous semble assez équivoque, notamment dans le cadre de la formation astrologique.
Une autre erreur à éviter consiste à croire que le client n’apprécie guère l’abstraction, qu’il risque de rester sur sa faim. On est ainsi conduit insensiblement vers la divination, sous la forme notamment d’autres supports  tels que le tarot, censé venir compléter l’apport de l’astrologie.
  A contrario, on peut recommander l’astrologie « en aveugle » -expression souvent usitée par les astrologues et qui dit bien ce qu’elle veut dire. En fait, l’astrologue ne travaille jamais totalement en aveugle, il se fait une certaine idée par lui-même de la probabilité des choses, selon sa perspicacité. Mais en fait ce qui sauve l’astrologue qui n’est pas assez abstrait, c’est le pouvoir de suggestion. Les clients de l’astrologue ne veulent pas tant confronter ce qu’ils savent d’eux-mêmes avec l’astrologie mais apprendre de l’astrologie ce qu’ils peuvent bien être, ce qui facilite singulièrement les choses ! C’est pourquoi le débat sur la pratique est un faux débat. Celui qui « croit » en l’astrologie est tout disposé à voir le monde au prisme de l’astrologie et inversement un astrologue qui n’aime pas telle  technique astrologique sera peu motivé à la « valider » .Question de bonne ou de mauvaise volonté !
On aura compris que pour nous l’enseignement de l’astrologie doit rester aussi général que possible. Il faut se méfier des exemples qui viennent valider un propos car d’autres exemples feraient aussi bien l’affaire. On aurait donc tort de s’attacher à l’anecdote et surtout d’aller trop loin dans le détail des choses. L’abstraction est une école d’humilité, une ascèse et cela vaut notamment pour la prévision Face à l’inconnu les astrologues font beaucoup moins les fiers.
Quel rapport, dira-t-on, avec la peinture ? L’émergence de la peinture dite abstraite conduit cet art à plus d’universalité. La peinture se libéré de son modèle, de cette « nature morte » que l’on pourra rendre avec une grande diversité et richesse de tons. L’abstraction  rassemble davantage de possibles mais doit s’en tenir à  des manifestations  moins nombreuses car l’abstraction est une initiane initiation à l’économie de moyens. L’abstraction est réductrice, unificatrice. L’abstraction est puissance, le figuratif  est passage à l’acte, épuisement des possibilités existant au départ. La peinture abstraite nous parle du futur, elle est prédictive alors que la peinture figurative nous parle du passé, de ce qui a déjà  eu lieu.
Quand on énonce une loi,  on se  réfère certes à des observations, mais l’on part du principe que cette loi s’appliquera à bien d’autres cas que sur ceux dont on s’est servi, inspiré. La falsifiabilité d’une loi, c’est qu’elle doit s’appliquer   à un nombre illimité de cas. Encore faut-il que cette loi soit « fixe » et non pas « mobile ». Or, le drame de la «loi » astrologique est qu’elle est instable, qu’elle varie constamment, bref qu’elle est imprévisible et c’est ce facteur-là qui rend l’astrologie impuissante pour prévoir.  L’astrologie doit être aussi prévisible que l’astronomie quant à son modèle mais les astrologues sont parvenus à pervertir, à dévoyer l’astronomie en imaginant un nombre infini de rapports entre planètes que l’on peut certes calculer pour un instant T mais qui n’intéressent pas pour autant la science astronomique. Tant que l’astrologie ne s’en tiendra pas à une « loi » simple,  intangible et qu’il convient de vérifier telle quelle encore et encore, elle ne sera pas prise au sérieux par les gens intelligents. Cette loi, répétons-le, ne peut être qu’abstraite de façon à pouvoir rendre compte d’une infinité de cas. Ceux qui parmi les astrologues soutiennent que le monde est trop complexe pour s’inscrire dans une seule et même loi  ne font que révéler leur incapacité à abstraire, c’est-à-dire à extraire l’essence de l’existence.  Un modèle astrologique alambiqué, « caméléon »,  ne mérite aucun crédit. C’est une usine à gaz et tout personne qui passe outre et est disposée à user d’un modèle aussi douteux  fait preuve d’une certaine dose d’imprévoyance. On est là dans un cercle vicieux puisque c’est ce genre de personnne qui attend tellement de l’astrologie !
JHB
22. 08.13

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs