Les Quatre Eléments et les Quatre Saisons : le paradoxe

Posté par nofim le 29 août 2013

Que nous enseigne la présence du dispositif des Quatre Eléments au sein du Zodiaque ? Nous pensons que l’on n’en a pas saisi la véritable portée en passant sous silence un point crucial, à savoir que ce dispositif ne respecte pas la division en 4 saisons.
On peut certes déclarer que les 4 Eléments se répartissent en quatre triplicités ce qui sous-tend l’aspect de trigone (120°) mais une telle présentation apparait comme insolite. En tout cas, ces trois signes de même élément ne s’inscrivent pas dans le cycle des saisons, et sont même en porte à faux avec lui, puisque l’on ne trouve que trois éléments sur quatre par saison. Cela ne sonne pas juste. A contrario, les quadruplicités (modes, gunnas) correspondent parfaitement aux 4 saisons. On pourrait donc penser que les Eléments sont en décalage par rapport aux saisons et l’on en vient à se demander quelle est leur raison d’être du moins par rapport à l’astrologie dont ils sont censés, nous dit-on, faire partie.  D’aucuns d’ailleurs (cf. Jacky Alaïz sur teleprovidence, Faculté Libre d’Astrologie de Paris) comptent le nombre de planètes dans le thème selon les éléments de façon à déterminer une dominante  « élémentielle » qui constitue une typologie il est vrai plus accessible que celles des  12  signes.
En réalité, nous pensons que la question doit être abordée autrement à savoir que l’on est en face d’une division du zodiaque en 3 parties de 4 signes, chaque partie suivant le même ordre que les autres : feu-terre-air –eau sans d’ailleurs d’accord entre l’élément et la symbolique zodiacale comme le scorpion présenté comme un signe d’eau, ce qui est difficile à avaler et quelques autres cas bien connus. C’est dire à quel point les triplicités tournent le dos  à la fois aux saisons et au zodiaque des 12 signes et établissent un autre système, en quelque sorte une autre astrologie débarrassé du joug solaire des saisons et des mois.
On notera que les signes de même élément différent entre eux par leur « mode » et on est surpris d’apprendre que le trigone est un aspect harmonieux alors qu’il relie des signes de mode différent, placés différemment dans le cycle saisonnier. Inversement, pourquoi y aurait-il un aspect « dissonant » entre signes de même mode (carré, opposition) ?
Il est donc étonnant que les astrologues (cf. l’ouvrage d’André Barbault sur ce sujet)  n’aient pas relevé ce décalage structurel, prenant même un malin plaisir à utiliser les éléments en les combinant avec les « modes » pour différencier les 12  signes entre eux (lion : signe de feu fixe etc.), ce qui est  une démarche typiquement syncrétique, c’est-à-dire qui englobe tous les courants astrologiques qui ont pu se succéder ou cohabiter comme ne constituant qu’un seul et même corpus, un savoir un et indivisible, ce qui est au cœur de l’apologétique astrologique.
.On notera que le dispositif des 4 Eléments doit être rapproché en astrologie de celui des signes masculins (impairs) et féminins (pairs), les signes de feu et d’air étant dits masculins et les signes d’eau et de terre étant dits féminins. Or les signes en opposition-  donc quelque part en conflit-  sont de même « sexe », ce qui peut surprendre. Il est vrai que cela est également vrai pour les modes.  Ce qui nous pose la question du statut de l’aspect d’opposition dont on a finalement du mal à comprendre qu’il soit qualifié d’aspect de tension. D’ailleurs, dans l’astrologie mondiale d’André  Barbault, l’opposition dans son « indice » est la marque d’une « détente » tandis que c’est la conjonction qui par la concentration qu’elle généré – regroupement des planètes lentes dans un espace restreint- indique la gravité des conflits et les risques de guerres à grande échelle. (cf. Les astres et l’Histoire, Ed. Pauvert, 1967)
Ces observations autour des 4 Eléments sont importantes au regard de l’Histoire de l’Astrologie car elles révèlent une diversité d’orientations et notamment l’existence d’une astrologie non zodiacale et non saisonnière, alors que l’on nous présente cela comme le fondement même de la pensée astrologique. Or, il ne s’agit là au mieux que d’une matrice qui est à transposer et qui n’a pas à être contraignante, ce qui signifie que le zodiaque tropique n’est pas un « must » mais un point de départ, tout au plus à dépasser. On peut d’ailleurs penser que cette astrologie des 4 Eléments  pourrait avoir été sidéraliste, d’où sa prise de distance par rapport aux saisons et au symbolisme zodiacal qui en dérive. L’importance du 4 (en grec, tétra) est bien connue : on pense  à la tétractys, au tétragramme, au tétramorphe. Une astrologie certes fondée sur le 4 mais qui paradoxalement  est décalée par rapport à la matrice des 4 saisons.
JHB
21 08 13

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs