Le limogeage des chefs en Astrologie

Posté par nofim le 18 octobre 2013

 

 

Le  limogeage des chefs au prisme de l’astrocyclologie

Par  Jacques Halbronn

 

L’astrocyclologie traite du fonctionnement des sociétés (cf. notre récente étude sur le couple, blog  Nofim et sur Face Book). Nous avons montré que les rapports de force se modifient en liaison avec notre courbe trinitaire (qui recoupe en gros les signes cardinaux, fixes et mutables, du fait de la précession des équinoxes)

On entend par limogeage le fait de se débarrasser d’un responsable jugé  inapte à continuer à assurer certaines responsabilités (envoi à Limoges, sorte de mise au placard). Ce limogeage se présente sous deux formes puisque cela peut affecter les grands comme les petits « chefs » selon que Saturne se trouve en fin de phase conjonctionnelle ou au début de celle-ci. Dans les deux cas, certains risquent de tomber de haut (La Roche Tarpéienne est proche du Capitole). Ce sont là des ajustements dont les sociétés doivent impérativement être capables et malheureusement, certains dispositifs- notamment constitutionnels sous la Ve République- du fait de la durée figée du mandat présidentiel et législatif, sauf à recourir à la dissolution ou à la démission.

L’annonce d’un limogeage nous apparait comme une des clefs de l’astrocyclologie et elle est la meilleure expression de l’existence d’une telle cyclicité. C’est le phénomène des dominos qui est alors à l’œuvre.

A la sortie d’une phase  conjonctionnelle de 56 mois, ce qui commence en fait au bout de 4 ans environ, il faut s’attendre à ce que des « petits chefs » soient remerciés. Ils ont pu, quelque temps, se faire entendre en phase disruptive, mais les yeux finissent par se déciller et l’on s’aperçoit qu’ils ne sont plus à la hauteur de la situation, qu’ils ne sont pas porteurs d’avenir.  On assistera donc à un choc frontal entre des personnages de petit acabit qui sont priés désormais d’adopter un profil bas et de laisser la place aux gens vraiment compétents et doués. Dans la vie d’un de ces « petits chefs », cela risque de correspondre à une date mémorable, qui les fait rentrer dans le rang dont ils ne sont sortis que par défaut du fait d’une « panne » du système car la disruption n’est autre qu’une « vacance », qu’un passage à vide de l’énergie conjonctionnelle, certes prévisible cycliquement mais non moins préjudiciable/Mais sans la nuit, apprécierait-on autant le jour ?.

Inversement, en sortie de phase conjonctionnelle, face à un certain relâchement de la dite énergie, les choses commencent à déraper et le systéme dont certains personnages étaient les garants du fait de leur omniprésence  fait faillite (cf. 2001 et 2008 aux USA, voir notre article sur ce thème, in blog Nofim, par google). On assiste à un certain effondrement de leur « empire » Ils doivent laisser la main à des projets moins ambitieux, plus restreints et exigeant plus de personnel, une certaine dispersion des centres de pouvoir comme on a pu le voir en 1960 ou en 1989, avec la multiplication des entités actives, des capitales, des chefs, ce qui conduit à une certaine anarchie, .puisque trop de centres tuent le centre. .

Nous avions exposé notre système en 1994-1995  dans L’Astrologie selon Saturne avec en ligne de mire l’annonce d’une crise pour 1995, ce qui ne manqua pas de se produire, notamment en France, dans des proportions que les historiens, de nos jours, comparent  à Mai 68 en termes de désordre social. Cela correspondait en effet à une phase disruptive. Certes, à l’époque, notre système n’avait pas atteint la qualité de formulation qui est la sienne aujourd’hui, à plus d’un titre.  Mais l’on peut quand même s’interroger sur le fait que nous n’avions pas été invités à intervenir lors du Congrès organisé par Yves Lenoble (Sep Hermès) au Palais des Congrès de la Porte Maillot en mars 1996, dont le thème n’était autre que « Saturne et son symbolisme » et dont nous donnons ci-dessous la liste des communications :

  • Grazia Mirti : Saturne entre Orient et Occident
  • Ivan Othenin-Girard : L’astronomie-astrologie de Saturne
  • Joëlle de Gravelaine : La mythologie de Saturne
  • Denis Labouré : Saturne dans les textes anciens
  • Annick de Souzenelle : L’ontologie de Saturne
  • Bernard Blanchet : Saturne et la théorie des Ages
  • Marielle Garel : Saturne et la pensée introvertie
  • Martine Barbault : Les aspects de Saturne aux planètes rapides
  • André Barbault : Aperçu synthétique sur Saturne
  • Yves Lenoble : Les cycles Soleil-Saturne et Lune-Saturne
  • Luc Marianni : Signification des rétrogradations de Saturne
  • Catherine Aubier : Les transits de Saturne
  • Robert Gouiran : Saturne et Lune, miroirs de l’être et sentinelles du destin
  • Olivier Clouzot : Saturne et la trialectique
  • José Luis San Miguel de Pablos : Saturne, l’analyse systémique et le système Terre-Lune
  • Pierre Dicharry : Saturne et les étudiants
  • Stephen Arroyo : Les aspects de Saturne dans la comparaison de thème
  • Alex Ruperti : Le couple Lune-Saturne en astrologie humaniste
  • Ulrike Voltmer : Saturne symbole du conflit entre le sens du devoir individuel et les exigences sociales
  • Denise Chrzanowska : Le cycle de Saturne en astrologie mondiale
  • Jany Bessière : Réhabiliter Saturne
  • Maurice Charvet : Saturne chez les astrologues
  • Katherine Hyman : Le rôle indispensable de Saturne dans la création artistique
  • Solange de Mailly Nesle : Saturne et Lune gardiens du seuil dans la vie spirituelle

Il y a eu là, manifestement un grave oubli. Il eut été tout à l’honneur de ces congrès que de faire une place à notre travail qui venait qui plus est d’être couronné par les événements des derniers mois. Nous dûmes nous contenter de distribuer notre brochure à notre stand du Salon de L’Astrologue qui se tenait en même temps et dans les mêmes lieux. Dès 1975, nous avions été invités en Allemagne, à Aalen, dans le cadre des Congrès Ebertin, à faire une communication sur « Saturne et le colonialisme ».

 

Il est vrai qu’en 1996, Saturne était en fin poissons (27-28°) donc en amorce de phase disruptive dont nous avons dit plus haut qu’elle permettait à des esprits de second ordre d’occuper la place de ceux qui avaient un véritable message à  transmettre. Mais ce message était par trop perturbant et la quantité l’emportait sur la qualité.

On observe d’ailleurs actuellement un phénoméne assez semblable avec Baglis TV  qui nous filma il y a un an, autour de nos travaux sur Saturne –en fin  de période disruptive (fin balance-début scorpion),  cette fois et qui, un an plus tard, n’a toujours pas mis en ligne notre entretien et vient de nous  avertir (par mail) que notre entretien ne passerait pas sur leur « chaîne » en raison d’une politique visant à présenter un front uni de l’astrologie. Nous avons demandé à ce que les cassettes nous soient fournies pour les mettre sur Teleprovidence. Une telle attitude  nous semble totalement décalée par rapport à la phase d’ascension conjonctionnelle actuelle, qui passe plus par la montée en puissance d’un nouveau « centre » que par la fédération « molle » d’un  certain consensus typiquement disruptif qui s’appuie sur une « tradition » et non sur une structure parfaitement maitrisée et d’un seul tenant. Cela conduit ainsi Baglis TV à se déconsidérer et à se discréditer en prenant le parti d’une astrologie ringarde et en refusant de présenter des approches réellement innovantes de peur de décourager le public, ce qui ne nous semblait pas avoir été jusque-là une des raisons d’être de cette webtélé dans les divers domaines traités, d’autant que Baglis TV ne se présente pas comme un média astrologique et donc devrait prendre de la distance par rapport aux  conflits internes au milieu astrologique.

Nous avons donc donné ici deux exemples de dysfonctionnements des médias astrologiques (congrès, télévision) qui affectent la diffusion des idées les plus originales et les plus prometteuses. On comprend que Teleprovidence ait pleinement sa raison d’être face à des médias qui verrouillent l’information quant à la recherche en astrologie en substituant aux travaux d’avant-garde des discours d’arrière-garde et cela vaut aussi pour toutes sortes de forums et de congrès (tant à Lyon qu’à Bordeaux) qui tendent à préserver un certain savoir-faire qui se sent menacé par de nouvelles méthodologies, lesquelles sont d’ailleurs susceptibles d’ouvrir l’astrologie vers un public rebuté par l’ambiance actuelle et notamment par un public dont la composition est de plus en plus dissuasive aux yeux de nouvelles recrues potentielles (notamment dans les catégories  des « jeunes » et des hommes (cf. notre reportage sur le Second Forum International de l’Evolution de la Conscience, octobre 2013, sur Teleprovidence)…

Nous sommes donc en plein dans notre sujet, à savoir la nécessité d’une prise de relais, pour les 4 ans à venir (Saturne en scorpion  et  Sagittaire (Antarés), par des personnages  capables de désenclaver l’astrologie et de conduire l’astrologie vers des espaces plus vastes car potentiellement ‘Astrologie a vocation à jouer un rôle central au sein des Siens de l’Homme ; au sens le plus large.

 

JHB

19 10 13

 

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs