• Accueil
  • > ASTROLOGIE
  • > Mode d’emploi de l’astrocyclon, le nouveau concept astrologique

Mode d’emploi de l’astrocyclon, le nouveau concept astrologique

Posté par nofim le 29 novembre 2013

 

L’astrologie et la prévision de la surprise

Par  Jacques  Halbronn

 

 

Ce qui manque aux astrologues depuis un bout de temps, c’est de précéder l’actualité ; ils se contentent le plus souvent de la commenter et ce faisant, ils ne sont pas très utiles à la société. Ce que l’on attend en fait des astrologues, c’est qu’ils nous orientent sur notre destin collectif, sur ceux qui nous dirigent et sur ce qui peut changer dans les sphères du  pouvoir, dans l’entreprise, au sein d’un parti, d’un organisme et ce, par-delà les échéances déjà fixées hors de l’astrologie, comme les élections. .Ce que l’on attend également de l’astrologie, c’est que pour illustrer son propos, elle fournisse des exemples analogues déjà survenus dans le passé.  Il revient à l’astrologue de nourrir son propos de précédents, tout en précisant que les choses ne se répètent jamais à l’identique partout dans le monde et de tout temps. Si c’était le cas, cela se saurait !

L’astrocyclon, qui est le nouveau concept en astrologie, s’articule sur des cycles de 7 ans, c’est dire que les exemples ne manquent pas de configurations comparables même sur un siècle, voire sur un demi-siècle surtout si l’on ajoute que cela vaut pour n’importe quelle région du monde. Ce qui fait la principale différence, c’est l’amplitude  qui est fonction de la personnalité des protagonistes. Mais hâtons-nous de rappeler que nous n’avons ici rien à faire des thèmes de naissance et autres « cartes du ciel » et que seul Saturne nous intéresse..

La surprise peut être de deux sortes : soit le redressement de quelqu’un qui semblait  un peu passif, soit au contraire, l’affaissement de quelqu’un que l’on pensait maître de la situation. Ce sont deux temps opposés et qui correspondent en gros à des intervalles de 45°, soit trois ans et demi ou 42 mois (un degré par mois en pratique).

On prendra quelques exemples du même tonneau :

Les années 38-39 du XXe siècle.

Il y a les accords de Munich où la France et l’Angleterre « se couchent ». On est en septembre 38. En décembre, est signé le pacte franco-allemand entre Ribbentrop et Georges Bonnet de non-agression. Saturne est encore en phase descendante. Et puis vient l’Eté 39 et tout bascule. En août,    c’est le pacte germano-soviétique entre deux régimes radicalement opposés, du moins en principe. L’Allemagne envahit la Pologne. Elle  n’a aucune visée à ce moment-là vers l’Ouest. Mais, ô surprise, le 3 septembre 39, la France et l’Angleterre lui déclarent la guerre ! Saturne est passé à 1° taureau, on est en phase ascendante de l’astrocyclon.  C’est la surprise pour Hitler qui ne s’attendait pas de sitôt à un tel sursaut!

Si les astrologues de l’époque avaient connu l’astrocyclon, que ce serait-il passé ? Ils auraient compris que Munich n’aurait qu’un temps car en astrologie, tout n’a qu’un temps. Rien n’est définitivement acquis ni dans un sens ni dans l’autre. La vie est faite de rebondissements. De là à annoncer une guerre mondiale, il  ne faudrait pas exagérer  Certes, le clash était prévisible et Hitler a eu bien tort de croire qu’il aurait indéfiniment les mains libres à l’Est.

Récemment, nous étions revenus sur un autre « clash », survenu en 1976  entre Jacques Chirac et VGE-(à l’occasion du téléfilm « La rupture » qui met bien en scène l’évolution des rapports de force). Or, pour l’astrocyclon, le scénario est le même si ce n’est que l’on ne passe pas du bélier au taureau mais du cancer au lion puisque c’est là la « frontière » entre phase descendante et phase ascendante, à savoir d’un signe cardinal à un signe fixe (du fait de la précession des équinoxes, Ayanamsa)

Un autre exemple, plus récent concerne le « clash » entre François Fillon et J. F. Coppé autour de la présidence de l’UMP. Cette fois, c’est le passage de Saturne de la balance au scorpion. Fillon ne se laisse pas faire contrairement à ce que l’on aurait pu croire. Il rue dans les brancards .On est en novembre  2012. Saturne est entré depuis peu en scorpion mais il va devenir assez vite rétrograde de février  jusqu’en juillet  2013, ce qui freine la nouvelle dynamique.

Mais encore une fois, tout dépend du potentiel des acteurs. Cela peut prendre des proportions plus ou moins considérables et le processus ensuite va suivre son cours et s’étendre avec plus ou moins de force/

Nous pourrions prendre notre propre cas que nous avons déjà signalé, à la même époque que le clash Chirac- Giscard, il y eut aussi des perturbations remarquables dans le petit monde des astrologues, toutes proportions gardées et un certain effet de surprise qui allait durablement changer la donne. Il vient un moment où ce qui était toléré, supporté ne l’est plus.

En sens inverse,  on a évidemment le cas de 1989.  Cette fois, la surprise vient du fait que la puissance dominante ne réagit plus, se laisse faire sans réagir. Cela aussi était prévisible sur la base de l’astrocyclon- qui n’existait pas encore ! ! Saturne est entré en capricorne, il est donc en phase descendante depuis en fait pas mal de temps puisque la frontière est autour de 15° Sagittaire (à la moitié de chaque signe mutable). Il faudrait  chercher des signes avant-coureurs dès la fin 87.et suivre le redressement lorsque Saturne passe en verseau. –

Voyons le  cas de Mai 68. Saturne est à la mi bélier. Là encore, il est en phase descendante depuis quelque temps mais il est sur le point de terminer son cycle de  7 ans. Il y a un compte à rebours qui est déclenché.  La passivité du pouvoir gaulliste en place a ses limites. Les astrologues auraient pu prévoir que la dynamique allait s’épuiser. s’essouffler car elle avait pris du retard, ce qui est fonction, soulignons-le, des leaders qui  se déclenchent plus ou moins vite sur un terrain plus ou moins favorable ; Bientôt, le pouvoir va se ressaisir, ses partisans vont défiler et la dissolution de l’Assemblée Nationale conforter son assise. Le départ de De Gaulle ne changera rien au rapport de force avec l’élection de Pompidou en mai  69 Saturne passe alors en taureau. Là encore, la rétrogradation de Saturne ramène l’astrocyclon en bélier et cela correspond au désaveu du général  du fait du référendum.

On aura compris qu’il faut suivre le fil de l’actualité avec une grande précision. Rien à voir avec le « survol » de plusieurs décennies ! Pour cela, il importe de disposer d’un maximum d’informations ; Quant aux protagonistes, il y a ceux que l’on connait et ceux que l’on n’a pas encore identifiés et qui vont sortir de l’ombre.  Il y a deux types de leaders ou si l’on préfère tout leader a deux visages. On peut être leader de phase ascendante qui va abolir les clivages et on peut être leader de phase descendante qui va les conforter, voire les creuser. Car c’est  bien là le distinguo et l’enjeu : en phase ascendante, on franchit les barrières notamment à l’international (comme son nom l’indique ) alors qu’en phase descendante, comme on a pu l’observer en 1989, ce sont les clivages qui se multiplient et reprennent le dessus, ce qui conduit au démantèlement des structures supranationales, tels les « empires ». On notera à ce propos que 1989  est la réédition de 1960, mais dans une autre région du monde. En 60, ce fut l’Afrique, en 89, l’Europe Orientale avec un Saturne placé au même endroit. Ce qui nous conduit à souligner le fait que toute tentative pour circonscrire astrologiquement l’impact d’une configuration astrale est vaine et contre-productive, ce qui n’empêche nullement de spéculer sur les points d’compact privilégiés de tel ou tel cycle de 7 ans, au vu des contextes du moment. Il est clair que si un empire s’est écroulé, il ne va pas s’écrouler à nouveau sauf s’il a été rebâti entre temps. Ce qui est fait n’est plus à faire.

 

. .

 

Jhb

29 11  13

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs