L’astrologie et l’idée d’empire. Un passage obligé

Posté par nofim le 29 janvier 2014

 

 

L’astrocyclon  et les événements de 1989  et de 2014*

Par Jacques  Halbronn

 

 

Il ne faut pas tout mélanger sinon l’astrologie ne veut plus rien dire. Ce qui se passe actuellement en Ukraine est bien différent de ce qui s’est passé en 1989 à Berlin et ailleurs et qui secoua le joug de l’empire russo-soviétique. Au regard de l’astrocyclon, en 89 on était en phase descendante alors qu’en ce moment on est en phase ascendante.

Actuellement, on n’assiste nullement à la chute d’un empire mais au contraire au choc entre deux empires insatiables l’un comme l’autre bien que dans des styles radicalement différents. Encore faut-il pour analyser correctement les choses avoir une représentation large du terme « empire » et l’on sait que des définitions trop restrictives de certains termes constituent un obstacle majeur pour la recherche scientifique. Si l’on nous objecte ainsi que l’Union Européenne n’est  pas un « empire » sous prétexte qu’elle n’en porte pas le nom ou qu’elle ne s’est pas construite par le moyen des armes, on aurait là un bel exemple  d’une impuissance conceptuelle, par trop restrictive et c’est ainsi qu’on échoue à capter la dualité intrinsèque et inhérente au monde.

On nous permettra donc de présenter l’Ukraine comme un enjeu impérial tant pour l’Union Européenne que pour  la Russie (au cœur de ce qui s’appelait l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques et dont faisait partie jusqu’au début des années 90 la dite Ukraine mais aussi la Biélorussie, la Géorgie etc. On sait aussi que l’Union Européenne a déjà récupéré la plupart des Etats « satellites » de la dite URSS. (Allemagne de l’Est, Pologne, Hongrie etc.) De son côté, la Russie de Poutine ne reste pas spectatrice de cette situation et prend le contrepied d’un Gorbatchev. Ce sont donc bel et bien deux « blocs » qui s’affrontent et cela correspond tout à fait à la phase montante « unitaire » de l’Astrocyclon qui ne met pas en scène des affrontements entre nattons mais entre empires. On ajoutera qu’en Afrique, un autre empire tend à refaire parler de lui, celui que la France avait instauré et qui a légitimé récemment  ses interventions tant dans l’Ancienne Afrique Occidentale Française, au Mali que dans l’Ancienne Afrique Equatoriale Française en Centre Afrique et l’on peut s’attendre à d’autres réveils impériaux en Turquie (avec la nostalgie de l’empire ottoman) et on pourrait citer bien d’autres cas de démangeaison impériale à commencer par les attitudes actuelles de la Chine, également marquée par un puissant passé impérial.. L’Histoire ne se conçoit pas sans prendre la dimension des empires et croire que tout se joue au niveau des nations serait un graben contre-sens.  C’est ce modèle historique que nous préconisons pour la recherche astrologique et il est évident que celui-ci n’a pas besoin de l’astrologie pour exister et qu’il se défend très bien tout seul au sein même de la communauté des historiens.  Bien évidemment, cette poussée impériale fonctionne en alternance avec  des replis d’une telle dynamique comme ce fut le cas  à l’évidence  en 1989 ou en 1960 voire en 1967(du fait de la Guerre des Six jours qui ébranla le monde arabe.

Ce ne sont pas les empires qui manquent, on peut même dire qu’ils pullulent. Ils ont d’ailleurs pour raison d’être de mette au pas les nations qui sont la cause de tous les cloisonnements et les particularismes et autres protectionnismes. A Tite d’exemple, les religions dites du Livre relèvent d’un empire qui a pour nom monothéisme et qui contestera que l’Eglise romaine  n’est pas un empire supranational, Rome étant capitale impériale tout autant que Moscou.

Dans le cas des Juifs, sujet délicat s’il en est, on est dans une posture que l’on pourrait qualifier de dénégation. Le phénomène juif ne saurait en effet se réduire à la question d’un Etat nation « juif »  ni à celle d’une pratique religieuse bien définie et qui ne se veut pas prosélyte. Qu’on le veuille ou non, quitte  à donner raison aux « antisémites », il y a une autre dimension de la présence juive au monde et qui ne se conçoit que selon une grille impérialiste. C’est dire que toute réalité politique a deux visages contradictoires à l’instar de cette France qui tantôt a des visées impérialistes et tantôt s’inquiété de l’immigration qui est directement le corollaire des dites visées.

Mais revenons à la « question juive «  – et rappelons que nous avons fondé en 1978 le Cerce d’étude et de recherche sur l’identité juive (CERIJ). La diaspora juive nous apparait correspondre à certains critères du modèle impérial. Vouloir rassembler tous les Juifs en un seul et même Etat serait une aberration que d’ailleurs Herzl n’a jamais prônée dans son Etat Juif.(Judenstaat, 1897) sans parler du fait que le dit Herzl avant sa mort avait sérieusement envisagé, au vu du blocage persistant de l’option palaisienne par les Turcs,  l’option ougandienne (en Afrique) proposée par l’Angleterre ( 1905).

Cet impérialisme juif d’ailleurs nous le percevons d’abord sur le plan intellectuel.. Et le marxisme n’est-il pas une forme d’empire idéologique tout comme le freudisme ? On dira que le monde juif produit un grand nombre de personnages capables de créer des empires dans les domaines les plus divers. Or derrière tout empire, il y a de tels personnages charismatiques (pour le pire comme pour le meilleur) qui exercent leur génie dans les domaines les plus divers, y compris dans le champ de l’astrologie.  Que ce rôle des Juifs ait pu être signalé par certains chercheurs s’inscrit et contribue à l’étude du phénomène impérial. Que divers personnages, dans les domaines les plus divers, aient en commun –statistiquement- d’être Juifs (d’ascendance sinon de religion) n’aura pas été ignoré. Que pendant la Seconde Guerre Mondiale – et il suffit de lire la littérature dans ce domaine- d’aucuns aient pu voir un combat entre un empire juif  et le Reich allemand ne saurait étonner outre mesure. Bataille de titans qui générera la terrible Shoah mais qui ne s’est nullement terminé, en tout état de cause,  par l’anéantissement des Juifs. Rappelons qu’une des causes du déclenchement de la Shoah aura été l’entrée en guerre des Etats Unis à la fin de 1941 qu’Hitler mettra sur le compte de l’influence des juifs américains.

Pour en revenir à l’astrologie mondiale, on voit que la prévision astrologique est désormais dans l’obligation de nous dire si le monde à un moment donné se dirige vers une croissance de l’impérialisme ou vers une revanche des nationalismes. C’est même la seule chose qu’on demande à l’astrologie que  d’indiquer  un tel mouvement dialectique  en précisant la durée des phases, il va de soi. C’est autour de cette question que se joue la renaissance et la reconnaissance de l’Astrologie.

 

 

 

JHB  29 01  14

 

 

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs