Les cas de conscience de l’astrologue

Posté par nofim le 20 février 2014

 

Astropsychologie et Cyclicité : le hic.

Par  Jacques  Halbronn

 

Face à la perspective d’un changement de phase, l’astrologue a pour mission de préparer son client à un tel passage. Or, en astropsychologie,  on a tendance à faire abstraction d’une telle topographie temporelle et à faire comme si les « constantes » primaient sur les « variables », ce qui est quand même un comble de la part d’un astrologue. Un astrologue qui vit mal la dualité cyclique car à la base un cycle est binaire, sera-t-il en position de guider utilement son client ? Un astrologue qui vit au jour le jour ne nous semble pas non plus très qualifié et ne parlons pas de ces astrologues, de plus en plus nombreux, qui faute de maitriser les cycles astrologiques préfèrent recourir au verdict du Tarot, c’est à dire sans armature cohérente. (cf. le référentiel de naissance de  Georges Colleuil, interview de Caroline Gindre sur You Tube).

Avec l’Astrocyclon, la question de la préparation à un changement de phase (on ne parle pas ici du passage d’une planéte d’un signe zodiacal à un autre, ce qui est un découpage artificiel) lié à une série de conjonctions de Saturne et des 4 étoiles fixes royales,  est au cœur même du travail de l’astrologue et nous donnerons ci-dessous quelques aperçus d’un tel travail préparatoire.

On abordera successivement les deux passages majeurs, à savoir de la phase descendante à la phase ascendante et vice versa.

I  Les temps intermédiaires

On précisera que selon nous il existe des temps intermédiaires entre les deux phases principales. Ces « zones tampon »  couvrent chacune environ 15°, soit en tout 30° sur un total de 90°, ce qui représente un tiers. Nous les situons entre 0° des 4 signes fixes et 15° des 4 signes fixes et  entre 15° des 4 signes mutables et 0° des 4 signes cardinaux. Cela est assimilable peu ou prou aux équinoxes. C’est à ces moments-là que la conscience des différences de classe et de sexe est la plus faible. Cela fait songer à l’esprit des Saturnales romaines, lors des moments charnières.

 

II  Entrée en phase montante

Il est temps de faire le ménage autour de soi, d’éloigner les personnes qui veulent vous aider et qui vous aliènent de votre autonomie souvent, en plus, au prix d’un certain coût. Apprenez à vous débrouiller tout seul, telle est la consigne que l’astrologie doit délivrer dans ces moments-là. C’est donc le temps des ruptures –on donne son congé, on licencie, on remercie. On fait comprendre que l’on peut se passer de vos services. Bien entendu, le client peut être d’un côté ou de l’autre de la barrière : est-il celui qui l’on rejette ou celui qui rejette ? That is the Question ! En fait, chacun est peu ou prou concerné par les deux cas de figure car on peut être pour les uns en telle position et pour les autres en telle autre. Il y a donc une double épreuve qui se résume de toute façon pat le fait de devoir  se quitter plus ou moins bons amis.

Cette phase est donc marquée par la prise de conscience d’une trop grande dépendance mutuelle, d’une fausse idée de ses propres limites que l’on nous a mis dans la tête ou que nous aurons mis dans la tête d’autrui pour qu’il fasse appel à  nous. Il y a là matière à un examen de conscience : pourquoi me suis-je fait manipuler en acceptant de me  laisser cloisonner ou pourquoi ai-je abusé de la faiblesse d’autrui  en le persuadant de ses incompétences sur tel ou tel point?

Cette période de « jeune » d’autrui  est celle d’un certain isolement mais aussi d’un certain bouillonnement intérieur du fait d’une activité accrue, d’une réappropriation de son propre territoire sur lequel d’autres avaient outrageusement  cru pouvoir empiéter. Les gens qui exerçaient un ascendant sur nous en sont pour leurs frais. Il y a des retournements et certains choses ne passent plus.

 

III Entrée dans la phase descendante

La démarche s’inverse en phase descendante et il n’est pas question de dispenser les mêmes conseils et les mêmes analyses dans les deux cas, outre le fait que les mentalités évoluent parallèlement, tant notre psychisme est voué à des changements. Ce ne sont pas des contradictions à un instant T mais des alternances  sur  une certaine durée.

Cette fois, la devise « on a toujours besoin d’un plus petit que soi » semble faire sens. Cela tient à  une certaine perte de tonicité qui fait que l’on a le sentiment de ne plus pouvoir s’en sortir tout seul. On veut se faire aider, seconder, accompagner, prolonger, déléguer,  se faire remplacer,  représenter, on vit plus par procuration. On pourrait dire que l’on se comporte comme si on allait trépasser, comme si on devait passer le relais, la main.

Là encore, tout dépend de quel côté de la barrière on se trouve. Celui qui est en haut fait appel à ceux d’en bas et ceux qui sont en bas sont mobilisés par ceux d’en haut. C’est un temps favorable aux emplois qui tendent à se multiplier.

 

On aura compris que ce qui importe avant toute chose c’est que l’astrologue ne se trompe avec sa « boussole » et qu’il n’indique pas une fausse direction.  On n’attend pas de lui de longs discours mais des orientations fiables. Et c’est alors que se présente à l’astrologue un autre cas de conscience : dispose-t-il réellement avec son astrologie, telle qu’il la pratique, d’un outil approprié ? N’est-il pas plus capable de faire compliqué que de faire simple ?

 

 

 

 

JHB

20. 02  14

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs