Astrologie et cycle du pouvoir: les chefs et le peuple.

Posté par nofim le 23 février 2014

 

La cyclicité  Sisyphe et la Montagne.

Par  Jacques Halbronn

 

 

L’analogie a ses bons côtés et n’est pas sans une certaine vertu heuristique. C’est ainsi que le fait d’escalader une montagne ou d’en descendre constitue une excellente image pour représenter les deux temps d’une dynamique cyclique. (cf. nos travaux sur l’Astrocyclon). On sait que dans la Bible,  Moïse monte vers le Mont Sinaï pour recueillir les « tables de la loi » puis en redescend pour découvrir que le peuple hébreu a adopté le culte du Veau d’Or.

L’image que nous retiendrons est celle du Leader qui tantôt prend de la hauteur et s’éloigne de son peuple et tantôt redescend vers lui, et ne reste pas sur son piédestal. On sait aussi que la Roche Tarpéienne est proche du Capitole et que toute montée sera tôt ou tard suivie d’une descente et vice versa toute descente (chute) laissera place à une « remontée ».

Traduisons sur un plan psychologique : en phase ascendante de Saturne les « chefs » s’élèvent et  se démarquent de plus en plus du vulgum pecus. Ils sont en rapport avec les puissances d’en haut, avec lesquelles ils peuvent dialoguer et délaissent celles d’en bas, à savoir le peuple, la plèbe ; Inversement en phase descendante (de l’Astrocyclon), les chefs redescendent et sont plus accessibles, plus abordables, plus populaires, ils fraient avec le commun des mortels. Tout cela suppose évidemment que l’on ait conscience de cette dualité entre les chefs et les « troupes » (le troupeau, expression que l’on trouve dans l’Evangile avec l’image du Bon Pasteur). Mais c’est précisément à ces moments de montée que l’on pourra identifier qui sont les chefs parmi nous, ceux qui sortent du rang et qui « monteront » (en grade).  On dit aussi que le soleil se lève, donc s’éleve et se couche, donc descend.

On aurait donc un dispositif ternaire :  le chef étant l’interface entre le haut et le bas et allant de l’un à l’autre, selon un processus cyclique que nous pensons avoir codifié. (Astrocyclon)

Dans la vie de tout leader, il y a un temps pour s’élever et un temps où ce qui est en bas (cf. la Table d’Emeraude) s’accroche au chef, veut s’en approcher, créer du lien avec lui, se mettre à son service, ce qui l’oblige à partager son pouvoir non sans une certaine promiscuité. Inversement, à d’autres moments, le pouvoir sera sans partage et ne se distribue pas comme on le fait par exemple pour des postes ministériels plus ou moins pléthoriques.

En ce moment, en cette fin de février 2014 – (Saturne à 23° scorpion), on est carrément en montée et Saturne se hâte de rejoindre Antarès, la prochaine étoile fixe royale en ligne de mire. C’est le temps du délestage qui permet au ballon (Montgolfière) de s’élever, de s’envoler dans l’air. On évacue les poids morts et bien des liens s’en trouvent malmenés (cf. l’Affaire Valérie Trierweiler) avec des sentiments et ressentiments d’ingratitude. Mais on n’y peut rien, c’est là une loi qui  a sa nécessité et qui permet périodiquement d’évacuer la surcharge. Les chefs perdent ainsi le contact avec le bas et quelque part, on passe du chaud au froid à mesure (comme dirait Nietzsche Ainsi parla Zarathoustra) que l’on se rapproche des cimes, des sommets.

Et puis vient le temps de la redescente  où le chef va à nouveau frayer avec le vulgaire au risque de laisser croire à certains que cette dualité dont on a traité est fictive. On mélange les torchons et les serviettes.

Les Grecs avaient décrit un certain cycle des modes de gouvernement allant de l’autocratie à la démocratie (démagogie) en passant par l’oligarchie mais ils avaient apparemment perdu la clef du cycle sous –tendant cette alternance ou cette succession d’états, de stades.

On aura compris que les rapports entre les chefs et les peuples sont ambigus, ambivalents, ce qui est normal du fait de la dialectique que nous avons signalée. Mais il est bon que grâce à notre astrologie, le phénomène soit mieux compris, mieux balisé dans le temps, ce qui évite les désillusions. Il faut savoir que tout chef qui se respecte parvient, tôt ou tard, à regagner l’amour de son peuple mais qu’également tôt ou tard, il sera conduit à  trahir sa confiance en  prenant des mesures impopulaires et qu’il est seul à assumer, sans consultation.  On sait que les conseilleurs ne sont pas les payeurs et qu’à un certain stade, demander conseil est un aveu de faiblesse. Tout chef  oscille entre le Haut et le Bas, entre Dieu et le Peuple (même si Vox populi vox Dei). En phase ascendante, le peuple doit accepter de se dessaisir de son pouvoir et le récupérer en phase descendante. L’astrologie a vocation à traiter de ce lien qui évolue entre les chefs et les foules, ce qui joue aussi au niveau du rapport des chefs avec les femmes. En phase descendante ; les femmes sont nettement plus présentes autour des leaders qu’en phase montante où elles doivent garder leurs distances et éviter toute intrusion.

 

 

 

JHB

23 02 14

 

 

 

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs