La crise du couple et le facteur changement

Posté par nofim le 28 février 2014

 

 

Comment gérer les crises de couple

Par  Jacques  Halbronn

 

Tous les trois ans et demi, tout couple est voué à connaitre quelques soubresauts. Cela s’explique dans l’astrologie de l’Astrocyclon par le fait qu’alternativement l’homme et la femme se passent le relais et que cela génère un certain état dépressif tantôt chez l’un tantôt chez l’autre et cet état tend à être contagieux.   Ces crises d’une certaine durée menacent l’avenir du couple mais on peut essayer de faire en sorte qu’elles ne produisent pas trop de dégâts, notamment en les annonçant suffisamment à l’avance pour se préparer au choc et ne pas ainsi  lui accorder plus d’importance que cela ne le mérite.

Un cas assez fréquent est celui qui fait intervenir des tiers qui risquent de ne pas prendre la mesure de la situation et de finir comme les dindons de la farce, le couple en crise s’étant entre temps ressaisi et ayant traversé la période de transition et d’ajustement ;On ne saurait donc trop se méfier de ces personés qui se disent « séparées » définitivement sans espoir de retour et qui s’offrent une parenthèse avec  quelqu’un dont elles se débarrassent sans trop de scrupule le moment venu. Certes, ce sont là des opportunités pour les heureux élus mais elles risquent de n’être que de peu de durée, le temps que le couple se rabiboche, riche de son passé, de ses souvenirs et de certains acquis matériels que l’on n’a pas trop envie de sacrifier. Ce n’est évidemment pas là une loi absolue et dans certains cas, l’échec de l’aventure aurait probablement pu être évité avec un peu plus de doigté et de précaution.  Mais souvent l’alternative vécue avec le nouveau partenaire n’est pas concluante et l’on préférera revenir vers l’homme ou/et la femme de sa vie. Ce qui peut empêcher le « retour », c’est  que l’un des deux anciens partenaires ait trouvé entre temps son bonheur ailleurs, quand bien même l’autre souhaiterait renouer.

Si l’on prend comme unité de temps  3 ans et demi (soit 7/2), l’on peut se faire une idée du nombre d’occasions de rupture qui se seront présentée par exemple sur une trentaine d’années de vie commune et chaque fois , ce sera à nouveau une épreuve de vérité et l’on aura beau jeu de dire que la réconciliation n’aura été que de courte durée mais selon nos travaux c’est la norme et le mieux est de le savoir et de se préparer à de telles échéances.

Cela dit, il est rare que l’on rencontre quelqu’un qui n’a pas déjà un certain passé  lequel peut resurgir inopinément, parfois au bout de nombreuses années.

Le facteur qu’il ne faudrait pas perdre de vue est le facteur Temps.  Les gens changent, évoluent. Dans le couple, cela bouge et c’est cela qui compte. Ce mouvement peut à certains moments faire problème mais si on laisse du temps au temps, cela finit par s’arranger, ne serait-ce que parce que justement, les comportements, entre temps, auront changé.  Et cela change tout ! Le mouvement va réguler ce qu’il a pu perturber et donc notre conseil est de laisser passer du temps. En tant que spécialiste de la cyclologie, nous réfutons les discours figés du genre « il ou elle ne changera pas ». Ce n’est pas une question de volonté, c’est plutôt un processus intérieur qui est à l’œuvre et qui fait évoluer les données du problème tel qu’il a pu se poser en un instant T.  C’est cela qui explique que les gens se réconcilient, du  fait qu’ils s’aperçoivent que des changements sont en cours. Affirmer que rien ne bouge, que les gens ne changent pas contribue à figer l’analyse au lieu de la renouveler, à maintenir indéfiniment un même disque, une même antienne.

Si un couple ne reprend pas, cela tient à une certaine forme de désespérance qui peut être entretenue par certains conseillers qui se fondent sur ce que leurs clients leur déclarent. Il importe que les conseillers soient avertis de l’évolution générale de la société selon une certaine cyclologie générale. Un conseiller financier ne doit-il pas être au fait de ce qui se passe dans le monde. Il en est de même selon nous sur le plan relationnel, il y a également un processus général de changement dont il est essentiel de prendre connaissance et qui est notamment fourni par les recherches cyclologiques (cf. nos travaux sur l’Astrocyclon).

 

JHB

28. 02. 14

 

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs