Les femmes au coeur du systéme astrologique

Posté par nofim le 14 mars 2014

 

La femme au cœur de la rythmicité

Par  Jacques Halbronn

 

Une des thèses que nous mettons en avant  se focalise sur le rôle des femmes dans le processus astrologique. Les femmes seraient le moteur de notre relation aux astres et cela vient  confirmer notre idée selon laquelle les femmes correspondraient à une biotechnologique avancée. Car, contrairement à d’autres astrologues, nous ne pensons pas que l’astrologie soit un phénomène « naturel », l’expression d’une quelconque loi universelle qui dépasserait l’échelle humaine. En ce sens nous disons que l’astrologie ne relève pas de la Science mais de la Technique et cela change toute l’approche de la question. Selon nous, l’astrologie serait un artefact sorti de l’imagination inventive de civilisations disparues dont elle constitue le legs. Cela explique quelque part son statut à part  puisqu’elle ne correspond ni à ce que la Science nous enseigne –puisque l’astrologie n’est pas « naturelle »-  ni ce que la Technique actuelle est capable de réaliser. En bref, l’astrologie- la vraie non pas celle des livres mais celle que les hommes portent en eux – est une construction. Certes, avec le temps, l’astrologie sera devenue une « seconde nature » pour les hommes et en cela elle est profondément humaine et distingue les hommes des autres êtres vivants. Certes, il existe divers êtres qui sont reliés à la Lune mais cela tient moins à la Lune elle-même qu’à ses effets sur leur environnement. Or, les planètes dont se sert l’Astrologie n’agissent guère sur notre environnement et n’ont d’effets sur les humains que par le truchement de certains signaux visuels captés par  notre sensorialité subconsciente. (Rappelons que notre corps a un fonctionnement en grande partie subconscient).

On pourrait dire que les femmes sont une interface entres les hommes et le monde technologique. Il y a quelque chose d’artificiel chez elles dont nous avons déjà traité à moult reprises.

L’hypothèse que nous développons actuellement va dans le sens d’un processus déclenché par les femmes du fait de la captation de certains signaux extrêmement simples, un peu comme dans le cas d’un interrupteur à deux positions ; Contrairement à un lieu commun, les femmes ne sont pas réceptives sinon de cette façon minimale, et une fois le signal reçu, elles sont surtout émettrices. Un peu comme un lecteur de CD qui est déclenché par un geste simple et qui va fonctionner pendant des heures dans le registre de l’émission.

Nous avons décrit deux types de signaux (un peu sur le modèle pavlovien qui joue un rôle important en biotechnologie). Le signal A (selon un processus cyclique de 7 ans) génère une forte attraction des femmes  par rapport aux hommes comme si elles étaient aimantées (aimant/amour) vers eux, de façon (électro) magnétique. En fait, il vaudrait mieux dire qu’elles se focalisent collectivement vers certains hommes assez peu nombreux et au cours de ces phases, les hommes peuvent exercer un pouvoir absolu et contraignant sur elles, par le biais des obligations du mariage. Mais la monogamie complique sensiblement les choses et les hommes en ces périodes n’en sont pas moins polygames. C’est le temps de la procréation.(9 mois) et un homme peut être le père de beaucoup d’enfants. Croissez et multipliez !

Quant au signal B, il a des effets d’un tout autre ordre. Les hommes au contraire n’attirent plus les femmes mais sont en demande, ce qui les  fragilise. Ils courent après elles. (cf. l’Affaire DSK). Ils n’ont plus l’autorité et la position qui leur permettraient  de rassembler largement autour d’eux. En fait, on n’a plus trop besoin d’eux, d’autant que les femmes ont accouché du fait des unions de la phase A.  Ils peuvent sur le moment prendre des vacances. On peut se passer d’eux. Mais cela n’a qu’un temps car le besoin d’unité va se faire de plus en plus ressentir et on revient à terme à la phase A.  On peut donc dire que sur sept ans on assiste à des changements comportementaux considérables et que toute annonce de temps nouveaux et d’évolutions irréversibles fera long feu. Ce ne sont là que des mirages qui ne tiennent pas très longtemps la distance.

On dira que nous exagérons le poids des femmes dans les phénomènes sociaux. Nous pensons que les femmes ne font que faire partie d’un système biotechnologique instauré il y a fort longtemps ; elles n’en sont que les rouages qui font pendant à ceux du cosmos –  la menstruation, lié à la procréation souligne ce lien- -et l’on sait que certaines religions régissent très strictement les rapports sexuels et les moments où hommes et femmes peuvent se rapprocher.

Signalons que nous passons actuellement par une phase A, comme tous les 7 ans. Cette phase favorise l’éclosion du fascisme, le culte du guide suprême, du Führer, du Duce, du Raïs, du Grand Timonier etc.  Pour nous l’astrologie prévoit des opportunités, elle peut donc encourager certaines initiatives. Elle ne saurait  attendre que les choses se fassent toutes seules. Le temps n’est plus d’une astrologie muette  qui regarde le monde de loin et essaie vainement de deviner ce qui va se passer.  L’astrologie du XXIe siècle sera agissante ou ne sera pas. (self fulfilled prophecy), elle doit être un outil de travail au service de la Cité mais c’est assurément une arme redoutable comme l’arme nucléaire. Elle nous apparait au bout du compte comme un garde-fou de par la conscience qu’elle confère de la nature des enjeux, en temps réel.

 

 

 

JHB

14 03  14

 

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs