• Accueil
  • > ASTROLOGIE
  • > Les femmes et le principe martien de mort au prisme de l’Astrocyclon

Les femmes et le principe martien de mort au prisme de l’Astrocyclon

Posté par nofim le 5 avril 2014

 

 

Le  cycle de 7 ans et  le rejet du passé, en phase descendante

Par  Jacques  Halbronn

 

 

Si comme nous l’avons rappelé  dans un précédent article, la phase montante de l’Astrocyclon était celle d’un retour du refoulé,  la phase descendante serait bel et bien le refoulé. C’est une phase de déni, de désaveu, du passé. On veut  tuer le passé et nous avons dit que cette phase était symbolisée par Mars, par la  Mort., celle du Père sinon celle de Dieu, celle du Mâle. C’est en phase descendante que les femmes  affirment que des temps nouveaux vont advenir qui mettront fin à une longue ère de domination masculine. Période d’euphorie  chez tous ceux qui rêvent de s’émanciper de leur passé et de tourner la page. Mais l’astrologie, on le sait, nous tient un tout autre discours ; Le passé ne s’enterre jamais, tout comme d’ailleurs il ne domine jamais définitivement. La vie oscille entre ces deux « vérités » alternatives.

La phase descendante est celle de la Mort et la phase montante celle de la Vie.   Selon nous, les femmes sont liées à l’idée de Mort et les hommes à celle de Vie. La phase ascendante est le printemps, le retour  donc de la vie après une certaine hibernation. La phase descendante est l’automne qui est plutôt un temps de survie, où l’on assume  la fin des choses t. On veut le beurre et l’argent du beurre, on veut  la sonate de Beethoven mais on ne veut pas avoir Beethoven usr le dos. E, ce sens, l’ingratitude est au rendez-vous de la phase descendante. On ne veut pas rendre à César ce qui est à César. Cette mauvaise foi est le prix à payer pour sortir d’une cage en or  que les hommes ont fabriquée  pour y enfermer les femmes. Le mariage  pour tous est une victoire typique de la phase descendante car symboliquement elle crée un avant et un après.  On peut parler de révolution  de la phase descendante alors que la phase montante serait plutôt le temps  de   la Restauration.

Il y a  chez les femmes une  phobie du passé que l’on veut annihiler, oblitérer et qui s’exacerbe en phase descendante quand Saturne prend ses distances avec l’une des 4 étoiles royales, comme si cette distance était celle que les femmes entendaient mettre avec le principe masculin.  D’ailleurs, en affirmant que nous sommes tous  masculin et féminin (animus et anima, Jung), c’est une façon d’affirmer un rêve androgyne, sans cette dualité, une façon de tuer  symboliquement l’homme  en tant qu’autre, en  se l’appropriant,  en se l’incorporant.

.Mais il faut aller plus loin car les femmes n’appartiennent pas à la même humanité, c’est une humanité plus tardive fruit  d’une biotechnologie avancée vers laquelle nous nous dirigeons d’ailleurs.   Or,  le rôle du système astrologique est de maintenir cette domination, d’obliger les femmes périodiquement à refaire acte d’allégeance – en période montante- avec les hommes. On est dans le mythe de Sisyphe car tout est toujours à refaire. On pense à l’histoire de Perséphone et de Hadès  qui coupe le temps en deux. Perséphone épouse de Hadès doit  revenir  près de sa mère Déméter six mois par an qui correspondent au printemps et à l’Eté. Le reste du temps elle doit rester dans le séjour des morts (Automne,  Hiver), où le feu remplace le Soleil., où tout n’est qu’imitation, faux semblant,  y compris la nourriture. (Celle du charcutier à la place de celle du boucher, celle du pâtissier  à la place de celle du verger (Jardin d’Eden, Paradis)

Les femmes ont des valeurs qui ne sont pas celles des hommes et qu’elles entendent, en phase descendante, voir triompher. Elles jubilent  à l’idée  de faire passer ce qui est mort pour vivant, comme de jouer  une sonate de Mozart  comme s’il était ressuscité plutôt que de devoir subir le génie des hommes de  leur temps. Quel drame quand revient la phase ascendante et que recommence le cauchemar mais elles ne peuvent alors s’empêcher de retomber  (on tombe amoureux) , de repasser  sous le joug  des hommes, c’est plus fort qu’elles et elles le vivent plus ou moins bien. Elles sont souvent contraintes  de renouer avec  cellui avec lequel elles avaient rompu, (en phase descendante)  de faire la paix..(Vénus, Peace  and Love).

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB

04. 04 14

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs