• Accueil
  • > ASTROLOGIE
  • > Astrologie du général et astrologie du particulier. Le fossé.

Astrologie du général et astrologie du particulier. Le fossé.

Posté par nofim le 7 avril 2014

Le seul choix en astrologie  la Tradition ou l’Astrocyclon. What else ?

Par  Jacques  Halbronn

Les organisateurs de colloques se sont donnés le mot : on ne nous donne pas la parole, on ne nous  a pas  invité depuis  1992  à un seul Colloque du moins en tant que conférencier. Une seule exception en 2008 avec le rendez-vous astrologique d’Anne-Marie Roussel au mois de novembre et bien entendu dans les meetings que nous organisons nous-mêmes, sans parler de notre propre télévision. De la sorte, les responsables ne font aucun effort pour nous  donner l’ovation de nous exprimer devant leur public, que ce soit à Lyon, à Bordeaux, à Paris ou à Bruxelles. Pourtant ce que nous proposons  tant sur le plan de l’Histoire de l’Astrologie que sur celui de la recherche astrologique mérite le détour. En fait, notre approche apparait comme la seule alternative à l’astrologie traditionnelle  et surtout le seul apport majeur de l’astrologie française de portée internationale, depuis  plus de 20 ans.

En fait, pour dire la vérité, d’un côté on a des astrologues qui ont un outil très peu performant et qui ne marche que grâce à leurs utilisateurs qui lui apportent une forte valeur ajoutée   et de l’autre on a un outil remarquable par sa simplicité et son universalité  qui n’a pas besoin des astrologues pout fonctionner.  On résumera en disant que l’astrologie actuellement existante a un très faible potentiel et qu’elle ne « marche » que du fait du coup de pouce du praticien  un peu comme au niveau culinaire un matériau insipide qui n’est mangeable que grâce au savoir-faire du chef. En face, on a un très bon produit, l’Astrocyclon, qui n’a vraiment  pas besoin d’expédients. /  C’est pourquoi l’enseignement de l’astrologie est d’abord une formation à tirer du thème ce que l’astrologue a envie de dire à son client ou à son auditoire.

En outre,  cette tradition qui est le socle de toute cette astrologie  qui n’est plus qu’un support ou un prétexte,  ne résiste pas à l’investigation historique,  tant sa mécanique intérieure est branlante et chancelante. Il n’y a pas un secteur de cette tradition qui n’est pas atteint d’une forme de corruption, de désagrégation. C’est une ruine.  Il u y a certes quelques  personnalités  qui ont tenté de réformer l’astrologie mais ils ne sont  parvenus qu’à un ravalement de surface mais  sans toucher aux « fondamentaux » dont le premier  est que toutes les planéte du système solaire doivent servir en astroïde, de la Lune à Pluton et notamment dans le cadre du thème natal.  Le thème natal est le cœur de cette Tradition et on peut le comparer à une sorte de salade niçoise, qu’il faut bien assaisonner.

Nous nous sentons plus proche, pour notre part, de ces nouveaux restaurateurs qui ont compris que ‘l’on ne pouvait pas tricher avec la qualité du produit et qu’il fallait prendre le temps de rechercher les bons éleveurs, les bons cultivateurs et d’abandonner la pratique des sauces qui ne sont qu’un cache misère ; L’idéal, c’est un cultivateur-restaurateur car il  ne cherchera pas à sauver le « travail » du restaurateur puisqu’il sera des deux côtés de la barrière. L’interdisciplinarité évite de s’enfermer dans une spécialité condamnée à disparaitre…Il faut avoir le choix dans la vie et pouvoir changer son fusil d’épaule.

Il y a un phénomène que nous avons pu observer, à savoir que le handicap crée  du lien social et de la complicité. C’est notamment le cas de toutes sortes de formations dans les domaines les plus divers qui sont surtout là pour pallier des manques, des incapacités soit de l’outil, soit de l’ouvrier. Dans le cas de l’enseignement de l’astrologie,  l’outil est très médiocre mais il faut apprendre à en tirer le meilleur et l’astrologue souvent est un piètre psychologue mais que son outil mettra en valeur. C’est là une bien étrange synergie entre deux handicaps mais on sait que moins par moins donne plus.

Donc on aura compris  que l’Astrocyclon constitue une alternative à la cuisine astrologique traditionnelle .C’est un outil simple, dont le mode d’emploi est facile à enseigner et qui peut s’appliquer à tout terrain.  D’où l’importance pour l’astrologue  en question  de se spéciailser dans l’étude de tel ou tel terrain pour parler la langue de ses clients, dans le domaine qui est le leur  tant dans leur travail que dans leur vie privée ;

L’astrocyclon est avant tout l’étude de la dualité/ Dans l’entreprise, c’est celle du chef et de ses subordonnées, dans la famille, c’est celles des hommes et des femmes, ce qui d’ailleurs  se recoupe peu ou prou. Or, l’astrologie traditionnelle ne sait pas gérer le Deux. On nous dit  « qui peut le plus, peut le moins ». C’est-à-dire que si l’on peut traiter d’une typologie à douze secteurs, on peut par conséquence traite er d’une typologie à seulement deux secteurs. Mais c’est là un leurre ; Nous savons très bien que les astrologues préfèrent travailler sur des cas particuliers et sont fort mal à l’aise dans des approches globales.   Ils nous expliquent que ce qui est particulier  ne peut s’appréhender par le biais du général, ce qui est parfaitement faux. On commence par le général pour aller vers le particulier et souvent d’ailleurs ce que l’on croit particulier  relève du général pourvu  que le général ait  été bien défini. Qui sait en quoi il est si singulier s’il  ne sait pas d’abord ce qui est général en lui ? L’Astrocyclon confère à l’astrologie la norme qui lui manque  et dont l’absence est  masquée en astrologie traditionnelle   par des expédients comme ceux mentionnés plus haut.

D’ailleurs, l’Astrocyclon se présente  comme un apport à la connaissance de l’être humain en général et non de telle ou telle personne en particulier. On nous objectera non sans un certain cynisme que les gens ne veulent pas que l’on leur parle de l’Humanité mais dans leur cas personnel.  C’est là un argument totalement débile et  anti-scientifique.  On entend aussi que ce qui est scientifique, c’est ce qui est « vrai » au cas par cas. C’est là une idée  utopique de la Science laquelle doit être « dans le vrai » dans la généralité des cas et sans entrer dans des détails trop spécifiques.  Certains astrologues profitent de cette vision aberrante de la science pour  caser  leur astrologie individuelle.  Il y a là un paradoxe qui est celui de la médecine et qui influe souvent sur l’idée que l’on se fait de l’astrologie. Qu’est- ce qu’un médecin ? C’est quelqu’un qui soigne ou quelqu’un qui explique comment fonctionne le corps. Cette dualité de l’activité médicale  apparait mal en astrologie car l’astrologue ne bénéficie même pas, à la différence du médecin, d’un schéma général de l’homo astrologicus. On ne lui fournit qu’un graphique censé représenter une personne en particulier et donc qui n’a pas pu être testé sur un plan quantitatif ; En fait on ne cesse de jouer sur les trois significations  du mot homme. Ce mot désigne l’Humanité en général,  les hommes et les femmes  ou bien l’homme en tant que mâle ? Il ne suffit pas de dire que l’astrologie considère que les humains dépendent des astres pour élaborer un modèle général. Il faut commencer par expliquer comment l’homme en général fonctionne, au regard de l’astrologie et c’est d’ailleurs ce qui permettre d »e faire de prévisions  car il n’est pas de prévision sans établissement d’une norme et d’une cyclicité qui ramène de façon régulière les choses à ce qu’elles étaient et qui garantit qu’elles suivront le même  processus à l’avenir, l’exception confirmant la règle.

Il faut savoir que la notion de normalité et donc de prévisibilité, dépend du modèle utilisé.  Lorsque la qualité du modèle est médiocre, on trouve partout des exceptions et des anomalies Mais plus le modèle s’améliore et moins il  s’en observe. Les astrologues au lieu de prôner la complexité des gens feraient  mieux de s’assurer que leurs définitions sont viables. Une mauvaise science ne crée que des cas particuliers car aucun cas ne lui correspond. Nous avons eu l’occasion de perfectionner notre outil au point de ne plus guère trouver d’exceptons et de cas exceptionnels, ce qui est  toujours un aveu d’échec au niveau épistémologique.

JHB

07. 04  14

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs