• Accueil
  • > ASTROLOGIE
  • > L’Astrocyclon, un outil à la portée de tous, bientôt disponible sur les mobiles

L’Astrocyclon, un outil à la portée de tous, bientôt disponible sur les mobiles

Posté par nofim le 7 avril 2014

 

 

Validation de l’astrologie : le praticien et son outil. La révolution de l’Astrocyclon.

Par  Jacques Halbronn

 

 

D’aucuns reprochent aux astrologues de ne pas avoir prévu ceci ou cela. (cf. les Sceptiques du Québec par exemple).  Nous répondrons qu’un astrologue ne peut pas se prononcer sur un dossier qu’il n’a pas eu  à traiter de façon spécifique. Les applications de l’astrologie sont innombrables et on peut tout au plus, du  moins dans un premier temps, parler en termes statistiques en disant que globalement un certain type de problématiques devrait se manifester de façon assez massive et collective dans telle fourchette de temps. Mais à ce stade, il ne saurait indiquer les cas précis qui seront concernés. C’est comparable à une épidémie ou à une pandémie, on peut faire des prévisions statistiques  mais on ne saurait dire exactement qui sera touché  tout en indiquant le profil des personnes les plus vulnérables. Il faut donc être singulièrement narcissique pour croire que l’astrologie va indiquer que telle personne  va être affectée. A ce stade on en reste à des catégories très générales mais on peut annoncer  bel et bien un certain type de phénomène qui ne s’était pas présenté à ce point depuis un certain temps. Mais cela peut se produire n’importe où  et en divers endroits du moins sous une forme spectaculaire ;  Les astrologues qui prétendent que les astres agissent plus spécialement en tel ou tel lieu, ou en telle ou telle zone ne rendent pas service à l’astrologie et  exposent l’astrologie à des critiques injustifiées.

En revanche, dans un deuxième stade, on peut aller plus loin mais cela exige de traiter d’un dossier bien précis avec cette question : de quelle façon l’astrologie pourrait-elle influer sur l’évolution de la situation  de telle personne, de telle entreprise ? Et encore, rappelons-le que quand nous disons astrologie, nous entendons une certaine astrologie et pas n’importe quelle astrologie. Apurement dit, quand on nous dit que l’astrologie a dit ceci ou cela, il est impératif de préciser quelle astrologie, avec quels outils, quelles techniques. L’astrologue n’est pas un voyant, il dépend très largement des modèles qu’il  est censé maitriser. Et quand on nous dit « les astrologues n’ont pas prévu ou ont prévu », de qui se moque-t-on comme si l’on avait pris connaissance de tout ce que les astrologues ont pu exprimer de par le monde. Il faut préciser de quoi et de qui l’on parle.

Donc, il serait bon que l’on interrogeât un astrologue  sur tel ou tel dossier et que l’on définit les méthodes utilisées par le dit astrologue et les arguments qu’il avance pour sous-tendre ses dires car un astrologue qui dit vrai avec des outils douteux, cela ne vaut pas grand-chose/ il y a trop d’astrologues de nos jours qui se contente de dire qu’ils ont annoncé ceci ou cela sans prendre la peine de nous expliquer comment ils ont procédé et pas seulement en disant « par l’astrologie ».

 Inversement, il serait bon que l’on reconnût la valeur d’une méthode astrologique même quand  cela n’a pas permis de prévoir tel développement dans une affaire qui n’avait pas été traitée mas quand cela a annoncé un certain type d’évènements qui s’est produit. On peut ainsi chipoter sur le fait que le pronostic n’ait pas précisé où les choses se passeraient.

La meilleure façon d’interroger un astrologue ou des astrologues, c’est de leur demander ce qu’ils pensent du cours des choses concernant tel dossier, telle affaire et là in passe au stade des probabilités.  Passer du général au particulier n’est pas évident. En tout état de cause, l’étude approfondie du dossier – et l’on admettre que l’on ne peut pas procéder ainsi pour la totalité des dossiers existants- exige une collecte des données chronologiques sur éventuellement des décennies, l’examen de la façon dont les  phases successives et récurrentes ont été vécues sachant que le passé va marquer le présent et le futur. L’étude du dossier implique de déterminer  de quel côté de la barrière la personne concernée se trouve, mais nous ne pouvons parler ici à ce stade que de l’application de notre propre modèle. (Astrocyclon)/ Disons pour parler de l’astrologue moyen (qui ne se sert pas de l’Astrocyclon) qu’il prendra en compte toutes sortes de données extra-astrologiques en vue de pondérer son propos astrologique. Il n’est pas fou.  Il ne va pas par exemple annoncer la victoire de tel candidat à telle élection si les sondages ne lui sont pas favorables, quel que soit son « thème natal ». Ce type d’astrologue  va d’ailleurs atteindre très vite ses limites dès lors que l’on traitera d’un avenir plus éloigné car dans ce cas il va devoir  travailler sans filet et il n’aime pas ça.

C’est bien là le test entre l’astrologue qui est doté d’une vraie méthode et l’astrologue qui se sert du système D pour pallier son manque de support astrologique. Il faut savoir que la plupart des astrologues ne  font paradoxalement que traduire en un jargon astrologique ce que tout le monde dit en langage courant. Ce n’est pas très sérieux et cela ne va pas très loin. En revanche, l’avantage de ce procédé, c’est que des astrologues se dotent d’une bonne culture générale, lisent les journaux et donc peuvent sentir dans quel sens souffle le vent.  Ajoutons que ces astrologues ne prennent même pas la peine de collecter des données chronologiques en dehors du thème de naissance de la personne physique ou morale (Etat, entreprise). On peut dire que le travail de ces gens-là, c’est un tiers culture  et préjugés et idées toutes faites  en tous genres, un tiers une cuisine  astro, et un tiers feeling.

Mais revenons aux astrologues qui utilisent l’Astrocyclon.  Le grand avantage des praticiens de l’Astrocyclon c’est qu’ils disposent d’un outil cyclique incomparable sur le marché astrologique. Car les astrologues qui n’accèdent pas à l’Astrocyclon n’ont pas vraiment les moyens de mettre en évidence des récurrences cycliques vu qu’ils travaillent dans la multiyclicté, ce qui est excellent pour isoler un moment donné mais qui n’est guère commode pour effectuer des comparaisons dans le temps. Puisqu’ils ne disposeront jamais de configurations identiques. Ils se trouvent piégés par la profusion, l’enchevêtrement  des facteurs dont ils se servent mais ils n’en conviendront que de mauvaise grâce…

Avec l’Astrocyclon, il convient déjà de déterminer si la personne est ou non favorisée par la phase montante ou par la phase descendante. Si c’est un homme ou une femme, l’astrologue adepte de l’Astrocyclon  brossera un tableau fort différent  à partir du même modèle cependant. Le modèle ne change pas, ce sont les gens qui le vivent différemment. Telle est la révolution copernicienne produite par l’Astrocyclon.

Rien n’empêche l’astrologue de cette mouvance Astrocyclon de se situer très en amont ou très en aval. Il s’exprimera certes dans des termes assez généraux s’il ignore tout du contexte mais le client  sera en mesure de faire les rapprochements nécessaires et de passer de lui-même du général au particulier ce que ne saurait faire l’astrologue lui-même à sa place. . Autrement dit, l’Astrocyclon une fois son mode d’emploi expliqué par l’astrologue  au client  doit  être utilisé par les gens les plus concernés. Avec l’Astrocyclon,  l’astrologue n’a plus à jouer aux devinettes, il fournit l’outil au client car cet outil est mille fois plus maniable que celui de l’astrologie ordinaire  et demande un temps d’apprentissage très bref, même au téléphone…

En conclusion, pour nous l’astrologie est un outil  à destination des acteurs et pas seulement des observateurs.  Il faut que cet outil fasse ses preuves dans les mains des personnes concernées et non par le truchement de quelque préposé qui risque de compenser les carences de l’outil par un certain bagout, comme c’est encore trop souvent le cas.  Rappelons-nous le cas de cet automate joueur d’échecs au XVIIIe siècle qui ne gagnait que parce qu’un homme de petit taille était caché dans ses mécanismes.  C’est d’ailleurs l’absence du praticien qui a fait le succès de l’astrologie par ordinateur. (cf. Suzel  Fuzeau-Braesch) mais cela restait un expédient qui ne résolvait nullement le problème de la pléthore de données dont souffrait l’astrologie. Bien pis, l’informatique au service de l’astrologue  favorisera  le maintien d’une telle pléthore alors qu’avant l’avénement  de l’informatique astrologique, l’on était parti dans le milieu astrologique pour aller vers plus de simplicité.  Pour nous, l’Astrocyclon  s’apparenterait aux biorythmes dans la mesure où chaque persponne  pourrait savoir à tout moment, par le biais d’une information disponible sur les téléphones mobiles, à quel degré de l’échelle de l’Astrocyclon  l’on se trouve en un instant donné.

 

 

 

 

 

JHB

07. 04. 14

 

 

 

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs