Médiumnité et lecture de nos mémoires akashiques

Posté par nofim le 13 avril 2014

La mémoire du futur

Par  Jacques Halbronn

Une des grandes questions qui se posent quand on va voir un voyant , c’est comment il est possible de prévoir ce qui n’a pas encore eu lieu. Nous pensons que le voyant peur lire en nous la mémoire de notre futur, ce qui signfierait que la vie quenous vivons ,nous l’avons déjà vécue et que nous la revivons éventuellement pour la vivre autrement.

Mais nous-meme, indivudellement et sans passer par un voyant, nous avons quelques indices de notre futur en ce que nous aurions accés à la dite mémoire de notre futur, c’est-à-dire de notre vie passée.

Il y a ainsi des mots que nous utiliseons dans nos jeunes années et qui ne prennent pleinement sens que bien plus  tard. Il peut y avoir ainsi des sortes de télescopages tempes quand le futur vient  s’introduire dans notre présent.

On peut dire que de façon symbolique, nous sommes ainsi avertis  de ce que nous allons rencontrer plus tard, des problèmes auxquels nous serons confrontés, des questions que nous serons amenés à traiter.

C’est ainsi que récemment, nous avons souvent employé le mot « exemple »  dans notre conception des rapports sociaux et notamment des relations enfants/adultes. Or, nous nous souvenons que lorsque nous avions une vingtaine d’années, nous avons  rédigé un mémoire à la fac  qui était construit autour des mots « exemple » et « exemplaire », en jouant sur le sens de ces mots. C’était un texte consacré à l’Emploi du Temps, un livre de Michel Butor, que nous devons avoir conservé dans nos archives.

Il y ainsi toutes sortes de mots clé que nous retrouvons récemment  et qui  étaient apparus sur notre route bien des années plus tôt. Il nous semble que ce sont là des « preuves » assez remarquables de l’existence d’une certaine mémoire du futur et quand  nous allons voir un voyant, il serait bon que l’on formulât les choses ainsi :  pouvez-vous lire dans les mémoires de mon futur  mais en fait dans les mémoires de ce que j’ai déjà vécu et que je suis amené à revivre, pour quelque raison.  L’idée d’avoir à revivre ce que nous avons déjà vécu nous semble la meilleure formulation possible au niveau « karmique ». Nous ne choisissons pas notre vie–sinon au tout début d’un processus – mais bous avons à la revivre encore et encore.

A quoi peut servir  d’en savoir plus sur les enjeux de ces existences ? Cela donne plus de sens à ce dans quoi nous sommes engagés. Mais même au cours d’une seule vie, il peut y avoir plusieurs vies car il existe une loi (cf. l’Astrocyclon) selon laquelle 7 ans constituent un cycle entier. Des choses que nous avons faites quelques cycles de 7 ans plus tôt, nous pouvons avoir à les revivre parfois en permutant les rôles pour nous mettre à la place de ceux que nous avons fait souffrir autrefois.

Nous avons conduit (cf. sur teleprovidence) un certain nombre de ce que nous avons appelé des « entretiens médiumniques ». Il s’agit là , cette fois, non pas de demander au voyant de lire dans notre propre mémoire « akashique » mais dans celle d’autres personnes, parfois décédées depuis bien longtemps.  Il est possible que de telles «archives » soient constituées de plusieurs ‘films » autour d’un seul et même scénario qui se répète mais qui connait inévitablement certaines variations et variantes.

La formule « mémoire du futur » peut  certes prêter à confusion. Elle ne fait qu’exprimer un paradoxe, à savoir que notre futur est déjà notre passé par rapport à une précédente expérience.

La mémoire du futur

Par  Jacques Halbronn

Une des grandes questions qui se posent quand on va voir un voyant , c’est comment il est possible de prévoir ce qui n’a pas encore eu lieu. Nous pensons que le voyant peur lire en nous la mémoire de notre futur, ce qui signfierait que la vie quenous vivons ,nous l’avons déjà vécue et que nous la revivons éventuellement pour la vivre autrement.

Mais nous-meme, indivudellement et sans passer par un voyant, nous avons quelques indices de notre futur en ce que nous aurions accés à la dite mémoire de notre futur, c’est-à-dire de notre vie passée.

Il y a ainsi des mots que nous utiliseons dans nos jeunes années et qui ne prennent pleinement sens que bien plus  tard. Il peut y avoir ainsi des sortes de télescopages tempes quand le futur vient  s’introduire dans notre présent.

On peut dire que de façon symbolique, nous sommes ainsi avertis  de ce que nous allons rencontrer plus tard, des problèmes auxquels nous serons confrontés, des questions que nous serons amenés à traiter.

C’est ainsi que récemment, nous avons souvent employé le mot « exemple »  dans notre conception des rapports sociaux et notamment des relations enfants/adultes. Or, nous nous souvenons que lorsque nous avions une vingtaine d’années, nous avons  rédigé un mémoire à la fac  qui était construit autour des mots « exemple » et « exemplaire », en jouant sur le sens de ces mots. C’était un texte consacré à l’Emploi du Temps, un livre de Michel Butor, que nous devons avoir conservé dans nos archives.

Il y ainsi toutes sortes de mots clé que nous retrouvons récemment  et qui  étaient apparus sur notre route bien des années plus tôt. Il nous semble que ce sont là des « preuves » assez remarquables de l’existence d’une certaine mémoire du futur et quand  nous allons voir un voyant, il serait bon que l’on formulât les choses ainsi :  pouvez-vous lire dans les mémoires de mon futur  mais en fait dans les mémoires de ce que j’ai déjà vécu et que je suis amené à revivre, pour quelque raison.  L’idée d’avoir à revivre ce que nous avons déjà vécu nous semble la meilleure formulation possible au niveau « karmique ». Nous ne choisissons pas notre vie–sinon au tout début d’un processus – mais bous avons à la revivre encore et encore.

A quoi peut servir  d’en savoir plus sur les enjeux de ces existences ? Cela donne plus de sens à ce dans quoi nous sommes engagés. Mais même au cours d’une seule vie, il peut y avoir plusieurs vies car il existe une loi (cf. l’Astrocyclon) selon laquelle 7 ans constituent un cycle entier. Des choses que nous avons faites quelques cycles de 7 ans plus tôt, nous pouvons avoir à les revivre parfois en permutant les rôles pour nous mettre à la place de ceux que nous avons fait souffrir autrefois.

Nous avons conduit (cf. sur teleprovidence) un certain nombre de ce que nous avons appelé des « entretiens médiumniques ». Il s’agit là , cette fois, non pas de demander au voyant de lire dans notre propre mémoire « akashique » mais dans celle d’autres personnes, parfois décédées depuis bien longtemps.  Il est possible que de telles «archives » soient constituées de plusieurs ‘films » autour d’un seul et même scénario qui se répète mais qui connait inévitablement certaines variations et variantes.

La formule « mémoire du futur » peut  certes prêter à confusion. Elle ne fait qu’exprimer un paradoxe, à savoir que notre futur est déjà notre passé par rapport à une précédente expérience.

JHB

13  04 14

JHB

13  04 14

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs