Les femmes, entre l’organique et le mécanique

Posté par nofim le 21 avril 2014

La société révée des femmes
 par Jacques  Halbronn
L’idée d’une société totalement égalitaire n’est pas si utopique que cela et en fait il y a des chances que nous y parvenions, à nos risques et périls, sous la double tutelle des femmes et des machines et l’on peut que regretter que le cinéma de science fiction n’ait guère développé un tel scénario, du moins à notre connaissance, probablement en raison de certains tabous;
Qui ne voit en effet l »usage que font les femmes de la machine et qui sous-tend en vérité la plupart de leurs revendications? les femmes sont les grandes bénéficiaires du progrès technique tout comme elles voudraient nous faire croire que tout progrès de l’Humanité passe désormais par leur promotion.
Le mot interchangeable nous semble incontournable ici.  Et cela vaut déjà au niveau de la cuisine;  Ce qui compte, ce n’est pas le produit, mais ce qu’on y ajoute : un peu de sauce, de curry et  tous les produits se valent dès lors qu’ils ont un certain gout, une certaine odeur. La machine est comparable à un ingrédient que l’on ajouterait à l’être humain pour pouvoir le consommer, c’est à dire l’utiliser dans le champ socioprofessionnel.
Ce qui compterait ne serait plus ce qui est, ce qui a été mais ce qui sera et la machine serait l’avenir de l’Humanité.  Etrangement, cela n’est pas dit ainsi mais c’est sous entendu et ce n’est pas très écologique. On voit mal d’ailleurs comment des féministes pourraient être écologistes. Il est vrai qu’ils sont plus sensibles à la pollution des corps que des esprits. Or, la machine est une menace pour l’Humanité sur le plan « mental » et notamment en ce qu’elle fausse le jeu et le jugement, comme on l’a vu.
En réalité, les femmes ont un probléme avec l’exploration de leur intériorité, de leurs potentialités naturelles car elles ont une forme de cécité à la façon de ces gens qui deviennent aveugles dans l’obscurité.. Elles sont beaucoup plus à leur aisé dans la connaissance de ce qui les entoure, de leur environnement matériel, ce qui fait que leur écologie ne s’interroge guère sur les nuisances comme le bruit et d’ailleurs,  dans un lieu public, elles ont le plus grand mal à prendre conscience qu’en parlant à voix haute (avec un vis à vis ou par le truchement du mobile), elles font une intrusion dans l’activité mentale des autres personnes. Elles croient que parce que l’on ne parle pas, on ne pense pas.
On comprend mieux ainsi pourquoi les femmes n’ont aucun scrupule à faire alliance avec les machines, vu qu’elles savent très mal éveiller et activer leurs facultés »internes » dont d’ailleurs elles considérent qu’elles sont très limitées..  En ce sens, les femmes sont plus sociables que les hommes puisqu’elles attendent énormément d’aide de l’extérieur alors que les hommes, instinctivement,  cherchent d’abord à être le plus performants avec les moyens « organiques », internes, qui sont les leur. D’ailleurs,  l’idée que nous serions limités à telle ou telle profession est une ânerie.  La notion de cloisonnement est beaucoup plus propre aux machines qu’aux hommes.En ce sens, les vrais hommes sont inclassables, ils sont chacun un monde alors que les femmes se définissent par des fonctions bien  délimitées, elles sont tayloristes dans l’âme et elles ne peuvent embrasser que des champs restreints à l’instar des machines et elles sont bien plus aptes à émettre sur le créneau qui leur est assigné -très tôt, elles s’auto-limitent-  que de capter les interactions à un niveau global.  Or, la plupart des avancées, dans tous les domaines, tant scientifique  que politique, économique  ou artistique, sont dues à un dépassement des frontières. . Le seul dépassement que les femmes entendent  abolir est précisément le seul qui soit réellement pertinent, à savoir celui qui distingue entre les hommes et les femmes, entre ce qui est organique et ce qui est mécanique, probablement parce que dans leur constitution-  même les femmes sont des androïdes hybrides combinant l’organique et le mécanique. Paradoxalement, en multipliant les clivages et les divisions, elles espérent détourner l’attention de cette différence cruciale.
JHB  21  04 14

 

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs