• Accueil
  • > FEMMES
  • > Le silence de l’homme et la parole de la femme

Le silence de l’homme et la parole de la femme

Posté par nofim le 16 mai 2014

Mireille Anna L’importance des mots pour la femme est liée
à son pragmatisme; ce n’est pas un rêveuse réveillée, l’homme
rêve davantage debout ;-) Les femmes
n’aiment pas le passé car il ne leur apporte pas grand chose
de tangible, à mon avis elles vivent dans le présent
  • Jacques Halbronn La parole est « concrète »/ ¨Première nouvelle/ Le monde ne parle pas mais se montre.  Il faut  être une femme pour dire que la parole
  • c’est du concret.  Un paysage, une fleur, un animal parlent-ils.?
    Mireille Anna une relation « normale » entre un homm
    et une femme est basée sur le dialogue, donc le verbe ou l’écriture  sauf
si l’on est muet, elle n’est pas basée sur le silence, à moins que
l’on ne soit sensitif extralucide…donc oui, pour moi la parole est concrète!
Jacques Halbronn En, vérité, les hommes s’adaptent à leurs partenaires féminins et vice versa. Mais un homme normal n’ a pas besoin de parler et il ne le fait que pour satisfaire son partenaire.
Mireille Anna le silence génère le malentendu et le dialogue de sourds….pour cause! Mais bon c’est vrai que deux sourds réussissent à communiquer, alors pourquoi pas..
Jacques Halbronn Ne cherchez pas à imposer votre loi en la présentant comme universelle.
Que vous ayez besoin de communiquer par la parole, en tant que femme, c’est clair et c’est ce que je ne cesse de dire. Mais les femmes savent aussi que les hommes ne sont « vrais » que dans leur
actes et elles en attendent autre chose que des paroles, notamment sur le plan sexuel.

Mireille a écrit : « Je n’impose pas mon point de vue! Il est amusant de constater que vous confirmez  la supériorité de la femme sur l’homme car elle est beaucoup moins dirigée pas sa vue et peut apprécier un homme laid ou vieillissant à condition qu’il ait du talent et  du charme,  c-a-d d’autres qualités en dehors de l’aspect physique. Mais bon, tous les hommes ne fonctionnent pas de votre manière. Toute relation a besoin de transparence et de vérité, qu’elle soit d’amitié, de travail ou plus intime. Et la condition c’est un dialogue clair et sincère. »

JHB   : « supériorité de la femme »?  Comme vous y allez!  Chacun a des atouts et des avantages. Certes,

que la femme soit moins sensible au visible  et plus à la parole, permet en effet de ne pas trop dépendre de

l’âge d’autant que la parole vieillit souven moins vite que le corps et qu’au téléphone, il est bien difficile de

donner un âge  à un interlocuteur qu’on ne voit pas. C’est dire que la parole peut  tromper et comment et à plus d’un titre car il est facile d’emprunter les mots d’autrui plus que son aspect. Les gens sont très doués

pour cela et on l’apprend très jeune ne serait-ce qu’en s’initiant à la lecture à voix haute. Au vrai, l’acte de

lire « tout haut » correspond au passage de la vue à l’ouie car on ne peut se prêter à cet exercice si l’on est

mal ou non voyant.

On sera d’accord pour ne pas priver la femme de paroles car c’est pour elle la meilleure preuve d’une

présence, par delà d’ailleurs ce qui est dit, du contenu. Ne pas parler, aux yeux (si l’on peut dire) d’une

femme, c’est ne pas être là, ce qui montre à quel point la vue ne lui suffit pas, ne lui « parle  » pas.

A contrario, ce qui est visuel parle et comment aux hommes, par delà les paroles: une mimique, un regard,

un geste. Un beau dessin vaut mieux, dit-on qu’un long discours.

Inversement, les femmes savent pertinemment qu’elles doivent

« parler » à la vue de l’homme en se faisant belles et que

la beauté doit être le cas échéant entretenue, y compris

par la chirurgie esthétique; Elles ne le font pas au nom de

leurs propres valeurs mais pour maintenir l’amour chez

les hommes.   Echange de bons procédés mais qui a ses

limites et qui ne doit pas nous leurrer.

On voit donc à quel point il convient nous sommes envahis

par les valeurs de l’autre sexe. On connait Cyrano dictant,

soufflant, à son ami des tirades pour la bien aimée de ce dernier.

On dira ainsi que l’absence physique de la femme est plus

grave que l’absence physique de l’homme quand elle est

compensée par une correspondance, un échange de lettres,

de SMS, de coups de fil.. L’homme n’y trouvera pas vraiment

son compte et cela le rendra amer à la longue. Inversement,

une présence silencieuse de l’homme, même si elle

comporte une proximité des corps ne parviendra pas à

combler une femme. C’est dire que les valeurs différent et

à quel point certaines façons de parler la languel, le

langage,  de  respecter  les codes  de l’autre ne

doivent pas nous  faire croire que l’on maitrise la situation.

Il revient au conseiller conjugal de veiller  à ce qu’un

certain équilibre,  dans le couple,ne soit pas rompu avec trop

de ceci et pas assez de cela.

Mireille parle de l’âge. Si l’homme retrouve dans la femme

qu’il a aimée  la grâce des gestes, des attitudes, des moues,

il a une asssez bonne vue pour que la relation se poursuive.

Si la femme reste sensible aux paroles , aux expressions, aux

signes de son compagnon, cela peut aussi continuer. Ajoutons

que le langage dont nous parlons ici est aussi celui des

fleurs, des pierres, des bijoux (des bagues bien entendu)

, des « présents » (donc gage  de la présence).  Ce n’est

d’ailleurs pas tant à la langue en tant qu’ensemble complexe

que les femmes sont sensibles mais aux mots, à certains

mots magiques  ou dont l’effet sera dévastateur. Certains

mots les déclenchent par delà toute contextualité.

On voit donc que le mot clé est ici la présence et comment on

la manifeste. Sans la présence, il nait un sentiment de

solitude. Mais cette présence ne passe pas par les mêmes

voies pour un homme et pour une femme. et il faut

surtout ne pas confondre les relations entre deux

hommes ou entre deux femmes et une relation

hétérosexuelle qui est sensiblement plus complexe à

gérer, d’où cette vogue du « mariage pour tous », d’où

l’importance des amis du même sexe que soi.

Tout cela peut et doit s’enseigner et fait partie en

quelque sorte de l’éducation sexuelle qui ne se limite

pas à savoir faire l’amour. Il est clair que les femmes qui

ne connaissent pas assez bien les hommes risquent de

ne pas privilégier assez la présence physique et que les

hommes qui n’ont pas compris les femmes risquent de ne

pas leur « envoyer » des bouquets ou des messages amoureux

sous prétexte d’un vivre ensemble. Les hommes ont

besoin de la présence et les femmes de l’absence, car ces

notions sont marquées par la vue. Loin des yeux, loin du

coeur, diront les hommes alors que pour une femme, une

correspondance passionnée maintient la qualité du sentiment.

On peut même se demander si certaines femmes ne

s’absentent pas pour amener leur partenaire à leur parler,

à leur écrire, si l’éloignement visuel n’est pas finalement

la mise à l’épreuve du sentiment masculin  tout comme

la cohabitation quotidienne n’est pas le test du sentiment

féminin.

 

JHB

16 05 14

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs