La thèse des médiums interchangeables

Posté par nofim le 2 juin 2014

Le mythe de l’interchangeabilité des médiums

par  Jacques  Halbronn

 

En préparation de l’atelier du 6 juillet 2014  que nous

initions sur le thème  ‘ »Le message

est-il déjà dans le médium? » (café philo animé par

Jean-François Paquelier, au Falstaff  Bastille, à 18h), nous

consacrons un certain nombre d’études tout au long du

mois de juin sur notre site « nofim unblog » et sur Face Book.

Un des points que nous développerons ici concerne la

critique de la thèse plus ou moins en vigueur de

l’interchangeabilité des médiums, à commencer par les

personnes et nous pensons évidemment à la volonté

affichée de ne pas tenir compte du sexe. Les hommes et

les femmes seraient donc professionnellement

interchangeables en tant que « médiums ».. Mais, tout se passe

comme si les femmes étaient atteintes d’une certaine

forme de schizophrénie, jouant sur le double sens du mot

‘Homme » qui renvoie à la fois à la distinction homme/femme

mais aussi à l’ensemble hommes/femmes.  Ainsi, les femmes

se trouvent–elles souvent en porte à faux, écartelées entre

une culture macrocosmiquequi s’articule autour du masculin

et une conscience de leur féminité  et de leur « féminisme »

qui s’exacerbe au prisme du futur. Plus la femme se

cultive, plus elle ne peut qu’être imprégnée par des valeurs

masculines, d’où qu’elle se tourne et notamment  au regard

de tous les anniversaires et commémorations.  Car que

célébre-t-on  en cette année 2014 avec 1914, 1944 mais aussi

1814 si ce n’est un monde essentiellement masculin, où les

femmes n’ont été que spectatrices ou supplétives? Toute

commémoration- comme oublie de l’indiquer Marielle-

Frédérique Turpaud lors d’un Café Philo -(celui de Jean-

François Paquelier- tourne presque inévitablement et

irrésistiblement autour de l’héroïsme masculin, tant au niveau

de la recherche que de la politique à telle enseigne que

le ou la féministe n’auraient en vérité plus d’autre issue

que de se projeter vers un avenir non encore advenu et

qui a d’ailleurs toutes les chances de ne jamais advenir

à moins de quelque prise de pouvoir par la machine qui

mettrait tout le monde d’accord (Matrix), sans parler des

sirénes du taylorisme qui  rabaisse la notion même de sexe,

tant cela conduit à une interchangeabilité trinitaire

homme-femme-machine, y compris dans le cas des

orchestres symphoniques  qui sont le prototype même

de la taylorisation avant la lettre et l’on peut penser

que Taylor était mélomane!.

De même, on tend de nos jours à considérer que toutes les

langues sont également  interchangeables. Le français,

l’anglais, le russe, le chinois, toutes ces langues seraient

en quelque sorte équivalentes en tant que médiums. Il est

grandement temps de développer une autre appproche

de la langue, en tant qu’outil, que technique qui peuvent

être réformés comme c’est le sort de tout outil, de toute

technique. Là encore,  nous sommes confrontés à cette

tension schizophrénique entre le passé et le futur lesquels

semblent en permanent divorce.  Ne pas vouloir

réformer les langues, les classer selon leurs performances,

c’est reconnaitre que le passé ne peut être transformé, ce

qui va à l’encontre d’un certain progressisme et donc d’un

certain féminisme, en tant que fer de lance du Progrès!

Selon nous, il importe de percevoir une langue comme un

systéme qui peut s’être corrompu et dont il convient de

rétablir la logique constitutive et notamment la dualité

structurelle.  Une langue mal bâtie peut-elle être un bon

médium? Se pose ici la question du signifiant et du

signifié qui est souvent mal comprise et mal décrite.

On entend le plus souvent qu’une langue n’existe que par

sa tradition orale. Le mot en lui-même n’aurait de sens que

celui qui lui est attribué et ses connexions avec d’autres mots

fonctionneraient sur le mode synonymique qui permet de

rapprocher, de connecter des mots qui ne se ressemblent

aucunement. On nous objectera que tout cela n’est que

du purisme, de l’esthétisme. Or, pour notre part, un médium

qui ne vaut que par les explications -(signifié) qui y sont

greffées n’est pas « économique ».

Mais c’est sur la dualité, disions-nous, que se situe le

véritable enjeu : une langue comporte normalement

plusieurs volets qui ne doivent pas être utilisés simultanément

mais alternativement. Visiblement, on en a perdu le mode

d’emploi.  Autrement dit, on doit classer les signifiants en

deux groupes qui se succéderont dans le temps. Mais cela

veut dire que la langue doit être connectée  à une cyclicité

qu’elle a perdue en route et c’est ce délestage qui aura donné

naissance- par compensation, au processus du signifié,

On retrouve peu ou pou la même problématique avec la

musique qui est aussi un médium, donc un ensemble de

signifiants. Le fait qu’il y ait des mouvements rapides

(allegro) ou lents (adagio) indique, marque bien une dualité.

donc l’existence d’un message, aussi minimal soit-il. Encore

faudrait-il savoir  à quel moment on se trouve pour mettre en

avant tel ou tel volet. Ajoutons que pour nous la musique est

d’abord une gestuelle, une cinétique, un « mouvement » avant

d’être du son. Tous les médiums dont nous traitons sont

censés être dans le visuel et dans un message aussi simple et

minimal que possible.  Le signifié oral ne s’impose qu’au

nom d’une complexité du message. Il n’y aurait donc entre

signifiant et signifié qu’un décalage quantitatif à savoir un

message plus ou moins sophistiqué et non un décalage

structurel.  La présence de telle ou telle catégorie de

signifiants est déjà porteuse de message, ne serait-ce que

positif ou négatif et la présence ou l’absence de marqueurs

de genre, de nombre, est déjà de l’ordre du message, si l’on s’en

tient à une dimension visuelle.

Nous aborderons à présent un autre médium assez

particulier qui a pour nom Astrologie et qui comporte

des traits tout à fait édifiants. En effet, tout se passe comme

si ce ‘ »langage » n’était pas perçu par le public comme un

simple médium mais comme un médium déjà doté d’un

message, ce qui nous renverrait à une acception ancienne du

médium et donc du signifiant.

La personne qui va voir l’astrologue ne pense pas que

l’astrologue se contentera de traduire son probléme en

langage astrologique car cet exercice lui semblerait assez

vain et s’apparenterait à une forme de modélisation assez

formelle. Or, c’est pourtant bien ce qui se passe en réalité. Il

y aurait donc une fois de plus une démission du médium face au

message. Le langage astrologique du moins sous sa

traduction en français (ou dans toute autre langue) ne serait

qu’un support. C’est à dire qu’il amplifierait le message par

le crédit dont il est doté mais ne le constituerait pas. Le

médium en quelque sorte servirait de piment. Or, nous

pensons, comme on l’aura deviné, qu’un médium qui est

ainsi réduit à la portion congrue est condamné à n’être

qu’instrumentalisé, c’est à dire qu’on lui fait dire ce qu ‘on veut

puisqu’il ne signifierait rien par lui-même si ce n’est qu’il

viendrait donner du crédit à l’astrologue qui s’en sert. Cela

dit, ce n’est pas si simple car. dans bien des cas, l’astrologue

est censé se contenter de « lire » ce qui est écrit et donc

n’a pas voix au chapitre si ce n’est qu’en prétant sa  voix au

texte écrit en tant que traducteur, commentateur. Mais très

vite l’astrologue se rend bien compte qu’il a tout intérêt à

jouer au ventriloque et à faire « parler » le thème comme si

ce n’était pas lui-même qui s’exprimait sans l’avouer.

Là encore, il nous faut nous demander si l’astrologie sous

une forme à revoir, ne serait-pas porteuse véritablement

d’un message, aussi simple serait-il qui serait occulté par

une couche de signifié. Ce message inhérent cette fois au

médium serait d’ordre cyclique., ce qui placerait de facto

l’astrologie en situation stratégique tout à fait

remarquable.

En effet, l’astrologie- sous la forme de l’Astrocyclon-

se situerait au centre de toute une série de médiums qui

dépendraient d’elle, on pense  à une sorte de chef

d’orchestre qui indiquerait quels signifiants conviennent à

telle ou telle période, tant au niveau d’une musique que d’une

langue que d’une population (hommes ou femmes). Autrement

dit,  sans une astrologie rénovée et ressourcée, toute une

série de médiums se trouveraient incapables de délivrer un

message, de l’illustrer et seraient alors condamnés à n’etre que

des médiums vides ayant besoin de l’apport extérieur d’un

message.

Or, nous avons dans divers articles insisté sur l’importance

de l’autosuffisance du sujet et de l’objet. Le signifiant qui

fait appel au signifié trahit une sorte d’implosion qui

met à mal son fonctionnement normal. Signifiant et signifié

constitueraient une sorte de symbiose hybride.

En fait, selon nous, le médium correspondrait au temps

et le message à l’espace. Or, notre civilisation traverse une

crise du temps dont elle a perdu les clés. Ce manque est

occulté et n’est pas reconnu. La divination est une tentative

par le biais de l’opération du tirage ( par exemple on

demande au client de choisir quelques cartes retournées

au sein d’un paquet) de remédier à ce manque, faute de mieux.

Notre civilisation est saturée de contenu mais ne sait pas

le déployer dans un temps cyclique, d’où une terrible

cacophonie. L’organisation d’élections nous apparait comme

une tentative assez dérisoire, factice et fictive

de restaurer une certaine temporalité.

Au fond, on a renversé et inverser l’ordre des choses selon

une pensée que l’on pourrait qualifier de magique et

d’incantatoire. Alors que le verbe- message doit être au

service de la structure- médium, il devient premier c’est à

dire qu’en proférant le message, je conditionne en quelque

sorte le médium lequel devient second. D’où cette liste de

médiums inconsistants, désarticulés qui ne servent plus

que d’habillage, de décoration. Il est vrai qu’ainsi l’homme

Prométhée croit pouvoir se libérer de ses chaînes, du joug

de Chronos.

 

JHB

02 06 14

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs