La complexification du modéle en astrologie

Posté par nofim le 5 juin 2014

L’astrologie: du simple au complexe

par  Jacques  Halbronn

Nous pensons qu’il est raisonnable de placer ce qui est simple au commencement d’un

processus et ce qui est complexe à son prolongement, sachant qu’à un certain stade, cette

complexité tue le modéle et le sature, ce qui conduit à un recommencement.

Le probléme, pour l’astrologie actuelle, c’est que si elle est très bien fournie en matière de

complexité et de « stade terminal » et fort dépourvu en matière de simplicité et de stade initial.

On ajoutera que ce qui est initial est global car en « puissance », plein de « potentialités et donc

faiblement déterminé, défini  alors qu ece qui est « terminal » devient de plus en plus

spécifique et individuel, d’où sa complexité et ses diverses limitations.

Nous avons montré au niveau prévisionnel que l’astrologie devait se doter urgemment de

l’outil que nous avons institué et restitué, à savoir l’Astrocyclon. Sur cette base, on peut

évidemment greffer d’autres facteurs qui viendraient poncturer et « préciser » le modéle.

Mais parallélement, nous avons expliqué que la base de l’astropsychologie, il n’y avait

pas le thème natal qui est tout sauf  « simple » mais tout bêtement le sexe, masculin ou fémin tout

comme dans l’Astrocyclon, il  n’y a que deux phases, associées d’ailleurs  aux hommes et aux femmes.

Là encore, rien n’empêche l’astrologue de greffer sur cette dualité  originelle

des facteurs de  complexification.

Nous pensons que poser la complexification dès le stade initial  constitue une grave erreur qui

plombe toute la pensée astrologique contemporaine. Mais cela n’est pas là un exercice

innocent! Laisser croire que ce qui est terminal est initial fait probléme.(cf notre vidéo

sur cette imposture en astrologie et pour les Centuries). Les gens sont probablement

demandeurs d’un tel  « service » qui tend à les déculpabiliser puisque ce qu’ils sont devenus

serait déjà « décidé » dès le départ, ce qui viendrait ainsi légitimer  leurs choix, leurs orientations

et en fait leurs limitations. Selon nous, les femmes sont plus enclines que les hommes à  se

mettre des étiquettes, à se présenter au prisme d’un « métier », d’une « fonction ». Elles sont

plus portées vers le second  stade d’un cycle que vers le premier, elles sont mal à leur aise

dans ce qui est embryonnaire, encore indéterminé, ce qui limite d’autant leur impact social  ce

qu’elles ne font souvent que poursuivre  sur une voie déjà initiée. Elles sont rarement à

l’avant garde mais plutôt à l’arrière-garde.

En bref,  il est indispensable qu’un astrologue ait une bonne connaissance du masculin et

du féminin, ce qui est très loin d’être le cas actuellement puisque l’on met trop souvent

la charrue avant les boeufs,  en sautant,   en brûlant  les étapes. L’astrologue ne doit pas

penser qu’il trouvera nécessairement la réponse à cette question au sein de son savoir

astrologique, perçue comme une sorte de panacée universelle. Ce qu’il parviendra à

grapiller dans la tradition astrologique serait à la fois insuffisant et bien souvent incorrect, nous

en avons fait maintes fois la démonstration.  Il ne pourra pas non plus s’appuyer sur les discours qui

circulent actuellement sur le sujet et qui visent plus à brouiller les pistes – marqués au coin

d’un scepticisme affiché- qu’autre chose. Mais croire qu’en posant le thème natal comme point

de départ, il aura résolu le probléme, serait bien malvenu!  Nous vivons actuellement dans tout

le champ des sciences humaines comme une crise de la dualité qui devient en quelque sorte

impensable et c’est pourquoi nos travaux sont voués à combler cette lacune, tant au niveau

de la cyclicité  que de la féminité. Le probléme, c’est que bien des personnes qui viennent

à l’astrologie sont  justement motivées par leur refus de la dualité, notammen chez les femmes

qui sont très majoritaires parmi les astrophiles. . Ils espérent trouver en

l’astrologie une autre voie qui ne les confronte pas/ plus  à cette dichotomie et l’existence même des

douze  signes et des descriptions non sexuées ne peut que les rassurer et les réconforter car ils n’y

trouveront pas leur « bête noire », à savoir le Deux (le Diable).  Le signe remplace le sexe. Quand

on lit dans un livret sur un signe zodiacel tel ou tel trait, ce qui compte, c’est que le ton du dit

livret est « unisexe »; ce qui est un grand soulagement. L’astrologie nous délivrerait du sexe.. Même

quand on s’intéresse à la compatibilité entre un homme et une femme ( synastrie), ce qui

comptera ce sera la conjugaison des facteurs des deux thèmes et non leurs sexes, ce qui serait

évidemment bien trop simple. Il y a là selon nous une certaine forme d’escroquerie

intellectuelle à nous présenter un monde utopique d’où la sexualité serait marginalisée et

n’aurait pas droit de cité dans le champ psychosociologique et socioprofessionnel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB

05 06  14

 

 

 

 

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs