Les femmes et la question du Mal

Posté par nofim le 6 juin 2014

 

De la relativité du Mal.
par  Jacques  Halbronn
Dans un texte récent, nous avions souligné tout l’intérêt qu’il y avait à pointer ce qui n’allait pas
plutôt que ce qui allait.  C’était à l’occasion d’un débat intitulé
« Le plaisir peut-il nous guider? ». Cela dit nous nous surprenons parfois à nous énerver face à des personnes qui ne s’intéressent qu’à ce qui ne va pas, ne marche pas et qui semblent vouloir ignorer les réalisations positives.On disait autrefois  qu’il n’y avait pas de grand homme pour son valet de chambre.et cela reste probablement vrai au niveau du couple de nos jours. Ce sont souvent les femmes qui jouent ce rôle ingrat de proférer des remarques assez mesquines, c’est à dire « petites ». Est-ce que quelqu’un qui ne mange pas « proprement »  ou  qui s’habille mal  trahit ainsi quelque malaise inquiétant, par exemple.qui éclipse, annihile du coup tout le bien que l’on pourrait en dire ou en penser par ailleurs?On ne saurai certes  mépriser la vigilance.Mais il ne faudrait pas oublier la notion de norme. Ainsi, ce qui est anormal pour une femme serait-il acceptable de la part d’un homme et vice versa. Il faut,  pensons-nous, être jugé par ses pairs. Ce que l’on pardonne aux uns  on ne l’admet pas des autres, notamment  au regard de l’âge de la personne concernée.et cela va encore plus de soi pour un animal dont on attend pas les
mêmes comportements que chez un homme/
Autrement dit, le jugement que l’on porte sur ce qui va ou ne va pas chez quelqu’un, dans sa vie, doit rester spécifique à cette personne. C’est notamment le fait que quelqu’un ne se comporte comme à son habitude qui aurait de quoi nous alerter.  » cela m’étonne de lui ». Tout est  relatif!
Donc pour en revenir aux  réflexions parfois  désobligeantes des femmes – du fait de leur « franchise »-elles ne sont pas toujours formulées en connaissance de cause, ne tiennent pas compte de tous les paramétres,même si, dans l’absolu, elles pointent des « faits » observables. Mais ces observations n’ont pas
forcément la même portée.ni la même incidence.
Il mporte de comprendre que les « maux » sont à classer par degré de difficulté à
trouver des solutions. Plus le probléme est considérable, est à grande échelle, et plus les personnes capables d’en traiter se feront rares. Or, les maux signalés par les femmes sont relativement banals et ceux qui peuvent les traiter sont légion à moins d’en réduire artificiellement le nombre dans le cadre du couple, par exemple, ce que crée un effet artificiel de rareté. Autrement dit, les maux
désignés par les femmes sont bien réels mais se situent dans le domaine de
l’évidence sensorielle: bruit, odeur, saleté etc, et font appel au registre ancillaire: femme de ménage, femme de chambre et à l’électroménager (lave vaisselle etc). Comme nous l’avons souligné dans d’autres textes, les femmes se nuisent mutuellement en ce qu’elles sont en redondance  entre elles.
  La compétition entre hommes est d’une autre nature en ce qu’ils sont plus individués que les
femmes et ne sont pas formatés pareillement, moins prévisibles.  Les femmes
auraient tort de croire qu’ils se ressemblent et d’ »ignorer ce qui les distingue. C’est ce manque d’individuation chez les femmes qui les conduit par exemple vers l’astrologie laquelle apparait comme une caution de spécificité individuelle;
Le héros est celui  qui est en quelque sorte unique en son genre et qui est seul
capable de voir le Mal et de trouver la parade.C’est pourquoi on lui dresse une statue. L’unicité d’une femme est le plus souvent un artifice.   Pour reprendre une formue bien connue: ce qui est intéressant chez elles n’est pas nouveau et ce qui est original  n’est pas intéressant. C’est bien là leur drame! Ceux qui essaient de montrer que les oeuvres, les actions de certaines femmes ont été à tort négligées omettent généralement de dire que cela ne concerne pas une femme en particulier mais tout un groupe de femmes. Il y a là une ambiguité
dont on tend à abuser:  la femme, c’est en fait les femmes. Or, la postérité ne
s’intéresse pas à ce qui se présente en masse mais ce qui  est unique en son genre.
Le critère du « plaisir » n’est nullement une condition suffisante pour apprécier
la qualité d’un travail et c’est ce que nous avions voulu montrer sur le thème « Le plaisir peut-il nous guider? ». Celui qui n’a pas d’éléments de comparaison
(à comparer aux éléments de langage) n’est pas en mesure d’apprécier la qualité d’une action. Il prendra des vessies pour des lanternes. Moins les gens
sont cultivés et plus ils risquent de ne pas apprécier les objets et les sujets à leur juste valeur et c’est pourquoi les tenants d’une égalité entre hommes et femmes ont de graves lacunes en culture générale et maitrisent mal les questions de chronologie.  Le plaisir doit être conditionné par un sentiment
authentique de nouveauté  qui n’est pas inné mais s’acquiert par l’expérience. Les femmes ont pour pire ennmi le sentiment du déjà vu que l’on éprouve à leur égard. Non seulement, elles ont tendance à se repéter inlassablement mais en plus elles se répétent les unes les autres du fait qu’elles suivent le même pattern, généralement masculin.  Derrière les femmes, cherchez l’homme est bien plus vrai que l’inverse. S’il fallait se fier au seul plaisir « brut »,
l’on aurait l’embarras du choix et on serait tributaire de la contingence et du hasard. Par la force des choses, seule une élite est en mesure de pointer les vrais maux et les vraies solutions et de fixer les vrais repéres. Le féminisme reste selon nous, dans tous les sens du terme, une contre-culture, c’est à dire le fait de gens incultes, dont le bagage se réduit souvent au langage  dont ils n’ont pas été sevrés, d’où notamment  le cas classique de gens qui parlent du masculin et du féminin sans avoir pris la peine de le définir
autrement que parassociation de mots et d’idées comme si la science était intemporelle et que le
langage était porteur de vérité absolues.On est bien là dans une sous-culture qui est une mal-culture comme on dit une malbouffe.
JHB
06 06 14
.

Suite

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs