Pour une remise en forme des astrologues

Posté par nofim le 24 juin 2014

Les astrologues desenchantés/ Le guide des égarés.

par  Jacques  Halbronn

 

La raison pour laquelle les astrologues ne cessent de multiplier les données, les paramétre; tient au fait qu’ils ont de mauvais outils. C’est

à celui qui proposera quelque gadget supplémentaire qui bien évidemment manquait dans l’arsenal traditionnel. Au lieu de remettre en

question la qualité du dit arsenal, c’est la fuite en avant. Ce qui compte, c’est d’éviter le « trou »,  quand on n’arrive pas à expliquer une date.

Déjà l’Ecole de Hambourg (Uranus), il y a un siècle avait ainsi proposé d’ajouter des planétes « hypothétiques », « transneptuniennes » (on ne connaissait pas encore Pluton (1930) et ils pensaient ainsi sérieusement contribuer à l’avancement de l’astronomie en décelant une

position planétaire avant même qu’elle n’ait été repéré par les astronomes.  C’est ainsi que se développa la thèse selon laquelel le zodiaque  à 12 signes impliquait que l’on disposât de  12 astres.

Les astrologues allemands ont été particulièrement créatifs en s’intéressant notamment aux « mi-points », ce qui est une extension de

la théorie des aspects. Cela se situe dans le prolongement de leur compatriote Kepler avec ses nouveaux aspects (dits mineurs) qui

étaient supposés « manquer ». Autant de médecins au chevêt de l’astrologie et préconisant quelque reméde miracle.  Tout cela est

d’ailleurs de bonnne guerre et fait songer  à une sorte de quéte du Graal, de la pierre philosophale, à la pièce du puzzle qui  faisait

défaut. Certains astrolologues d’ailleurs, ont opté pour une certaine simplification de l’astrologie, comme ces astrologues karmiques qui

ne jurent que par les noeuds de la Lune. L’autre jour, nous étions à une journée Portes Ouvertes des astrologues « holistiques » (école de

Pierre Lassalle), à Paris, au Jardin du Graal. On y proposait un jeu qui se réduisait à étudier un des noeuds pour le passé et le noeud d’en

face pour l’avenir. Ce qui conduisait  à un trio zodiacal, le signe solaire et les deux signes accueillant l’axe des noeuds. (on ne s’intéresse

plus au signe « ascendant » mais au noeud ascendant et au noeud descendant -(cf aussi Marguerite de Surany et le thème « nodal »). Cure

d’amaigrissement ou au contraire cure survitaminée et énergétique., au  choix.

Ne nous voilons pas la face:  le progrés en astrologie semble bien lié à un sentiment d’échec concernant l’astrologie déjà en place, à une

forme d’insatisfaction qio est évidemment fonction de ce que les uns et les autres attendent de l’astrologie. Plus on attend et plus on

risque d’être tenté par sa complexification et la démultiplication de ses facteurs (cf Roger Héquet (ACB)  et sa série de livres parus chez Dervy). Mais comment fixer des limites à l’astrologie? On a l’impression que le petit monde des astrologues que nous observons (et parfois

filmons) part du principe que tout peut et doit s’expliquer par l’astrologie ou en tout cas par l’astrologue. Ou plus exactement, l’occasion faisant le larron, les astrologues sont à la merci de tentations comme on peut le voir à la faveur de cet exercice on ne peut plus casse-cou

consistant à expliquer par l’astrologie la carrière de quelqu’un (cf les Dimanche Liberté de Didier Geslain, repris  sur You Tube), sans même prendre la peine d’étudier les « transits » pouvant expliquer tel revirement d’orientation par exemple.  On en arrive au degré zéro

de l’astrologie, à une sorte de jeu d’enfant consistant à dire « c’était dans le thème »! C’était prévu.  Nous avons souligné par ailleurs à quel point le « thème » était une sorte d’auberge espagnole.  Bref, en ce début de XXIe siècle, les astrologues reconnaissent de facto qu’ils ne disposent plus d’un outil prévisionnel auquel eux-mêmes puissent croire. Il y a un désenchantement chez ces adeptes et en ce sens

Alain de chivré a raison de dire tout haut ce que tant de praticiens n’osent se l’avouer mais dont les actes parlent pour eux. A quoi bon,

n’est ce pas se fatiguer à collecter autre chose que les dates de naissances, dument estampillées. En fait cela belle lurette que l’on sait

que les astrologues français sont victimes de l’excellence de leur état civil.  Ailleurs, on prend la peine de « vérifier » l’heure de naissance

souvent douteuse ou inconnue et cela passe par l’étude de certains moments de la vie. Mais comme par hasard chez ceux qui ont

la religion des actes de naissance, on trouve des gens qui ne s’intéressent ni aux autres dates de l’existence ni aux configurations

astrales qui leur correspondraient.  Le thème natal suffit et on n’en est même plus, comme nos prédecesseurs, à calculer des directions, des

progressions, ce que Héquet a le mérite de perpétuer (après Rudhyar).

On aura compris qu’il est urgent de réconcilier les astrologues avec une prévision qui ne se limite pas à dire  que si Un Tel a choisi cette voie , c’est parce que c’était dans son thème, sans autre forme de procés. Car c’est déjà de la prévision, même si elle n’est pas datée. On est

vraiment tombé bien bas dans les cercles parisiens d’astrologie en cette année 2014!

Il nous semble donc souhaitable de proposer des séminaires de recyclage, de remise en forme pour des astrologues qui se laissent un peu

trop aller mais cela doit passer par une certaine forme de thérapie,  devant traiter des déceptions, des frustrations chez des astrologues

qui n’en  continuen t pas moins à exercer – parce qu’il faut bien vivrre- mais qui, de toute évidence, ont perdu la foi et se satisfont de simulacres, non sans un certain cynisme.  Face à l’enthousiasme des clients à l’égard d’une astrologie mise aux nues- c’est le’ cas de

le dire- on a des astrologues qui préférent encore tripoter les tarots ou donner des conseils de gros bon sens qui ne mangent pas de pain.

Les astrologues en réunion n’ont même plus le réflexe de situer les choses dans le temps. Ils n’en ont plus la force.

En fait,c’est l’exercice rétrospectif  qui a fait long feu. L’astrologue face  à  un client en chair en os n’a pas de tels états d’âme parce que

son client lui donne un sérieux coup de pouce.  D’abord parce que le client se situe dans le présent et qu’il est facile de connaitre

les positions planétaires en cours et qui sont les mêmes, dans l’ensemble, pour tous. Ensuite, parce que le client peut fournir

obligeamment des dates, ce qui évite à l’astrologue d’aller les chercher dans des biographies. Malheureusement, dans ces réunions astrologiques, on expérimente sur des personnes absentes. Mais même quand la personne est là (on songe aux « invités » de Didier

Geslain), on  ne prend même pas la peine de parler des dates de la vie.

En vérité, la raison pour laquelle le thème natal est devenu, toute s techniques prédictives ayant été mises de côté, la seule et unique

réference de l’astrologie, c »est parce que c’est la seule chose sur laquelle les astrologues soient d’accord entre eux..

 

JHB

24. 07 14

..

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs