la question des leaders en musique et au foot

Posté par nofim le 5 juillet 2014

Sport et musique: improvisation et meneurs de jeu

par  Jacques  Halbronn

 

Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, il n’y a pas

d’improvisation collective  sans meneur de jeu et le chef

d’orchestre  incarne symboliquement cette fonction alors

même qu’il dirige presque toujours des oeuvres déjà écrites,

(sur partition),ce qui ne fait guère sens car la partition devrait

dispenser du chef, ce qui n’est pas le cas, en revanche, quand

on est dans l’exercice de l’improvisation.

Les commentaires que l’on entend du fait de la Coupe du

monde de foot ball au Brésil 2014 mettent en évidence

dans cette improvisation qu’est le jeu de foot  toute

l’importance d’un « leader »,  mot qui est explicitement

employé, notamment quand il en manque un dans une

équipe.

Une idée fausse  tend à prédominer qui présente

l’improvisation musicale comme inconcevable

collectivement alors même que le discours autour des matches

de foot reconnait la nécessité d’un meneur de « jeu ». Il y a

certes, dans l’orchestre, divers instruments comme il y a

plusieurs postes dans une équipe de « balle au pied », mais cela

ne se vit pas de la même façon. S’ »il y avait improvisation, l’on

pourrait  et devrait  ainsi  hiérarchiser les divers pupitres. L’on

pourrait d’ailleurs comparer le fait de marquer un but (goal)

au fait de trouver une phrase musicale  forte, « marquante ».

Tout comme un leader est suivi  quand il a le ballon,  on pourrait

dire qu’en musique le leader est également suivi dans son

travail créatif.

Tout se passe donc comme si, à un certain stade et pour quelque

raison la musique n’avait plus adopté la démarche que le sport

d’équipe aurait su perpétuer. Il y a cependant suffisamment

d’indices, de traces et ce quels que soient les documents qui auront

pu être conservés – et l’on sait que pour nous cette conservation

reste aléatoire en comparaison des reconstitutions de la génese

des pratiques et des théories que l’on peut mener à bien  ici

et maintenant à partir de ce que nous pouvons observer, aussi

« spéculatives » seraient-elles.

L’orchestre nous apparait, en vérité, comme une sorte d’équipe de foot

figée, fossilisée, sauf dans le cas du jazz  lequel,  il y a un siècle,

ne sera pas parvenu à changer les comportements si ce n’est

très ponctuellement. Le scandale des matchs truqués est

à comparer à ces concerts qui sont truqués de bout en bout

puisque leur issue est déjà connue par avance, ce dont on

ne se scandalise guère. On peut même penser que

l’improvisation musicale aura pu inspirer une certaine

philosophie du sport collectif. Et d’ailleurs, on dit « jouer »

aussi bien dans le cas du sport que de la musique. Cela

n’est surement pas par hasard..

La spontanéité n’est nullement incompatible avec l’existence

d’un leader et personne n’irait le soutenir pour le foot à

condition que ce leader ait un ascendant véritable et soit respecté

en tant que tel et comme on a dit « suivi ». Comme dans un

débat, un café-philo, il y a des  gens qui s’imposent et qui font

avancer le schmiblick, ce qui peut inspirer tous les membres

du groupe à des degrés divers.

La musique, selon nous, ne se régénerera que si l’on admet que

tout groupe a besoin d’un leader, sinon c’est la cacophonie.

Mais ce leader ne saurait  se limiter au poste  actuel de « chef

d’orchestre » qui n’est plus qu’un arbitre, pour emprunter

au sport.

Il importe de distinguer le sélectionneur et le leader. L’un est  l’organisateur de la réunion, l’autre est

celui qui méne la danse sur le terrain. Le rôle de l’entraineur est de composer l’équipe, le groupe et non

de jouer le rôle du leader de la séance. Il revient à l’entraineur d’observer la dynamique c’est à dire la fluidité du jeu et la synergie

qui déterminera le résultat le plus probant.  C’est à ce prix, paradoxalement, que l’improvisation collective pourra trouver un

nouvel élan, un second souffle, un siècle après le phénoméne jazz. Le sport d’équipe reste la référence qui n’a jamais perdu la foi alors

qu’ailleurs,  on vit dans l’inhibition, le formalisme.

 

 

JHB

05 07   14

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs