Les Dignités planétaires. Genése d’une recherche

Posté par nofim le 20 août 2014

Réflexions sur un parcours de recherche en matière
de  Dignités planétaires (Rulerships)
par  Jacques  Halbronnn
On dit que sur Internet,  on trouve tout et que le passé
n’y est jamais  complétement aboli même si parfois a
contrario,  il peut  y avoir des disparitions soudaines.
C’est ainsi  que des travaux que nous avons publiés en
1976 dans Clefs pour l’Astrologie (rééd  1993  et
Mathématiques Divinatoires,  1983 Ed trédaniel) sont
actuellemet mis en avant. (cf l’article Symbolisme planétaire (astrologie) de l’encyclopédie libre Wikipedia. Wikipedia.org (22 07  13, cf  aussi notre commuication
 » Comparaison de la Tétrabible attribué à  Ptolémée
avec la Mathesis de Firmicus Maternus » in Homo
mathematicus. Actas del Congreso  Internacional sobre
Astrologos Griegos y Romanos (2001)   Malaga 2002)
Nous reproduisons  cette étude qui nous mentionne:
« Reconnue pour sa complexité, la discipline de l’astrologie s’articulerait, selon Halbronn, autour de la mise en relation(s) des planètes avec les signes astrologiques, théorie qui renvoie également aux quatre qualités élémentales, aux quatre éléments ainsi qu’aux aspects. Le dispositif, déjà présenté par Ptolémée – selon une orientation symétrique autour d’un axe cancer-lion – dans la Tétrabible, est le suivant : Soleil en Lion, Lune en Cancer, Mercure en Gémeaux et en Vierge, Vénus en Taureau et en Balance, Mars en Bélier et en Scorpion, Jupiter en Sagittaire et en Poissons et Saturne en Capricorne et en Verseau. Les quatre qualités élémentales présentes dans le corpus astrologique sont le Chaud, le Froid, le Sec et l’Humide. Il ne faut pas prendre ces termes au pied de la lettre mais plutôt dans un sens métaphorique. Ainsi, le chaud est un principe d’énergie, de dynamisme par opposition au Froid, principe de lenteur et d’inertie tandis que l’Humide est un principe de fluidité, de décontraction a contrario du Sec, principe de raidissement et de rétraction. À partir de cette division en quatre qualités élémentales, on peut bâtir un schéma d’ordonnancement des facteurs astrologiques (reprenant notamment les maîtrises que les planètes possèdent sur les signes). Une telle structure est, par exemple, présentée par Jourlin, permettant ainsi de saisir le mode de fonctionnement de la  » science des astres  » qu’est l’astrologie. – Croix élémentaire.svg Les deux polarités Masculin/actif et Féminin/réceptif forment des axes de signes  » opposés  » ainsi ordonnées : – le Lion est opposé au Cancer (dialectique Soleil-Lune) – les Gémeaux sont opposés au Taureau (dialectique Mercure-Vénus) – la Vierge est opposée à la Balance (dialectique Mercure-Vénus) – le Bélier est opposé au Scorpion (dialectique Mars-Pluton) – le Sagittaire est opposé au Capricorne (dialectique Jupiter-Saturne) – le Verseau est opposé aux Poissons (dialectique Uranus-Neptune) Ce sont les planètes dites intérieures (dont l’orbite est comprise entre le Soleil et la Terre) Mercure et Vénus qui ont la maîtrise de deux signes. Les planètes dites transsaturniennes (Uranus, Neptune et Pluton), découvertes plus récemment, ne se sont vu attribuer qu’un seul domicile. Le signe astrologique situé à 180° du domicile d’une planète est appelé exil. Autant, lorsqu’une planète est située dans son domicile, il y a renforcement de son symbolisme. Autant, lorsqu’une planète est en exil, il y a affaiblissement du symbolisme de cette dernière. Comme autres mises en relations entre les planètes et les différents signes du zodiaque, la théorie astrologique comprend également les exaltations et les chutes. Selon Halbronn, le dispositif des exaltations – de même que celui des chutes – n’offre pas la même cohérence interne que celui des domiciles. Au prix de quelques permutations, Halbronn, en numérotant les planètes de 1 à 12 (en incluant deux transplutoniennes) reconstitue un nouveau tableau d’ensemble des dignités planétaires. D’après Dorsan, pratiquant de l’astrologie sidérale, les exaltations traditionnelles proviennent de la position dans le zodiaque de certaines étoiles d’importance majeure (Les Pléiades, Antarès, etc.). Voici le Tableau des dignités et débilités des planètes dressé par Jourlin »
Est-ce qu’une  telle  présentation  correspond à nos positions
actuelles?
Pour nous résumer, nous dirons que nous avons dénoncé
le processus qui avaiit  modifié  les dispostifs à 8
divisions en des dispositifs à  12  divisions (passage à douze
signes, à douze maisons, à douze planétes). Cette division
en douze  est notamment viciée par le fait qu’elle est fondée
suur un point gamma constitué par la conjonction des
luminaires. Or, pour nous le point gamma doit combiner
impérativement un point fixe et un point mobile, ce qui n’est
pas le cas des luminairs, du moins dans la pratique
astrologique (même si le soleil est une étoile) et c’est cette
double mobilité qui génére justement  ces douze retours, au
rythme d’un par mois tout comme les conjoncgtions Saturne
-Neptune se produisent tous les 36 ans, par exemple.
Nous rappelons que les doubles domiciles sont incompatibles
avec la dualité domicile/exaltation à laquelle elle se substitue
précisément au nom d’une division en douze qui n’existe
pas initialement. Il est absurde de croire que  les 7 planétes ont
été inscrites au départ au sein d’une division en 12. C’est au
sein d’une division en 8 qu’il convient de les situer avec
un  huitiéme  facteur qui pourrait être Uranus, visible à l’oeil
nu.
Nous pensons qu’il existait 4 couples:
soleil -lune,  Mars- Vénus, Mercure-Jupiter et Saturne-Uranus.
On note que les deux exaltations de Mars- Vénus et
de Mercure Jupiter sonnt séparées d’un signe qui aura été
rajouté
Mars-capricorne et Véns poissons  séparés par le signe
fixe du verseau
Jupiter cancer et Mercure vierge séparés par le lion
Donc à ‘l’heure actuelle, nous conservons  ce dispsitif
que nous avions  voulu modifier parce que nous n’avions
pas cerné le facteur d’interférence.
Quant à la reconstitution de l’ancien dispositif  des
domiciles, il se situe à 90° des exaltations, ce qui est
l’écart qui  sépare axe équinoxial et axe solsticial.
Selon nous l’ancien  agencement des do!miciles a été
modifié pour mettre en place les doubles domiciles que l’on trouve
dans la Tétrabible.
On ajoutera que pour nous les  dieux associés aux signes
sont  au départ des valeurs et non des astres, comme on le voit
chez Manilius qui se sert de dieux qui ne sont pas tous
associés de son temps du moins à des astres comme Neptune
qu’il place d’ailleurs en poissons
JHB
20 08  14
JHB
20 08 14

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs