La notion de signifiant vierge

Posté par nofim le 25 février 2015

Manifeste pour des signifiants qui n’ont pas encore servi.

par  Jacques  Halbronn

 

Le miracle de la naissance d’un enfant, c’est qu’il s’agit

d’un « signifiant » qui n’a pas encore été défloré, en quelque

sorte immaculé  (Immaculée conception) D’où l’intérêt

que nous accordons au signifiant vierge de tout signifié

tel un vase n »ayant encore jamais servi.

L’improvisation correspond à cette quéte du signifiant

« pur » de tout signifié antérieur. Inversement, quand une

pièce de musique a été jouée mainte et mainte fois, comment

pourrait-on la qualifier de « vierge »? On sait toute

l’importance que certaines sociétés ont accordé à la

virginité des femmes. Assister à une improvisation, c’est

comme être le témoin d’un accouchement.On voit le

signifiant prendre forme sous ses yeux – si l’on peut dire-

alors qu’il n’a pas encore reçu de « sens », c’est à dire de

signifié.  Le premier signifié que reçoit le nouveau né,

c’est son prénom.

Il est grand temps que les gens comprennent toute

la valeur  de la naissance d’un nouveau signifiant car

celui qui improvise est comme le potier et non comme

celui qui remplit le pot, ce qui vient plus en aval.

L’interprète ne saurait être le potier, il ne fait que se

servir du pot et il n’est ni le premier ni le dernier. Si l’on

ne recherche plus des femmes vierges, il serait bon en

revanche de respecter la valeur des créations qui le sont

et qui sont le plus souvent l’oeuvre des hommes, comme

le montre l’Histoire de l’Art notamment..

Si l’on se situe sur le plan linguistique,  on aura compris

que la question n’est pas ici de forger de nouveaux mots

mais de nouveaux assemblages, de nouvelles séquences

de mots. Rien n’est au contraire plus fâcheux que

d’emprunter des mots à une autre langue pour produire

une apparence de nouveauté.  Une langue doit être

capable de se renouveler par toutes sortes de

combinatoires – donc par la textualité- à commencer

par les associations noms +adjectifs et verbes + adverbes.

L’interpréte qui est incapable de modifier la succession,

l’agencement des notes pour faire évoluer la musique

trahit une certaine impuissance. Il est condamné à se

limiter au signifié, au remplissage.

 

i

JHB

25 02 15

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs