• Accueil
  • > ASTROLOGIE
  • > Le Mouvement Astrologique de Jacques Halbronn célébre ses 40 ans d’existence

Le Mouvement Astrologique de Jacques Halbronn célébre ses 40 ans d’existence

Posté par nofim le 8 juin 2015

Le 40 e  anniversaire de la fondation du Mouvement Astrologique  Universitaire (MAU) juin  1975- juin  2015 Le mois de juin 2015 sera consacré à l’évocation de ces 4 décennies. Chacun est invité à contribué par des témoignages à  cette commémoratio qui se terminera par la publication en ligne d’un mémoire global le samedi  27  juin 2015  au Café culturel Le Ballon Rouge, 17, rue Abel Gance  à  partir de 14h30. M° Quai de la Gare. A 16h, aura lieu un Café Destin, sur le thème …’Introduction au Symbolisme » animé par  Yves Accard. La réunion se terminera vers 20h Contact  MAU  06 60 75 52 48

Le MAU  a  été dès le départ international, comme le montrent ses congrès dès le mois de décembre  1975. Il profite du Manifeste des  186 contre l’astrologie  qui suscite des réactions chez les astrologues. Le MAU est dès l’origine couplé avec la Faculté Libre d’Astrologie de Paris (FLAP), dualité qui n’est pas sans  évoquer le masculin et le féminin. Les colloques étant des espaces de débat et les cours des lieux de formation.  Viendra un temps où une formule hybride confondra ces deux processus, à partir des années 90 autour d’Yves  Lenoble, les colloques étant assimilés à des cours magistraux.

Le MAU  est dirigé en 75 par  Jacques  Halbronn, âgé alors de 27 ans qui avait été vice-président du CIA  et secrétaire général de l’ISAR. En 2004,  nous avions célébré le 30e anniversaire du Congrès de l’ISAR à Paris, à la Porte Maillot, toute une semaine durant, qui avait été mis en place à l’incitation d’Halbronn .Ce congrès sera le premier d’une vogue ininterrompue de congrès francophones pendant 40 ans. En ce sens, on peut dire que Jacques Halbronn est le père du congrès astrologique français, dans sa forme sinon dans son contenu, lequel aura largement varié..

Les grands  moments du MAU

On renverra au DVD  L’épopée du MAU,  en ligne,  document qui fut réalisé il y a déjà 20 ans fin 1995. La synergie avec les Ed. Guy Trédaniel à partir  de  1979 et qui  aboutira… notamment à la production du Guide de la Vie Astrologique en 1985 dans le cadre des éd. du MAU « La Grande Conjonction ». Le Guide apparaissait ainsi comme un complément au Congrès dans une même dynamique de rassemblement »communautaire » dont  Halbronn apparaissait comme le leader naturel En 1994, paraitra une nouvelle édition du Guide (GVA),réédité en 1997 En 1979, ouverture du Centre Providence, 8 rue de la Providence 75013 Paris, toujours en activité, où se tinrent notamment les cours de la Faculté Libre d’Astrologie de Paris et où est installé une bibliothèque et un centre d’archives de la vie astrologique..

 

En novembre 2004, le 30e anniversaire du Congrès ISAR de 1974, en présence de Julienne Mullette, fondatrice de l’ISAR (International Society  for Astrologica Research)fur marqué par un rassemblement  extraordinaire des astrologues français dans le XIIIe arrondissement de Paris, à la Maison des Associations, rue Caillaux, une telle concentration de chercheurs aura en fait été un événement unique, immortalisé par la vidéo. En mai 2008,  c’est la création de la chaîne Teleprovidence qui vient de feter son  septiéme anniversaire

Le mot rassemblement résume parfaitement le bilan du « Mouvement » mais on ne saurait passer sous silence  un travail théorique conduit parallélement par  Jacques Halbronn et  qui accompagne le MAU depuis sa fondation avec pour manifeste  « Clefs pour l’Astrologie » aux Ed. Seghers, au début de 1976.(réédition  1994). L’idée centrale d’Halbronn  est de rajeunir le modéle astrologique, de le décanter pour parvenir à un nouveau consensus qui se substitue à celui d’une tradition  hybride. En ce sens, Halbronn se situe dans la ligne de l’astrologie des années soixante, quand il entra dans ce milieu : les travaux de Gauquelin, de Jean-Pierre  Nicola et l’astrologie mondiale d’André Barbault.

Fin 1976, Halbronn publie dans la revue Cosmopolitan dans le numéro de fin d’année, un dossier intitulé Astrologie Sensorielle.qui expose une approche toute nouvelle de l’astrologie, qui renonce au thème natal. Le thème astral est en effet, très tôt, la bête noire d’Halbronn qui travaille sur une astrologie émancipée par rapport à la fois au « thème » et au symbolisme zodiacal », même si lui-même – comme d’ailleurs André Barbault- pu.blie des ouvrages sur les signes.(Tchou-Sand  et Solar). Curieusement, Halbronn sera l’éditeur de deux ouvrages consacrés aux régimes horaires, celui de Gabriel (Traité de l’Heure dans le Monde) et celui de François Schneider
 Gauquelin, (Problémes horaires résolus en astrologie)
Mais à partir des années 90, la vie astrologique perd de son tonus et l’on en revient au Zodiaque, à un syncrétisme,  les nouveautés étant perçues désormais comme des gadgets, notamment à la suite de la fausse prédiction de Barbault pour une troisiéme guerre mondiale dans les années 80. Habronn milite notamment pour l’abandon des nouvelles planétes en astrologie ainsi que pour le recours aux étoiles fixes royales. Dans ses congrès, le MAU accueilera tous les chercheurs originaux, de Nicola à Dorsan, le sidéraliste, de Heckel, le néromanien  aux   Gauquelins (qu’il éditera l’un et l’autre, Michel et Françoise) sans aucune exclusive..

On a du mal à imaginer de nos jours ce qu’a pu être l’émergence du MAU au milieu des années 70. L’on peut parler d’un Age d’Or de l’astrologie d’expression française qui aura marqué les 7  premières années de la création du MAU,en gros du congrès de Paris de 1974  au congrès de Londres  de 1981. Plusieurs accords internationaux furent conclus à l’échelle européenne à l’occasion de la présence d’astrologues étrangers dans les congrès …MAU.Traités avec la Belgique, l’Allemagne et l’Espagne en 78 à Lille,  avec la Grèce, l’Italie à Nice en 79. Fédération francophone France-Suisse-Belgique à Bruxelles en 80 etc

Par la suite, le MAU ménera une politique d’implantation provinciale,  déjà engagée à Lille, Genéve et à Nice-PACA, dès 78 -80 (avec la création du MASR, Mouvement Astrologique de Suisse Romande)  en collaboration avec  divers partenaires locaux. Citons notamment:   Metz, Toulouse, Tournai (en Belgique), Strasbourg,  Nantes,Lyon,  Orléans, Amlens, Rouen, Montluçon, Angouléme, Dijon- si l’on s’arrête à 1993.

   Le marathon des congrès MAU 1977-1981. Les congrès MAU sont des manifestations de force, du fait d’une certaine faculté de mobilisation. Le congrès de Saint Maximin en juin 78, donc trois ans après la fondation du MAU est en une belle illustration. Faire venir le gratin astrologique près d’Aix en Provence, dans cette Abbaye  fut une performance qui réunit  un Gustave-Lambert Brahy, un christian Meier Parm, un Ruperti et bien d’autres…. C’est l’occasion de rappeler que Jacques Halbronn se voulait inter-générationnel et international, ce qui donnait un étonnant brassage, animé  par  quelqu’un qui allait sur ses 30 ans.et dirigeait les débats avec autorité.. A la rentrée  78,  le MAU tient les assises de l’enseignement astrologique à Paris,  et il en sort un texte qui a vocation internationale. Mais  le congrès qui aura peut être été le plus marquant aura été celui consacré en septembre 77 à l’ère du Verseau ne serait-ce que parce qu’un an et demi plus tard paraitrait un gris volume d’actes, « Aquarius ou la Nouvelle ère du Verseau » (ed Albatros-autre Monde)

 

Trois congrès de conquéte Il a existé une certaine dynamique entre le MAU et diverses associations érangères, ce qui permit d’organiser le congrès de Bruxelles en 1980, avec la complicité du regretté  Jacques de Lescaut, le congrès de Lyon  en 1984  avec celle de Denis Labouré et celui de Londres en 1981 du fait d’une longue fréquentation des astrologues d’outre Manche. Dans les trois cas,  la manifestation fut certainement  vécue ave…c des sentiments mélangés comme une forme d’intrusion, la marque en tout cas d’un certain culot de la part d’Halbronn.. Le congrès de Lyon aura des conséquences assez ravageuses pour l’association GERASH (fondé par Patrice Louaisel, un an avant le MAU). Le paralléle entre Halbronn et Louaisel est intéressant car il montre le rôle des jeunes universitaires dans le milieu astrologique dans l’après Mai 68. La politique provinciale du MAU  était déjà en soi l’expression d’une volonté de la part d’Halbronn de ne pas abandonner au GERASH l’astrologie provinciale. En 1986, Halbronn devient, à la suite d’une crise interne du GERASH, vice-président puis président de cette association rivale laquelle sera amenée à se saborder, ce qui donnera naissance au CEDRA de Maurice Charvet en 86. Un autre facteur vient compliquer les choses, la guerre des fédérations, celle de Danielle Rousseau(Fédération Francophone d’Astrologie FFA) et celle de Denise Daprey, coachée par Halbronn (Fédération des Enseignants en Astrologie FEA). On peut dire que dans les années 85-87, Halbronn occupe une position centrale dans le milieu astrologique francophone ce qui est confirmé par deux beaux congrès de 87 et 88 à Paris

L’avénement des quadragénaires

A partir  de la fin des années 80,  on voit l’émergence de trois quadragénaires qui vont parvenir à une certaine maturité:  Alain de Chivré, Maurice Charvet Yves Lenoble, tous trois nés au milieu des années 40, tout comme  Jacques  Halbronn…. Ce qui distingua Halbronn  des trois autres personnages, c’est sa précocité. Des biographes diront qu’Halbronn eut un père assez effacé et il parait que cela favorise une maturation plus rapide. Toujours est-il que ces trois astrologues parviennent avec  les années 90 à la pleine possession de leur capacités de leader, avec quinze ans de retard  sur  Halbronn

Les années 90 sont donc marquées par ces trois quadragénaires, Lenoble avec ses Congrès annuels,  Charvet avec le CEDRA, et son forum (La Clef)  Chivré avec la FDAF. Fédaration  des Astrologues Francophones (Astroculture). Halbronn  se situe au cours de cette décennies plutôt comme un spectateur. Il publie le Nouveau  Guide de la Vie astrologique (dans le cadre d’un DEA  à Paris VIII  St Denis,  en 95) et divers travaux en histoire de l’astrologie, obtient le titre de docteur es lettres en 99(Paris X Nanterre) pour ses recherches sur le prophétisme, publie un Catalogue alphabétique des textes astrologiques (CATAF) sur le site de Patrice Guinard (CURA). En 1994, la Bibliothèque Nationale charge Halbronn d’une exposition au département de la Réserve. Ce sera « Astrologie et Prophétie. Merveilles sans images.’ qui fit l’objet d’un catalogue. En tant qu’éditeur (avec Trédaniel) , il publie en 1990 le Répertoire Chronologique Nostradamique de Robert Benazra.

Mais avec le nouveau millénaire,  de nouveaux défis se présentent avec les télévisions sur le web qui ne sont pas sans nous faire songer aux radios libres des années 80. Roger Héquet lance TV Urania et fait appel aux archives d »‘Halbronn, à commencer par le film du Congrès de 2004. Il met en ligne la soutenance à la Sorbonne de son post-doctorat sur Nostradamus. Mais en mai  2008, Halbronn s’est donné les moyens de créer sa propre structure, c’est Teleprovidence qui connaitra deux premières années d’une grande intensité avec un grand nombre de déplacements en province, et dans les différents pays francophones (Belgique, Suisse, Québec). Nos quadragéniaires ne s’engagent pas dans cette voie, laissant au MAU le monopole de ce support qui s’inscrit directement dans la politique de rassemblement du MAU depuis sa fondation. Jacques Halbronn  démontre ses talents d’intervieweur.  Par ailleurs,  Halbronn – dont les travaux  traitent depuis longtemps du prophétisme- au niveau  universitaire- n’hésite pas à ouvrir son « empire »  au monde de la voyance en couvrant notamment  le Salon Parapsy.  Il y a  peu, Halbronn  a choisi le nom de « chaîne de la Subconscience ». Pour Halbronn,  une certaine pratique de l’astrologie individuelle est  difficilement dissociable du champ divinatoire. Rappelons ce paradoxe qui veut que Halbronn n’a jamais donné de consultations individuelles, ce qui peut étonner de la part   de l’un des leaders historiques du milieu astrologique. qui occupe des fonctions de dirigeant de la « communauté » astrologique depuis 1973, – il y a 42 ans -  date à laquelle il  était devenu Vice-Président du CIA, poste longtemps occupé par André Barbault. Plus généralement, d’ailleurs, Halbronn refuse de s’enfermer dans le seul créneau de l’astrologie et voit dans l’astrologie un révélateur du clivage social entre hommes et femmes,  ces dernières constituant désormais le gros des troupes du public astrologique averti, et se complaisant dans ce qu’il faut bien appeler une contre-culture.  En 40 ans,  on ne peut que constater le vieillissement et la féminisation du recrutement astrologique, bien incapable d’attirer à lui, comme il l’avait fait,  quarante ans plus tôt  les jeunes générations de chercheurs.

Halbronn dans le cadre de la Faculté Libre d’Astrologie de Paris, dans les années 90,  aura tenté d’alléger la formation des astrologues praticiens en minimisant le poids de l’astrologie. Il s’oppose au courant personnaliste de Rudhyar et privilégie les approches collectives qui lui semblent correspondre davantage  à l’esprit de l’astrologie. En ce sens,  Halbronn est d’abord un « mondialiste », tout en  ayant  développé la notion de cosmothérapie qui  permet à un praticien de faire de l’astrologie sans y croire, évitant ainsi le contre-transfert., comme il s’en explique dans la nouvelle édition totalement refondue  de Clefs pour l’Astrologie, parue en 1993, toujours chez Seghers.  Rappelons à ce propos,  que Halbronn  aura  su représenter l’astrologie auprès du public éclairé, notamment en rédigeant, en 1994  l’article Astrologie de l’Encyclopaedia Universalis.

 

 

JHB

08 06 15

 

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs