• Accueil
  • > ASTROLOGIE
  • > jacques Halbronn L’astrologie hypothéquée par les défaillances préalables

jacques Halbronn L’astrologie hypothéquée par les défaillances préalables

Posté par nofim le 3 avril 2021

 

 

 

 

L’astrologie hypothéquée, minée par la défaillance des précautions préalables

 

par Jacques Halbronn

 

Les Grecs avaient compris que le monde était géométrique et qu’il ne pouvait être adéquatement appréhendée qu’en utilisant les mathématiques et en recourant à la Logique.. Faute de quoi, l’on se condamnait à l’empirisme des ignorants incapables de savoir à l’avance ce qui était viable et ce qui ne l’était pas. En fait, la Science serait encore la meilleure manière de prévoir, de prédire.Et d’ailleurs, ceux qui s’accrochent à l’astrologie ne sont-ils pas ceux et celles qui ne parviennent jamais à prévoir les conséquences de leurs actes (ou de leur absence d’actes) et/ou de leurs paroles. ?

Dès que nous avons commencé à nous intéresser à l’astrologie, il y a maintenant plus d’un demi siècle, nous avions pensé qu’il fallait commencer par s’assurer sa « cohérence » interne (ce fut le thème de notre colloque d’Amiens en 1986), à commencer par la question des maitrises planétaires. Or, nous avons du constater que la plupart des astrologues étaient indifférents à ce type de recherche  et ils auront continué comme si de rien n’était, de décennies durant, à utiliser les même dispositifs servant notamment à relier les maisons du mouvement diurne entre elles, sans oser en changer un iota ! Du moment que « ça marchait ». Credo quia absurdum.

Dans le domaine médical, le milieu des médecins aura fini par comprendre l’intérêt qu’il y avait à se laver soigneusement les mains, question d’hygiène qui ne les avait pas interpellé auparavant ! Ce qu’on appelle l’approche antiséptique.

On aura compris que la prévention est une priorité, -tout autant que la prévenance (cf nos textes sur ce thème)- quand on travaille dans le domaine de l’humain lequel offre une grande complexité. Autrement dit, plus le terrain est marqué par divers facteurs, plus il faut prendre de précautions avant de se lancer dans le feu de l’action..

Paradoxalement, les astrologues ne semblent guère prévoyants, ne prenant pas toutes les mesures nécessaires en amont, n’effectuant pas tous les contrôles structurels qui s’imposeraient..

Le travail du « théoricien » est celui de l’ingénieur capable de percevoir un défaut de conception, de construction et d’y remédier car on ne jette pas le bébé avec l’eau du bain, ni un appareil parce qu’il ne marche plus ou qu’on en a perdu le mode d’emploi !

Quel niveau d’exigence demander ? Il nous semble aller de soi de respecter le principe du rasoir d’Occam qui vise à rechercher des formulations aussi simples et économiques que possible. On se méfiera de tout ce qui est alambiqué, type usine à gaz ; En fait,il nous apparaît que le travail de l’astrologue doit être compris de tous ceux auxquels il entend s’appliquer et non des seuls adeptes de la technique mise en œuvre ; C’est là un bon garde-fou..On se méfiera donc des solutions informatiques qui permettent de dissimuler, de masquer la complexité et les méandres du dispositif utilisé  en arguant de la « rapidité », toute relative, des calculs. Bien plus, nous pensons que l’astrologue doit faire référence à des facteurs célestes visibles collectivement à l’oeil nu par tout un groupe sans avoir à passer par un télescope.

Il faudra aussi éviter les redondances, les doubles emplois qui permettent de dire les mêmes choses par divers moyens, ce qui est , évidemment, bien commode  car on peut ainsi retomber sur ses pattes, d’une façon ou d’une autre. Or, l’astrologie, de par son syncrétisme, a réuni sous son label diverses techniques qui visent peu ou prou le même objectif et les astrologues n’ont aucun scrupule à les utiliser de concert, comme autant d’alternatives au cas où telle formule ne « marcherait » pas. On ne va quand même pas travailler sans filet.

En bref, il faudrait qu’une instance professionnelle accordât une sorte de certificat à chaque méthode mise sur le marché – comme on le fait actuellement pour les vaccins COVID 19-répondant à une série de critères requis. Avec une certaine dose de cynisme, nombre d’astrologues sont d’ailleurs persuadés que leurs clients ne sont pas à même de juger de leurs performances. Et c’est précisémént pour cette raison que nous voulons que la validation ne dépende pas du client livré à lui même mais de la dite instance. Le temps est révolu où l’astrologue pouvait se contenter de dire  à son client : »vous jugerez par vous-même » comme si le client était en mesure de le faire.Tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute. Il importe que préalablement, un contrôle, une vérification du bien fondé de la méthode suivie aient été effectués et cela en amont et non en aval. En ce nouveau siècle, on n’en est plus à « vérifier » une tradition qui ne tient pas debout structurellement en l’appliquant telle quelle mais bien de s’assurer de sa viabilité d’un point de vue logique, géométrique, formel.Ce n’est peut être pas une condition suffisante mais elle est certainement nécessaire..

Selon nous, on demande des « preuves » quand quelque chose ou quelqu’un est suspect et dans ce cas il n’y en aura jamais assez. En revanche, si l’on fait preuve d’une certaine transparence, si l’on ne donne pas l’impression que l’on est en face d’un prestidigitateur qui trouvera toujours le moyen de s’en sortir, une relation de confiance s’établira entre le milieu astrologique et la Société . En fait, c’est à l’astrologie ainsi sécurisée qu’il faut se fier et non au sentiment du client venu justement consulter parce qu’il est perdu. Est ce que les gens vont vérifier s’ils sont bien de tel ou tel signe ? Non, ils se disent que s’ils sont de tel signe, il faut qu’ils apprennent à se connaître. Cela tient au fait que le dispositif qui distribue les signes selon la date de naissance est facile à comprendre et que le texte est écrit et connu à l’avance, dans les média, et non après coup. La solution est probablement à trouver dans un juste milieu entre le thème natal combinant un nombre considérable de notions (aspects, signes, maisons, planètes) qui s’entrecroisent et l’horoscope de presse. Cela dit, les reproches du genre : l’horoscope de presse suppose un même « destin » pour tous les natifs de tel signe sont mal venus. Le public est assez intelligent pour comprendre que l’on n’est pas unique en son genre:si quelqu’un apprend qu’il est de tel signe, il est parfaitement conscient de ne pas être le seul dans ce cas et en plus il pourra se comparer avec d’autres personnes du même signe ; En revanche, le thème natal enferme le sujet dans sa prétendue spécificité unique, ce qui prive le client, ipso facto , de moyens de contrôle en aval en procédant à quelque forme de statistique…ESt ce qu’une femme qui va voir un gynécologue imagine qu’elle est unique en son genre?Au contraire, elle est rassurée d’avoir affaire à quelqu’un qui connaît parfaitement l’anatomie des femmes en général – ce qui est validé par un diplôme – avant d’observer son cas personnel (cf à ce sujet notre brochure L’astrologue face à son client. Les ficelles du métier »-il en existe une traduction anglaise par Geoffrey Dean.) C’est ce que nous appelons commencer par ce qui est en amont avant de passer à ce qui se situe en aval. Ne mettons pas la charrue devant les bœufs.

Sachons que nous ne défendons pas pour autant l’astrologie actuellement pratiquée dans la presse mais elle n’en reste pas moins par certains côtés la plus saine. Selon l’Astrologie Relativiste que nous avons récemment élaborée la position du soleil natal est une donnée centrale qui ne saurait être placée au même niveau que les positions des autres planètes et en cela nous confirmons une pratique des aspects des planètes « dans le ciel » avec le degré du soleil natal (ou plus largement du décan où il se trouve) mais nous ne pensons pas que toutes les planètes sont à considérer en transit par rapport au dit soleil comme cela se pratique dans les horoscopes de presse du moins quand ils sont conçus selon les règles au sens de Marie-Louise Sondaz qui a mis en place un tel modèle (cf la vidéo de Serge Bret Morel sur les horoscopes de presse) et enfin nous ne pensons pas que l’on puisse astrologiquement prévoir l’avenir du premier venu car nous considérons que cette « prévisibilité » est réservée à la caste des leaders et c’est bien là un point à envisager : est ce qu’il est logique que tout le monde soit mu par les astres, est-ce que cela ne serait pas cause d’une terrible cacophonie. La personne « prévisible » est celle qui sera chargée d’exercer un certain pouvoir mais cette prévisibilité par là même en limitera l’exercice dans le temps, en instaurant les durées des phases, des périodes.

 

 

JHB 03 04 21

 

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs