• Accueil
  • > ASTROLOGIE
  • > jacques Halbronn Nouveaux aperçus autour de la complémentarité Jupiter-Saturne en Astrologie Politique

jacques Halbronn Nouveaux aperçus autour de la complémentarité Jupiter-Saturne en Astrologie Politique

Posté par nofim le 26 avril 2021

 

Nouveaux aperçus autour de la complémentarité Jupiter-Saturne en Astrologie politique

par Jacques Halbronn

 

L’histoire des relations entre les planètes Jupiter et Saturne ne date pas d’hier. Il y a 1000 ans environ, un astrologue du monde musulman, Albumasar, édifiait une théorie des Grandes Conjonctions autour de ces deux astres en tenant compte non pas des 12 signes dans lesquels ils se rejoignaient mais plus sommairement des 4 Eléments auxquels appartenaient ces signes.

Notre approche est différente en ce qu’elle ne s’intéresse pas aux aspects se formant entre Jupiter et Saturne mais aux rapports de force évoluant régulièrement entre ces planètes.

Expliquons -nous, ces planètes ne jouent pas dans la même cour. Saturne est l’astre du peuple et Jupiter celui de l’élite, des chefs. Or, selon l’astrologie relativiste, tout dépend du leader qui est élu ou qui s’impose à la tête de la communauté considérée. Autant le processus saturnien est-il irréversible et implacable, autant le processus jupitérien laisse une certaine marge de manœuvre aux sociétés puisque selon la position du soleil natal du chef, l’impact sera différent.

Autrement dit, il y a certes une tension entre Saturne et Jupiter mais cela dépendra des jupitériens placés à la tête de la communauté et tant que l’identité du chef n’est pas connue , il ne sera pas possible de déterminer comment les choses se passeront.

 

Il reste que le cycle de ces deux planètes est défini par nous de façon analogue : si les équinoxes et les solstices rythment le cycle de Saturne, ce sont les carrés et les conjonctions/oppositions qui structurent le cycle de Saturne. Or, pour nous, l’axe des carrés est en analogie avec l’axe des équinoxes et l’axe conjonction/opposition est en analogie avec l’axe des solstices.

C’est ainsi que si Saturne est en phase équinoxiale, Jupiter pourra se trouver en phase de quadrature ou de conjonction, puisque cela dépendra du jupitérien qui sera au pouvoir à ce moment là.Soit, le jupitérien sera sur la même longueur d’ondes que Saturne, soit, il en prendra le contre pied, contrariant ainsi la dynamique périodique de Saturne. Si l’on prend 1989 avec le passage de Saturne au solstice d’hiver, ce qui genére un climat d’hypermnésie peu favorable au maintien des Unions, les choses auraient pu évoluer différemment selon le leader au pouvoir. Si le chef avait été dans un rapport de quadrature avec Jupiter – ce qui équivaut, on l’a dit, à l’équinoxe- il aurait pu tenter de maintenir le cap et calmer les tendances centrifuges. Inversement, quand Saturne se trouve en période équinoxiale, ce qui affaiblit les sentiments d’appartenance et favorisent la recherche d’un monde nouveau, le choix d’un leader en phase conjonctionnelle (en analogie avec la solsticialité) aurait généré une « résistance », ce qui a pu se produite au moment de l’Occupation nazie.

Notons que la période saturnienne est plus longue que celle de Jupiter, si l’on découpe en 4 les cycles, soit respectivement de 3 et de 7 ans.( Notons que 3 + 7 = 10).  Cela signifie qu’au bout de 3 ans le leader ne pourra plus maintenir le cap car il sera obligé de changer de programme.Il faudra donc le remplacer à moins que l’on ne juge pas nécessaire de poursuivre la même politique. Par ailleurs, il se peut fort bien qu’à un instant T, Saturne change de phase de son côté.

Il y a donc toute une « cuisine » à envisager et à mettre au point, en tenant compte de certaines variables. L’on reconnaît là les problématiques propres au droit constitutionnel, à savoir l’élection du chef, des représentants du peuple et la durée des mandats. Saturne correspondrait au législatif et Jupiter à l’éxécutif. Il serait bon d’ajuster le calendrier fixé par les institutions sur les données astrologiques. Pour ce qui est de Saturne, il n’y a pas de suspense, on sait à l’avance quelle sera sa tonalité pour une période donnée,pas besoin de sondage d’opinion pour le savoir. En revanche, pour ce qui est de Jupiter, on aura compris qu’il existe plusieurs options,si l’on admet que le Jupitérien, à lui seul, est en mesure de changer la situation. Un contre tous. Il reviendrait probablement à une sorte de Sénat, de chambre « haute », réunissant les leaders, de négocier avec la chambre « basse », les Communes, comme on dit outre Manche, ce qui est la base du bicamérisme. Aux USA, on a le Sénat et la Chambre des Représentants. Mais évidemment, le contenu de ces deux instances n’est pas exactement celui dont il est question ici mais n’en exprime pas moins une forme de dualité, ce qui montre que le Droit Constitutionnel n’en refléte pas moins quelque part un ordre correspondant à celui que nous avons décrit.

 

 

Toutefois, comme nous le verrons, la question est de savoir

si le passage sur un axe équinoxial ou solsticial n’est pas lié aux quatre étoiles fixes royales, ce qui donnerait raison à l’astrologie dite sidéraliste.

 

JHB

 

26. 04. 21

 

 

 

 

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs