• Accueil
  • > ASTROLOGIE
  • > Le corpus astrologique français de la fin du Xve siècle à celle du Xxe siècle

Le corpus astrologique français de la fin du Xve siècle à celle du Xxe siècle

Posté par nofim le 1 mai 2021

 

Le corpus astrologique français de la fin du Xve siècle à celle du Xxe siècle

par Jacques Halbronn

 

Extrait d’un mémoire inédit de près de 200 pages, datant de 1988 intitulé Introduction bibliographique à l’Etude de l’Astrologie française de la fin du Xve siècle à la fin du Xxe siècle, sous la direction de Jean Céard Paris XII)

 

 

Nous avons souhaité revenir sur cette époque vieille d’une trentaine d’années en extrayant de ce mémoire les idées, les pistes les plus intéressantes avec le recul. Nous avons déjà consacré une étude à tout ce qui se rapporte à Nostradamus dans la dite Introduction.

Avant-propos

 

Au début de notre période l’imprimerie accueille l’Astrologie comme elle le fait pour tant d’autres sujets médiévaux.

L’Astrologie française, en tout état de cause,jouit en cette seconde partie du Xve siècle d’un statut qui date de plusieurs siècles : elle tient sa place au sein des disciplines enseignées à l’Université, dans le Quadrivium.

Elle est lourde de toute une scolastique mais elle est servie par une langue qu’Oresme a affinée. C’est à la mise en question puis à la perte de ce statut que l’on assistera. Mais comment cette astrologie de langue française se comportera -t-elle dans le concert européen, quelles influences s’exerceront sur elle et quelles astrologies lui seront redevables ? Combien de temps lui faudra-t-il pour s’émanciper du latin ?

Nous avons voulu d’abord- d’où le titre de ce mémoire-reconstituer le tissu astrologique français des 500 dernières années.

 

Annonce du plan.

Pour ce faire, nous avons constitué trois corpus.

 

 

 

Première Partie Les textes recensés

Nous distinguerons un corpus « externe » constitué de titres de livres, de chapitres et un corpus ‘interne », constitué d’extraits qui nous ont semble significatifs d’un certain état d’esprit à l’égard de l’astrologie

Ce premier corpus est, évidemment, extrait de la masse de la production écrite qu’il convenait de parcourir pour cerner dans quelle mesure elle traitait, peu ou prou, la question astrologique. Il n’était en effet pas question de se contenter de compulser catalogues et bibliographies ; il convenait de prendre connaissance de la plupart des textes de façon à saisir certaines similitudes, certaines influences que des intitulés différents pouvaient ne pas laisser supposer .Ce travail n’avait pas été accompli ni pour l’astrologie française ni pour une autre astrologie. Ce premier corpus posait un certain nombre de problémes de datation et d’attribution(paternité non identifiée ou influence non reconue)

Nous avons voulu déterminer les facteurs externes, c’est à dire ne dépendant pas directement d’un processus interne à l’astrologie, agissant sur le développement de l’astrologie au cours des cinq derniers siècles en faisant apparaître un certain nombre de problématiques permanentes.

I Les échanges avec d’autres cultures dont bénéficie l’astrologie

II Les lieux et les agents de production

III Les stimuli astronomiques

IV Les stimuli politiques.

 

Deuxième Partie L’astrologie au combat

A partir d’un choix de passages significatifs , nous avons voulu montrer comment l’astrologie se nourrissait de son passé, jamais vraiment considéré comme obsoléte, comment elle s’en servait,comment elle savait récupérer et vivre avec les objections qui lui étaient apportées.

De fait , l’astrologie apparaît le plus souvent sur la défensive, est vécue comme un savoir contesté tout au long des cinq siècles , cherchant à se justifier

 

 

 

 

Troisième Partie Anthologie

Notre troisième corpus comprendra un ensemble de textes dont nous fournirons des extraits assez substantiels. Il importe, en effet, que notre recherche puisse être appréhenée directement. Nous renverrons à l’édition de 1866 qui comporte les trois textes de notre corpus à laquelle nous adjoindrons un certain nombre d’autres textes, notamment des extraits des Prophéties de Du Pavillon, des Prophéties de Joseph le Juste, du Mirabilis Lib

 

 

Quatrième Partie Conclusion : l’approche décennique

On s’est demandé si notre corpus faisait ou non apparaître dans sa globalité un certain nombre de phases. C’est ainsi que nous avons cru pouvoir dégager un certain nombre de décennies clef, ce qui

permettait d’embrasser l’ensemble de nos analyses précédentes.

Il importe que chaque texte relatif à l’astrologie soit resitué dans une dynamique historique. Car la recherche en astrologie doit s’appuyer sur une description des contextes successifs et non sur des études anecdotiques et ponctuelles.

 

 

On note dans ce texte un large développement sur Claude Dariot et l’astrologie horaire qui sera repris en 1990 dans l’édition de son traité, chez Pardés. Par ailleurs en 1987, était paru en anglais une importante étude en anglais de notre fait, reprenant plusieurs éléments dont il est question en 1988 (Astrology Science and Society : « the revealing process of translation and criticism in the History of Astrology » (pp. 197-218). Ce texte n’a pas été traduit en français mais a été bien signalé par un Nicholas Campion dans le Collectif History and Astrology, Clio and Urania confer ;1989(Dir A. Kitson) notamment à propos de Jean Bodin.

Enfin, en 1994 paraitra notre Catalogue de l’exposition Astrologie et Prophétie. Merveilles sans Images à la BNF  qui reprend certaines pistes exposées dans la dite Introduction

 

JHB

30. 04 21

 

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs