• Accueil
  • > ASTROLOGIE
  • > Jacques Halbronn Astrologie. Saturne comme gardien de l’Entre soi.

Jacques Halbronn Astrologie. Saturne comme gardien de l’Entre soi.

Posté par nofim le 1 juin 2021

 

Saturne comme gardien de l’Entre soi . Le piége sémantique de l’unité.

par Jacques Halbronn

 

Comme on l’on a exposé, il importe de considérer la polarité Lune Saturne non pas comme présentant deux valeurs opposées mais comme allant dans le même sens. Rappelons que les signes opposés appartiennent à une même quadruplicité : cardinaux, fixes ou mutables. Evitons de muliplier les significations et acceptons une telle simplification dans un esprit que l’on pourra qualifier de jupitérien si l’on admet que Jupiter est un vecteur d’unité.

Il y a une dimension d’Entre soi dans cet axe Lune-Saturne, c’est à dire de fermeture. Mais on est ici en pleine ambiguité car le fait de s’intégrer au sein d’un groupe n’est-il pas en soi un signe d’ouverture ? L’immigré qui s’efforce de s’assimiler fait à la fois preuve d’une tendance grégaire mais, en même temps, sa démarche va également l’isoler, le séparer des autres groupes. On connait le « cocon »cancérien (sgne associé à la Lune dans les maitrises planétaires), cela peut aller jusqu’au copinage, au népotisme, au repli identitaire, au club, à la chapelle. Et selon nous, cela affecte l’ensemble de la polarité Lune-Saturne. De la même façon, la conjonction et l’opposition ne font qu’un tout comme l’axe solsticial Eté-Hiver. C’est du moins ainsi que l’astrologie apporte son éclairage qui n’est pas nécessairement celui de la météorologie, de l’astronomie ou des phases de la Lune (nouvelle Lune/pleine Lune)

En revanche, Jupiter incarne de façon beaucoup plus légitime l’idée d’unité non pas au sein d’un groupe donné mais bien à un niveau bien plus global, transdisciplinaire, trans-courant., transnational. Le soleil associé à Jupiter « brille pour tout le monde », il attire autour de lui les éléments les plus divers qui gravitent autour de lui. L’unité n’est pas pour Jupiter une donnée de départ mais un objectif à atteindre..

 

Face à la dynamique jupitérienne, le saturnien est sur la défensive, dans une position obsidionale, d’assiégé face aux influences étrangères. En ce sens, le saturnien a besoin du jupitérien pour jouer pleinement son rôle de gardien d’un certain Entre Soi, pour déjouer les critiques, les menaces de déstabilisation, de division.Tous les moyens sont bons pour le Saturnien pour dénoncer, décourager ce qui peut porter atteinte à l’unité du groupe qui est le sien. On voit donc que l’usage du mot « unité » n’a pas le même sens chez Saturne et chez Jupiter. L’un entend maintenir une certaine mémoire, un consensus, une histoire alors que l’autre entend réunir les ennemis d’hier, comme ce fut le cas à la naissance de ce qui deviendra l’Union Européenne..

On aura compris que Jupiter pencherait plutôt vers la Science et la Technique alors que Saturne est ancré sur une certaine langue, une certaine culture censées caractériser son ensemble de référence.

Il serait bon que le public prenne l’habitude d’utiliser notre terminologie jupitero-saturnienne sans avoir besoin de regarder le thème natal ou le signe solaire qui pour nous ne sont pas des outils pertinents.

Un des paradoxes de la démarche jupitérienne tient au fait qu’il n’appartient à aucun groupe, à aucune école sinon celle qu’il a lui même déterminée ; Nous avons déjà récemment insisté sur la nouveauté comme facteur d’unité et d’égalité. Le pari jupitérien est d’obtenir un ralliement autour de son projet, de son modèle, dont la qualité maitresse est la nouveauté. Mais selon nous, le jupitérien est du côté de la Science, ce qu’il propose repose sur une analyse en profondeur d’un certain nombre de données  et en ce sens, c’est un chercheur dans le plein sens du terme.Comme nous l’avons écrit le scientifique n’est pas le saturnien mais le jupitérien, car le saturnien s’efforce avant tout de « sauver » un statu quo et en ce sens, c’est un réactionnaire et un démagogue puisque Vox populi vox Dei. Il a la religion du peuple, il croit quelque part en son infaillibilité

Un autre paradoxe à signaler tient au fait que ce que défendent les Saturniens correspond à des propositions anciennes de Jupitériens , ces propositions étant désormais caduques, dépassées comme le sont inexorablement les anciennes théories scientifiques ou artistiques . Face à la Science et à la Technique en constante exploration, le Saturnien opte pour une pérennité culturelle traversant les siècles car il ne veut pas jouer les Apprentis sorciers, craint de démonter la machine et ne plus savoir /pouvoir la rétablir. Le Saturnien juge le Jupitérien « casse cou », l’accusant de quitter la proie pour l’ombre. En ce sens, Saturne est dans la résistance face à Jupiter « empêcheur de tourner en rond » .

Le clivage Gauche -Droite convient assez bien pour opposer respectivement le jupitérien et le Saturnien à condition toutefois de ne pas se leurrer. Le jupitérien sait d’instinct qu’il faut savoir gérer la diversité car c »est là le prix à payer pour faire cohabiter les gens au sein d’un même ensemble. A contrario, le Saturnien rêve d’une conformité,loyauté à un seul et même modèle, non pas à un nouveau modèle mais à un ancien modèle. Le Saturnien évoquera volontiers les « territoires perdus de la République » au lieu d’admettre qu’il faut de tout pour faire un monde.

Astrologiquement – ou du point de vue de l’anthropo-cosmologie – il existe une cyclicité qui renforcera ou affaiblira Saturne selon que « sa » planète passera, sur une base chaque fois de sept années, sur l’axe solsticial ou équinoxial.L’équinoxial a une dimension universelle, indéterminée (Printemps-Automne, aube, crépuscule) alors que le solsticial renforce les spécificités, les oppositions.(Eté Hiver, Jour Nuit etc) Au niveau cyclique, l’on sait désormais quand on entre dans une phase de renforcement des différences -hypermnésie- ou quand on passe à une phase de nivellement, d’amnésie. C’est quand Saturne passe par une phase d’amnésie que Jupiter pourra le plus marquer des points, désenclaver, déverrouiller et c’est quand Saturne retrouve tous ses moyens, que les groupes tendront à se verrouiller, au grand dam de Jupiter qui s’expose à des fins de non recevoir.

Nous dirons que le colonialisme est surtout une valeur de gauche- le refus de la frontière, l’acceptation de l’altérité- et l’on comprend, à l’inverse, que la droite ait largement contribué à sonnet le glas de l’empire colonial français « outre mer », un boulet dont il fallait se débarrasser, comme le reconnaitra De Gaulle, craignant à terme les effets de la promiscuité.. De fait, le jupitérien risque d’être assez envahissant, dans l’ingérence alors que le saturnien qui constitue l’humain moyen donc le plus fréquent, se révéle finalement assez xénophobe et anti-immigré au nom d’un refus de s’assimiler de la part des nouveaux venus. -on pense au discours d’un Eric Zemmour.

 

 

 

JHB

01. 06 21

 

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs