• Accueil
  • > ASTROLOGIE
  • > Jacques Halbronn Le statut astrologique d’Uranus et de Neptune au XIXe siècle

Jacques Halbronn Le statut astrologique d’Uranus et de Neptune au XIXe siècle

Posté par nofim le 12 juin 2021

Le statut astrologique  d’Uranus et de Neptune au XIXe  siècle

(supplément  à l’ouvrage  de  P. Curry, N. Campion, J. Halbronn  La vie astrologique il y a cent ans d’Alan Leo à F. Ch. Barlet.  ed  Guy Trédaniel – Ed. La Grande Conjonction  1992.)

par  Jacques  Halbronn

Une question cruciale pour l’ histoire de l’astrologie « contemporaine » est celle des « nouvelles » planètes. En 1781, Herschell pointe un astre au delà de Saturne que l’on baptisera d’abord du nom de son « inventeur », d’où le H majuscule qui continuera à lui servir de glyphe  alors que le nom d’Uranus finira par s’imposer en suivant une veine mythologique. et en 1846 ce sera le tour d’Urbain le Verrier avec Neptune. En ce qui concerne l’accueil de ces nouveaux venus dans la littérature astrologique de l’époque, c’est surtout outre Manche qu’il faut aller chercher. Il ressort que la découverte d’Uranus sera interprétée au prisme des événements révolutionnaires du moment. Et de fait la représentation que la communauté astrologique va se forger de l’influence de la dite planète semble bien avoir été marquée par l’esprit du temps (Zeitgeist). 

On peut parler d’un duo Uranus- Neptune jusqu’à l’arrivée d’un troisiéme larron, Pluton en 1930 dont le nom était déjà présent dans le Manuel d’astrologie sphérique et judiciaire de Fomalhaut (alias Nicouleau).  Le nom de ces deux astres  n’a pas de lien évident avec les  descriptions qui sont actuellement généralement admises d’où la thèse que nous avancerons  à savoir que les astrologues auront pour la circonstance puisé dans un certain Inconscient Collectif, d’où l’émergence d’une dialectique  Uranus Neptune qui recoupe selon nous la dialectique  Jupiter-Saturne, les valeurs « uraniennes » de l’astrologie contemporaine correspondant à Jupiter  et les valeurs « neptuniennes » à Saturne.  Entendons par là que nous ne considérerons pas ces valeurs comme émanant des dites planétes mais comme des projections sur celles-ci, dans le cadre de ce que l’on peut appeler une anthropocosmologie. Autrement dit,  il n’est pas question de prendre en considération  leur « influence » au prisme de leur cyclicité astronomique, contrairement aux pratiques en vigueur (cf  l’astrologie conditionnelle de Nicola et le RET)

 

Dans le collectif qu’il anima  en 1951; Jupiter  & Saturne,(reed. 1980)  André Barbault  propose de répartir les planètes entre « valeurs Uraniennes »  et  « valeurs Neptuniennes »(pp. 40  et seq) Dans le premier groupe, il place Soleil, Mars et Saturne et dans le second   Terre, Lune, Vénus  et Jupiter. Barbault  « considère qu’Uranus et Neptune représentent des forces originelles auxquelles on peur rapporter les planètes du septénaire (..) nous sommes en présence de deux familles planétaires/ D’une

part, les planètes séches, rétractées, intensives, de natyre rationnelle  et volontaire, donnant un développement  vertica -///= désir de trandir »l (…) D’autre part, les planètes humides, extensives, de nature instinctive, donnant un développement horizontal …) besoin de s’étendre » A partir de là l’auteur décrit ainsi  Uranus

 

 et Neptune:

« Saturne: L’abstraction, la théorie, la science, l’analyse, la spéculation  (intellectuelle), la recherche des causalités, la spécualisation, la limitation; la systématisation, le rationalisme »

« Jupiter:  La puissance des instincts viteaux, l’ampleur, la conciliation, le sens collectif, la cohésion la sympathie, l’unité, l’ensemble, l’humanité et la bonté universellle » -(///)Comme dieu du ciel, maniant la foudre, comme maître des dieux, père

de Minerve, Jupiter présente un  caractère uranien/Mais n’oublions pas qu’il est de nature double, étant à la fois raison et instinct; il participe donc de la nature uranienne et de la nature neptunienne  » (p.49)

 

 

 

 

 

 

 

Bibliographie

1978  Nancy Metz

Fomalhaut;  1897

1987 Alan Léo L’astrologie de tout le monde, Guy Trédaniel éditeur (reprint  1906)

Alfred   H. Barlet   L »analyse raisonnée  de l’astrologie  Ibidem

: P. Curry, N. Campion, J. Halbronn  La vie astrologique il y a cent ans d’Alan Leo à F. Ch. Barlet.  ed  Guy Trédaniel – Ed. La Grande Conjonction  1992.

Recherches sur lhistoure de l’Astrologie et du Tarot,  avec Etteilla L’astrologie du Livre de Toth (11785), Ed Trédaniel  Ed la Grande Conjonction 1993

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs