• Accueil
  • > ASTROLOGIE
  • > Jacques Halbronn Le jupitérien et les changements de paradigme en milieu astrologique depuis 50 ans.

Jacques Halbronn Le jupitérien et les changements de paradigme en milieu astrologique depuis 50 ans.

Posté par nofim le 24 juin 2021

 

Le jupitérien et les changements de paradigme  en milieu  astrologique depuis cinquante ans.

 

Par  Jacques  Halbronn

 

Dans ce texte, nous adopterons une approche autobiographique, ce qui correspond assez bien à une approche anthropocosmologique devant s’ancrer dans la réalité de ce que nous vivons ici- bas avant de se demander quelles relations établir avec le cosmos.

Rappelons que pour nous, le jupitérien est en dialectique avec le monde saturnien et qu’il a mission de guider, ce qui implique qu’il puisse changer périodiquement les paradigmes institués qui sous- tendent et encadrent la vie sociale des Saturniens. Comme on le voit dans le Livre de l’Exode (ch. III), un seul personnage suffit à changer le destin de toute une communauté.

 

On commencera en 1974, au sein du Centre International d’Astrologie qu’André Barbault avait décidé de reprendre en main, ce qui avait finalement conduit à la création du Mouvement Astrologique Universitaire (MAU). Cela donna lieu à l’émergence d’un nouveau paradigme qui rompait avec le cadre associatif traditionnel, lequel paradigme  tendait vers un fédéralisme informel  mobilisant toutes sortes de groupes dispersés géographiquement, couvrant notamment toute la France mais aussi les parties francophones de la Belgique et de la Suisse. Le vecteur principal en était le « congrès », lequel mobilisait des participants bien au-delà du périmétre parisien, ce qui avait été le champ clos du CIA depuis sa naissance en 1946, un an avant notre naissance. Le Guide astrologique venait compléter cette dynamique fédérale en recensant l’ensemble des événements et des participants, passés et futurs. Cela débuta en 1981 avec la parution d’un « Bottin Astrologique »édité par le MAU dans le cadre de ses éditions de la Grande Conjonction, ce qui aboutira à une co-édition avec les Editions Guy Trédaniel jusqu’en 1995. En 1984 paraitra le « Guide de la Vie Astrologique » (GVA). L’activité d’édition avait été « boostée » par notre publication à partir de 1979 du Traité de l’Heure dans le Monde de « Gabriel ». Comme le reconnaitra Barbault, dans sa préface à la réédition de Jupiter Saturne aux Ed. Traditionnelles, c’est à partir de 1974 que le CIA se marginalise.

Il nous faut à présent parler des événements de 1986 qui nous opposèrent à Maurice Charvet qui avait décidé de reprendre en main comme Barbault 12 ans plus tôt le GERAS (Groupe d’Etude et de Recherche en Astrologie Scientifique) fondé par Patrice Louaisel en 1974. On ne reviendra pas sur l’imbroglio qui conduisit  Louaisel à se faire élire Président de la dite association qu’il avait délaissée des années durant. En effet,  nous avions été élu en 1986 Vice Président du GERASH comme nous l’avions été en 1973 pour le CIA.  Or, Louaisel avait finalement décidé de démissionner à peine élu, ce qui nous plaçait à la tête du GERASH. Pendant l’Eté 1986 Charvet  obtint la dissolution du GERASH et la dévolution de ses biens à une association lyonnaise créée pour la circonstance,  quelques jours plus tôt, le CEDRA (Centre d’Etudes et de Recherche en Astrologie). Le problème, c’est que les enjeux au sein de telle ou telle association étaient devenus secondaires face à la dynamique fédérale du MAU lequel avait d’ailleurs organisé en 1984  un Congrès en plein centre de Lyon et qui avait développé à Genéve, une activité de congrès depuis 1979, ce qui ferait de la Suisse Romande le lieu des tout premiers congrès astrologiques helvétiques avant l’essor des Congrès de Zurich et de Lucerne. Par ailleurs, nous avions contribué à la formation d’une Fédération des Enseignants en Astrologie en 1985, autour de Denise Daprey (cf Congrès d’Orléans) réunissant divers responsables de structures d’enseignement tant et si bien que la dissolution du GERASH devenait une affaire assez secondaire dans le contexte de l’époque. Rappelons que dans le domaine des fédérations, nous avions suscité diverses expériences, à Lille (avec un axe  Espagne, France- Belgique-Allemagne) en 1978, avec la présence de Denis Labouré, alors président du GERASH, à Bruxelles, en 1980  et  à la suite à Luxembourg autour d’une Fédération des Astrologues francophones,  avec la participation de Charvet  sans oublier la création en 1979  de la FIMA, la Fédération International Méditerranéenne avec une participation  italienne, espagnole et israélienne) fondée à Nice  avec notamment la présence de la grecque Theodora Dakou qui organisera dans ce cadre en 1982 un Congrès à Athènes /

D’ailleurs, dans son compte rendu de notre GVA dans la revue Astralis, Charvet avait observé avec énervement  un tel processus  fédéral informel. D’ailleurs, le MAU avait remplacé « Universitaire » par « Unifié », ce qui soulignait la démarche fédérale. On aura compris qu’en notre qualité de jupitérien nous avions changé les régles du jeu dans le milieu astrologique, le Congrès étant mis au service du fédéralisme. D’ailleurs, en 1984 s’était formée une Fédération Française d’Astrologie (FFA) avec pour présidente Danièle Rousseau, qui convoquera l’année suivante un congrès à Cannes. La dissolution du GERASH allait ouvrir un boulevard sur Lyon  au RAO (Rassemblement des Astrologues Occidentaux)  de  Robert Jourda, ce qui serait un coup de grâce pour Charvet, le dit RAO  s’affirmant notamment pour longtemps avec l’organisation de Colloques lyonnais. En 2000,  le RAO participera au Colloque du MAU et du CURA (Centre Universitaire de Recherche  en Astrologie (fondé par Patrice Guinard), à Paris. Notons cependant que le RAO donnera naissance à la Fédération des Astrologues francophones (FDAF) du fait d’une scission menée par Alain de Chivré en 1995, avec lequel nous avions organisé un congrès dans sa ville de Nantes en 1983 et qui avait participé à la création de la FEA en 1985.

En 1997, une nouvelle édition de notre GVA paraitra sous le titre de Guide Astrologique (Ed. O. Laurens) puis une autre encore sur CD en 2006 (à présent en ligne). On peut dire que pour nous le couronnement de cette période allait être le grand congrès national de 2004 à Paris,célébrant les 30 ans du premier congrès que nous avions suscité, en présence de Julienne Mullette Sturm (International Society  for Astrological Research ISAR)revenue à Paris pour la circonstance. Ce congrès d’ailleurs correspondra à la fin des congrès annuels organisés à Paris par Yves Lenoble (ARRC, Association pour la Recherche des Rytmes Cosmiques) et Catherine Gestas(Source) et du Salon des Astrologues au Palais des Congrès de la Porte Maillot  juste en face de l’Hotel Méridien où s’était tenu le congrès de Paris de 1974. En 2003, Lenoble, qui sera présent  à notre Colloque de 2004 avait fait une communication sur l’Arbre généalogique du milieu astrologique français qui était loin de donner une représentation correcte du domaine.(cf aussi son dernier ouvrage dont nous avons fait la critique par ailleurs)

Mais l’histoire ne se termine pas là. En 2008, le jupitérien que nous sommes, à la suite de TV Urania de Roger Héquet lancera Teléprovidence, axée sur des vidéos  avec toute une tournée des astrologues, avec comme moment majeur le congrès astrologique de Montréal en 2009. Notre chaine sur YouTube comporte actuellement  plus de 18000 vidéos car nous avions pris l’habitude de filmer nos activités en 1978-79 puis en 1984 à Lyon, et à Paris en 1988-89 et bien entendu en 2004.En1995, nous avions sorti un cassette vidéo recensant nos activités sur 20 ans (l’épopée du MAU en ligne)

Mais en termes de paradigmes, on ne saurait oublier nos publications relatives à la science astrologique elle-même : de Clefs pour l’Astrologie, Ed Seghers 1976, en passant en 1986 par la Pensée Astrologique (Ed Artefact –Veyrier) en préambule de la réédition de l’Histoire de l’Astrologie de Serge Hutin jusqu’à l’Astrologie selon Saturne (La grande Conjonction 1994) où nous annoncions des mouvements sociaux pour l’année suivante. Actuellement, nous avons lancé  le concept d’anthropo-cosmologie  et nous pensons qu’il est temps de sortir de ce  ghetto astrologique que nous avons animé durant des décennies, depuis 1973 et notre élection à la vice -présidence du CIA, en repensant en profondeur notre domaine. Tel est notre nouvel  enjeu..

 

 

JHB

24 06 21

 

 

 

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs