• Accueil
  • > NOSTRADAMUS
  • > jacques Halbronn La question des additions dans les éditions centuriques 1588-90

jacques Halbronn La question des additions dans les éditions centuriques 1588-90

Posté par nofim le 20 août 2021

 

 

 

La  question des additions dans les éditions centuriques 1588-1590

 

 

par  Jacques  Halbronn

 

 

Nous partirons de l’édition  parisienne   Veuve Nicolas  Roffet,  1588 (Biblio 0128 pdf  prophéties.it)

¨

. Le titre implique une addition à la « dernière centurie ». de 39 articles. Nous avions pensé que cela visait la VIIe centurie mais en fait c’est en fait une addition à la Centurie VI et c’est par erreur selon nous que l’on aura noté « Centurie VII » alors que les quatrains  ajoutés sont numérotés de 72 à 84 c’est à dire à la suite des 71 quatrains de la Vie. Autre erreur : on aura mis 39 articles au lieu de 29 puisque 71 + 29 = 100.

La comparaison avec le  traitement de la Centurie IV dans cette même édition parisienne est tout à fait parlante lorsqu’il s’est agi de compléter la dite centurie s’arrêtant à 53 quatrains pour parvenit, au prix d’une addition à 100

Prophéties de M . Nostradamus  adioustées outre les précédentes impressions  Centurie IV.

Prophéties  de M.  Nostradamus adioustées nouvellement -Centurie VI (et non VII)

 

Le scénario se répéte : on part d’une centurie qui n’arrive pas jusqu’à 100 et l’on annonce une addition : « adioustées » dans les deux cas.  Cela montre que la centurie VI  tout comme la Cenurie IV  a été constituée en deux temps au moins.

Force est de constater que c’est par erreur que la formule « septiesme centurie » apparaît alors qu’il s’agit de la suite, de la continuation  de la Vie centurie tout comme cela aurait été une erreur que de nommer cinquiéme centurie, la suite de la Ive Centurie.  Bien pis,  il est  indiqué centurie VIIIe alors que la Centurie VI -(alias 7) n’en est qu’à 84 quatrains, la dite VIIIe centurie ne comprenant ici que 6 quatrains  suivis du mot « FIN ».En fait ces centurie VII et VIII n’auraient du être que des additioins à la centurie VI et « dernière ». Si l’on additionne les 12 quatrains  de la « VII «  et les 6 quatrains de la « VIII », on obtient 18 quatrains alors que la VI s’arrétait à 71 quatrains., ce qui donnerait 89 quatrains à la VI.

Que conclure ? Que les éditions 1557 ne rendent pas compte de cet état des choses, puisqu’elles ne signalent  aucune addition à la différence des éditions parisiennes du même type que celle que nous utilisons ici et qu’elles proposent une sixiéme centurie à 100 quatrains plus une centurie VII à 40 o u 42 quatrains(selon les exemplaires conservés respectivement à Budapets  et à Utrecht). Il s’agit là d’un contre sens, comme on l’a montré, l’ensemble devant se limiter à six centuries et les additions ne concernant pas une VIIe centurie mais une Vie centurie à 71 quatrains. Notons que l’édition Anvers 1590 St Jaure, comporte 99 quatrains seulement à la Vie centurie et 35 à la VIIe. Il apparaît qu’ il a du exister une édition à  6 Centuries « pleines » se terminant par un quatrain latin  et que l’on aura voulu ajouter des quatrains à cet ensemble  pour constituer une viie centurie  d’où la suppression du quatrain 100  dans l’édition Anvers St Jaure 1590.

 Autrement dit, cette septiéme centurie n’aurait jamais du exister, elle est le fait d’une confusion. La 7° n’était au départ que la suite de la centurie VI à 71 quatrains tout comme la centurie IV se constitua en deux temps. Par la suite le second volet  partira de l’idée de l’existence d’une VIIe centurie, ce qui avait été entériné par l’édition Anvers 1590.

 

 

 

JHB

20 08 21

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs