• Accueil
  • > ASTROLOGIE
  • > Actes du Colloque CURA -MAU de Paris 16-17 décembre 2000 Frontières de l’astrologie, de Nostradamus à Gauquelin

Actes du Colloque CURA -MAU de Paris 16-17 décembre 2000 Frontières de l’astrologie, de Nostradamus à Gauquelin

Posté par nofim le 24 août 2021

Actes du Colloque C.U.R.A./M.A.U. de Paris16-17 décembre 2000 : Frontières de l’Astrologie (De Nostradamus aux Gauquelin)

 

NB  Ce colloque a été filmé et on le trouve sur TELEPROVIDENCE,  YOU TUBE.  Le RAO en  réalisé un DVD.

Compte-rendu du Colloque - par Patrice Guinard

Programme et Liste des intervenants présents
Patrice Guinard    J’ai conservé le format (RTF) et l’état des textes, tels qu’ils m’ont été communiqués.

Cartographie Astrologique - par Claudine Besset-Lamoine

Astrologie médicale - par le docteur Nguyen

Pour l’astrologie! Mais laquelle? - par Patrice Guinard

Le mythe du Modèle Astrologique Universel - par Jacques Halbronn
Schéma du cycle saturnien - de Jacques Halbronn

Datation de phénomènes météorologiques - par Valérie D’Armandy

L’astrologie contemporaine, sens et contresens - par Kieser ibn ‘l Baz

Compte-rendu des 8 sessions du Colloque - par Jacques Halbronn

Compte-rendu du Colloque de Paris
Patrice Guinard a brièvement ouvert le colloque avant de passer la parole à Claudine Besset-Lamoine qui a souligné l’importance de la notion de territoire dans l’astrologie antique, et notamment dans les géographies zodiacales et planétaires, pour habilement introduire les débats sur la question même du colloque. Ainsi s’interroger sur les frontières de l’astrologie d’une part, et définir l’astrologie comme le savoir des territoires et des démarcations d’autre part, seraient-elles géographiques, revient à s’interroger sur la nature même de l’astrologie.

Session 1. L’histoire au service de l’exégèse du texte prophétique

La première session a été pilotée par Isabelle Le Berre qui a rappelé les récents travaux de l’invité principal de la session, Roger Prévost, historien et auteur de Nostradamus – Le mythe et la réalité (1999), lequel a de nouveau exposé — après une émission de Bernard Pivot lors de la sortie de son ouvrage — son interprétation des Quatrains, qui révèle un Nostradamus archiviste, historien, et peut-être aussi poète. A l’appui de sa démonstration: les quatrains IV 86 et VIII 2 des Centuries, qui utilisent un repérage astrologique, et font référence, l’un à des événements de 1495, l’autre aux incidents météorologiques (orages et précipitations) de 1561, tous deux attestés dans les chroniques locales des régions concernées. Roger Prévost aurait ainsi retrouvé les sources historiques, mais aussi littéraires et spéculatives (comme le traité de Richard Roussat, paru à Lyon en 1550, et déjà signalé par certains exégètes), de plus de 600 des 940 quatrains que comprennent les Centuries.

Patrice Guinard a fait remarqué que cette lecture implique que Nostradamus avait a sa disposition une bibliothèque considérable, composée à la fois d’ouvrages historiques, mais aussi d’archives, de bulletins et de chroniques locales. C’est cette bibliothèque essentiellement historique que Nostradamus aurait brûlée, et non une bibliothèque composée en grande partie d’ouvrages ésotériques et magiques.

Roger Prévost a également insisté sur la vision cyclique de l’histoire que Nostradamus partageait avec la plupart de ses contemporains, propos que Frank Hernandez, géographe, a illustré par un schéma cyclique montrant la récurrence supposée d’événements historiques qui se seraient déroulés, à plusieurs siècles d’intervalle, dans les mêmes lieux.

Reprenant cette idée de cyclicité, Jacques Halbronn, historien des textes prophétiques, a exposé sa conception de la mécanique prophétique, à savoir l’exploitation littéraire d’un corpus dont on pense que les événements décrits sont assez solides et judicieusement choisis pour avoir quelque chance de se reproduire, du moins en partie, dans le futur, en vue de valoriser, essentiellement, une situation politique proche, ou même déjà présente. Ainsi le prophète serait l’instrument d’un courant politique ou d’une mouvance idéologique, qui reste d’ailleurs à définir. Mais l’instrumentalisation du texte prophétique ne s’arrêterait pas là, puisque le corpus nostradamique serait en partie l’oeuvre de faussaires ultérieurs, assez doués pour imiter le style de Nostradamus, aussi bien celui de ses quatrains en vers que celui de sa première préface en prose, ce qui m’apparaît fortement improbable. [Je signale à Jacques Halbronn qu'il existe des départements de "Science des Textes et Documents" au sein de certaines universités, qui mettent en branle des techniques sophistiquées de dénombrement de vocables et des analyses comparatives diverses qui pourraient être utiles pour tester cette hypothèse.]

Le débat sur l’authenticité du corpus a été l’occasion pour Jacques Halbronn, qui nie l’authenticité des éditions 1555 et 1557 récemment « redécouvertes » et rééditées par Robert Benazra et Michel Chomarat, d’exposer certains des résultats de sa thèse d’État (1999) sur le texte prophétique en France, et notamment de proposer pour la parution des trois parties des Centuries, les dates de 1559 pour les 353 premiers quatrains, 1568 environ pour les centuries VIII, IX et X, et 1588-1590 pour les autres, ainsi que pour la préface à Henri II.

Finalement la question du phénomène prophétique en soi a été soulevée par Isabelle Le Berre, à savoir celle des capacités réelles ou contestées au prophète de Salon à avoir pu anticiper l’avenir. La vision sceptique des historiens Prévost et Halbronn n’a pas été entièrement concédée par les astrologues participant au débat, comme Tristan Lahary, invoquant certains travaux de Jacques Dorsan, qui s’est interrogé sur la possibilité pour Nostradamus d’avoir en réalité utilisé un repérage sidéral et non tropique pour les positions planétaires mentionnées dans les quatrains.

[Les conceptions de Jacques Halbronn et de Roger Prévost, quoiqu’en apparence complémentaires, soulèvent un problème crucial qui aurait mérité d’être davantage débattu et qui en fait met à jour leur absence de convergence, si ce n’est leur contradiction. Un nombre non négligeable de quatrains (I 5, I 66, III 41, III 68-69-70, IV 44-45-46-47, IV 49…) de la première édition des Centuries, parue vers 1559 selon Jacques Halbronn qui considère les éditions antérieures comme antidatées, interprétés par Roger Prévost à la lumière des documents historiques, se rapportent à des événements ultérieurs à cette date, par exemple le couronnement de Maximilien II en 1564 (quatrain I 43). Autrement dit, il faudrait repousser encore ce qui serait la première édition authentique d’au moins 5 ans, ou alors cesser de nier le caractère prophétique d’un phénomène qui échappe en grande partie aux limites de la rationalité moderne.]

Patrice Guinard a conclu le débat par une analyse comparative, pour le quatrain X 67 (Le tremblement si fort au mois de May), de l’interprétation de Roger Prévost (une forte pluie de grêle le 4 mai 1549 dans la région de Montélimar) avec celle de Vlaicu Ionescu (la brusque offensive allemande du 10 au 21 mai 1940), et tenté de montrer que, compte tenu des positions  planétaires indiquées, les deux interprétations restaient plausibles, et que la recherche de la source textuelle comme celle de l’événement futur annoncé n’étaient pas irréconciliables. Ainsi les orages de 1549 pourraient aussi coder, par un jeu sur les dates (1549 «–» 1945), les événements de 1945 (les bombes lancées sur Hiroshima et Nagasaki, marquant la fin de la guerre et le dernier vers du quatrain: Tombera gresle lors plus grosse qu’un euf). Chaque quatrain serait un texte à deux faces, l’une tournée vers le passé, l’autre vers le futur, et la base historique, littéraire ou simplement textuelle des quatrains coderait un avenir pressenti. C’est ainsi que la vision cyclique de Nostradamus trouverait sa consécration.

Session 2. Les fondements biologiques de l’astrologie et leur application à la médecine

Jean-Paul Citron, biologiste, a exposé les mécanismes déclenchés par le signal gravitationnel dans la cellule. Lors d’une variation gravitationnelle (et en particulier d’origine astrale), la molécule d’ADN se décompacte et se reconfigure. En outre les rythmes planétaires semblent mémorisés au niveau cellulaire, et par suite le signal astrologique se justifierait par sa nature gravitationnelle et par le fait qu’il agirait de manière rythmique.

Bernard Blanchet, astrologue conditionaliste, a demandé à Jean-Paul Citron d’expliciter son modèle biochimique pour les signaux à faible intensité, notamment ceux relatifs à Pluton, et Patrice Guinard a soulevé le problème des seuils, en demandant s’il existait une limite quant à l’enregistrement et la sensibilisation de la cellule aux rythmes d’origine cosmique, invoquant la récente découverte de planétoïdes de taille infime au-delà de Pluton-Charon.

Jean-Paul Citron a souligné la capacité de l’ADN à réagir à de très faibles intensités et admis la possibilité de l’existence de seuils minima, au-dessous desquels la réponse ne se produirait pas. La fameuse courbe de Gauss pourrait être le modèle formel illustrant ces mécanismes. Concernant l’origine du déclenchement de cette sensibilisation de la cellule aux rythmes planétaires, Jean-Paul Citron a mentionné un phénomène connu des biologistes, la re-méthylation du génome, qui se produit quelques jours après la naissance et qui serait un début d’explication à l’acquisition par le nouveau-né d’une sensibilisation à des rythmes planétaires spécifiques.

Bernard Biardeau a présenté un système de correspondances entre les signes zodiacaux et les méridiens de l’acupuncture, et exposé les résultats de son expérience homéopathique, tendant à souligner l’efficacité des substances homéopathiques susceptibles de contrebalancer les faiblesses et déséquilibres planétaires d’un thème natal.

Patrice Guinard a ensuite donné la parole à Valérie d’Armandy qui a exposé certains résultats de sa pratique et discuté le problème de l’assimilation des maladies aux facteurs planétaires et zodiacaux. Elle a insisté sur le caractère collectif de certaines maladies récentes, comme le cancer et le sida, qui seraient en quelque sorte intériorisées au niveau psycho-mental à travers les medias, et mis en avant l’observation suivant laquelle une maladie donnée serait moins liée à une dominante planétaire fixe qu’à une sensibilisation généralisée de l’organisme, d’abord d’origine psychique, et de nature neptunienne, et à une activation de cette sensibilisation par la planète Mars.

Le docteur Franck Nguyen a exposé avec circonspection son expérience en astrologie médicale, souligné ses limites et montré l’impossibilité de diagnostiquer une maladie à l’aide du seul thème natal. Les données astrologiques seraient à prendre en compte, corrélativement aux autres données d’ordre physique, biologique et organique, et ne relèveraient que d’un déterminisme relatif. Suite à une question de Jacques Halbronn concernant le déclin de l’astrologie médicale au cours du XVIIIè siècle, Franck Nguyen a montré que les techniques modernes avaient suppléé nombre d’outils astrologiques encore répandus à cette époque et devenus aujourd’hui inutiles. Enfin, Patrice Guinard a suggéré que l’efficace des influences astrologiques sur le plan médical pourrait être due principalement à la nature psychique, ou plus exactement psycho-somatique, des facteurs à prendre en compte, et notamment au niveau des transits planétaires.

Session 3. La spécificité de l’astrologie française

Pierre Barrucand, ex-mathématicien au C.N.R.S., a porté témoignage sur ses rencontres avec certains astrologues français des années 40 et 50, dont la plupart sont aujourd’hui décédés. Virginia Spica a évoqué les réunions bimensuelles animées du C.I.A. (Centre International d’Astrologie) dans les années 60 et son implosion au début des années 70 en raison de conflits de pouvoir. On peut regretter que ce creuset parisien de discussions fécondes n’ait plus aujourd’hui de véritable équivalent et que l’astrologue-consultant s’en tienne à sa pratique et à sa clientèle sans se soucier des éventuels progrès de la recherche. Jacques Halbronn a défini la période 1975-2000 comme étant celle de l’âge des congrès, soulignant son action au sein du M.A.U. pendant ces années, ainsi que l’activité de Patrice Louaisel dans le développement de réseaux régionaux.

Véronique Lepage a comparé la situation de l’astrologie française à celle de l’astrologie anglaise, et remarqué que l’expansion de l’astro-psychologie britannique, essentiellement d’orientation jungienne, suite à l’influence de Dane Rudhyar et de Liz Greene, pouvait être due à un besoin, comblant la faiblesse du développement de la psychanalyse britannique, contrairement au rayonnement de la psychanalyse française, de Jacques Lacan à Françoise Dolto.

A la suite de ces divers témoignages, Patrice Guinard a recentré le débat sur la question de l’éventuelle existence d’une spécificité de l’astrologie française, notamment au niveau des conceptions théoriques, si ce n’est des pratiques. José Fernández Quintano (Espagne) a fait part de l’écho important qu’a connu l’astrologie française dans son pays, et suggéré que sa spécificité était peut-être à rechercher en comparaison avec la philosophie, dont le courant structuraliste a connu en France un essor incomparable. Il a cependant conclu son intervention en soulignant que la véritable rupture moderne se serait faite avec l’américain Dane Rudhyar qui aurait débarrassé l’astrologie d’une certaine conception prédictive et ésotérique qui était encore celle en vogue au début du XXè siècle. [On pourrait cependant lui objecter que le français Paul Choisnard est décédé plusieurs années avant la parution des premiers ouvrages de Rudhyar, et qu'en 1935, l'Allemagne avait déjà derrière elle une activité de recherche incomparable].

Patrice Guinard a ensuite exposé ses idées concernant la tendance de l’astrologie française à restreindre le corpus astrologique à ses facteurs essentiels. Les planètes hypothétiques de l’école de Hamburg, les mi-points de Witte et Ebertin, les harmoniques de John Addey et d’autres inventions comparables ont connu un écho assez faible dans ce pays. Cette simplification des facteurs pris en compte dans le thème natal s’accompagne d’une technique d’interprétation mettant en jeu des orbes d’autant plus larges. Jacques Halbronn a suggéré que ce penchant serait plutôt dû à une volonté de restructurer le corpus et la tradition au niveau des fondements, d’où la forte tendance « structuraliste » de l’astrologie française, à commencer par Dom Néroman, alors que les allemands et les anglais auraient plutôt cherché à faciliter le travail de l’interprète.

Patrice Guinard a souligné que l’astrologie horaire, fort répandue outre-Manche et outre-Atlantique, était restée une pratique relativement marginale en France, ainsi que celle des orbes étroits, ce qui tendrait à montrer, comme l’a reconnu aussi Tristan Lahary, que les techniques ayant directement trait à la prédiction, ne connaissent pas en France le même engouement qu’ailleurs. Steffan Vanel (USA) a conclu la session en montrant que les astrologues américains étaient davantage attirés par la nouveauté que les astrologues du vieux continent, à commencer par les français, ce qui présente l’avantage d’une grande émulation, mais aussi l’inconvénient d’une certaine naïveté concernant la réalité du fait astrologique.

Session 4. Le thème astrologique comme mandala de la consultation

Jacques Halbronn a ouvert cette session en exposant ses théories, par ailleurs bien connues. Le thème natal, élément essentiel de la consultation, sert à produire du discours. L’instrumentalisation du thème, natal ou horaire, fonde la consultation astrologique. Il importe peu que l’astrologue ait derrière lui de longues années d’études, pourvu qu’il sache gérer le dialogue et maîtriser la situation de consultation. Il n’importe pas plus que la signification donnée aux divers éléments du thème soit ou non issue de recherches d’ordre physico-biologiques, puisque ces significations ne sont finalement que des conventions culturelles, que l’astrologue-consultant saura manier avec plus ou moins de dextérité.

Yves Haumont (Belgique), auteur d’une thèse sur la langue astrologique, a comparé le discours astrologique au discours alambiqué de la psychanalyse lacanienne. L’effet serait comparable, puisque le patient ressort sonné de la consultation. Et Roberto Renout a prolongé cette optique en montrant que le thème, projection du ciel sur une surface, n’était pas même nécessaire, et pouvait être remplacé par une série de boules sphériques et colorées, représentant l’ensemble des possibilités astrologiques, au sein desquelles le patient a le loisir, dans la consultation, de choisir ses options, et ainsi de découvrir un espace symbolique qui lui conviendrait, selon ses goûts et ses affinités.

Franck Nguyen et David Buffet se sont opposés à ces vues, soulignant le fait que l’astrologue ne produit pas n’importe quel discours, et que tout discours n’est pas interchangeable, comme semble le croire Halbronn. Le malade du poumon n’accepterait pas que le médecin propose de lui soigner le genou, comme l’a rappelé Franck Nguyen. David Buffet a souligné qu’il n’existait pas une uniformité psychologique entre individus, et illustré ses propos par sa pratique des degrés monomères, issue des travaux de Gilles Verneret, et impliquant au contraire une hyper-spécialisation de la lecture du thème.

José Fernández Quintano a regretté qu’il n’y ait pas davantage de consensus dans l’interprétation du thème. Steffan Vanel a défendu sa conception de la consultation, et justifié le couplage du thème astrologique avec les lames du tarot, limitant ainsi le penchant de l’astrologue à la projection. Fouzy Hamici a présenté sa pratique intuitive comme celle d’un artiste qui n’aurait pas besoin d’un lourd bagage livresque. Enfin Bernard Blanchet, consultant en entreprise, a disqualifié l’astrologie comme instrument fiable du recrutement, contestant au thème natal sa capacité à informer sur le niveau de compétence de l’individu.

[Il semblerait que Jacques Halbronn prenne le client de la consultation astrologique pour un imbécile. Si le patient reçoit une sorte de discours stéréotypé ou plus ou moins adapté à la situation du moment auprès d'un astrologue peu qualifié, ou même auprès d'un brillant artiste qui divague, il n'en résulte pas que la consultation lui ait été salutaire. Et par suite il peut avoir tendance à retourner voir le même astrologue ou un autre, comme dans le cas de la cure psychanalytique infinie à la Lacan. Ce qui fait marcher le commerce, et tous y trouvent leur compte -- qui peuvent remercier Halbronn qui donne ainsi son aval à ce que je serais tenté d'appeler l'incompétence. Mon expérience est tout autre. J'ai remarqué, lors des consultations que j'ai pu donner dans le passé, que si l'astrologue mettait le doigt sur le point sensible, et savait montrer au patient l'abîme existant entre son potentiel psychique et les représentations psycho-mentales qu'il peut s'être forgé de lui-même au cours du temps, démêler l'écheveau en quelque sorte et le guérir de ses illusions par une analyse critique, le résultat était spectaculaire. Le patient reçoit un véritable choc psychologique, comme le réclamait Jung pour la psychanalyse, qui lui donne des indications précieuses sur lui-même s'il sait les accepter. Rien à voir avec le discours d'un bonimenteur qui agit seulement au niveau verbal, à la surface de la conscience. Les conséquences peuvent être que le patient a compris quelque chose et ne désire plus consulter d'astrologue, parce que l'astrologue lui a donné les moyens de se passer de lui. La consultation n'est pas une affaire de description psychologique, mais de transformation psychique.]

Session 5. Le statut de l’astrologie

Cette session a commencé par un entretien entre Patrice Guinard et Françoise Gauquelin, laquelle a donné quelques précisions relatives à l’interprétation des travaux qu’elle a faits avec son mari Michel, aujourd’hui décédé. Ainsi l’abondance des recherches actuelles, surtout anglo-américaines, concernant la planète Mars et « l’effet Mars » ne signifie pas que cette planète aurait plus d’importance que les quatre autres planètes (Jupiter, Vénus, la Lune et Saturne) pour lesquelles des résultats statistiques ont été trouvés, mais serait due au renouvellement plus aisé des échantillons de sportifs, et donc à une plus grande facilité pour les expériences de replication. Franck Nguyen s’est interrogé sur l’absence de résultats concernant les autres planètes, en particulier Mercure, et suggéré que certaines planètes admettraient une adéquation moins évidente avec la notion de catégorie professionnelle.

Jean-Paul Citron a poursuivi son exposé de la veille et tenté d’élucider comment certaines corrélations entre les mécanismes biochimiques pouvaient éclairer certaines affirmations astrologiques: par exemple la corpulence de l’individu (gros ou maigre) qui pourrait être mise en relation avec une valorisation planétaire Jupiter/Lune chez les gros, et Saturne/Lune chez les maigres. Françoise Gauquelin s’est déclarée prête à tester statistiquement cette hypothèse, et Patrice Guinard a demandé si ces corrélations biologiques pouvaient être généralisées à d’autres planètes. Jean-Paul Citron a donné d’autres exemples, et admis que les progrès constants de la biologie demandaient à la fois une certaine prudence, mais permettaient aussi d’envisager de belles avancées dans l’avenir.

Patrice Guinard s’est interrogé sur le statut de l’astrologie, et nié que l’astrologie puisse devenir une science, même si les résultats statistiques d’une part, et les recherches d’ordre biologique d’autre part, pouvaient être d’un secours non négligeable quant à la compréhension du fait astrologique. Il a présenté l’astrologie d’abord comme une philosophie, peut-être une philosophie compréhensive des sciences humaines, avec aussi certaines exigences d’ordre astronomique et physique, mais une philosophie qui relève encore d’une certaine forme de croyance ou tout au moins de consentement. Le statut de l’astrologie est tout aussi ambigü pour les sceptiques et pour les historiens, puisqu’on retrouve l’astrologie, surtout ancienne, en appendice des encyclopédies historiques, que ce soit en astronomie, en philosophie ou dans l’histoire des religions.

José Fernández Quintano a précisé quelques points concernant un projet d’avenir pour l’astrologie: la formation pluridisciplinaire de l’astrologue, la nécessité d’un débat entre astrologues afin d’éviter l’implosion de l’astrologie en raison d’une pléthore de techniques disparates, et l’intérêt d’une étude attentive de la période babylonienne, encore peu connue, et cependant cruciale pour la compréhension de l’astrologie.

Patrice Guinard a essayé de montrer qu’il existait trois attitudes concernant l’astrologie: le « rien ne marche » des sceptiques qui interprètent l’astrologie comme un processus d’auto-suggestion, un simple effet placebo ; le « tout marche » du praticien qui se satisfait d’une technique qui n’a pas besoin de justification ; « il y a quelque chose qui marche » en raison de certaines résonances d’ordre physique, géo-magnétique et biologiques, et la tâche astrologique consiste à rechercher un modèle qui répond à ces exigences.

Jacques Halbronn a précisé que tout ce qui existe astronomiquement ne devait pas avoir forcément une signification astrologique, que tout ce que l’astrologie a accumulé au cours de son histoire ne devait pas avoir obligatoirement une utilité aujourd’hui, et que tout le vécu de la personne humaine ne concerne pas nécessairement l’astrologie. Finalement il a opté pour la troisième hypothèse exposée par Patrice Guinard, celle d’une certaine astrologie qui marche, mais non pas en raison d’une recherche d’ordre épistémologique ou d’une vraisemblance d’ordre physique, mais en vertu d’une sélection délibérée, d’un choix arbitraire de nature conventionnelle.

Pierre Barrucand est revenu sur la question des éventuelles corrélations entre les éléments astronomiques et les traits de caractère, et s’est interrogé sur l’attitude des scientifiques et sur leur fermeture d’esprit envers l’astrologie, d’autant plus « curieuses » qu’ils sont relativement bien disposés par ailleurs à tester des hypothèses dépourvues de preuves.

Pour Ioan Azimel, un ancien élève de Jacques Halbronn, le fait que l’astrologie ne soit pas unifiée serait une force, car elle devient inattaquable, ce qui renforce l’affirmation de son maître, à savoir que l’astrologie se maintient tant qu’elle existe dans l’esprit humain. Patrice Guinard a finalement fait observer qu’aucune recherche n’est possible avec de tels présupposés, et oublié de rappeler pour clore le débat une sentence de son Manifeste, à savoir: L’astrologie serait-elle totalement éradiquée de la culture, l’astral n’en continuerait pas moins à piloter la conscience humaine.
Conclusion

Pour les trois sessions suivantes, auxquelles je n’ai pu participer, je renvoie au compte-rendu de Jacques Halbronn. Ce colloque a été d’une excellente qualité, tant au niveau des interventions qu’au niveau des débats. La salle était composée essentiellement d’astrologues et de spécialistes, par exemple Paule Houdaille, Richard Pellard ou Christian Gourdain. Daniel Cobbi a été excusé, ainsi qu’Illel Kieser qui m’a adressé le texte de sa communication. Le succès du colloque méritait qu’un effort soit fait pour en rendre compte, et un document video est en préparation. Que tous soient remerciés pour leur participation, et aussi pour avoir compris qu’il n’est pas encore devenu inutile, à l’heure d’Internet, de dialoguer et de confronter ses conceptions de vive voix. Souhaitons que ce type de congrès, rassemblant des astrologues et spécialistes qui discutent entre eux, et non seulement des « professeurs d’astrologie » qui enseignent ex cathedra les résultats de leurs dernières trouvailles à leurs élèves, puisse perdurer, pour l’instant grâce essentiellement à l’entrain et à la générosité de Jacques Halbronn.
Patrice Guinard, directeur du C.U.R.A.
20 janvier 2001


Programme et Liste des intervenants présents

* Colloque placé sous l’égide du C.U.R.A. (Patrice Guinard) et du M.A.U. (Jacques Halbronn)
* XXVème anniversaire de la fondation du M.A.U. (Mouvement Astrologique Unifié)
* Premier colloque astrologique du C.U.R.A.
* Direction des débats: Isabelle Le Berre (session 1), Patrice Guinard (sessions 2, 3 & 5), Jacques Halbronn (sessions 4, 6, 7 & 8).
Samedi 16 décembre 2000
Ouverture du colloque: Patrice Guinard et Claudine Besset-Lamoine
Session 1:  Nostradamus et l’Astrologie. L’appel au prophétisme.
Pourquoi le médecin Michel de Nostredame, qui publiait sur l’astrologie, a-t-il choisi de passer à un autre registre, celui du prophétisme poétique?  La part de l’astrologie dans les Centuries. Le prophétisme au secours de l’astrologie. Les astrologues face à Nostradamus (de Neptune à Chiron).
Avec Roger Prévost, Isabelle Le Berre, Patrice Guinard, Frank Hernandez, Jacques Halbronn, Tristan Lahary
Session 2:  Astrologie et Médecine. Liens avec la biologie.
La médecine médiévale se raccordait à  l’astronomie/astrologie. Puis elle s’en est écarté et l’a évacuée. La recherche biologique lui donne-t-elle tort ou raison? Quelle est sa place chez le médecin d’aujourd’hui? Un astrologue peut-il se situer sur le plan médical? Quelle déontologie?
Avec Jean-Paul Citron (C.O.M.A.C.), Valérie d’Armandy, Franck Nguyen (R.A.O.), Jacques Halbronn, Bernard Biardeau, Patrice Guinard
Session 3:  Y a-t-il une école astrologique française?
Existe-t-il, dans chaque pays, une tradition astrologique spécifique? Quelles en sont les raisons? Quelle est et quelle a été la place de l’astrologie française dans le monde? Bilan de l’astrologie française au XXème siècle. Sa dépendance de l’étranger et son rayonnement.
Avec Patrice Guinard, Véronique Lepage, Pierre Barrucand, Virginia Spica, José Fernández Quintano (Espagne), Jacques Halbronn, Steffan Vanel (USA)
Dimanche 17 décembre 2000
Session 4:  Le thème natal comme mandala et rituel. Quelle instrumentalisation?
Quels que soient les doutes que l’on puisse exprimer au regard de l’astrologie, le thème natal constitue un vecteur privilégié de communication et d’identification pour l’individu. L’astrologie, à ce niveau là, est-elle un langage ou un savoir? Comment se préparer au métier d’astrologue et comment l’exercer? Quelles relations avec les psys?
Avec Yves Haumont (Belgique), Jacques Halbronn, David Buffet (C.A.E.), Roberto Renout, Steffan Vanel, José Fernández Quintano, Marc Cohen, Fouzy Hamici, Bernard Blanchet (A.É.R.A.), Franck Nguyen
Session 5:  L’astrologie comme savoir frontière. Quelle épistémologie?
L’astrologie se situe-t-elle dans le champ de la science ou à ses frontières? Peut-on la cerner par le moyen de la statistique sans l’appauvrir? Sa pérennité fonde-t-elle sa légitimité à se situer à part, sur un autre plan qui échappe aux outils d’investigation habituels? A quelles conditions pourrait-elle être reconnue par l’intelligentsia contemporaine? Quel sera son devenir au XXIème siècle?
Avec Françoise Gauquelin (Astro-Psychological Problems), Patrice Guinard, Jean-Paul Citron, Franck Nguyen, Pierre Barrucand, Ioan Azimel, José Fernández Quintano (Beroso)
Session 6:  Astrologie et astronomie. Le sidéralisme.
A côté de la tradition astrologique zodiacale et tropique se sont développés d’autres façons de déchiffrer et de décoder le ciel qui nous renvoient à la question des origines de l’astrologie. Quel est le ciel de référence pour l’astrologie: celui des Anciens ou celui que nous connaissons aujourd’hui?
Avec Didier Massoulle (astronome), Christian Lazarides, Jacques Halbronn, Barbara de La Motte Saint-Pierre, Tristan Lahary, Bernard Blanchet, Franck Hernandez
Session 7:  Astrologie et géographie. Chorographie. L’astrologie mondiale
Le modèle astrologique doit-il prendre en compte la diversité des peuples et des régions du monde? Comment savoir si une période sera ou non favorable à un pays? Bilan des prévisions politiques et sociales au XXème siècle.
Avec Jacques Halbronn, Franck Hernandez, Valérie d’Armandy, Fouzy Hamici, Barbara de La Motte Saint-Pierre, Michèle Gior, Éric Ruiz, Évelyne Latour, Xavier Faurelle, Yves Haumont
Session 8:  Astrologie et  clivages socio-culturels. L’homme et la femme dans l’équation astrologique.
Pertinence des clivages et typologies astro-psychologiques? Le clivage entre pro- et anti-astrologues révèle-t-il un fossé entre certaines catégories socio-culturelles? L’astrologie est-elle pour les femmes une contre-culture, une forme de protestation en tant que savoir non conforme, marginal, « paria », mais qui « marche »?
Avec Bernard Blanchet, Yves Haumont, Franck Nicolas, Jacques Halbronn, Véronique Lepage, Tristan Lahary, Marie-France Philip
 

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs