• Accueil
  • > ASTROLOGIE
  • > La production des études d’histoire dans le champ astrologique et prophétique 1974-2007 par Jacques Halbronn

La production des études d’histoire dans le champ astrologique et prophétique 1974-2007 par Jacques Halbronn

Posté par nofim le 26 août 2021

La production des études  d’histoire dans le champ  astrologique et nostradamique 1940 -2010  en France

par  Jacques  Halbronn

 

Nous avons opté pour cette période d’une  bonne  soixantaine d’années comme cadre sociologique. On abordera la question des interactions dans le temps et dans l’espace au sein du dit corpus en observant  le fil  rouge des études autour de Jean-Baptiste Morin  des années  1940 aux années  1990/

 

Les  années  40

. Dans les années  quarante parait l’ouvrage de Renée Simon consacre à Henry de Boulainviller et  Hiéroz  écrit sur Jean-Baptiste Morin (dit de Villafranche):

Une « Astrologie selon J. B. Morin  de  Villefranche » . Ed des Cahiers Astrologiques,  1941.  (réédition  1999   Ed. Traditionnelles)

Du même  Hiéroz: . L’Astrologie mondiale et météorologique de Morin de Villefranche. Traduction intégrale du 25e livre de « l’Astrologia gallica : » des Constitutions universelles du ciel/  Paris, Leymarie ; 1946

Renée Simon,… À la recherche d’un homme et d’un auteur, essai de bibliographie des ouvrages du comte de Boulainviller
Boivin
Livres

1942

Henry de Boulainviller, historien, politique, philosophe, astrologue 1658-1722 / Renée Simon…

Boivin
Livres

1941

Un révolté du Grand siècle : Henry de Boulainviller… / Renée Simon,… ; préface de M. Henri Gouhier,…
Éditions du Nouvel humanisme
Livres

1949

Astrologie mondiale , histoire du mouvement de l’apogée du soleil ou Pratique des règles d’astrologie pour juger des événements généraux, 1711, par le comte Henry de Boulainviller. Texte établi par Mme Renée Simon,… Présentation par Mme Renée Simon. Étude particulière par M. J. Duvivier,…

Livres

1940

Henry de Boulainviller, historien, politicien, philosophe, astrologue, 1658-1722, thèse… / par Mme R. Simon

impr. de Louis Jean
Livres

1941

 


traité des jugements des thèmes généthliaques de rantzau henri

 
RANTZAU Henri, HIéROZ Jean -. Edité par Éditions des Cahiers Astrologiques, Paris IX, 1947, 1947.

 

 

 

Les  années 70

En 1974-75, paraissent deux ouvrages liés à l’astrologie au XVIIe siècle, ceux d’Elisabeth Labrousse et de Jacques Halbronn

 

E. Labrousse   Entrée de Saturne au Lion  L’éclipsé de soleil du 12 août 1654 La Haye Nijhoff 1974

compte rendu par   J.  Halbronn in Revue d’histoire des sciences Vol. 33, No. 1 (JANVIER 1980), pp. 85-87 . Paris   Armand Colin

J. Halbronn  Les Remarques Astrologiques sur le Centilogue de Ptolémée de  Nicolas Bourdin, Paris, Reztz. (coll. Bibliotheca Hermetica. Dir. René Alleau)

Partie d’un diptyque  avec le Livre des fondements astrologique d’Abraham  Ibn Ezra, Paris,Retz 1977, Préface Georges Vajda

Dans notre édition des Remarques,  nous montrons que Morin avait donné en français des éléments   d’une Astrologia Gallica à venir Cet oiuvrage était inconnu de Selva et de Hiéroz.

1976  H. Selva. La théorie des déterminations  astrologiques de Morin de Villefranche (1902). Paris, Ed. Traditionnellles,  Préface à la nouvelle édition par André Barbault

Il faudra attendre une vingtaine d’années pour que succéde une nouvelle vague avec Jacques Halbronn, à nouveau, en 1993,  puis l’année suivante Michèline    Grenet  et  Hervé Drévillon .

 

 

Les  années 90

Robert Benazra  Répertoire Chronologique nostradamique Préface  J. Céard, Paris  La Grande Conjonction-trédaniel (collection  dir. par J. Halbronn) 1990

J. Halbronn    Etudes sur l e Centilogue de Nicolas Bourdin.(1651) Ed La grande Conjonction-Trédaniel 1993

Pierre Brind’amour Nostradamus, astrophile,  Presses Universitaires Ottawa,  1993 (suivi d’une édition critique des Prophéties, Ed Droz, 1996)

partie d’un diptyque avec l’Astrologie du Livre de Toth d’Etteilla 1788. Ibidem

Micheline   Grenet La passion  des astres. De l’astrologie à l’astronomie 1994  Hachette

Hervé Drévillon  .Thèse de doctorat de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, « Lire et écrire l’avenir. Astrologie, prophéties et prédictions dans la France du XVIIe siècle (1610-1715) » sous la direction de Roger Chartier. Parution révisée

Ed Champ Vallon 1996.  Jean Céard, directeur de thèse de Halbronn  est membre du jury

1994 J  Halbronn Astrologie et Prophétie. Merveilles sans images.  Ed  Bibliothèque Nationale.

Alexandre Y.  Haran  Messianisme politique et rêve impérial en France aux XVIème et XVIIème siècles Thèse  parue  chez  Champ Vallon

On parlera d’une troisiéme  vague dans les années 2002-2003.

1999  Thèse d’Etat de J. Halbronn,  Paris X,  sous la dir de Jean Céard Le texte prophétique en France. Diffusion  Presses Universitaires du Septentrion.

2000  J. Halbronn Catalogue Alphabétique  des Textes Astrologiques Français, (CATAF)  site du CURA.free.fr

2002  J. Halbronn  Documents Inexploités sur le phénoméne Nostradamus,  Ed Ramkat 2002

(diptyque avec  le Sionisme et ses avatars au tournant du XXe siècle) et en 2005, Papes et prophéties, Décodage et interprétation. Ed Axiome

2003  H Drévillon  et  Pierre  Lagrange   Nostradamus. L’éternel retour , Ed Gallimard.

2007  J. Halbronn  Le dominicain Jean Giffré de Réchac et la naissance  de la critique nostradamique; Post Doctorat. Ecole Pratique des Hautes Etudes,

 

Quelques remarques épistémologiques  autour du dit corpus astro-prophétique.

Il est clair que tout travail de recherche est peu ou prou tributaire des publications qui l’auront précédé. Il est bon de signaler  les dites publications  et souhaitable d’en avoir pris connaissance. Toute la question est de déterminer comment il convient

de procéder et c’est parfois délicat car cela peut conduire, notamment dans le cadre d’une thèse, à en relativiser l’importance. Ce principe est d’ailleurs valable pour tout jury de thèse qui entend apprécier la contribution d’un candidat à l’état de la

question, ce qui est loin d’être toujours le cas.

Le cas d’Hervé Drévillon  nous apparait comme  particulièrement significatif sinon exemplaire  à ce propos.. Entre la soutenance de la thèse et la parution aux ed. Champ Vallon, Dréillon  a pris connaissance du diptyque de J. Halbronn paru au premier semestre 1993 mais qu’il n’avait pas eu le temps de prendre en compte. Le contraste entre la thèse et l »ouvrage qui lui fait suite est assez saisissant et Drévillon aura ainsi pu conférer à son travail une nouvelle dimension. Il cite d’ailleurs les deux ouvrages d’Halbronn  dans sa bibliographie. Ces limites ne l’auront pas empéché d’obtenir les félicitations du jury  et la mention Très Honorable

On  abordera notamment la question des notes en bas de page dans l’édition Champ Vallon 1996. D’une façon générale,  Drévillon n’est pas avare de notes de bas de page tant pour les sources premières que secondaires.  S’il ne mentionne pas notre éditiond des Remarqyes Astrologiques de Morin -(Retz, 1975) c’est probablement par inadvertance  puisque cela ne figure même pas dans  la bibliographie.. Il traite de Gassendi sans signaler nos travaux. (cf pp. 166  et seq) ou bien il omet de donner notre nom (o? 247) quand il signale en tête de  sa Conclusion »  ‘Auteur d’un traité d’astroloie savante publié en 1785  Etteilla etc  » sans signaler que l’ouvrage qu’il indique en bas de page comporte  une importante étude de notre part., cela ne sera indiqué que dans la bibilographie. Il n’aura pas non plus le souci de signaler  en notes de bas de page notre travail  sur  Graindorge devant l’Académie Royale des Sciences  mais cette fois,  il n ‘y aura même pas de mention même réduite  la portion  congrue  à notre ouvrage, signalé uniquement  dans la bibliographie. Inadvertance?  Mais Graindorge n’en figure pas moins dans l’index et en bas de page, Drévillon donne  la référence des archives! Il y  a là une désinvolture et/ou une incurie qu’il convenait de dénoncer.  Le fait de signaler les travaux d’un auteur dans la bibliographie -en vrac-   sans indiquer de quelle façon on l’aura utilisé   ne nous semble guère honorable.. Il est  vrai  que Drévillon ne fournit pas un index des chercheurs dans son domaine avec les pages correspondantes et l’éditeur ne semble pas s’en être inquiété..

 

 

 

Si l’on examine la bibliographie de Drévillon  dans   Lire et écrire l’avenir./ L’astrologie dans la France du Grand siècle (1610-1715)

Champ Vallon 1996, l’on ne trouve pas d’ouvrage lui ayant fourni  les titres des ouvrages qu’il cite  en dehors de nos propres travaux mais il s’abstient  de mentionner nos contributions dans les Actes de Colloque de 1984  et  de 1986 qu’il signale sans plus de précision ce qui lui évite de nous citer expressément. Pas de mention donc  de nos «  variations d’impact des “comètes” en France. Etude bibliographique (fin XVe - fin XVIIIe siècles)”, in Actes du Colloque La comète de Halley et l’influence sociale et politique des astres, Bayeux  1991,  et pas davantage   de notre  «  revealing process of translation and criticism in the history of astrology », in  Curry  Astrology, science and society, historical  essays   Woodbridge   1987

En 2003, Drévillon publie une biographie de Nostradamus   chez Gallimard., peu de temps après l’ouvrage d’Halbronn sur le sujet. Il mentionne le dit ouvrage en précisant que les thèses qui y sont soutenues sont « controversées ». mais cela ne le conduit nullement à  remettre en question une chronologie des éditions  qui affecte inévitablement le travail biographique puisqu’il attribue à Nostradamus des publications fictives, sans plus de précaution. Drévillon sera par ailleurs dans le jury de

post doctorat de Halbronn, en 2007. Résumons – nous: Drévillon  utilise les travaux de Halbronn  en 1996 sans en signaler  correctement ce qu’il leur a emprunté, se contentant de placer les dits travaux au sein de sa bibliographie et  7 ans plus tard, il ne tient pas compte des objections du même Halbronn  quant à l’attribution des Centuries à Michel de Nostredame. On peut dire que Drévillon  se sera  engagé à deux reprises  sur un terrain miné  et en tout état de cause sa contribution de chercheur en la matière  semble des plus ténues et ne sera pas marquante. Comme on dit: ce qu’il dit d’intéressant n’est pas de lui et ce qu’il dit qui lui soit propre n’est guère intéressant.

11. 09 21

JHB

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs