• Accueil
  • > ASTROLOGIE
  • > la vision de l’astrologie de Jacques Halbronn commentée par Michel Gauquelin

la vision de l’astrologie de Jacques Halbronn commentée par Michel Gauquelin

Posté par nofim le 23 octobre 2021

 

Publications de la BURA Bibliothèque Universitaire de Recherche Astrologique

 

Jacques  Halbronn :la vision  de  son astrologie   commentée par  Michel Gauquelin (1987)

 

 

Nous avons retrouvé dans les Archives de la Bibliotheca Astrologica, un document paru à l’occasion du Colloque « La Lune Au Clair » Paris 1987 sous le titre ‘Aspects de l’Astrologie » (1)., lequel document était centré sur la récente publication de notre réédition de l’Histoire de l’astrologie de Serge Hutin (Paris, artefact 1986)

 

Michel  Gauquelin « Le plus grand mérite du récent essai de Jacques Halbronn réside à mon avis dans sa manère originale de poser sur l’astrologie des questions à la fois fondementales et paradoxales. (…) Comme tout auteur  qui éprouve quelque penchant narcissique pour son propre enfant, je me réjouis, bien entendu, de voir Jacques  Halbronn construire une grande partie de son organisation sur l’apport « gauquelinien »(…) J’ai personnellement plus de peine à souscrire à ce que Jacques Halbronn ajoute plus loin » Les Anciens n’avaient pas grand mérite-contrairement à ce que suggère Gauquelin à avoir pressenti la signification des planétes telle qu’on la vérifie par les statistique au XXe siècle.  Ce sont eux qui avaient attribué à  ces astres les valeurs qu’ils ont fini par assumer et nous faire assumer » Quant à moi, note Gauquelin, je persiste à penser que c’est une grande merveille que cette préscience (intuition?) des anciens d’avoir -ne serait-ce que pour les cinq planétes « gauqueliniennes »  décrit correctement  leur influence symbolique. L’origine des types planétaires  reste, en fait,  entouréé de mystères? (…) Pourquoi se demande Jacques Halbronn,  n’existe-t-il que cinq planétes « gauqueliniennes » Vénus, Mars, Jupiter, Saturne et la lune ? Pourquoi, après tout,  Mercure et les planétes trans-saturniennes, Uranus Neptune et Pluton ne sont-elles pas aussi « gauqueliniennes »?

 

« Les astrologues continuent à bâtir leurs théories comme si Gauquelin n’avait pas existé: pouvait-on, en effet,  disserter sur le Zodiaque comme un Jean-Pierre Nicola, dix ans plus tard, sans s’interroger sur la non existece de travaux statistique en la matière? » Gauquelin commente: En  effet, le pouvait-on? Théoriser avant d’observer c’est mettre la charrue avant les boeufs. L’essai de Jacques Halbronn est à lire: il fourmille de remarques intéressantes, d’hypothèses hardies. Meme si l’on ne se sent pas toujours prêt à le suivre sur ses chemins escarpés,  c »‘est bon de sentir un instant l’air pur des cimes astrollogiques: il est plus agréable à respirer que celui des cuisines horoscopiques quotidiennes » Suit un Entretien de Jacques Halbronn avec Michel Gauquelin, lequel participa au dit Colloque de 1987 au Couvent (dominicain) Saint Jacques à Paris.

Signalons  dans ce volume  une  « Lecture critique de l’Histoire de l’astrologie » que proposait alors Alain Kieser, également présent au  colloque. Nous en extrayons des passages (l’essai est numérisé intégralement sur le site de la BINA, Bibliothèque Internationale de Numérisation Astrologique) ainsi qu’une étude Pierre Delebarre sur cette  « Etrange » Histoire de l’Astrologie »

 

JHB  23 10 21

 

 

 

 

 

« 

 

 

 

 

 

 

 

PS On peu regretter que la famille de Michel Gauquelin, au lendemain de sa mort, survenue en 1991, ait jugé bon d’intenter un procès à  Halbronn, à la suite de la parution en 1992 des « Personnalités Planétaires » (Ed Trédaniel, Grande Conjonction) au prétexte que la postface de Halbronn (et de Guy Le Clercq)  aurait  conduit  à discréditer l’oeuvre  du dit Gauquelin.

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs