• Accueil
  • > judaîsme
  • > Jacques Halbronn Approche diachronique de la pseudo synonymie: Juifs- Israélites.

Jacques Halbronn Approche diachronique de la pseudo synonymie: Juifs- Israélites.

Posté par nofim le 23 mai 2022

Jacques  Halbronn    Approche diachronique de la pseudo synonymie:  Juifs- Israélites. 

 

 

 Généralement, on observe dans l’esprit de la plupart de ceux qui se risquent à traiter de la question juive le sentiment d’une synonymie interchangeable entre  les termes  Juifs, Judaisme; judéite  d’une part  et d’autre part, Israel, israélite, israélien. Cela correspond à un syndrome  synchroniste, chez ceux qui ont un probléme cognitif par rapport à la diachronie et l’on peut y voir les séquelles d’un certain structuralisme atemporel.  Il convient d’entrée de jeu, de réfléchir sur le processus même de synonymie.  Pourquoi met-on en équivalence des mots de racines différentes?  Nous y voyons l’effet d’une syncrétisme, lequel se manifeste du fait d’une méconnaissance d’un passé où ces mots désignaient justement des différences majeures, lesquelles se seront estompées au bout d’un certain temps.

En l’occurence,  l’émergence de ces deux termes est bel et bien l’expression d’un schisme au seins de l’empire « davidien » tout comme il a fallu dénommer différemment les deux Allemagnes, à la sortie de la Seconde Guerre Mondiale en RFA  et RDA, sachant que depuis la réunification, cette terminologie aura fait plus ou moins long feu. Royaume d’Israel au Nord, autour de la Galilée, de Nazareth, chez les sécessionnistes, Royaume (Maison) de Juda au sud, autour de Jérusalem. Ce Schisme aura produit, à la longue, des pratiques religieuses sensiblement différentes et un culte israélite jugé hérétique par le royaume méridional; Dans les Livres des Prophétes, l’on trouve diverses condamnations et interpellations à l’encontre des gens d’Israel et notamment un « Ecoute Israel », qui,de façon assez surprenante, apparait comme la substantifique moelle du message « mosaïque », texte récité solennellement, semaine après semaine, dans les synagogues. Bien pis, la fête de Pessah qui célébre la Sortie d’Egypte se référe au livre de l’Exode lequel met en scéne, page après pages, les enfants d’Israel vers lesquels Moise aurait été envoyé par « Dieu ». (Ch III)

 

 

 

 Exode  Ch I   premiers versets:

א וְאֵלֶּה, שְׁמוֹת בְּנֵי יִשְׂרָאֵל, הַבָּאִים, מִצְרָיְמָה:  אֵת יַעֲקֹב, אִישׁ וּבֵיתוֹ בָּאוּ.  1 Voici les noms des fils d’Israël, venus en Égypte; ils y accompagnèrent Jacob, chacun avec sa famille:
ב רְאוּבֵן שִׁמְעוֹן, לֵוִי וִיהוּדָה.  2 Ruben, Siméon, Lévi et Juda;
ג יִשָּׂשכָר זְבוּלֻן, וּבִנְיָמִן.  3 Issachar, Zabulon et Benjamin;
ד דָּן וְנַפְתָּלִי, גָּד וְאָשֵׁר.  4 Dan et Nephtali, Gad et Aser.
ה וַיְהִי, כָּל-נֶפֶשׁ יֹצְאֵי יֶרֶךְ-יַעֲקֹב–שִׁבְעִים נָפֶשׁ; וְיוֹסֵף, הָיָה בְמִצְרָיִם.  5 Toutes les personnes composant la lignée de Jacob étaient au nombre de soixante-dix. Pour Joseph, il était déjà en Égypte.
ו וַיָּמָת יוֹסֵף וְכָל-אֶחָיו, וְכֹל הַדּוֹר הַהוּא.  6 Joseph mourut, ainsi que tous ses frères, ainsi que toute cette génération.
ז וּבְנֵי יִשְׂרָאֵל, פָּרוּ וַיִּשְׁרְצוּ וַיִּרְבּוּ וַיַּעַצְמוּ–בִּמְאֹד מְאֹד; וַתִּמָּלֵא הָאָרֶץ, אֹתָם.  {פ} 7 Or, les enfants d’Israël avaient augmenté, pullulé, étaient devenus prodigieusement nombreux et ils remplissaient la contrée.
ח וַיָּקָם מֶלֶךְ-חָדָשׁ, עַל-מִצְרָיִם, אֲשֶׁר לֹא-יָדַע, אֶת-יוֹסֵף.  8 Un roi nouveau s’éleva sur l’Égypte, lequel n’avait point connu Joseph.
ט וַיֹּאמֶר, אֶל-עַמּוֹ:  הִנֵּה, עַם בְּנֵי יִשְׂרָאֵל–רַב וְעָצוּם, מִמֶּנּוּ.  9 Il dit à son peuple: « Voyez, la population des enfants d’Israël surpasse et domine la nôtre.

 

 On est en droit de se demander comment ,par quelle  opération, il se trouve que ces « enfants d’Israel »  ont pu « remplacer » les Judéens-Juifs et comment il se fait que cela n’interroge pas les descendants de la maison de Juda, ce qui montre que dans l’esprit des juifs, le terme Israel offrirait une évidente synonymie, ce qui vaut aussi du point de vue des Chrétiens. Quelles sont les conséquence d’une telle confusion encore de nos jours? Selon nous, cela empêche de percevoir la filiation entre le Royaume d’Israel et l’émergence du christianisme. La notion de faute, de péché à se faire pardonner prend alors tout son sens et l’on comprend le message de Jésus: « Je suis venu pour les brebis perdues de la maison d’Israël », ce qui implique qu’il ne s’adressait pas aux juifs dans sa « Bonne Nouvelle » (Evangile) mais souhaitait  unifier  les deux populations en allant précher surtout en Galilée et notamment autour du Lac de Tibériade.(Kinéreth) Au départ, il est clair que le christianisme ne s’adressait pas aux « paiens » mais relevait d’une problématique très ancienne impliquant les relations entre les deux Royaumes, celui d’Israel étant anéanti en  -722 par les Assyriens. Il est claire que ce qu’on appelle coutumièrement Ancien Testament est un recueil comprenant des textes d’obédience israélite, comme dans le cas de l’Edit du roi de Perse, Cyrus, lequel renvoya les judéens à Jérusalem, d’où la construction du « second Temple » ; Or, au chapitre 45 du Deutéro Isaie,  le texte met en scéne;…les Israélites. Ajoutons que le personnage de Moise nous semble bel et bien calqué sur celui, bien attesté, du dit Cyrus, ce qui montre bien que ce récit de la Sortie d’Egypte est une fiction littéraire… L’ouverture du Livre de l’Exode vise à montrer que les ressortissants des tribus des deux Royaumes auraient une même origine, en Jacob, surnommé Israél et rappelons que le nouvel Etat « hébreu » aura pris en 1948 le nom d’Israel:

 

JHB  23 05 22

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs