• Accueil
  • > ASTROLOGIE
  • > Jacques Halbronn L’importance cruciale du 4 en Astrologie. La dialectique Lune-Saturne autour du 7. Le tétramorphe.

Jacques Halbronn L’importance cruciale du 4 en Astrologie. La dialectique Lune-Saturne autour du 7. Le tétramorphe.

Posté par nofim le 22 juin 2022

Jacques  Halbronn  L’importance  cruciale du 4  en Astrologie. La dialectique Lune-Saturne autour du 7. Le tétramorphe.

 

  La plupart des astrologues ont du mal à accepter la primauté de la planéte Saturne  comme cela ressort de l’Astrologie EXOLS. Nous voudrions  montrer ici à quel point  Saturne est voué à y  occuper une place tout à fait, absolument centrale. De fait, avec la découverte d’Uranus et Neptune, entre autres, Saturne n’apparait plus comme l’astre ultime coiffant les autres cycles.

 

On fera remarquer que Saturne a les mêmes chiffres que notre satellite, la Lune: 28 ans pour 28 jours, les années et les journées étant déterminées géocentriquement puisque la révolution de Saturne est présentée sur la base des années terrestres. Selon notre approche « théologique », il ne saurait s’agir d’un hasard mais correspondrait à ce que nous appelons le « plan divin » car l’astrologie ne peut être validée qu’en passant par une épistémologie théologique, réductible ni aux lois de  la « Science », ni aux conventions du Droit. (cf Jean Sendy, La Lune, clef de la Bible).

 

Force est de constater, en tout cas, que si l’on divise 28 par 4, le nombre de nos saisons terrestres (équinoxes/solstices), l’on aboutit au  chiffre 7, dont nous avons déjà eu l’occasion de traiter ( sur NOFIM. unblog.fr) – à commencer par les jours de la semaine-  et qui est la base de notre cyclicité fondée sur des périodes de 7 ans.  Par ailleurs, l’on retrouve le 4  avec le « tétramorphe » (cf le livre d’Ezékiel,  le Sphinx, l’arcane « Le Monde »  du Tarot etc, cf  Aquarius ou la Nouvelle Ere du Verseau, Paris, Albatros, 1979)

Or, ce tétramorphe – Homme, Aigle, lion, Boeuf- se retrouve dans le Zodiaque et les signes « fixes » (cf aussi les étoiles fixes dites « royales » Aldébaran  Régulus, Antarés, Fomalhaut). Or, dans la symbolique des mois de l’année, il n’est question ni de l’Aigle, ni du Lion, ce qui confirme le caractère fortement hybride de l’iconographie zodiacale.Notons que le porc est également absent du Zodiaque, alors qu’il est bien représenté dans les Livres d’Heures (par exemple: les Très Riches Heures du Duc de Berry) pour les mois d’automne. On y tue le cochon. En face, l’on trouve les Amoureux du mois de Mai, que l’on aura fini par qualifier de « Gémeaux » (cf notre article Astrologie dans l’Encyclopaedia Universalis) 

  Autrement dit, 4 x 7 = 28. CQFD. Si l’on divise les cycles de la Lune et de Saturne, on trouve le 7 qui est l’unité de référence de l’astrologie, le diapason, le « la ». La notation musicale passe d’ailleurs par les 7 notes. Dans le Pentateuque, les Six Jours de la Création  sont complétés par le Septiéme Jour, le Shabbat.(au chapitre II du Livre de la Genése) et ce n’est pas par hasard, que les religions dites monothéistes, articulent leurs offices sur le 7. De la sorte, l’astrologie renoue avec le religieux. Quid du Septiéme Sceau (cf le film d’Ingmar Bergman)?

Ouverture du septième sceau (Apocalypse 8.1-5)

8 « Quand l’Agneau ouvrit le septième sceau, il y eut dans le ciel un silence d’environ une demi-heure.
2 Puis je vis les sept anges qui se tiennent devant Dieu; sept trompettes leur furent données. 3 Un autre ange vint. Il se plaça vers l’autel, tenant un encensoir d’or. On lui donna beaucoup de parfums afin qu’il les offre, avec les prières de tous les saints, sur l’autel d’or qui est devant le trône.
4 La fumée des parfums monta de la main de l’ange devant Dieu avec les prières des saints. 5 L’ange prit l’encensoir, le remplit du feu de l’autel et le jeta sur la terre. Il y eut alors des coups de tonnerre, des voix, des éclairs et un tremblement de terre. »

 

On notera que le dieu Saturne (Kronos) ne fait pas partie de l’Olympe dominée par son fils Jupiter (Zeus). A ce propos, bien des astrologues justifient leur usage des diverses planétes du systéme solaire du fait que celles-ci portent le nom de divinités. Or,selon nous, ces différentes dénominations ne sont que des attributs successifs, au sein d’une cyclicité entière.  Grammaticalement, ce sont des adjectifs amovibles et non des noms, des radicaux. Les dispositifs des décans et des termes attestent de ce rôle qualificatif des noms de dieux associés  d’ailleurs aux signes zodiacaux, comme cela est exposé dans la tétrabible de Ptolémée (Dignités: domiciles, exaltations)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 JHB 22. 06 22

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs