• Accueil
  • > POLITIQUE
  • > jacques halbronn Le découplage sidéraliste Zodiaque et saisons .

jacques halbronn Le découplage sidéraliste Zodiaque et saisons .

Posté par nofim le 23 juin 2022

jacques  halbronn   Le découplage  sidéraliste    Zodiaque et saisons 

 

 Nous  nous arreterons sur une réaction à  nos travaux:

Map G a ajouté un commentaire : « Les periodes electorales auront toujours lieu en periode solsticiale (mai/juin) donc toujours favorable à un camp. J’ai peur de mal comprendre etc «  
Il n’a jamais été question des saisons au premier degré en Astrologie EXOLS et par conséquent, d’une part, il y a deux équinoxes (printemps, automne) et de l’autre il s’agit de Saturne et non du Soleil. Et en plus, en mai juin, c’est le printemps et donc c’est équinoxial et non solsticial comme le dire Map G.  Mais ce « commentaire »est assez révélateur d’une difficulté pour bien des astrologues de nos jours à penser les saisons en dehors du parcours solaire  alors qu’en même temps ils n’ont aucun mal à utiliser les signes zodiacaux pour n’importe quelle planéte
Pourtant, nul ne devrait ignorer que les 4 signes cardinaux sont déterminés par les axes équinoxiaux et solsticiaux. Mais pour nous,  chaque période couvre trois signes, 90°, soit, pour Saturne, une durée approximative de 7 ans. Il est clair que la division en 4 de l’écliptique est plus scientifique que la division en 12. Par ailleurs, il est plus aisé de penser les catégories d’équinoxe et de solstice que celles, assez baroque, des 12 signes, dont le symbolique est des plus hybrides comme nous l’avons montré dans de précédents textes (sur NOFIM. unblog.fr) 
Il convient toutefois de signaler que pour l’astrologie dite sidéraliste, le lien entre Zodiaque et Saisons n’est pas revendiqué, en ce qui concerne les constellations  zodiacales. Pour nous, ce n’est pas le Soleil qui compte en astrologie mais Saturne et cela pour des raisons évidentes, à savoir qu’il faut donner du temps au temps. Sept ans pour une période, c’est quand même plus praticable que 3 mois, sans parler d’une semaine pour la Lune. D’ailleurs,  Dane Rudhyar transpose les jours en années, ce qui lui fait retrouver le cycle de Saturne. On retrouve de telles équivalences  dans la Bible.
Tout se passe comme si la plupart des astrologues ne parvenaient pas à séparer le bon grain de l’ivraie, manquaient de bon sens. En période électorale, on élit pourtant un chef, ce qui montre la nécessité de l’élection, de la sélection. Mais au lieu de faire apparaitre structurellement une centralité, on réduit cela à une dimension conjoncturelle et aléatoire. Il y a beaucoup d’appelés et peu d’élus. Or, même au niveau théologique, l’on observe à quel point la notion de « peuple élu » est vécue comme une injustice, notamment par les enfants au catéchisme. De la meme façon, l’idée que Saturne puisse  avoir une centralité en astrologie est jugée insupportable, intenable. Or, il est clair que plus on dispose de facteurs et plus la lecture du ciel devient problématique car tout s’entremêle et la notion de phase, de période se dissout.
JHB 23 06 22
 

jacques  halbronn   Le découplage  sidéraliste    Zodiaque et saisons .

 

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs