• Accueil
  • > Archives pour février 2023

Jacques Halbronn L’URSS et l’astrologie. 1968 Prague, 1989 Berlin. Le cas Barbault

Posté par nofim le 22 février 2023

Jacques  Halbronn  L’URSS  et l’astrologie. 1968 Prague, 1989 Berlin. Le cas Barbault  

 

Il est temps, nous semble-t-il de signaler de fausses validations en astrologie et c’est rendre service à la communauté des chercheurs de signaler les voies de garage car souvent les réussites sont plus problématiques que les échecs en ce qu’elles semblent devoir faire référence.   Le rapprochement entre la chute du mur de Berlin et la conjonction Saturne-Neptune, telle que l’avait établie André Barbault au lendemain des événements en question  aurait du passer par la comparaison avec des événements allant en sens contraire car l’astrologie ne saurait ignorer le test de l’antithèse. On pense notamment au printemps de Prague. Pourquoi les choses ne se passèrent pas de la même façon à Prague en 1968 et à Berlin en 1989,Berlin point symbolique s’il en est et qui avait en  1961 fait l’objet d’un blocus. Apparemment, Barbault était trop heureux de pouvoir enfin s’accrocher à un succés prévisionnel, après le fiasco de la troisiéme guerre mondiale pour le début des années 80(indice cyclique) et celui de 1971  quant au grand rattrapage des USA par l’URSS (opposition Saturne-Neptune) pour aller y regarder de trop près, en se faisant l’avocat du diable.

Or entre 1968 et 1989 il y a 21 ans, soit trois périodes de 7 ans et le multiple impair (3) indique des situations inverses, en »carré » en quelque sorte. Saturne en 68 était en phase équinoxiale et en 89 en phase solsticiale, soit deux tendances diamétralement opposées. Comme on dit, les temps changent, ce qui pouvait se faire dans un cas n’était pas envisageable dans l’autre.

 

Wikipedia:

1968    »Le printemps de Prague provoque la réaction de l’URSS qui, après l’échec des négociations, envoie chars de combat et soldats pour imposer une « normalisation ». L’occupation soviétique entraîne des manifestations non violentes et une vague d’émigration parmi la population tchécoslovaque. Au printemps suivant Gustáv Husák remplace Alexander Dubček à la tête du parti et la plupart des réformes libérales sont abandonnées. »

1989.Wikipedia

 » L’ouverture du Mur est le symbole par excellence de la chute des régimes communistes en Europe de l’Est en 1989 et de la fin de la guerre froide entre les blocs de l’Est et de l’Ouest. »  On pourrait croire que c’est le cycle Saturne Neptune qui serait la cause de 1989 puisqu’il y a à cette date sa conjonction. En réalité, c’est la présence de Saturne en phase solsticiale qui en est selon nous la vraie cause et la preuve en est justement qu’en 1968, Saturne était à l’opposé, en phase équinoxiale alors que cette date ne s’inscrit pas dans le cycle Saturne Neptune, du moins tel que l’interprétait Barbault qui avait pointé 1971  avec Saturne et Neptune s’opposant sur l’axe  Gémeaux Sagittaire lequel correspond d’ailleurs – coincidence- au passage de Saturne en phase solsticiale. On aura compris que Barbault avait fini par ne pas accorder de signification aux aspects de carré et d’opposition entre Saturne et Neptune, ne pariant plus que tous les 36 ans, ce qui limitait d’autant le nombre d’échéances risquant de faire faux bond, ce qui ne permet guère de statistiques.

 

JHB 22 02 23

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Réflexions sur l’article de René Alleau « Histoire de l’astrologie » in Encyclopaedia Universalis,

Posté par nofim le 21 février 2023

 

)Jacques  Halbronn  Réflexions sur l’article de René Alleau « Histoire de l’astrologie » in Encyclopaedia Universalis,     

 

Le texte de Alleau fut remplacé par le notre en 1993 lequel est toujours en place au sein de la dite Encyclopaedia/ Il ne s’agit pas ici de nous situer par rapport à ce que nous écrivions alors mais bien au vu de nos positions présentes. Rappelons que nous avions, dans les années 70, contribué à deux reprises à la Bibliotheca Hermetica dirigée par Alleau  (sur Morin de Villefranche et sur Abraham Ibn Ezra)

Selon nous, il s’agit d’avoir une approche critiques de textes comme ceux inclus dans le Tetrabiblos de Ptolémée à commencer par ce dispositif central que constitue le rapport des planétes et des signes, exposé dans le premier Livre. Selon nous, contrairement à la lecture habituelle, ce dispositif n’affirme  nullement que  tous les astres du systéme solaire sont à suivre dans leurs mouvements respectifs mais distingue 4 divinités (Mercure, Vénus, Mars et Jupiter) censées baliser la course de deux astres, la Lune et Saturne et en pratique, la Lune de par la briévété de son cycle ne saurait être opérationnelle, d’où la dialectique un jour pour un an qui se calque sur le seul cycle de Saturne. Il convient donc de distinguer très nettement l’activité des astrologues de celle des astronomes. L’Histoire de l’astrologie n’est certainement pas réductible à un tel binome, si ce n’est que les astronomes ont pu être tentés d’élaborer leur propre astrologie, ce qui semble bien avoir été le cas d’un Ptolémée, compilateur de la Tétrabible au IIe siècle.

En  ce qui concerne le Zodiaque, l’astrologie, selon nous,  n’avait aucune raison de baliser la course de Saturne par le moyen d’une division en 12 et là encore, épistémologiquement, le rôle de l’ Historien est de relever les déviances des systémes. Cette division en 12 peut certes être de quelque utilité pour situer les planétes dans le ciel, sur l’écliptique, mais le « logos » de l’astrologie n’a aucune raison de s’embarrasser d’une telle superstructure et doit en rester à une approche duelle, dialectique.  Notons que le Zodiaque a pour matrice un « tétramorphe », lié à une division en 4 (taureau, lion, aigle, homme), ce que ne signale pas Alleau qui nous submerge avec son discours sur le Septénaire et les 12 signes qui se concentre sur une période de dérive de la pensée astrologique..

On aura compris que la question de la « réception » de l’astrologie à telle ou telle époque, au sein de telle ou telle culture, nous apparait épistémologiquement tout à fait annexe, d’autant qu’elle n’ouvre pas de perspective pour une « renaissance »de l’astrologie. Nous avons d’ailleurs « donné » dans cette pratique de la réception dans notre ouvrage « Le monde juif  et l’astrologie » (Ed Arché 1985), dont nous ne sommes plus spécialement fier car cette façon de traiter de l’Histoire de l’Astrologie nous semble assez toxique et dépassée.

Il nous semble essentiel de ne pas se perdre dans les méandres d’une astrologie « savante », liée à l’astronomie d’hier et d’aujou D’ard’hui, et d’accorder de l’importance à une astrologie dite « populaire » que l’on a souvent perçue comme une forme appauvrie d’astrologie, du fait même de sa simplicité. L’historien de l’astrologie n’a pas à défendre de facto la cause des astrologues de cabinet, tributaires du « thème natal.Du point de vue de la pensée politique, du droit constitutionnel, il est clair que cette astrologie des médias se révéle bien plus compatible avec les enjeux de société que l’astrologie sophistiquée, articulée sur les éphémérides au jour le jour. D’ailleurs, comme le rappelle Alleau, la théorie des grandes conjonctions (Jupiter/Saturne) illustre à merveille cette vocation première de l’astrologie à fournir des repéres accessibles à tous, ne relevant aucunement des données de naissance et ne retenant que deux planétes, les plus lentes connues avant la fin du xVIIIe siècle,lorsque les astronomes s’amuseront à baptiser leurs découvertes en recourant à la mythologie, ce qui allait égarer encore plus les astrologues.

On reprochera à Alleau de ne pas avoir saisi la dialectique planétes/signes, celle des émetteurs et des récepteurs, ces derniers pouvant être plus nombreux que les émetteurs. Ce n’est pas aux planétes de signifier mais, comme leur nom l’indique, aux signes de jouer le rôle de « significateurs » et c’est pour cette raison que les divinités concernent nons pas les planétes mais bien plutot les signes, comme il ressort de la lecture de l’Astronomicon de Manilius (Ier siècle) dont pourtant Alleau avait donné une édition en 1970 dans sa Collection.

 

 

 

 

 

 

JHB  21 02 23

Publié dans ASTROLOGIE, HISTOIRE | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn sur son rapprochement « équinoxial » avec André Barbault

Posté par nofim le 20 février 2023


Jacques  Halbronn  sur son rapprochement « équinoxial »  avec André Barbault
Nous avions annoncé qu’une nouvelle phase équinoxiale (sur l’axe Poissons-vierge et non sur l’axe Bélier Balance qui n’en est que le prolongement) était vouée à favoriser des alliances assez surprenantes au premier abord. En fait, cela se conçoit assez bien dès lors que l’on évacue les faux clivages, les différences de surface, ce qui caractérise le travail de la phase équinoxiale par opposition (aspect de carré) à la phase solsticiale qui tend à subdiviser à l’envi tout ensemble.Que l’on compare le pacte germano soviétique à la fin du mur de Berlin, comme deux cas de figure antagonistes.  En abordant la question de nos affinités avec André Barbault, nous nous situons dans cette même optique et inversement, l’on pourrait montrer que ceux qui se revendiquent de sa pensée tendent au contraire à la trahir comme en témoigne ce Colloque à venir autour de Pluton entrant en Verseau, ce qui ne correspond aucunement à la démarche de Barbault lequel avait pris ses distances avec toute référence zodiacale  tant pour ce qui est du cycle Saturne Neptune que pour son indice cyclique.  A noter que 14 ans séparent et rapprochent ( cet intervalle  remenant des périodes analogues) ces deux entreprises: 1953 et la mort de Staline (cf le bulletin « Astrologie Moderne), 1967 et la parution des Astres et l’Histoire. Par ailleurs, en 1968, Barbault s’était lancé dans l’expérience ‘Astroflash » à savoir l’interprétation des thèmes à partir d’une programmation due à un tout petit nombre de collaborateurs (dont Jean Pierre Nicola)   On peur considérer avec le recul Barbault comme notre devancier, notre précurseur dans son traitement des planétes qu’il réduit à un seul graphique montant et descendant d’une part et dans sa démonstration selon  laquelle la communication de l’Astrologie en direction du public n’exige que fort peu d’intervenants,  par le biais notamment de l’informatique. En ce sens, Barbault restera, pour la postérité, celui qui aura déconstruit le milieu  des astrologues professionnels, praticiens et enseignants. Certes, les efforts de Barbault sont jusqu’à présent restés sans grand impact sur le dit milieu et l’on n’a pas cessé de décrire la spécificité de chaque signe, de chaque planéte (suivant d’ailleurs en cela l’exemple d’un Jean Pierre Nicola et de son modéle « RET assignant à chaque facteur un profil propre. Mais Barbault n’en annonçait pas moins une révolution à venir dont nous sommes le porteur, à la façon d’un Jean Baptiste, dans les Evangiles; celle de l’Astrologie EXOLS.
Pour préciser notre démarche; nous avons pensé nous baser sur un texte de Roger Héquet qu’il nous a fait parvenir, ces derniers jours:
Roger HEQUET
« Il y a 10 planètes ou éléments planétaires dans le ciel au dessus de nous et vous ne voulez utiliser qu’une de celles ci … Je pense que c’est par paresse ou parce que vous n’êtes pas outillé intellectuellement pour travailler avec un système plus complexe. Je tente de vous trouver une raison. Enfin vous dites: « Par ailleurs, s’il est heureux, comme le note Roger Héquet, d’observer que certains événements comparables surviennent à 15 ans d’intervalle, encore faut-il leur attribuer un substrat astronomique pertinent »., je me fiche de l’astronomie, je ne travaille qu’en astrologie, avec une base, l’état du ciel, uniquement comme environnement à notre espace-temps natal, radical. Pour l’ACB et pour moi donc, le ciel ne nous aura concerné qu’une fraction de seconde. Le temps de nous constituer d’un patrimoine cosmo-génétique. vous faites partie de ces « astrologues » qui voudraient que l’astrologie soit moins compliquée même qu’un manuel de plomberie et c’est dommage. »
Que faut-il comprendre de ce texte? On pense à un propos de Raymond Abellio que nous avons récemment signalé (numéro spécial d’Horizons Fantastiques, dirigé par Daniel Giraud, 1972) lequel était en faveur d’une astrologie ésotérique,  dans toute sa complexité et Héquet y trouverait certainement une caution notamment dans sa présentation du thème natal. Abellio n’a pas de mots assez durs pour stigmatiser une astrologie « marchande  » et prévisionnelle (suivi en cela par Joelle de Gravelaine dans le même numéro)Or, pour nous, l’astrologie est au service de la Cité, elle se doit d’accéder à une certaine simplicité dans sa formulation, à  une prévisibilité au sens où elle doit jouer cartes sur table alors que Héquel plaide pour un astrologue capable de maitriser toute sa complexité. Pour nous, l’astrologie est faite pour le public et non comme un outil asseyant, étayant le pouvoir de l’astrologue sur ses clients et éléves.
La phase équinoxiale dans laquelle nous entrons risque fort d’être éprouvante pour le praticien/enseignant de base d’autant qu’il est à prévoir un rapprochement  équinoxial entre notre astrologie et des communautés scientifiques ayant jusque là rejeté la doxa astrologique en vigueur.
  En conclusion; en dépit de certaines différences, Barbault aura bel et bien ouvert la voie à notre Astrologie, par sa quéte d’un schéma unitaire et duel et par la revalorisation de l’astrologue  « dominant », directement en lien avec le public par dessus la tete de la corporation des praticiens. On a ici affaire à une lutte des classes au sein du milieu astrologique, dans le sens d’une verticalité, mettant fin à l’horizontalité d’une astrologie artisanale, dont chaque astrologue serait le représentant avec son savoir faire propre.
 
Roger Hequet

Effectivement, ces rapprochements peuvent être surprenants quand on se souvient des nombreuses critiques que vous avez pu émettre sur le travail d’André Barbault et ceux de ses « disciples », bien moins talentueux j’en conviens ici, tel Y. Lenoble … mais pourquoi pas s’il s’agit en plus d’une réactiovvvn astronomique conjoncturelle. Parce qu’il s’agit bien d’astronomie dés lors ou votre objet d’étude est le déplacement réel d’un astre dans ses conditions stellaires uniquement, sans lien aucun avec un environnement terrestre quelconque, avec quelque structures qui le délimiteraient dans sa route, comme le zodiaque, ses aspects avec d’autres intervenants …
Nous sommes donc en phase équinoxiale et la chose concerne donc pour ous l’humanité entière sans distinction. Toutes et tous dans un même sens à sa marche, jusqu’à la prochaine phase. Pourtant il serait trop long d’énumérer le nombre d’oppositions et de contradictions dans cette marche. En premier lieu les guerres. Comment déjà expliquer le comportement des USA face à celui de la Russie ? Celui de l’Europe face à cette dernière ? Quelle marche commune, quel sens commun entre la Chine et le reste du monde ? De même quelle mécanique aura « produit » le pacte germano-soviétique en 1939 puis, à peine 3 ans plus tard et donc loin des 15 ans d’un cycle opposé, ou même des 7 ans de sa phase d’opposition, l’affrontement entre ces 2 puissances ? Pensez vous, réellement, qu’à partir d’un seul signal stellaire l’humanité, sans exception étatique et même encore moins de personnes, marcherait d’un même pas, dans un même sens ? Sans distinction aucune. Tels des robots.
Un thème astral n’est en aucune manière un mandala mais une simple structure encadrant une configuration pour un temps et un espace donné. Ou pourquoi ne pas continuer à travailler sur les étoiles fixes, les différents systèmes solaires, différentes galaxies … ou alors, si ous limitez, délimitez, votre champs d’action, quelle structure nous montrera cette limite ?
Maintenant, considérer que je bêle avec les moutons alors que je n’ai cessé d’être en opposition avec le milieu astrologique et la plupart de ses acteurs est un peu fort de café… J’ai quitté ce milieu il y a pas mal d’années tant il m’apparaissait pauvre et même stupide et le système ACB est à des années lumières de la pratique dominante en occident.
Enfin, et pour répondre à une de vos questions absolues, je considère que la chose astrologique est intrinsèque à la biologie humaine, l’Homme en est porteur. Cette chose astrologique est dans sa nature et comme bien des éléments de sa nature il a pu fonctionner longtemps sans en connaître et sans en savoir objectivement, culturellement même, l’ensemble. Nous sommes ainsi et par exemple porteur d’un adn et ce depuis la nuit des temps et pourtant nous le comprenons un peu plus depuis bien moins de temps. Faut il croire qu’avant de le connaître dans sa réalité physique, scientifique, il n’existait pas ? De même nous portions en nous, dans notre réalité biologique, l’ensemble des facteurs astrologiques actuels, Uranus, Neptune etc … avant même d’en être conscients et ceci fonctionnait très bien, à notre insu. Je pourrai ous citer 1000 autres exemples de ce que nous ne connaissions pas durant des millénaires et qui, pourtant, faisait partie de notre réalité. C’est peut être même le propre de la science d’explorer ainsi cette réalité pour en découvrir ce que nous ignorions d’elle. Parce que nous ignorions Uranus celui n’existait pas ? Et s’il existait avait il ainsi et déjà une fonction astro-physique dans notre système solaire ? Ou a t’il fallu que nous le découvrions physiquement pour qu’il commence à « fonctionner » ?
Ce que nous appelons un « thème » en astrologie individuelle n’est rien d’autre que la représentation symbolique de chacune de nos cellules dans notre biologie. En astrologie mondiale la représentation symbolique d’un « adn » culturel, régional, étatique. La structure France par exemple délimitera l’ensemble des éléments constitutifs d’une même administration, d’un semblable exécutif, avec son opposition, son adhésion.
Je suis astrologue depuis 45 ans, travaille des heures au quotidien et j’ai en moi le sens de la responsabilité pour une science qui fut étudiée par les plus grands au cours des siècles et prétendre que mon modeste travail est du « n’importe quoi » m’insulte. Je fais partie d’une élite, pour employer otre vocabulaire, celle des solitaires.
Réponse à roger Héquet.  Une phase provoque des réactions, des résistances sans qu’il soit besoin de faire appel à un autre paramétre. Le pacte germano soviétique a été déterminé par une phase allant de 1935 à 1941. Et il a été rejeté à Stalingrad en phase solsticiale§

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn autour du numéro des Horizons du Fantastique sur l’Astrologie, 1972

Posté par nofim le 20 février 2023

jacques  halbronn  autour du numéro des Horizons du Fantastique sur l’Astrologie, 1972 

 

 On s’intéressera ici à un de ces collectifs sur l’astrologie, du même ordre que celui de la Tour Saint Jacques en 1956, paru lors de la parution des résultats Gauquelin (1955) et d’autres dont il a déjà été question dans les années 80 (Cahiers de l’Hermétisme etc). On y trouve les noms de Daniel  Giraud, qui en était  le rassembleur et l’intervieweur, d’Alexander Ruperti, d’Alexandre Volguine, d’Antoine Faivre, de Gilber Durand, d’Armand Barbault, de Jacques Berthon, de Serge Hutin, de Joelle de Gravelaine, de Jean Carteret, d’Arnold Waldstein, de Christian Jacq, de Dom Néroman (mort en 1954), de Jean Marie Lhote, de Max Lejbowicz, de Jean Paul Bourre,, de Raymond Abellio. etc   On notera la très faible proportion de femmes dans cette liste. Ce numéro parut au lendemain du ‘Retour des astrologues, d’Astroflash, et de la parution de l’Astrologie « Relativiste »,laquelle témoigne d’un processus de recherche. Christian Jacq s’en explique »  Notre étude « n’est pas une compilation additionnant les opinions des astrologue contemporains mais une tentative de  redécouverte de l’astrologie à sa source et une approche nouvelle de la cosmologie »  

André Barbault contribua à un tel ensemble par « Une prévision » autour des effets des conjonctions  annuelles Soleil Jupiter/Pour notre part, un tel phénoméne annuel  n’est guère significatif dès lors qu’il ne prend pas en compte  les phases  saturniennes de sept ans, lesquelles  impriment  une même tonalité à toute une période.  Le frère d’André, Armand, quant à lui, s’intéresse aux directions et notamment sur le rapport un jour pour un an.(Le secret des directions astrologiques)   Arrêtons nous sur ce que dit Daniel Giraud sur l’astéroide Cérés (pp; 95 et seq): (De l’emploi de Cérés en astrologie): d’entrée de jeu, Giraud  prend appui sur le nom même de cet objet céleste découvert et baptisé en 1801. On ne fait meme pas référence aux conditions ayant présisé à une telle appellation comme s’il s’agissait d’un fait accompli. « Ce n’est pas seulement le fait de n’employer  que 10 planétes pour 12 signes du zodiaque qui pousseà innover  en attribuant  une  valeur particulière au premier des astéroides qui (..) gravite entre Mars  et Jupiter (…) Le célébre   astrologue romain, Marcus Manilius faisait déjà correspondre Cérés  au signe de la Vierge avec son épi » Giraud oppose Cérés à Vulcain. Carteret préférera la fille de Cérés, Proserpine.Giraud interroge Joelle de Gravelaine(éléve de Carteret) sur  les nouveax facteurs : »(pp. 80-81): »"La Lune noire  est une des valeur représentant symboliquement la qûete de la femme pour son  autonomie. Dan Giraud déclare : » Hélas, la plupart des astrologues la refusent en invoquant le grand nombre déjà de valeurs planétaires leur occasionnant trop de travail. Réponse de Joelle de gravelaine: » Est ce qu’on peut dire parce  qu’une table n’a que trois pieds qu’il ne faut pas s’embarrasser  d’un quatrième parce que cela poserait  des problémes supplémentaires? C’est un argument absurde (..) Il ne peut être question  de les négliger si on veut progresser dans la connaissance de l’inconscient car elles ne se substituent pas à Neptune (…) ni à Pluton (…) ni à Saturne »

En ce qui concerne Raymond Abellio, interrogé par Daniel Giraud (en 1979, nous ferons de même pour le collectif Aquarius ou la Nouvelle Ere du Verseau, Ed Albatros) sur la « Structure absolue »: Abellio a le mérite d’insister sur la dialectique et la dualité (pp. 22 et seq): « dualité fondamentale, l’opposition du masculin  et du féminin, de la connaissance et de la loi. Opposition  qui doit être dialectisée comme toutes les dualités. Il faut donc  dépasser  cette opposition par une  voie montante. Abellio aborde la question de l’intelligibilité de l’astrologie: «  »comment voulez vous , s’il n’a pas  de formation astrologique que le client  comprenne ce que dit l’astrologue? (..) L’astrologue ne devrait pas avoir  des clients mais des éléves et c’est le grand grief que je fais à l’astrologie marchande dans la mesure où elle est obligée pour se mettre à la portée  des clients qui n’ont pas de culture astrologique d’accentuer le  côté prédictionnel qui est tout à fait second. L’astrologie n’est pas par essence   prévisionnelle mais  gnostique (…)L’astrologie (…) n’était pas secrète mais  « défendue » par sa propre difficulté (…) L’ordinateur  actuellement n’est pas suffisamment programmé »

Le collectif se termine par un texte de Jean Carteret simplement intitulé « Astrologie »(pp. 68 et seq). Carteret place au centre le thème de naissance. « étincelle d’éternité » « Il n »y aura jamais  deux  fois le même ciel ».   Notre commentaire sur ce corpus, datant d’un demi-siècle et correspondant grosso modo à l’époque de notre entrée dans le monde des astrologues.  Autant dire que nous sommes à peu près en  total désaccord avec tout ce qui y est exprimé à commencer par l’importance accordée au thème natal dont dès 1976 nous demandions que l’astrologie s’en démarque en passant par l’idée selon laquelle la prévision serait étrangère à l’essence de l’astrologie, comme l’affirme ici Abellio. Certes, nous avions suivi alors  Jean Carteret à propos des transplutonniennes dans notre travail sur les maitrises planétaires avant de basculer vers une astrologie « saturnienne ». Nous voudrions tout particulièrement prendre le contre pied d’Abellio à propos de ce qu’il appelle une astrologie « marchande » . Nous pensons que l’astrologie avait vocation à être accessible au public le plus large alors que d’aucuns veulent l’inscrire dans le cadre d’une initiation réservée à une élite. Pour nous, l’astrologie est faite pour la Cité, elle n’a pas à être instrumentalisée par quelque caste de prétres seuls capables de la déchiffrer et de l’interpréter. A l’nstar de nos constitutions, l’astrologie doit offrir une pleine lisibilité et baliser le temps au moyen de périodes de durées égales, comme le garantit notamment la constitution des Etats Unis où le vice-président termine le mandat (de 4 ans) du président, quand celui-ci  est éliminé.(comme dans le cas de Kennedy en 1963)   

 On notera la référence de Giraud à Morin de Villefranche dans son Enquete « Ce qu’ils pensent de l’astrologie » (pp.17 et seq) où il est fait mention d’un propos de Morin issu des Remarques Astrologiques, ouvrage  paru en 1654, (qui sera réédité en 1975, Ed Retz) que nous avions signalé à André Barbault, contributeur du dit Collectif, lequel en aura communiqué la teneur à Giraud.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB  20 02 23

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Epistémologie. Le mythe toxique de la précision extreme en astrologie

Posté par nofim le 19 février 2023

jacques  halbronn  Epistémologie; Le mythe toxique de la précision  extréme  en astrologie

 

 

  En 2006, nous avions consacré un Colloque au thème « Quelle précision en astrologie? » (voir la vidéo sur You Tube ww.youtube.com › watch)

 Le  terme « précision »  est en effet  devenu un élément de langage comme le montrent les différenrs extraits ci dessous/. Mais de quelle précision s’agit il ? Tout est relatif. Est ce qu’une prévision à un an près est suffisante?  Il nous semble que le mot « fiabilité » est plus heureux que celui de précision . Le probléme avec une attente exacerbée de précision, c’est que l’on se tire une balle dans le pied, que l’on se condamne à l’échec. Il vaut infiniment mieux  une astrologie qui utilise une certaine marge d’erreur plutôt qu’une astrologie qui  prétend parvenir à une précision extréme, ce qui la rend impuissante à rendre la complexité du réel. D’ailleurs précision à quel niveau, à celui des dates ou à celui du type d’événement? Quelle est la typologie événementielle dont se sert tel chercheur en astrologie? Que vaut une précision  ambigue quant à ce qui est attendu? 
jacques  halbronn    Epistémologie.  Le mythe toxique   de la précision extreme  en astrologie dans ASTROLOGIE

André Barbault Les astres et l’Histoire. Ed J.J. Pauvert  1967

Présentation (extrait) » Les lecteurs, prévenus a priori contre cette démarche de juxtaposition opérée entre les tracés astraux dans le zodiaque et les mouvements politiques et économiques sur la mappemonde, conviendront que la prévision n’est possible, précisément, qu’à condition de n’avoir pas triché avec des matériaux historiques forcément dociles à toute interprétation intellectuelle. Or, si l’auteur se risque à tracer les grandes lignes de la conjoncture mondiale jusqu’à l’an 2000, c’est après avoir déjà soumis, patiemment, les diverses corrélations établies au test de la prévision » Abordons l’exigence de précsion de l’heure de naissance avec l’exposé typique  ci dessous trouvé sur Internet

 

« Pour monter un Thème natal précis et fiable, il est nécessaire d’avoir des coordonnées précises et fiables. Les coordonnées de naissance, à savoir le jour, l’heure et le lieu où vous êtes nés, sont la matière première de l’astrologue. Si ces données ne sont pas fiables, tout le travail de l’astrologue qui en découlent ne sera pas fiable ». ou encore  l’exposé concernant les 

 Techniques prévisionnelles en astrologie  de Louis Lassine  (2003)

 
 présentation:
Basé sur le principe très ancien des maisons dérivées, cet ouvrage permet de faire l’étude prévisionnelle d’un thème astrologique avec une précision inégalée. Un outil de référence (..) Son œuvre astrologique et numérologique allie à la fois un sens pédagogique très développé et une rigueur et une précision toute scientifique. Ainsi ses ouvrages ont conquis d’emblée, ce qui est rare, aussi bien un public de débutants que d’astrologues chevronnés.
 ou encore   la Présentation  de l’ouvrage de Roger Héquet (Dervy) en 2008:

 » L’astro-chronobiologie renouvelle complètement l’astrologie natale ainsi que l’astrologie mondiale par sa précision à prévenir les événements. C’est un retour à l’astrologie prédictive et événementielle à l’opposé de l’astrologie dite  » psy  » qui s’est imposée depuis 50 ans. Pour Roger Hecquet, qui a étudié avec succès plus de 5000 thèmes, au moment de notre naissance, une gigantesque puissance énergétique se manifeste, du cœur de chacune de nos cellules, vers l’extérieur. Ainsi, tout, en astro-chronobiologie, se découvre donc en termes d’énergie, de forces, d’ondes de forme, de mathématiques, d’angles et projections énergétiques. L’astro-chronobiologie s’aborde comme une  » mathématique évènementielle « , qui n’aura sans doute jamais si bien fonctionné, si précisément dans le temps, tout en restant en  » phase  » avec ce que la Tradition nous donne à penser des conditions astrologiques d’une situation remarquable donnée. Le  » reste  » n’est pour l’auteur que langage humain. Ce n’est plus celui des étoiles, ni celui des astres.  «  

 

Message récent  reçu de l’auteur en 2023  qui nous est directement adressé:

 

Merci Jacques Halbronn …. Ces cycles de 15 ans dont vous parlez allégrement depuis 6 mois constituent les bases de l’astro-chronobiologie depuis 20 ans, mon premier ouvrage aux Rocher et, de plus, sont strictement mathématiques, précis à l’heure. Tandis que « vos » 15 ans sont plutôt 14 ans, un demi cycle de Saturne …Après 4 cycles il y a déjà 4 ans de différence… avec la réalité.
Lorsque ous dites « 14 ans, ce qui peut s’assimiler à 15 ans, du fait d’un phénomène d’écho au niveau socio-historique » cela relève de l’enfumage: 15 ans sont 15 ans et non 14 ans, 14 ans et demi, 13 ans …. Il y a 4 ans pas de pandémie, pas de guerre …. Un détail de l’Histoire sans doute. vous me faites penser à ces gens qui ne cessent de déstructurer l’espace astrologique avec des aspects qui peuvent aussi bien faire 117 ou 125° au lieu de 120, 82 ou 94° au lieu de 90, etc et qui décident qu’un élément en fin de secteur peut aussi bien appartenir au secteur suivant. Tout ce que je combat.
Si nous désirons par notre travail faire émerger une astrologie rigoureuse, commençons déjà par rendre compte de la réalité, mathématique pour moi, astronomique pour ous.
Il y a 10 planètes ou éléments planétaires dans le ciel au dessus de nous et vous ne voulez utiliser qu’une de celles ci … Je pense que c’est par paresse ou parce que vous n’êtes pas outillé intellectuellement pour travailler avec un système plus complexe. Je tente de ous trouver une raison. Enfin vous dites: « Par ailleurs, s’il est heureux, comme le note Roger Héquet, d’observer que certains événements comparables surviennent à 15 ans d’intervalle, encore faut-il leur attribuer un substrat astronomique pertinent »., je me fiche de l’astronomie, je ne travaille qu’en astrologie, avec une base, l’état du ciel, uniquement comme environnement à notre espace-temps natal, radical. Pour l’ACB et pour moi donc, le ciel ne nous aura concerné qu’une fraction de seconde. Le temps de nous constituer d’un patrimoine cosmo-génétique. vous faites partie de ces « astrologues » qui voudraient que l’astrologie soit moins compliquée même qu’un manuel de plomberie et c’est dommage. »
Nos commentaires autour de ce corpus : le mot précision semble être magique. Précision de l’heure de naissance, précision numérique des intervalles  entre événements  Roger Héquet nous explique que 14 ans  ce n’est pas 15 ans même si c’est étayé par la position de Saturne. Autrement dit, si l’astrologue  annonçait un événément  à un an près, cela ne serait pas concluant et donc il aurait donc raté sa cible. C’est ce qu’on appelle » donner des verges pour se faire fouetter »,  se condamner à vivre dans un stress névrotique.  En fait, nous avons affaire à des périodes de 7 ans et cela correspond assez bien au temps dévolu à un mandat électoral (entre 4 et 7 ans); Ce qu’on appelle donner du temps au temps. Il est remarquable que des éditeurs comme les éditions du Rocher ou Dervy aient pu tomber dans le panneau. Prenons l’exemple d’André Barbault qui mettait en avant l’année 1989 : qu’aurait-on dit si le mur de Berlin était tombé en janvier 1990 et non en novembre 1989 sachant que les changements de millésime ont évolué, passant de Pâques au mois de janvier au XVIe siècle.
En fait si l’on admet que tous les 15 ans, les événements tendent à se ressembler, du fait du demi-cycle de Saturne, cet intervalle ne prouve rien en faveur de l’ACB de Héquet.
Rappel: Wikipedia:

«  La chute du mur de Berlin a lieu dans la nuit du 9 novembre 1989 lorsque des Berlinois de l’Est, avertis par les médias ouest-allemands de la décision des autorités est-allemandes de ne plus soumettre le passage en Allemagne de l’Ouest (RFA) à une autorisation préalable donnée au compte-gouttes, forcent sans violence »   

Nous avons eu l’occasion de remarquer que dès que des facteurs n’étaient pas strictement identiques, bien des gens étaient incapables de les connecter. Or, l’intelligence est ce qui permet d’établir des corrélations par delà certaines différences, par exemple entre les lexiques des langues comme entre l’anglais et l’allemand.   Il y a un juste milieu à trouver entre des prévisions très vagues transsaturnienees  et des prévisions hyper précises  selon un temps lunaire, ce sont les prévisions saturniennes à ‘échelle humaine.

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Astrologie EXOLS Des modes réactionnels aux phases dominantes

Posté par nofim le 19 février 2023

jacques halbronn  Astrologie EXOLS  Des modes réactionnels aux phases dominantes

 

Dans  nos dernières « leçons », nous avons insisté sur les énergies de résistance, ce qui donne des crises antisolsticiales en alternance avec des crises antiéquinoxiales. Encore importe-t-il de distinguer et d’identifier clairement ces deux « modes réactionnels », l’un générant des manifestations de masse, l’autre des positionnements singuliers, ce qui nous renvoie au modéle grammatical déjà abordé dans notre rubrique linguistique. 

I le mode solsticial 

Il est bien connu, ce sont les manifestations de masse comme ce à quoi nous assistons en ce moment à propos du projet de réforme des retraites. En effet, la solsticialité est unificatrice et consensualiste et l’on va réagir à tout ce qui risque d’ébranler  un certain statu quo socio-professionnel et cela se fera en phase équinoxiale, ce qui peut sembler paradoxal et fausser les prévisions.

Nous avons déjà signalé une série 1969-1983-1995-97, soit la réponse négative au référendum de 69, le « tournant de la rigueur en 1983 ou encore les réactions au plan Juppé en 1995, ce qui conduira à la cohabitation de 1997 durant le mandat de  Chirac (jusqu’en 2002) 

 

1969

Wikipedia

Le référendum sur « le projet de loi relatif à la création de régions et à la rénovation du Sénat » a eu lieu le 27 avril 1969. Le résultat négatif a conduit à la démission du président de la République Charles de Gaulle le lendemain. Ce référendum a été organisé conformément à l’article 11 de la ConstitutionLe président de Gaulle avait annoncé, dans son allocution du 24 mai 1968, la tenue, le mois suivant, d’un référendum sur la rénovation universitaire, sociale et économique qu’appelait selon lui la crise de Mai 68. Il en avait, dans son allocution du 30 mai, différé la date, sur la demande du Premier ministre Georges Pompidou, au profit d’élections législatives anticipées.

1983  Wkipedia

 L’échec du gouvernement de Mauroy à mettre en place ce projet global de société apparaît, pour une partie des militants socialistes, comme une remise en cause d’un pan entier de la doctrine économico-sociale de la gauche (politique de relanceÉtat-providence, aide aux salariés et aux couches défavorisées). Et ce malgré les critiques d’une partie de l’extrême gauche, pour qui tout n’a pas été tenté (sortie du SME, durcissement des réformes, etc.). Le passage à une doctrine présentée par le PS comme une culture de gouvernement conduit donc, du point de vue économique et social, à un réajustement qui crée les « déçus du socialisme » qui se détourneront du PS aux élections des années 1984 et 1986. Il sera une des causes de la faiblesse de la gauche au cours des années suivantes, qui amènera la première cohabitation.   

 

1995

 wikipedia

 Les grèves de 1995 en France contre le plan Juppé de 1995 furent à leur époque les plus importantes depuis celles de Mai 68. Le nombre moyen annuel de jours de grève en 1995 a été six fois supérieur à celui de la période 1982-1994. Du 24 novembre au 15 décembre, des grèves d’ampleur ont eu lieu dans la fonction publique et le secteur privé contre le « plan Juppé » sur les retraites et la Sécurité sociale. Le mouvement social de l’automne 1995, souvent réduit à la grève des transports publics, très visible et fortement médiatisée, a concerné également les grandes administrations (La PosteFrance TélécomEDF-GDFÉducation nationale, secteur de la santé, administration des finances, …). »

 

 

 

II le mode équinoxial 

 

On aura  compris que la réaction équinoxiale face à une domination solsticial ne revetira pas mêmes formes que la précédente. Il s’agira de la volonté d’un seul, du « Prince », selon une logique « verticale », hiérarchique. Cela ira du haut vers le bas et non l’inverse. en vue d’une réforme, que cela soit dans le champ politique ou scientifique,  technologique ou social. On passe à une dynamique du Seul contre tous et non du tous contre un.

Si les mouvements sociaux surviennent en phase équinoxiale, on l’aura compris cela correspond à une volonté de prolonger une phase solsticiale alors qu’on est, entre temps, passé en phase équinoxiale.

Abordons à présent des exemples de résistance de type équinoxial à une oppression solsticiale. Ce sont des « empecheurs de tourner en rond » On pense à un Nicolas Copernic remettant en question le géocentrisme, à un Galilée qui eut droit à un procés. C’est en phase solsticiale que les « équinoxiaux » se révélent et se réveillent, prenant conscience de leur mission.  On pense à un Jésus de Nazareth et l’on sait comment cela s’est terminé pour lui. Le héros équinoxial est un martyr qui risque d’être lynché.  Il importe de ne pas confondre le temps d’une phase et celui de la réaction à celle-ci, ce qui entretient  une certaine continuité. Autant la phase correspond elle à une nécessité structurelle, autant la réaction se situe hors des limites prévues. On ne saurait confondre ces deux volets.

 

 

 

 

 

 

JHB  19 02 23

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Le processus d’initiation de l’Humanité à l’astrologie.

Posté par nofim le 18 février 2023

jacques halbronn   Le processus  d’initiation de l’Humanité à l’astrologie 

 

 

A l’origine de la prise de conscience par l’Humanité de la « Loi » astrologique, il convient de se focaliser sur la Lune en tant que clef pour ouvrir la serrure saturnienne car la Lune n’a ici qu’une valeur de « signe de piste » à suivre. Le passage de la Lune dont le parcours est si spéctaculaire et dont le disque apparait aussi grand que le Soleil, à la planéte Saturne est véritablement fondateur de l’astrologie, vu que le cycle lunaire est bien trop court pour pouvoir servir à baliser le temps socio-historique. A un certain stade, les humains découvrirent la planéte qui porterait le nom de Saturne et qui mettrait en évidence le rapport jour /année, tel qu’exprimé dans la Bible mais il est assez vain de vouloir pour autant transposer les jours lunaires en années saturniennes, comme le pensait Dane Rudhyar. C’est bien à Saturne qu’il fallait in fine parvenir, sans s’arrêter à la Lune qui ne faisait qu’annoncer Saturne et le Shabbat, tous les 7 jours, renvoie en fait à Saturne mais n’a en lui même qu’une valeur symbolique et c’est bien la durée de 7 ans et de ses multiples qui constitue la véritable Loi révélee.

Autrement dit,  il fallait aller jusqu’au bout de la démarche, c’est à dire arriver jusqu’à Saturne, ni en deça mais aussi ni au delà (on pense aux trannsaturniennes).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB 18 02 23

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Pour une critique du polyplanétarisme en Astrologie

Posté par nofim le 18 février 2023

jacques  halbronn  Pour une critique du polyplanétarisme  en Astrologie.

 

Bien des astrologues pour expliquer certains événements ont pris l’habitude de faire appel à telle ou telle planéte censée rendre compte de la date considérée. Or, selon nous, il importe d’une part de savoir que même un cycle uniplanétaire passe par des phases successives, lorsqu’il change de signe, de quadrant, ce qui n’implique pas d’intervention « extérieure »au dit cycle  et d’autre part que chaque phase génére des réactions en sens inverse de l’esprit de la dite phase,et là non plus, point n’est nécessaire de recourir à un autre astre! 

Par ailleurs, s’il est heureux, comme le note Roger Héquet, d’observer que certains événements comparables surviennent à 15 ans d’intervalle, encore faut-il leur attribuer un substrat astronomique pertinent. Or, il est assez évident que seule la planéte Saturne est en mesure de fournir une telle logistique dès lors que sa révolution est divisée en deux sous cycles, ce qui donne un peu plus de 14 ans, ce qui peut s’assimiler à 15 ans, du fait d’un phénoméne d’écho au niveau socio-historique.  En outre, il nous semble éminemment souhaitable, du point de vue de l’astrologie mondiale, que le même cycle couvre dans l’espace et le temps, un très grand nombre de situations et ne dépende pas de telle ou telle date comme le veut l’ACB (Astrochronobiologie) Citons ce résumé:

 

« L’astro-chronobiologie renouvelle complètement l’astrologie natale ainsi que l’astrologie mondiale par sa précision à prévenir les événements. C’est un retour à l’astrologie prédictive et événementielle à l’opposé de l’astrologie dite «psy» qui s’est imposée depuis ans. Pour Roger Hecquet, qui a étudié avec succès plus de 5000 thèmes, au moment notre naissance, une gigantesque puissance énergétique se manifeste, du coeur de chacune de nos cellules, vers l’extérieur. Ainsi, tout, en astro-chronobiologie, se découvre donc en termes d’énergie, de forces, d’ondes de forme, de mathématiques, d’angles et projections énergétiques. « 

 

jacques  halbronn  Pour une critique du polyplanétarisme  en Astrologie dans ASTROLOGIE 41OlsEZ545L._SX315_BO1,204,203,200_
Nous pensons qu’il faut recourir à une  économie de moyens en astrologie et notamment en se raccordant à une approche dialectique du monde qui permettrait de connecter l’astrologie à un grand nombre de concepts comme le haut et le bas, le grand et le petit, l »équnoxe et le solstice.  Par ailleurs, il importe de doter l’astrologie d’un cadre stable avec des périodes égales, ce que ne permet pas la combinatoire planétaire laquelle ne saurait donc se substituer, comme l’a cru et faire croire andré Barbault, à la subdivision de l’écliptique laquelle ne fait pas appel à des planétes mais à des secteurs/ La multiplicité des significations n’est pas à chercher au niveau des planétes mais des secteurs, ce qui aura été également l’erreur de Michel Gauquelin et de Jean-Pierre Nicola, dans les années 50-60 du siècle dernier.

 

 

 

 

 

 

JHB  18 02 23

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Manifeste. Pour l’astrologie est ce l’homme qui soumet les astres ou qui s’y soumet?

Posté par nofim le 16 février 2023

jacques  halbronn   Pour l’astrologie est ce l’homme qui soumet les astres ou  qui s’y soumet? 

 

 

 Il serait intéressant de mener une enquéte auprès des astrologues et astrophiles quant à la réponse à donner à cette question. Or, il semble bien que pour la plupart des astrologues, l’astrologie serait née de la « Nature », au sens darwinien du terme, c’est à dire serait le fait d’un ordre qui se se serait constitué au fil du temps, sans que les humains y soient pour quoi que ce soit, ces derniers devant se contenter de constater, de décrire ce à quoi cela aurait abouti. On nous parle ainsi des premiers « observateurs » du Ciel, de ces « bergers chaldéens » et les astrologues seraient les héritiers de ces premiers contemplateurs des astres. D’où l’importance que tant d’astrologues accordent aux astronomes et à leurs découvertes, notamment  en ce qui concerne la composition  du systéme « solaire » étant entendu que pour ces astrologues, c’est le systéme solaire dans sa totalité qui déterminerait, circonscrirait le champ de l’astrologie.. En ce sens, la condition humaine serait celle d’une soumission à un certain ordre cosmique.

Or, en ce qui nous concerne nous nous portons radicalement en faux contre une telle présentation des choses. Ce sont les astres qui auraient été « instrumentalisés » par des humains et par « humains », cela ne se limite pas à notre Terre, n’étant nullement hostiles à l’idée de l’intervention d’extra-terrestres, que l’on peut qualifier d’humains, en ce sens qu’ils seraient dotés d’un certain degré d’intelligence et d’ingénièrie. On pourrait aussi qualifier ces autres humains de « dieux » en ce qu’ils sont au dessus de nous, dans tous les sens du terme. Cette autre approche change complétement notre appréhension de l’Astrologie et de son lien avec l’Astronomie à commencer par le rejet du postulat selon lequel tout ce qui constitue le systéme solaire  s’impose à notre Humanité, comme le soutiennent explicitement les astrologues de l’école conditionaliste avec le RET qui s’occupe de déterminer les significations des planétes, selon leur position au sein du dit systéme. 

Pour nous, nous ne devons nous référer au dit systéme qu’en proportion de nos besoins. Si nous n’avons besoin que d’une seule planéte , pourquoi donc devrions nous nous embarrasser de plusieurs. L’homme qui épouse une femme doit-il épouser toute sa famille? Par ailleurs, quand il s’agit d’exploiter le cycle d’une planéte, a -t – on besoin de multiplier les balises en ponctuant le cours?  On aura compris qu’il nous faut commencer par une vision aussi économique que possible des matériaux à utiliser. Une seule planéte ne suffirait-elle pas et  une division en deux types de secteurs ne ferait-elle pas l’affaire? Tout se passe comme si les astrologues se croyaient obligés de prendre en charge toutes les planétes, toutes les constellations qui se situent sur leur passage. On voit le contraste entre ces deux voies de l’astrologie et il apparait que plus les astrologues multiplient le nombre de facteurs, plus le tissu astrologique se complexifie, d’où la tentation d’une astrologie individuelle, de la personnalité, comme dirait Rudhyar alors que l’astrologie « minimale » correspondrait à une astrologie « mondiale » dont André Barbault a  défendu, à sa manière, les couleurs, c’est à dire en notant le nombre de conjonctions entre planétes, de Jupiter jusqu’à Pluton. La position de Barbault est ambivalente en ce qu’il en arrive à une certaine unité- d’où son  graphique de l’indice cyclique) tout en combinant cinq planétes entre elles dont trois inconnues de l’Humanité jusqu’à ces derniers temps. Or, si l’Humanité a instrumentalisé le Ciel, c’est nécessairement à partir de ce qu’elle en percevait, Exit Uranus, Neptune et Pluton entre autres.

Autrement dit, seule une approche « naturaliste » du cosmos pourrait justifier le recours à des astres restés si longtemps invisibles qu’il faudrait absolument prendre en compte puisque ces astres existent bel et bien. Mais ce serait là les considérer comme des émetteurs  alors que pour nous, il s’agit là d’un vivier dans lequel notre Humanité, depuis des millénaires, a eu à puiser, en rapport avec ses besoins. Elle se sera construite sur ces bases anciennes et ne saurait se reprogrammer au vu de nouvelles découvertes astrales, à moins de parler de quelque épigénése, de quelque « ‘avenant » au contrat initial. Autrement dit, meme le cycle Saturne Neptune cher à Barbault serait irrecevable,  parce que Neptune n’a été découverte qu’en 1846  et n’aura donc pu humainement  servir de référence auparavant.   Tel est donc le débat que nous lançons avec le passage de Saturne sur l’axe Poissons Vierge, qui correspond au début de l’équinoxialité tout comme le vendredi soir annonce le Shabbat chez les Juifs.

 On méditera avantageusement sur ce texte de La Boétie: Le Discours de la servitude volontaire

 

Notice Wikipedia

« Ce texte consiste en un court réquisitoire contre l’absolutisme qui étonne par son érudition et par sa profondeur, alors qu’il a été rédigé par un jeune homme. Ce texte pose la question de la légitimité de toute autorité sur une population et essaie d’analyser les raisons de la soumission de celle-ci (rapport « domination-servitude »).

L’originalité de la thèse soutenue par La Boétie est de soutenir que, contrairement à ce que beaucoup croient, la servitude n’est pas imposée par la force mais volontaire. Si ce n’était pas le cas, comment concevoir qu’un petit nombre contraigne l’ensemble des autres citoyens à obéir aussi servilement ? En fait, tout pouvoir, même quand il s’impose d’abord par la force des armes, ne peut dominer et exploiter durablement une société sans la collaboration, active ou résignée, d’une partie notable de ses membres2. Pour La Boétie, « Soyez donc résolus à ne plus servir et vous serez libres »

 

 

  · Un texte envoyé  par Roger Héquet 
 
« Oui Jacques Halbronn, devoir passer par les ephemerides… Par un agent extérieur… Plutôt que de posséder en soi, au plus profond de soi, le moteur qui emporte l ensemble des principes planetaires sans devoir passer par une observation extérieure. L’acb décrit ce moteur intrinsèque qui, en 2 opérations simples vous offre de savoir dans 10 ans ou il y a 10 ans, la position exacte de l ensemble de vos éléments planétaires radicaux. Se détourner de l astronomie, qui ne nous aura concerné qu une fraction de seconde à la naissance. Le système est un système interne et Nous transportons notre temps. « je » ne me perd jamais la ou je suis et la chrono biologie en parle beaucoup à la suite de longues expérience. Notre temps n est pas extérieur, il est en nous, il est nous au fil des jours, chaque jour, chaque seconde.
Nous nous sommes battus contre le « trop psy », l’astrologie n’était plus qu’un alibi à des consultations de comptoir… Désormais ce sera contre le trop plein d astronomie dans la pratique astrologique. Alors on découvrira enfin cet homo-astrologicus que nous sommes depuis toujours, qui avait besoin de savoir, de connaître, de craindre, tant d’espace pour finir par en découvrir notre temps à soi. »

  »

 

 

 

 

 

 

JHB 16 02 23

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Etude des trois Que Sais je ‘L’Astrologie ».numéros 508 et 2481 A et B

Posté par nofim le 16 février 2023

jacques  halbronn  Etude des trois Que Sais  je ‘L’Astrologie ».numéros 508  et  2481 A  et B
 Note:  Jacques halbronn est notamment l’auteur des Clefs pour l’Astrologie (1976 et 1993) et de l’article Astrologie de l’Encyclopaedia Universalis, 1993 (http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/astrologie/#  texte toujours  en place depuis 30 Ans., ce qui correspond au début d’une phase équinoxiale

 

 

 

  Depuis les années quarante, trois « que sais je » sont parus autour de l’Astrologie,celui de Paul Couderc (1951), celui de Suzel Fuzeau Braesch et celui de Daniel Kunth et Philippe Zarka. Il nous a paru intéressant de les comparer et de déterminer éventuellement quelque évolution de l’image de l’Astrologie.D’emblée, le mot Astrologie, au singulier ne posait-il pas probléme?. L’astronome Paul Couderc précisait ainsi son  approche : « La connaissance préliminaire de la technique  astrolologique telle qu’elle  est  généralement admise aujourd’hui est indispensable (..) L’érection d’un thème de naissance d’un individu (..) est la base  de toute l’astrologie »

En  1989,  nous avions reçu Suzel Fuzeau Braech lors d’un Colloque tenu la même année à Paris (organisé avec Christian Gourdain) Son ouvrage commençait par une description du savoir astrologique comme s’il s’agissait d’un ensemble indissociable.  En 2005, la nouvelle version  traite de l’objet Astrologie sous toutes ses coutures  en concluant qu’elle ne saurait « être assimilée à une science ».(4e de couverture). Dans les trois  versions, l’idée centrale est que l’astrologie traite de l’individu au prisme de sa date de naissance. Dans le dernier Que Sais- je (en 2005 donc plus de 50 ans après le premier) on peut lire: » L’astrologie s’attache à interpréter le destin  individuel grâce à l’étude  de la position  des astres »

Abordons les conclusions respectives: 

pour Paul Couderc , on assiste à un « retour »contre lequel il est urgent de réagir . Or, pour nous, il aurait fallu depuis engager des recherches à nouveaux frais d’ordre anthropologique à savoir à quoi pouvait servir l’Astrologie? Certainement pas, en tout cas, à étudier les individus mais bien plutot à décrire les tensions qui traversent les sociétés. Selon nous, l’astrologie commence par une certaine idée de l’ordre social et les astres se sont vus attribuer des rôles dans ce sens.

pour Suzel Fuzeau Braesch, « on ne peut la confondre  avec d’autres savoirs (..) ayant fait l’objet d’analyses  dans la même collection’(Que sais-je, PUF)/L’auteur constate  que ses détracteurs « n’ont pas fait l’effort  d’étudier l’astrologie sérieusement comme nous nous sommes  efforcé de le faire ». On a l’impression qu’il s’agit selon l’auteur d’expérimenter les propositions de l’Astrologie. Or, selon nous,  faut il partir des dites propositions ou bien plutot reprendre la question à la base à partir de l’idée de l’astrologie comme mode d’organisation des sociétés humaines?

  Pour Kunth et Zarka  « Les problémes  soulevés par les astronomes n’embarassent que fugitivement ces astrologues pour qui l’objet  de l’astrologie n’est pas le ciel mais l’homme » Et , en effet, au nom de la démarche d’instrumentalisation(cf notre essai  » La pensée astrologique » in L’étrange histoire de l’astrloge » Ed Artefact, 1986), ce n’est pas l’astre qui importe mais le statut qu’on lui confère; Pour nous, l’astrologie ne reléve pas directement de la Science mais de la Technique/technologie ! L’architecte n’a pas à justifier l’usage qu’il fait de tel ou tel matériau, on est dans l’arbitraire du signe. 

Passons à présent à quelques coups de sonde révélateurs dans le Que Sais je de feu Suzel  Fuzeau Braesch,  qui ne partage pas le préjugé défavorable d’un Paul Couderc. « Issue d’un mariage contre nature entre une religion astrale et une rationalité  rigoureuse, héritee des Grecs, l’astrologie semble indestructible depuis des siècles. » Cette autrice ne semble pas avoir perçu les dissonances au sein du savoir astrologique, elle considére celle-ci comme étant d’un seul tenant, à prendre ou à laisser. Or, pour nous l’historien n’a pas seulement à rendre compte de la réception d’un savoir mais aussi de son évolution, de sa corruption.   SFB  rend hommage à notre description du milieu astrologique (p. 74)  tout comme elle citera notre ouvrage de 1986 (La Pensée Astrologique) dans  son Astrologie. La preuve par deux, 1992.) à propos de notre thèse de l’instrumentalisation du cosmos par les humains.  Quant à Zarka et Kunth, ils mentionnent le nom du regretté Patrice Guinard (p. 121) dans son « Manifeste ».  mais aussi  Yves Haumont (p. 122) Ils reconnaissent que « la recherche n’est pas exclue de l’astrologie dite  savante. On comprend mal ce jugement : »Cette littérature  astrologique présente des caractéristiques fort éloignées de celles qui régissent la science ; en particulier  la multiplicité des systémes particularise chaque astrologue au dépend  d’une connaissance  de corpus ». Il faudrait d’ailleurs se demander ce que recouvre ici le mot « astrologue » :est- ce le praticien ou le  théoricien.? Qu’est ce donc que cette « connaissance de corpus »?

 

 

 

Astrologie la preuve par deux - 1
Suzel Fuzeau-Braesch n’est pas un auteur comme les autres. Rationaliste et déterministe, elle est cependant pleinement consciente de l’immense complexité de l’univers.
Astrologie : la preuve par deux est l’aboutissement de longues années d’étude. Il ne s’agit pas d’un traité d’astrologie ni d’un ouvrage d’astrologue comme il s’en publie tant. C’est la premier test irréfutable d’une scientifique en quête de vérité.
Suzel Fuzeau-Braesch étudie une population de 251 couples de jumeaux en les soumettant à un test objectif,..
.   Revenons encore quelque temps  sur ces trois ouvrages en relevant les passages les plus significatifs. Couderc   se demande, dans les annézq 5O « Est-ele une science méconnue par les savants officuels(…) ou la survivance  d’une  antique  supersution? (…) Il n’existe pas, de nos jours, sur toute la Terre, un seul astronome, grand ou petit, qui croir à l’astrologie. » Mais en quelle honneur les astronomes ont droit de regard sur l’astrologie, demanderons-nous si ce n’est sur la base d’une histoire de l’astrologie entretenant faussement une telle idée.(cf notre étude sur l’article « Histoire de l’Astrologie » par René Alleau, dans l’Encyclopaedia Universalis) Quant au troisiélme opus,  sur l’Astrologie,  50 ans plus tard, il aura été à nouveau confié à un astrophysicien et à un astronome, alors que le deuxiéme l’avait été à une biologiste. https://inis.iaea.org/collection/NCLCollectionStore/_Public/21/032/21032696.pdf. Depuis 1989, elle a publié trois livres qui ont fait du bruit : L’astrologie (coll. Que Sais-je, P.U.F.), Astrologie, la preuve par deux (Éd. Robert Laffont) et Pour l’astrologie (Éd. Albin-Michel). Entretien avec une scientifique hors-normes. »(Richard Pellard).   

 Selon nous, ces trois auteurs décrivent l »astrologie telle qu’elle est devenue et non telle qu’elle pourrait être, si elle n’avait été dévoyée, corrompue. A aucun moment,ils n’envisagent de déterminer son projet initial  comme si l’astrologie avait eu vocation à se présenter comme une application de l’astronomie alors qu’elle reléve selon nous d’une théologie politique recourant à certaines données célestes à instrumentaliser..

 arrticle Wikipedia

.. »La théologie politique se situe au point de rencontre entre philosophie politique et théologie chrétienne, et se penche en particulier sur la manière dont des concepts et des modes de pensée théologiques peuvent impliquer, justifier ou éclairer des analyses ou des engagements politiquessociauxéconomiques ou leur être sous-jacents »

 

 

 

JHB 21  02 23

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

12345
 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs