• Accueil
  • > Archives pour février 2023

jacques halbronn Astrologie et linguistique au prisme des préfixes « re » et « de ».

Posté par nofim le 15 février 2023

jacques  halbronn  Astrologie et linguistique  au prisme des préfixes  « re »  et « de ».

 

 

Nous avons déjà traité de ces préfixes (cf https://www.hommes-et-faits.com/Linguistique/Jh_PrefixeRe.html )  tout comme d’ailleurs des suffixes (cf notre récent étude sur les marqueurs de genre et de nombre sur NOFIM) et nous entendons, ici, relier cette problématique à notre Astrologie EXOLS, au prisme des phases équinoxiales et solsticiales car il nous semble heureux d’étayer nos descriptions au moyen du référentiel langagier.

C’est ainsi que nous dirons que le  préfixe « re » correspond à l’équinoxialité et le préfixe « de » ou « dis » à la solsticialité. 

La phase équinoxiale est de l’ordre de la Nature face à la phase solsticiale qui reléve de la Culture, de ce qui est ajouté.

 

 

 

 

I Le préfixe « re »   

Ce préfixe indique l’idée d’un retour, d’une révolution, d’une involution; d’une Renaissance, on renoue avec les anciens fondamentaux, les archétypes souvent recouverts de scories, d’arrangements, de mélanges divers.

 

 

II Le préfixe « de » 

Ce  préfixe est la marque d’un dépassement, d’un dévoiement, d’un déraillement:  il est tourné vers ce qui est nouveau, inédit et conduit à des hybridations .  La phase solsticiale  est liée à la Nation alors que l’équinoxiale est supranationale, en lien avec le Peuple. Une Nation rassemble plusieurs peuples, plusieurs races.

 

 

 

 

JHB 15 02 23

Publié dans ASTROLOGIE, LINGUISTIQUE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn La vie astrologique. Quid de l’année 1978? Congrès astrologiques ou congrès d’astrologues?

Posté par nofim le 15 février 2023

jacques halbronn La vie astrologique. Quid de l’année 1978? Congrès astrologiques ou congrès d’astrologues?

 

Le programme (ci dessous) du prochain Congrès de l’association Source pour le Samedi 23 avril mérite quelques commentaires. Ce congrès ne réunit qu’une poignée d’intervenants s’adressant à un public payant d’astrophiles (clients, éléves), ce qui ne correspond à notre idée d’un véritable congrès astrologique. La comparaison avec le congrès de 2004 que nous avons organisé à Paris est édifiante. On note que ce Congrès « parisien » sera filmé, alors que les précédents ne l’avaient point été. Mieux vaut tard que jamais. La réunion se tient sur une seule journée à la différence des congrès des précédentes décennies. La planéte Pluton est mise en avant dans l’intitulé du « congrès » et on nous signale que Pluton entre en Verseau. Force est de constater que cela va totalement à l’encontre des travaux d’André Barbault, malgré la présence d’une de ses nièces et de l’une de ses petites nièces; lequel n’a jamais voulu tenir compte du signe parcouru par une planéte dans son Astrologie Mondiale, si l’on remonte aux années soixante. Cela dit, nous préférons le rapport planéte/zodiaque au rapport planéte/planéte et il est heureux que l’on ait évacué ce dernier qui était une fausse piste/ Même Albumasar avec ses conjonctions Jupîter-Saturne tenait compte de l’Elément (feu, terre, air, eau) auquel appartenait le signe accueillant telle ou telle conjonction comme cela avait été le cas en mars 2020, lors d’un colloque de la FDAF (Fédération des astrologues francophones), la plupart des personnes présentes étant des anonymes ne figurant pas dans nos Guides.

Nous avions déjà fait la critique de la rétrospective d’Yves Lenobe – (vf vidéo: Jacques Halbronn Yves Lenoble et son tableau … – LinkedInwww.linkedin.com › posts › jacques-halbronn-2987126b…)

7:23
Jacques Halbronn Yves Lenoble et son tableau baclé de l’Astrologie Française. du XXe siècle.
LinkedIn · Halbronn Jacques TELE DE LA SUBCONSCIENCE · 23 déc. 2021

« L’astrologie Le grand voyage en soi et dans l’avenir » -concernant l’histoire du mouvemenet astrologique mais l’on se contentera ici d’analyser la notice accordée à Denis Labouré qui vaut vraiment le détour..

« Denis Labouré a œuvré pour replacer l’astrologie dans son contexte d’origine, l’interrogation du langage par lequel le créateur ou les dieux parlent aux hommes. Dès 1974 il a créé l’institut d’astrologie traditionnelle dans lequel il dispense ses activités d’enseignement, cours, séminaires et revue trimestrielle. En 1978 il accède à la présidence du Gerash, l’association astrologique de langue française la plus importante de cette époque. » *

Ainsi, en 1978, le GERASH aurait été l’’association astrologique de langue française la plus importante de cette époque. » Ce qui est une contre vérité absolue vu que le MAU, le Mouvement Astrologique Unifié avait alors un impact infiniment plus puissant et Labouré le sait fort bien étant donné qu’il participa à nos activités d’assez près en cette année 1978, lui qui à l’époque avait une vingtaine d’années, étant né en 1956. Le jeune Labouré fut notamment présent au Congrès international que nous avions tenu à Lille, avec des réprésentants de l’Espagne, de l’Allemagne, de la Belgique et de la Grande Bretagne comme on peut le voir sur la photographie des congressistes. Cette année 1978 fut notamment celle du congrès international sur la Grande Conjonction, en février, à Paris; du congrès Science et Astrologie autour de Michel Gauquelin et Jean Pierre Nicola, au Musée Guimet, au mois de mai, celle du Congrès de Saint Maximin et celle du Congrès international sur l’Enseignement Astrologique, à Paris (en partie filmé) et qui réunit des astrologues de Hollande, de Norvége, des USA, de l’ Inde, de Belgique,de Suisse. Une résolution en sortit sur l’enseignement astrologique qui fut traduite en anglais. En fait la lecture du Guide de la Vie Astrologique (pp. 92- 94) met en évidence le décalage entre GERASH et MAU En 78,à Crolles,(près de Grenoble), le GERASH avait reçu en tout et pour tout, en février, Pierre Traisac, Patrice Louaisel, Denis Labouré et nous mêmes et l’Italienne Grazia Mirti.. Pour l’anecdote, nous avions rencontré Labouré dans le train et lui avions décliné notre nom: il nous avait demandé si nous étions le fils du fameux Halbronn! Nous retrouvons dans la liste des Colloques MAU la présende de Labouré à Lille, en décembre, à Nice, en avril 79, à Bruxelles en septembre 1980, lors de la création d’une Fédération Internationale des Astrologues de langue française;; en mai 1981, à Luxembourg, dans le cadre de la dite Fédération; en décembre 1982, à Toulouse, en mars 1984, à Lyon. Ainsi, la notice consacrée à Denis Labouré peut être qualifie de « fake news » à moins que l’on ait fait jouer tel critère, comme le nombre de membres inscrits, ce qui fait du GERASH, une association astrologique plutôt que d’astrologues tout comme les congrès de Catherine Gestas sont certes consacrés à l’astrologie mais n’ont jamais rassemblé qu’une poignée d’astrologues, à savoir un bien faible pourcentage du public. Au regard de la vie astrologique des années 77-79, le GERASH ne faisait certainement pas le poids face au MAU, soutenir le contraire reléverait carrément de la mythomanie.

 

LE PROGRAMME

Vers quel nouveau modèle de société et de monde ? • C’est un changement de société qui touche toutes les stratifications sociales. • Changement climatique, société virtuelle, robotique, transhumanisme, renversement générationnel, montée des extrêmes. • Comment tenir compte de la complexité du monde dans lequel nous vivons ? Quelles nouvelles valeurs pourraient émerger de ces changements ? • Quel peut être l’impact de ces bouleversements pour le collectif et pour chacun d’entre nous ? • Regards croisés des astrologues sur ces remaniements actuels. Une touche artistique sera donnée à notre congrès par la présence de : ◇ Anne Marie Durosier pour la présentation des vidéos et des diaporamas de notre Congrès. ◇ Sophie Artois pour l’enregistrement vidéo des conférences du Congrès. FORUM 104 104 Rue de Vaugirard – 75006 PARIS DATE DU CONGRES Samedi 25 mars 2023 Samedi 25 mars 2023 Programme de la journée Accueil des participants 9h00 9H15 – DENIS AVRONSART Présentation du congrès. 9H20 – ÉLISABETH FRÉSARD Pluton arrive en Verseau : panique dans les signes fixes ! Les occasions de changements civilisationnels inédits sont d’actualité. Explorons les possibles de ces mutations. 10H00 – MARTINE BARBAULT Le duo Uranus Pluton (2023-2044) un ballet synonyme de mutation, de révolution voire de transgression. En 2023 Pluton entre dans le signe du Verseau sous la gouverne d’Uranus qui donnera le tempo. Ce duo musclé et révélateur de crise en profondeur de métamorphose sociétale comme nous l’avons observé pendant pendant et après la Révolution française. Pause-café 10H40-11H00 11H00 – MARIE-NOËLLE BAUDRON Se reconstruire après des épreuves : résilience, sens et valeurs quelles correspondance dans les thèmes. Pluton est un symbole de renaissance après les crises personnelles et collectives nous essaierons de comprendre comment se sont exprimées les ressources et directions de vie dans le thème de certains grands résiliants. 11H40 – LYNN BELL Pluton en Verseau : cauchemars collectifs ou naissance de l’individu. Pause déjeuner de 12h20 à 13h45 Conférences de l’après-midi 14h00 13H50 – CLAIRE DECROIX Mourir de rire avec Pluton. Il y a l’humour ciselé, joyeux, ridicule, absurde ou insolite… mais très souvent derrière la joie se cache une facette plus tourmentée. Dès lors, on sent que Pluton ne rôde jamais très loin. Défrichons cette facette plutonienne à travers plusieurs illustrations : rira bien qui rira le dernier. 14H30 – LUC BIGE Vers un modèle astrologique de l’histoire. Exploration de la nature du tapis cosmique qui dessine la trame de la méta histoire c’est-à-dire l’entrelacs des forces signifiantes qui génèrent ce que nous appelons l’histoire. Y a-t-il un sens dans l’histoire ? L’histoire a-t-elle un sens c’est-à-dire une direction ? Pause 20 minutes 15H10 – 15H30 15H30 – JOSETTE BÉTAILLOLE Comment utiliser le pouvoir de transformation de Pluton dans un thème d’élection. Le thème d’élection étant chargé d’établir une relation avec l’invisible, qui mieux que Pluton peut accomplir cette mission ? 16H10 – DENIS LABOURÉ Pluton un ami qui vous veut du bien. Pluton est seul à sortir du zodiaque. Les événements que Pluton signe nous font sortir du lot et nous donnent l’occasion de renouer avec notre identité véritable c’est la clé des transformations qu’on lui attribue. 17h20 Conclusions par Catherine Gestas et l’ensemble des conférenciers 18h00 Fin du congrès

 

 

Présentation des astrologues

Catherine Gestas est astrologue humaniste et psychothérapeute spécialisée dans l’analyse des processus de transmission entre générations ; elle a été une des initiatrices dans le monde astrologique, avec Martine Barbault, du courant d’astrologie transgénérationnelle. Auteure de deux livres coécrits avec Martine Barbault sur la mémoire ancestrale en astrologie et des frères et sœurs. Elle a été formatrice à l’institut français d’hypnose ericksonnienne pendant de très nombreuses années et a créé à Paris une école d’astrologie où les étudiants sont formés conjointement à l’astrologie, la psychologie des profondeurs et l’analyse transgénérationnelle. Avec d’autres astrologues, Catherine a créé, il y a plus de 16 ans, l’association Source qui organise le congrès parisien de mars, des rendezvous mensuels en visioconférence et de très nombreux ateliers durant l’année.

 

Martine BARBAULT Nièce d’Armand et d’André Barbault, Martine s’initie à l’astrologie dès l’âge de 15 ans ! Après une formation de psychologue, elle commence ses activités de cours et consultations. Martine s’est intéressée à la numérologie et a expérimenté les liens entre la numérologie et l’astrologie. Avec Catherine Gestas elle a exploré l’astrologie transgénérationnelle ; ensemble, elles ont publié deux ouvrages sur la mémoire ancestrale puis la fratrie. Martine a publié beaucoup d’autres ouvrages : « La paternité et la maternité dans l’arbre généalogique » . Son dernier livre d’astrologie s’intitule «L’astro-psychologie de l’enfant». Elle enseigne à Agapè et collabore au sein de l’association Source depuis sa création.

 

Marie-Noëlle BAUDRON Marie-Noëlle Baudron se consacre à l’astrologie sans exclure aucune école. Elle enseigne depuis 1974 et depuis 1997 à Agapè. Diplômée de la Société Française de Graphologie, Marie-Noëlle anime, entre autres, des ateliers sur le rapprochement entre ces deux disciplines. Titulaire d’un DESS de psychologie clinique et de psychopathologie ainsi que du diplôme universitaire de thérapie cognitive, comportementale et émotionnelle. Elle exerce actuellement en tant que psychologue libérale. Sa pratique dans ces différents domaines de vie nourrit sa réflexion sur l’utilisation de l’astrologie comme relation d’aide. Elle participe à l’association Source depuis sa création.

Lynn BELL Lynn Bell intervient dans de très nombreux colloques internationaux en Australie et aux États-Unis et dans beaucoup d’autres pays. En France elle est intervenue très régulièrement dans les congrès parisiens de SEP Hermès puis de Source. Elle écrit un très grand nombre d’articles pour diverses revues d’astrologie internationales ainsi que des livres, notamment « Planetary threads » en 1999 puis « Mars Quartet » avec Darby Costello, Liz Greene et Mélanie Reinhart et un ouvrage en français sur les révolutions solaires. Elle a été enseignante au CPA, l’école de Liz Greene. Elle propose des séminaires et ateliers dans différents pays. Elle a reçu le prix Charles Harvey en 2016 pour services exceptionnels en astrologie.

Jo BÉTAILLOLE Josette Bétaillole, diplômée de l’École Supérieure d’Astrologie de Paris (l’ESAP), Présidente de l’Atelier d’Astrologie d’Aquitaine, enseigne l’astrologie depuis plus de 30 ans (cours sur Bordeaux et par correspondance). Elle organise chaque année «Les Rencontres Bordelaises». Elle est aussi l’auteur de nombreux ouvrages sur l’astrologie : «Astrologie appliquée à l’enfant, ou l’enfant dévoilé», «Les Troubles de l’excès : Les Addictions : Approches psychologiques, mythologiques, astrologiques», «Les intelligences Multiples».

 

Luc BIGÉ Docteur en sciences biochimie, consultant, écrivain, il a fondé l’Université du Symbole dont il est actuellement président d’honneur. Luc a publié de nombreux ouvrages notamment : La force du symbolique, La lune noire vertige d’absolu, Icare la passion du soleil, La voie du héros. Luc enseigne l’astrologie en ligne à partir de son site « Ré enchanter le monde » et donne des conférences.

Claire DECROIX Claire Decroix est la fille de Martine Barbault et la petite nièce d’André Barbault. Claire a pour ainsi dire toujours baigné dans l’astrologie ! Pourtant son côté cartésien Taureau l’a d’abord incité à ne pas suivre la voie familiale toute tracée et, dans un premier temps de vie professionnelle, elle s’est dirigée vers l’économie numérique. Puis elle décide de se consacrer à l’astrologie. Elle a enseigné à Bordeaux au sein de l’association Astrologie d’Aquitaine puis à Paris à Agapè. Elle intervient régulièrement dans le cadre de l’association Source, elle anime également des conférences et a publié des livres sur les signes du zodiaque et sur l’orientation professionnelle.

 

Élisabeth FRÉSARD Après des études à l’école d’interprètes de Genève puis des expériences enrichissantes dans l’industrie et la banque, Élisabeth concrétise sa passion pour l’astrologie en 1997 en étant élève à Agapè, puis organisatrice et enfin professeur jusqu’à l’été 2020. Actuellement et depuis l’été 2020, Élisabeth participe activement à l’association Source où elle donne des cours et des conférences qui rencontrent un large public d’étudiants intéressés par son approche. Denis LABOURÉ Denis Labouré exerce le métier d’astrologue depuis plus de 40 ans il est aussi éditeur et enseignant en astrologie.

Notce compléte sur Denis LAabouré dans le progremme du Congrès Source

« Denis Labouré a œuvré pour replacer l’astrologie dans son contexte d’origine, l’interrogation du langage par lequel le créateur ou les dieux parlent aux hommes. Dès 1974 il a créé l’institut d’astrologie traditionnelle dans lequel il dispense ses activités d’enseignement, cours, séminaires et revue trimestrielle. En 1978 il accède à la présidence du Gerash, l’association astrologique de langue française la plus importante de cette époque. Il est diplômé en astrologie médiévale, astrologie indienne mais aussi en théologie chrétienne (Master). Parmi les différents livres de Denis Labouré, trois livres sur la pratique astrologique : «Clé de l’astrologue efficace, technique de l’interprétation», «Cours pratique d’astrologie horaire» et «Révolution solaire pour astrologue efficace» ont fait date dans la pratique astrologique. Site Internet : www.spiritualite-occidentale.com »

En fait, Labouré n’aura pas été un grand organisateur de Congrès et il aura surtout percé dans le domaine de l’édition. A ce propos, en 1990; il publiera aux Ed. Pardés un ouvrage qui n’est pas signalé dans sa « présentation »: l’ouvrage que nous avions signalé à Labouré comporte une postface de notre cru qui a bien failli ne pas figurer, comme le montre la page de couverture qui ne mentionne que les noms de Labouré et de Chantal Estienne:

 

Introduction au jugement des astres. Traité des élections propres pour le commencement des choses

Introduction au jugement des astres. Traité des élections propres pour le commencement des choses
Auteur : Claude Dariot
Éditeur(s): Pardès
« Claude Dariot (1533-1594), médecin astrologue, a été injustement oublié par le monde astrologique moderne. Ce livre expose les principes généraux de l’astrologie, puis les règles de l’astrologie horaire.  » (cf notre adresse à Denis Labouré in « Livre Blanc de l’Astrologie », 2006)Présentation des astrologues

Arrêtons nous sur la notice consacrée à Catherine Gestas elle même.
Présentation des astrologues

Catherine Gestas est astrologue humaniste et psychothérapeute spécialisée dans l’analyse des processus de transmission entre générations ; elle a été une des initiatrices dans le monde astrologique, avec Martine Barbault, du courant d’astrologie transgénérationnelle. Auteure de deux livres coécrits avec Martine Barbault sur la mémoire ancestrale en astrologie et des frères et sœurs. Elle a été formatrice à l’institut français d’hypnose ericksonnienne pendant de très nombreuses années et a créé à Paris une école d’astrologie où les étudiants sont formés conjointement à l’astrologie, la psychologie des profondeurs et l’analyse transgénérationnelle. Avec d’autres astrologues, Catherine a créé, il y a plus de 16 ans, l’association Source qui organise le congrès parisien de mars, des rendezvous mensuels en visioconférence et de très nombreux ateliers durant l’année » On relévera la formule « qui organise le congrès parisien de mars »/ L’association Source existe donc depuis 2006-2007, En 2015, nous avons organisé à Paris un Colloque rassemblant une certaine élite avec notamment Olivier Peyrebrune, Roger Héquet, Jean Yves Espié  entre autres (cf nos archives vidéo) suivi d’une série de rencontres mensuelles tout au long du premier semestre 2016(cf /https://www.youtube.com/watch?v=gBa0iFZGS_Q

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Linguistique; Les marqueurs de pluriel des noms/adjectifs et des verbes en français. La série RST

Posté par nofim le 15 février 2023

jacques  halbronn  Linguistique; Les marqueurs de pluriel  des noms/adjectifs  et des  verbes en français la série  RST.

 

 

   Nos travaux dans le domaine de la linguistique depuis les années 80 (  cf jacques HALBRONN Linguistique de l’Erreur et Epistemologie Populaire, 1987  &  Essai de description critique du systéme du français à la lumière des relations interlinguistiques 1989.) ont visé à  faire ressortir un certain ordre structurel, ce qui aura généré diverses résistances au niveau universitaire, notamment. Nous avons récemment mis en évidence la question du passage de l’écrit à l’oral, notamment quant aux relations de l’anglais au français en soulignant le fait que tout ce qui est écrit ne doit pas nécessairement se manifester au niveau de l’oral. D’ailleurs, dans l’apprentissage de la lecture du français, on insiste sur le fait que les consonnes finales d’un mot ne sont à prononcer que  selon les circonstances, notamment en ce qui concerne les « liaisons ».

 Sur Internet:

 Qu’est-ce qu’une liaison? Quand un mot se termine par une consonne qui normalement ne se « prononce pas (d, p, s, t, x, z, g) et qu’il est suivi par un mot commençant par une voyelle ou un h muet, on peut dans certains cas, à l’oral, prononcer cette consonne et la lier à la voyelle. On fait alors une liaison. »

Or, selon nous, les liaisons n’ont jamais lieu d’être car les marqueurs de genre et de nombre relévent d’un métalangage. C’est le cas notamment des lettres « s » et ‘ »t »  qui constituent le cas le plus fréquent de liaison à caractère grammatical. D’ailleurs, le français se garde bien de rendre le s et le t en position finale, à la différence de l’anglais qui use et abuse du son « s » comme marqueur phonologique du pluriel des noms, ce qui montre que l’emprunt anglais au français ne respecte pas les régles morphologiques du français en la circonstance. Pour l’adjectif, la situation est inversée puisque l’anglais  ne recourt pas au « s », tout se passant comme si  l’anglais traitait le pluriel français des adjectifs différemment de celui des noms et en tirer des applications distinctes et contradictoires. Abordons à présent le pluriel des verbes qui nous semble encore plus problématique dans la phonologie actuelle du  français. On sait quelle est la place du « t » final pour la conjugaison verbale du français tant au présent, qu’au passé simple, à l’imparfait, au futur de l’indicatif  mais cela vaut aussi pour le subjonctif présent et l’imparfait du subjonctif, au pluriel. Exemples; ils sont, ils font, ils mangèrent, ils mangeront, ils savaient etc. Le recours au « t » est récurrent et est comparable au « s » pour les noms et les adjectifs.

Il est intéressant de se référer à d’autres langues, comme l’allemand ou l’espagnol qui ne se servent pas du « t » pour marquer le pluriel de leurs verbes. C’est le « n » qui sert de marqueur pour l allemand et l’espagnol et non le «  »t » alors qu’en français, il y  a redondance, puisque l’on a à la fois consécutivement  le n et le r

Ils mangent   en allemand  sie essen
ils mangent  en espagnol  ellos comen   

Et bien entendu, avec la liaison, le français oral va devoir rendre ce double marqueur, en combinant 
le n et le t comme dans ils mangent, où l'on en arrive à ne prononcer ni le n  ni le t, ce qui va s'entendre
 comme le singulier "il mange" sauf en cas de liaison avec le mot suivant debutant par une voyelle.

 Selon notre approche néo-normative, il conviendrait d'exclure totalement le t de toute prononciation
 dans le cadre de la conjugaison, de la même façon que pour le "s" du pluriel des noms et des adjectifs. En ce
qui concerne les finales en en comme ils mangen(t), on ne saurait recourir à la pratique des diphtongues qui est 
rréservée au singulier -au sens de la 'réduction" que nous avons décrite ailleurs.Autrement dit, il conv
iendrait  de faire entendre le n finale, comme cela se pratique en anglais et ce dans tous les cas, liaison ou 
p pas liaison. Ils veulent doit se prononcer 'ils veulen(e)" comme s'il y avait un "e" à la fin.
 A ce propos, nous avons récemment expliqué que le même mot écrit était susceptible de se prononcer différemment 
selselon le contexte. C'est ainsi que "grand" se prononcera autrement selon que cela concerne un élément masculin 
ou féminin sans qu'il soit aucunement besoin d'ajouter une finale en "e". Il ou elle est " grand". Le fait
d'ajouter un "e" à l'écrit  est dès lors superfétatoire. En allemand, d'ailleurs, comme nous l'avons signalé 
ailleurs, l'adjectif  "klein" n'a pas à se prononcer "kleine" en accentuant le "e" final. En revanche, au masculin,
klein doit être diphtongué comme en français . plein et plein(e), humain et humain(e). 
 L'on ajoutera le R à la liste, soit un trio de lettres se suivant dans l'alphabet, que l'on trouve déjà dans 
l'alphabet hébraique: Resh  Shin  thav, en fait les trois dernières. En effet, la formation de l'infinitif
 impliquue le recours au R, ce qui concerne aussi le futur formé à partir de l'infinitif:  manger, il mangera.

 

 Il importe de comprendre que l’écrit ne dispose pas du visuel, n’a pas accés à l’identité du ou des locuteurs (homme ou femme,  singulier ou pluriel), il lui faut donc ajouter une précision inutile au niveau oral et  donc redondante. 

 

JHB  18 02 23

 

 

 

Publié dans LINGUISTIQUE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Ethique et Recherche scientifique: la différence des sexes. Topiques sensorielles.

Posté par nofim le 15 février 2023

jacques halbronn   Ethique et Recherche scientifique: la différence des consciences. Topiques sensorielles. 

 

« Cent fois  sur le métier  remettez votre  ouvrage » (Boileau)

 

 

 

Selon nous, la recherche dans le champ de la création intellectuelle est tributaire d’un processus de vigilance conscientielle sans lequel la recherche ne peut que stagner, piétiner. La conscience est l’instance de remise en question des savoirs que nous véhiculons dans notre mémoire, on peut la présenter comme un logiciel. Or, chez l’homme et chez la femme, les logiciels différeraient singulièrement et pointeraient des problématiques différentes, selon que cela vise la propreté physique ou la propreté mentale.  On renverra, en ce sens, à nos écrits traitant des « topiques sensorielles », à savoir le ça et le Surmoi en rapport avec l’ouie, la vue, le goût et l’odorat. Chez les femmes,  le Surmoi n’est pas axé sur les activités intellectuelles mais sur les questions de propreté  et d’hygiéne. On peut en effet parler d’hygiéne mentale en paralléle avec l’hygiéne physique, ce qui correspond à une répartition des taches entre les deux sexes.

Autrement dit, la réussite intellectuelle du chercheur dépend de son équipement « interne », génétique, anatomique. Sans un tel équipement, la qualité de la recherche en sera sensiblement  affectée et la vigilance sur les données en cours sera bien plus faible et plafonnera en comparaison des personnes  dotées d’un autre équipement plus performant. Il importe de distinguer  les adjectifs « conscient » et  consciencieux, ce dernier étant ici le mieux approprié.

On aura compris que le différentiel de réussite sur le plan de la recherche, en termes de prix Nobel, par exemple, trouverait son fondement en ce qui concerne ce que l’on peut appeler la conscience, dans le sens du Surmoi freudien, ce qui signifie aussi un faible controle dans le champ du « ça ».  Lorsque le Surmoi dans le domaine de la parole et de l’expression intellectuelle est déficient, la personne sera moins sollicitée, aura moins de « problémes de conscience » que lorsque le Surmoi est plus développé dans le domaine en question. En cela, elle sera handicapé dans toute le créneau créatif au sens large du terme alors qu’elle sera suréquipée et souvent sur-réactive dans celui de la conservation de la proprété du corps, des vétements, ce qui est notamment liée au plan olfactif.

 

 

 

 

 

 

 

JHB  15 02 23

Publié dans FEMMES, SCIENCE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn L’ Astrologie et l’impératif du Deux, de l’Altérité.

Posté par nofim le 13 février 2023

jacques  halbronn L’ Astrologie et l’impératif du Deux, de l’Altérité

 

. L’Astrologie se doit de tout ramener à la dualité, au double sens et tout autre division conduit à l’erreur et à la confusion. L’astrologue doit voir « double » tant au niveau des gens que des périodes. Aller au delà du 2, c’est  choisir de tout embrouiller, notamment chez ceux qui écoutent l’astrologue car au delà du deux, notre intelligence sature très vite et les gens ne disent qu’ils sont d’accord que pour fuir une complexité qui les dépasse et dans laquelle les astrologues  se complaisent. 

Développons la problématique du Deux. Toute prévision doit être double, A  et B en alternance. Une prévision qui ne mettrait pas en oeuvre une dualité est irrecevable. C’est ainsi que l’astrologie sera en mesure de répliquer aux critiques déclarant qu’elle n’est pas « falsifiable », c’est à dire réfutable, selon la formule de Popper. Avec le Deux, l’astrologie donne les moyens  de la vérifier en annonçant successivement deux situations en contradiction, ce que tout un chacun est en mesure d’observer. Autrement dit, l’astrologue doit faire un double pari d’affirmer une chose et son contraire, de façon à ce que sa prévision puisse être bien suivie. C »est en effet en annonçant deux événements de sens opposé qu’il accédera à une certaine crédibilité, l’annonce d’un seul type d’événement ne fait pas l’affaire car l’esprit humain est programmé pour appréhender les contraires, les contradictions, pour percevoir l’altérité, l’autre, à tous les niveaux.

A la base, on trouve le jour et la nuit qui sont les matrices de la conscience du Deux. Même le cycle des 4 saisons est trop complexe et égare l’intellect. C’est pourquoi nous pronons le recours au demi-cycle, soit pour le cycle lunaire, 15 jours et pour le cycle de Saturne 15 ans ou deux fois sept ans. En ce sens, les équinoxes servent de référence avec la similitude entre printemps et automne. Le jour, on y voit clair, la nuit, tous les chats sont gris. La phase diurne est celle de la lucidité (lux: en latin, la lumière. Fiat lux) alors que la phase nocturne est onirique, fantasmatique. On dira que le passage de Saturne sur les 7 années correspondant au printemps ou à l’automne est diurne alors que le passage de Saturne sur les quadrants d’Ete et d’Hiver est nocturne. ll ne faut pas chercher plus loin, le mieux étant l’ennemi du bien.

Il importe que l’astrologue se méfie de ce qui se présente comme  univoque. Il lui faut nécessairement compléter toute notion au moyen de deux adjectifs qui instaureront une dualité. Ne pas préciser cette dualité, c’est induire en erreur. Toute expression est ambivalente, à double entente. Qu’est ce en effet qu’une guerre, sans autre précision quand on sait qu’il est des guerres de nature extrémement différente, qu’est ce qu’un étranger quand on sait que cela dépend des critères mis en avant? Ainsi, le langage de l’astrologue se doit d’intégrer la dualité dans la mesure même où il y a alternance des phases. On est là dans la relativité et le deux sous tend la relativité. 

Il importe de savoir  gérer, d’instrumentaliser la dualité aux fins d’organiser la Société et donc de la faire apparaitre en pleine conscience non seulement dans le temps mais aussi dans la société. D’où l’importance de la notion d’étranger, selon que l’on a une approche horizontale ou verticale. La première s’articule sur les frontières juridiques à savoir la juxtaposition des entités nationales alors que la seconde, verticale, introduit une hiérarchie entre le haut et le bas. En phase solsticiale,  donc nocturne, on s’appuie sur l’horizontalité et en phase équinoxiale sur la verticalité. Dans un cas l’étranger est celui qui vient d’ailleurs, qui parle une autre langue alors que dans l’autre cas, l’étranger est celui qui appartient à une autre caste, à une autre classe au sein d’une même société. Dans un cas, c’est une conflictualité externe et dans l’autre une conflictualité interne.

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB 13 02 23

Publié dans ASTROLOGIE, PSYCHOLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn La voie de la conversion à la nouvelle astrologie

Posté par nofim le 12 février 2023

jacques halbronn  La voie de la conversion à la nouvelle  astrologie

 

 

  En ce temps de changement de phase de Saturne avec le passage d’une phase solsticiale à une phase équinoxiale, toutes deux d’une durée de 7 ans, nous avons décidé d’entrer dans un temps de prosélytisme, comme lors du passage du judaisme au christianisme ou plus tard  vers l’Islam.  Lors du dernier  Salon Parapsy, nous avons expérimentée cette transmission d’expérience non pas chez des non astrologues mais au contraire chez des astrologues tout comme les premiers Chrétiens étaient des Juifs ou de Samaritains. On exposera ci dessous un certain nombre de prises de conscience par lesquels les futurs convertis devront passer car si les astrologues déjà formés sont dans l’erreur, il n’en reste pas moins qu’ils sont sensibles à certaines corrections plus que ceux qui n’ont jamais erré.

Première étape   Les planétes n’ont pas être traités comme des signes.  Entendez par là que la diversité des significations ne doit pas résider au niveau des astres mais des diviseurs de l’écliptique à commencer par les saisons. Autrement dit, il est vain de chercher de la diversité parmi les planétes, celle-ci se situant au niveau des « signes ». Dès lors, une seule planéte peut suffire dès lors que sur son trajet, il y a quelque forme de balisage, au minimum deux  cas de figure.

 

Deuxiéme étape Il faut alterner les temps de l’individuel et de catégoriel  L’astrologie n’a pas à être fixée sur l’étude de  chaque personnalité. L’individuation passe d’abord  par l’appartenance à un collectif. Le thème natal ne peut servir que dans un deuxiéme temps, une fois que l’on aura capté ce qui nous est commun à tel ou tel  groupe et notamment ce que nous partageons au cours d’une même phase.

 

Troisiéme étape Les phases sont fixes et ne dépendent pas de la naissance ; En ce sens, l’astrologie dite mondiale doit être le soubassement de toute approche individuelle. Autrement dit, les changements de phase se produisent à la même époque pour tous, quel que soit notre âge. Cela permet de maitriser un calendrier immuable  de phases successives et d’avoir en tête les échéances de sept en sept ans. Un astrologue qui se respecte  doit connaitre au moins un demi siècle de phases sans avoir besoin de se reporter constamment aux éphémérides.  Finie l’astrologie en miettes, sous prétexte de la pluralité des configurations en cours qui décourage et sature tout processus mémoriel.

Quatriéme étape Le balisage de l’écliptique est  binaire.

Il n’est question ni de travailler sur 12 signes ni même sur 4 saisons mais uniquement sur 2 temps en alternance car pour la nouvelle astrologie, le printemps et l’automne sont analogues et constituent  un pole équinoxial de même que l’hiver et l’Eté pour le pôle solsticial.  Cela donne des périodes d’environ 15 ans, avec une phase nocturne (solsticiale) et une phase diurne (équinoxiale). La phase nocturne produit une faible visibilité, un certain manque de discernement à la différence de la phase nocturne.

Cinquiéme étape. Les textes traditionnels de l’astrologie n’ont pas été compris.  On propose une nouvelle lecture du dispositif des domiciles figurant dans la Tétrabible de Ptolémée.(IIe siècle de notre ère): C’est une erreur que de croire que tout le systéme solaire connu de l’Antiquité et encore moins pour ce qui est au delà de Saturne, est  d’une seule pièce. Il y a un pôle actif cyclique  Lune-Saturne et un pôle passif, Mercure, Vénus, Mars et Jupiter, qui correspond à une division de l’écliptique. Lune et Saturne donnent tous deux le nombre 7 quand on divise leur cycle (27 jours/ans) par 4. Mercure et Jupiter par leurs doubles domiciles nous enseignent que c’est la croix des mutables qui découpe le cycle en 4 et non la croix  cardinale. Enfin, mars et Vénus du fait qu’ils entourent la Terre, nous montrent bien que  le systéme a été conçu pour notre planéte. 

Sixiéme  étape Une caractérologie sensorielle

   Nous avons élaboré depuis 1976 une « astrologie sensorielle » qui fournit une assise psychologique remplaçant le thème natal. A la base, la différence entre hommes et femmes  qui ont des fonctionnements symétriques par rapport aux sens :o uie, vue, odorat, gout. Les hommes se controlent mieux au niveau de la parole où elles se laissent aller librement  et les femmes au niveau de la propreté du corps et des vêtements, car en mangeant on se salit. Il est bien facheux que l’astrologie actuelle ne tienne pas compte du sexe des personnes.

Autour du 31 mars, 2023, Saturne passera sur l’axe Poissons Vierge, qui ouvre une nouvelle phase équinoxiale pour 7 ans. Il serait bon de passer ce cap en pleine conscience  à la lumière de la Nouvelle Astrologie.

 

JHB 13 02 23

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB 12 02 23

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn La vie astrologique. Quid de l’année 1978?Congrés astrologiques ou congrès d’astrologues?

Posté par nofim le 10 février 2023

 

jacques halbronn  La vie astrologique. Quid de l’année 1978? Congrès astrologiques ou congrès d’astrologues?

 

Le programme (ci dessous) du prochain Congrès de l’association Source pour le Samedi 23 avril  mérite quelques commentaires. Ce congrès ne réunit qu’une poignée d’intervenants s’adressant à un public payant d’astrophiles (clients, éléves), ce qui ne correspond à notre idée d’un véritable congrès astrologique. La comparaison avec le congrès de 2004 que nous avons organisé à Paris est édifiante. On note que ce Congrès « parisien » sera filmé, alors que les précédents ne l’avaient point été. Mieux vaut tard que jamais. La réunion se tient sur une seule journée à la différence des congrès des précédentes décennies. La planéte Pluton est mise en avant dans l’intitulé du « congrès » et on nous signale que Pluton entre en Verseau. Force est de constater que cela va totalement à l’encontre des travaux d’André Barbault, malgré la présence d’une de ses nièces et de l’une de ses petites nièces; lequel n’a jamais voulu tenir compte du signe parcouru par une planéte dans son Astrologie Mondiale, si l’on remonte aux années soixante. Cela dit, nous préférons le rapport planéte/zodiaque au rapport planéte/planéte et il est heureux que l’on ait évacué ce dernier qui était une fausse piste/ Même Albumasar avec ses conjonctions Jupîter-Saturne tenait compte de l’Elément (feu, terre, air, eau) auquel appartenait le signe accueillant telle ou telle conjonction comme cela avait été le cas en mars 2020, lors d’un colloque de la FDAF (Fédération des astrologues francophones), la plupart des personnes présentes étant des anonymes ne figurant pas dans nos Guides.

  Nous avions déjà fait la critique de la rétrospective d’Yves Lenoble

« L’astrologie Le grand voyage en soi et dans l’avenir » -concernant l’histoire du mouvemenet astrologique mais l’on se contentera ici d’analyser la notice accordée à Denis Labouré qui vaut  vraiment le détour..

 

« Denis Labouré a œuvré pour replacer l’astrologie dans son contexte d’origine, l’interrogation du langage par lequel le créateur ou les dieux parlent aux hommes. Dès 1974 il a créé l’institut d’astrologie traditionnelle dans lequel il dispense ses activités d’enseignement, cours, séminaires et revue trimestrielle. En 1978 il accède à la présidence du Gerash, l’association astrologique de langue française la plus importante de cette époque. »  *

Ainsi, en 1978, le GERASH aurait été  l’’association astrologique de langue française la plus importante de cette époque. »  Ce qui est une contre vérité absolue vu que le MAU, le Mouvement Astrologique Unifié avait alors un impact infiniment plus puissant et Labouré le sait fort bien étant donné qu’il participa à nos activités d’assez près en cette année 1978, lui qui  à l’époque avait une vingtaine d’années, étant né en 1956.  Le jeune Labouré  fut notamment présent au Congrès international que nous avions tenu à Lille, avec des réprésentants de l’Espagne, de l’Allemagne, de la Belgique et de la Grande Bretagne comme on peut le voir sur la photographie des congressistes. Cette année 1978 fut notamment celle du congrès international  sur la Grande Conjonction, en février, à Paris; du congrès Science et Astrologie  autour de Michel Gauquelin  et Jean Pierre Nicola, au Musée Guimet, au mois de mai, celle du  Congrès de Saint Maximin  et celle du Congrès international sur l’Enseignement Astrologique, à Paris (en partie filmé) et qui réunit des astrologues de Hollande, de Norvége, des USA, de l’ Inde, de Belgique,de Suisse. Une résolution en  sortit  sur l’enseignement astrologique qui fut traduite en anglais. En fait la lecture du Guide de la Vie Astrologique (pp. 92- 94) met en évidence le décalage entre GERASH et MAU En 78,à Crolles,(près de Grenoble), le GERASH avait reçu en tout et pour tout,  en février,  Pierre Traisac,  Patrice Louaisel, Denis Labouré et nous mêmes et l’Italienne Grazia Mirti.. Pour l’anecdote, nous avions rencontré Labouré dans le train et lui avions décliné notre nom: il nous avait demandé si nous étions le fils du fameux Halbronn! Nous retrouvons dans la liste des Colloques MAU la présende de Labouré à Lille, en décembre, à Nice, en avril 79, à Bruxelles en septembre 1980, lors de la création d’une Fédération Internationale des Astrologues de langue française;; en mai 1981, à Luxembourg, dans le cadre de la dite Fédération; en  décembre  1982, à Toulouse, en mars 1984, à Lyon. Ainsi, la notice consacrée à Denis Labouré peut être qualifie de « fake news » à moins que l’on ait  fait jouer tel critère, comme le nombre de membres inscrits, ce qui fait du GERASH, une association astrologique plutôt que d’astrologues tout comme les congrès de Catherine Gestas sont certes consacrés à l’astrologie mais n’ont jamais rassemblé qu’une poignée d’astrologues, à savoir un bien faible pourcentage du public. Au regard de la vie astrologique des années 77-79, le GERASH  ne faisait certainement pas le poids face au MAU.

 

LE PROGRAMME

 Vers quel nouveau modèle de société et de monde ? • C’est un changement de société qui touche toutes les stratifications sociales. • Changement climatique, société virtuelle, robotique, transhumanisme, renversement générationnel, montée des extrêmes. • Comment tenir compte de la complexité du monde dans lequel nous vivons ? Quelles nouvelles valeurs pourraient émerger de ces changements ? • Quel peut être l’impact de ces bouleversements pour le collectif et pour chacun d’entre nous ? • Regards croisés des astrologues sur ces remaniements actuels. Une touche artistique sera donnée à notre congrès par la présence de : ◇ Anne Marie Durosier pour la présentation des vidéos et des diaporamas de notre Congrès. ◇ Sophie Artois pour l’enregistrement vidéo des conférences du Congrès. FORUM 104 104 Rue de Vaugirard – 75006 PARIS DATE DU CONGRES Samedi 25 mars 2023 Samedi 25 mars 2023 Programme de la journée Accueil des participants 9h00 9H15 – DENIS AVRONSART Présentation du congrès. 9H20 – ÉLISABETH FRÉSARD Pluton arrive en Verseau : panique dans les signes fixes ! Les occasions de changements civilisationnels inédits sont d’actualité. Explorons les possibles de ces mutations. 10H00 – MARTINE BARBAULT Le duo Uranus Pluton (2023-2044) un ballet synonyme de mutation, de révolution voire de transgression. En 2023 Pluton entre dans le signe du Verseau sous la gouverne d’Uranus qui donnera le tempo. Ce duo musclé et révélateur de crise en profondeur de métamorphose sociétale comme nous l’avons observé pendant pendant et après la Révolution française. Pause-café 10H40-11H00 11H00 – MARIE-NOËLLE BAUDRON Se reconstruire après des épreuves : résilience, sens et valeurs quelles correspondance dans les thèmes. Pluton est un symbole de renaissance après les crises personnelles et collectives nous essaierons de comprendre comment se sont exprimées les ressources et directions de vie dans le thème de certains grands résiliants. 11H40 – LYNN BELL Pluton en Verseau : cauchemars collectifs ou naissance de l’individu. Pause déjeuner de 12h20 à 13h45 Conférences de l’après-midi 14h00 13H50 – CLAIRE DECROIX Mourir de rire avec Pluton. Il y a l’humour ciselé, joyeux, ridicule, absurde ou insolite… mais très souvent derrière la joie se cache une facette plus tourmentée. Dès lors, on sent que Pluton ne rôde jamais très loin. Défrichons cette facette plutonienne à travers plusieurs illustrations : rira bien qui rira le dernier. 14H30 – LUC BIGE Vers un modèle astrologique de l’histoire. Exploration de la nature du tapis cosmique qui dessine la trame de la méta histoire c’est-à-dire l’entrelacs des forces signifiantes qui génèrent ce que nous appelons l’histoire. Y a-t-il un sens dans l’histoire ? L’histoire a-t-elle un sens c’est-à-dire une direction ? Pause 20 minutes 15H10 – 15H30 15H30 – JOSETTE BÉTAILLOLE Comment utiliser le pouvoir de transformation de Pluton dans un thème d’élection. Le thème d’élection étant chargé d’établir une relation avec l’invisible, qui mieux que Pluton peut accomplir cette mission ? 16H10 – DENIS LABOURÉ Pluton un ami qui vous veut du bien. Pluton est seul à sortir du zodiaque. Les événements que Pluton signe nous font sortir du lot et nous donnent l’occasion de renouer avec notre identité véritable c’est la clé des transformations qu’on lui attribue. 17h20 Conclusions par Catherine Gestas et l’ensemble des conférenciers 18h00 Fin du congrès

 

 

Présentation des astrologues

Catherine Gestas est astrologue humaniste et psychothérapeute spécialisée dans l’analyse des processus de transmission entre générations ; elle a été une des initiatrices dans le monde astrologique, avec Martine Barbault, du courant d’astrologie transgénérationnelle. Auteure de deux livres coécrits avec Martine Barbault sur la mémoire ancestrale en astrologie et des frères et sœurs. Elle a été formatrice à l’institut français d’hypnose ericksonnienne pendant de très nombreuses années et a créé à Paris une école d’astrologie où les étudiants sont formés conjointement à l’astrologie, la psychologie des profondeurs et l’analyse transgénérationnelle. Avec d’autres astrologues, Catherine a créé, il y a plus de 16 ans, l’association Source qui organise le congrès parisien de mars, des rendezvous mensuels en visioconférence et de très nombreux ateliers durant l’année.

 

Martine BARBAULT Nièce d’Armand et d’André Barbault, Martine s’initie à l’astrologie dès l’âge de 15 ans ! Après une formation de psychologue, elle commence ses activités de cours et consultations. Martine s’est intéressée à la numérologie et a expérimenté les liens entre la numérologie et l’astrologie. Avec Catherine Gestas elle a exploré l’astrologie transgénérationnelle ; ensemble, elles ont publié deux ouvrages sur la mémoire ancestrale puis la fratrie. Martine a publié beaucoup d’autres ouvrages : « La paternité et la maternité dans l’arbre généalogique » . Son dernier livre d’astrologie s’intitule «L’astro-psychologie de l’enfant». Elle enseigne à Agapè et collabore au sein de l’association Source depuis sa création.

 

Marie-Noëlle BAUDRON Marie-Noëlle Baudron se consacre à l’astrologie sans exclure aucune école. Elle enseigne depuis 1974 et depuis 1997 à Agapè. Diplômée de la Société Française de Graphologie, Marie-Noëlle anime, entre autres, des ateliers sur le rapprochement entre ces deux disciplines. Titulaire d’un DESS de psychologie clinique et de psychopathologie ainsi que du diplôme universitaire de thérapie cognitive, comportementale et émotionnelle. Elle exerce actuellement en tant que psychologue libérale. Sa pratique dans ces différents domaines de vie nourrit sa réflexion sur l’utilisation de l’astrologie comme relation d’aide. Elle participe à l’association Source depuis sa création.

Lynn BELL Lynn Bell intervient dans de très nombreux colloques internationaux en Australie et aux États-Unis et dans beaucoup d’autres pays. En France elle est intervenue très régulièrement dans les congrès parisiens de SEP Hermès puis de Source. Elle écrit un très grand nombre d’articles pour diverses revues d’astrologie internationales ainsi que des livres, notamment « Planetary threads » en 1999 puis « Mars Quartet » avec Darby Costello, Liz Greene et Mélanie Reinhart et un ouvrage en français sur les révolutions solaires. Elle a été enseignante au CPA, l’école de Liz Greene. Elle propose des séminaires et ateliers dans différents pays. Elle a reçu le prix Charles Harvey en 2016 pour services exceptionnels en astrologie.

Jo BÉTAILLOLE Josette Bétaillole, diplômée de l’École Supérieure d’Astrologie de Paris (l’ESAP), Présidente de l’Atelier d’Astrologie d’Aquitaine, enseigne l’astrologie depuis plus de 30 ans (cours sur Bordeaux et par correspondance). Elle organise chaque année «Les Rencontres Bordelaises». Elle est aussi l’auteur de nombreux ouvrages sur l’astrologie : «Astrologie appliquée à l’enfant, ou l’enfant dévoilé», «Les Troubles de l’excès : Les Addictions : Approches psychologiques, mythologiques, astrologiques», «Les intelligences Multiples».

 

Luc BIGÉ Docteur en sciences biochimie, consultant, écrivain, il a fondé l’Université du Symbole dont il est actuellement président d’honneur. Luc a publié de nombreux ouvrages notamment : La force du symbolique, La lune noire vertige d’absolu, Icare la passion du soleil, La voie du héros. Luc enseigne l’astrologie en ligne à partir de son site « Ré enchanter le monde » et donne des conférences.

Claire DECROIX Claire Decroix est la fille de Martine Barbault et la petite nièce d’André Barbault. Claire a pour ainsi dire toujours baigné dans l’astrologie ! Pourtant son côté cartésien Taureau l’a d’abord incité à ne pas suivre la voie familiale toute tracée et, dans un premier temps de vie professionnelle, elle s’est dirigée vers l’économie numérique. Puis elle décide de se consacrer à l’astrologie. Elle a enseigné à Bordeaux au sein de l’association Astrologie d’Aquitaine puis à Paris à Agapè. Elle intervient régulièrement dans le cadre de l’association Source, elle anime également des conférences et a publié des livres sur les signes du zodiaque et sur l’orientation professionnelle.

 

Élisabeth FRÉSARD Après des études à l’école d’interprètes de Genève puis des expériences enrichissantes dans l’industrie et la banque, Élisabeth concrétise sa passion pour l’astrologie en 1997 en étant élève à Agapè, puis organisatrice et enfin professeur jusqu’à l’été 2020. Actuellement et depuis l’été 2020, Élisabeth participe activement à l’association Source où elle donne des cours et des conférences qui rencontrent un large public d’étudiants intéressés par son approche. Denis LABOURÉ Denis Labouré exerce le métier d’astrologue depuis plus de 40 ans il est aussi éditeur et enseignant en astrologie.

 Notce compléte sur Denis LAabouré dans le progremme du Congrès Source

« Denis Labouré a œuvré pour replacer l’astrologie dans son contexte d’origine, l’interrogation du langage par lequel le créateur ou les dieux parlent aux hommes. Dès 1974 il a créé l’institut d’astrologie traditionnelle dans lequel il dispense ses activités d’enseignement, cours, séminaires et revue trimestrielle. En 1978 il accède à la présidence du Gerash, l’association astrologique de langue française la plus importante de cette époque. Il est diplômé en astrologie médiévale, astrologie indienne mais aussi en théologie chrétienne (Master). Parmi les différents livres de Denis Labouré, trois livres sur la pratique astrologique : «Clé de l’astrologue efficace, technique de l’interprétation», «Cours pratique d’astrologie horaire» et «Révolution solaire pour astrologue efficace» ont fait date dans la pratique astrologique. Site Internet : www.spiritualite-occidentale.com »

En fait,  Labouré n’aura pas été un grand organisateur de Congrès et il aura surtout percé dans le domaine de l’édition. A ce propos, en 1990; il publiera aux Ed. Pardés un ouvrage qui n’est pas signalé dans sa « présentation »: l’ouvrage que nous avions signalé à Labouré comporte une postface de notre cru qui a bien failli ne pas figurer, comme le montre la page de couverture qui ne mentionne que les noms de Labouré et de Chantal Estienne:

 

Introduction au jugement des astres. Traité des élections propres pour le commencement des choses

 

Introduction au jugement des astres. Traité des élections propres pour le commencement des choses

Auteur : Claude Dariot

Éditeur(s): Pardès

 
« Claude Dariot (1533-1594), médecin astrologue, a été injustement oublié par le monde astrologique moderne. Ce livre expose les principes généraux de l’astrologie, puis les règles de l’astrologie horaire.  » (cf notre  adresse à Denis Labouré in « Livre Blanc de l’Astrologie », 2006)

 

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn De Gaulle et l’esprit équinoxial en 1967

Posté par nofim le 9 février 2023

 

WIKIPEDIA

La conférence de presse du 27 novembre 1967 est une conférence de presse donnée au palais de l’Élysée par le général de Gaulle, alors président de la République française, qui est restée célèbre pour la déclaration qu’il y a faite à propos de l’État d’Israël, du sionisme et du peuple juif.

La conférence se déroule quelques mois après la guerre des Six Jours, au cours de laquelle les relations entre la France et Israël avaient déjà été dégradées par plusieurs actions de la France : l’embargo sur les ventes d’armes décidé le 2 juin par de Gaulle, le communiqué du conseil des ministres du 15 juin condamnant l’ouverture des hostilités par Israël, et enfin le soutien de la France le 22 novembre à la résolution 242 du Conseil de sécurité des Nations unies qui demande la fin de l’occupation militaire des territoires palestiniens par Israël.

D’autre part, quelques semaines avant cette conférence, de Gaulle visitait Auschwitz1.

Interrogé sur la situation au Proche-Orient, de Gaulle vint alors à déclarer que beaucoup se demandaient si « les Juifs, jusqu’alors dispersés, mais qui étaient restés ce qu’ils avaient été de tout temps, c’est-à-dire un peuple d’élite, sûr de lui-même et dominateur, n’en viennent, une fois rassemblés dans le site de leur ancienne grandeur, à changer en ambition ardente et conquérante les souhaits très émouvants qu’ils formaient depuis dix-neuf siècles : l’an prochain à Jérusalem »

La célèbre « petite phrase » du général de Gaulle « peuple d’élite, sûr de lui-même et dominateur » eut un fort retentissement au sein de la société israélienne, des Juifs de France et aussi des nombreux politiciens sympathisants de la cause de l’État hébreu. Parmi ces réactions on peut noter un dessin de Tim dans Le Monde du 3-4 décembre 1967, représentant un déporté juif, décharné, portant l’étoile jaune, avec la main dans sa chemise à la manière de Napoléon, et le sous-titre « sûr de lui-même et dominateur »

Bien que certains soient allés jusqu’à taxer le président d’antisémitisme, certains dignitaires israéliens prirent cette déclaration pour une maladresse. De sa retraite, David Ben Gourion a ainsi écrit au général une longue lettre déplorant « la critique injuste formulée par de nombreuses personnes en France, en Israël et dans d’autres pays qui, je pense, n’ont pas examiné vos propos avec tout le sérieux requis », lui indiquant néanmoins que son discours contenait « quelques propos attristants et inquiétants » et « des expressions surprenantes, dures et blessantes, basées sur des renseignements incorrects ou imprécis »

En 1973, Jean d’Escrienneaide de camp du général de Gaulle, relate dans son ouvrage Le Général m’a dit, que de Gaulle lui aurait tenu les propos suivants, lors d’une promenade dans le parc de La Boisserie à Colombey-les-Deux-Églises le dimanche suivant la conférence de presse :

« Je n’ai outragé personne ! Vous savez très bien que, quand on étudie un texte sérieusement et honnêtement, on n’isole pas une phrase de son contexte, à plus forte raison un mot à l’intérieur d’une phrase, sans quoi… on fausse l’idée exprimée. J’ai dit du peuple juif non pas qu’il était un peuple “dominateur”, mais qu’il était un “peuple d’élite, sûr de lui et dominateur” : il y a tout de même une sérieuse nuance ! Dans un sens, c’est même un compliment que j’ai fait aux Juifs ; j’aurais mieux compris leur réaction indignée, si j’avais dit, par exemple, qu’ils étaient outrecuidants, ce qu’ils sont cependant, en effet, bien souvent ! Quant à la “surprise” de l’opinion, dont vous parlez, vous savez l’avertissement que j’avais donné : la France considérerait comme agresseur celui qui tirerait le premier. Les juifs n’avaient qu’à ne pas tirer les premiers ! Le fait d’aimer ou de ne pas aimer le monde arabe n’a rien à voir dans l’affaire : ce monde arabe existe, et il est présent sur un territoire qui s’étend du Pakistan jusqu’à l’Atlantique. Ça aussi, c’est une réalité. »

Raymond Aron quant à lui, tout en reconnaissant « que le général de Gaulle a voulu… repousser les accusations d’antisémitisme élevées contre lui — et je m’en réjouis — accusations que je n’ai pas prises à mon compte », a anticipé dans son article « Le temps du soupçon », publié dans Le Figaro du 6 décembre 1967 (reproduit dans De Gaulle, Israël et les Juifs), les effets de cette déclaration qui désignait « le peuple juif » et non les seuls Israéliens :

« Définir un “peuple” par deux adjectifs [...] expliquer l’impérialisme israélien par la nature éternelle, l’instinct dominateur du peuple juif [...] Les Juifs de France ou, pour mieux dire, du monde entier, ont immédiatement saisi la portée historique des quelques mots prononcés le 28 novembre 1967. [...] Aucun homme d’État occidental n’avait parlé des Juifs dans ce style, ne les avait caractérisés comme “peuple” par deux adjectifs. [...]

Le général de Gaulle a, sciemment, volontairement, ouvert une nouvelle période de l’histoire juive et peut-être de l’antisémitisme. Tout redevient possible. Tout recommence. Pas question, certes, de persécution : seulement de “malveillance”. Pas le temps du mépris : le temps du soupçon. »

— De Gaulle, Israël et les Juifsp. 15–18.

Pierre Vidal-Naquet rapproche le qualificatif « dominateur » d’un thème classique de l’antisémitisme, la théorie du complot juif, qui se manifeste notamment dans Les Protocoles des Sages de Sion« .

.

 

Si l’on remonte dans le temps, d’un cycle astronomique de Saturne, on tombe sur le régime de Vichy avec ses lois qualifiées d’antijuives.

 wikipedia

« Durant la période de l’Occupation allemande, le régime de Vichy a édicté plusieurs lois sur le statut des Juifs, faisant de ces derniers une catégorie à part de la population. L’article 9 du statut des Juifs d’octobre 1940 et l’article 11 du statut de juin 1941 spécifient que la présente loi est applicable à l’Algérieaux colonies, pays de protectorat et territoires sous mandat. À la Libération, ces actes ont été déclarés « nuls et de nul effet » par l’ordonnance du 9 août 1944 relative au rétablissement de la légalité républicaine« . L’idée de « catégorie à part » correspond bien à une approche équinoxiale au sens de l’astrologie EXOLS En fait, dès 1942, on est passé en phase solsticiale et cela correspondra à la mise en oeuvre de la solution finale.(Shoah).
C’est dire que le temps solsticial est plus à redouter pour les Juifs que le temps équinoxial! Car une chose est de distinguer les Juifs, comme entité à part, une autre est de les éliminer au prétexte qu’ils sont réfractaires à l’adoption du  schéma/mythe national en vigueur (cher à un Eric Zemmour en 2022, fin de période solsticiale). C’est dire que la condition juive n’est jamais très confortable, quelle que soit la phase, il faut en prendre son parti.  C’est ainsi que la création de l’Etat d’Israel, précédée par un vote de l’Assemblée Générale de l’ONU, héritière de la Société des Nations (SDN) se situe à la charnière des deux phase, Saturne se situant à la fin du signe du lion, à proximité de l’axe vierge-poissons., Saturne passant en vierge, à l’automne 48, peu après la déclaration d’indépendance du mois de mai. Comment interpréter la chose? Le mot « partition » fut employé à l’époque.(cf infra), ce qui correspond à un langage équinoxial où l’on entend séparer le bon grain de l’ivraie tout en considérant la possibilité d’une cohabitation, sous certaines conditions.
wikipedia

Le 29 novembre 1947, le plan de partage de la Palestine1 élaboré par le Comité spécial des Nations unies sur la Palestine (UNSCOP) créé par l’Assemblée générale de l’ONU, est approuvé par cette dernière à New York, par le vote de sa résolution 181.

Ce plan prévoit la partition de la Palestine mandataire en trois entités, avec la création d’un État juif et d’un État arabe, tandis que la ville de Jérusalem et sa proche banlieue sont placées sous contrôle international en tant que corpus separatum.

La première partie du plan précise les dispositions de la fin du mandat britannique, du partage et de l’indépendance des entités et que le mandat doit se terminer dès que possible. Les Britanniques prévoient de se retirer le 1er août 1948 et le partage doit être réalisé au 1er octobre. La partie II du plan inclut une description détaillée des frontières proposées pour chaque État

Le plan est accepté par les dirigeants du Yichouv (communauté juive en Palestine), par le biais de l’Agence juive, exceptés ceux de l’Irgoun et du Lehi . Il est rejeté par la quasi-totalité des dirigeants de la communauté arabe, y compris par le Haut Comité arabe palestinien, appuyé par la Ligue arabe qui annonce ses intentions de prendre « toutes les mesures nécessaires pour empêcher l’exécution de la résolution » et par certains États arabes qui déclarent leur intention d’attaquer l’État juif. Des émeutes et des attaques contre les juifs éclatent le lendemain du vote en Palestine mandataire, en Égypte, en Syrie et au Yémen, ce qui marque le début de la guerre civile. 126 Juifs sont tués durant les deux premières semaines et 75 sont tués dans un camp de réfugiés d’Aden Après le départ des Britanniques six mois plus tard, la première guerre israélo-arabe débute et le plan ne sera pas mis en œuvre. » 

Cela dit, il y a eu un De Gaulle en phase solsticiale en 1958 sur la question algérienne et il endossait alors le costume de l’unité nationale, sans distinction. Il y a donc deux discours, celui de 1958 et celui de 1967, de tonalité bien dfférente, l’un tenu en phase solsticiale, l’autre en phase équinoxiale.

Wikpedia.

« À la fin de la guerre d’Algérie, les Français d’Algérie se sont sentis trompés par les intentions et les propos du général de Gaulle en 1958. Le texte exact du discours tenu par de Gaulle le 4 juin 1958 à Alger est donc important :

« Je vous ai compris !

Je sais ce qui s’est passé ici. Je vois ce que vous avez voulu faire. Je vois que la route que vous avez ouverte en Algérie, c’est celle de la rénovation et de la fraternité.

Je dis la rénovation à tous égards. Mais très justement vous avez voulu que celle-ci commence par le commencement, c’est-à-dire par nos institutions, et c’est pourquoi me voilà. Et je dis la fraternité parce que vous offrez ce spectacle magnifique d’hommes qui, d’un bout à l’autre, quelles que soient leurs communautés, communient dans la même ardeur et se tiennent par la main.

Eh bien ! de tout cela, je prends acte au nom de la France et je déclare, qu’à partir d’aujourd’hui, la France considère que, dans toute l’Algérie, il n’y a qu’une seule catégorie d’habitants : il n’y a que des Français à part entière, des Français à part entière, avec les mêmes droits et les mêmes devoirs. »

Publié dans judaîsme, Juifs | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Questions autour du pronom personnel au féminin singulier en hébreu moderne

Posté par nofim le 9 février 2023

Jacques  Halbronn  Questions  autour du pronom personnel au féminin singulier en hébreu moderne. 

 

Nous avons déjà signalé dans une précédente étude  cette anomalie en hébreu moderne à propos du pronom personnel féminin: « at » face au masculin « ata », ce qui va affecter le suffixe du verbe au passé, lequel est dérivé du pronom personnel. En arabe, en revanche, le pronom personnel singulier est « anti » face au masculin « anta ». Comment se fait il donc que l’on ait perdu le « i » en cours de route, ce qui correspondrait à une forme de réduction dont nous avons montré ailleurs qu’elle caractérisait le masculin et non le féminin.

 

 arabe

 

  • 1ère personne du singulier : Je, ana  ان
  • 2ème personne du singulier au masculin  : Tu, anta انتَ
  • 2ème personne du singulier au feminin : Tu anti انتِ
  • 3ème personne du singulier au masculin : Il, houa, هو
  • 3ème personne du singulier au féminin : Elle, hiya هي

 

 

 hébreu moderne:

אֲנִי, אַתָּה, אַתְּ, הוּא, הִיא, אֲנַחְנוּ, אַתֶּם, אַתֶּן, הֵם, הֵן

hèn, hèm, atèn, atèm, ana’hnou, hi, hou, at, atah, ani

elles, ils, vous, vous, nous, elle, il, tu,(féminin) tu (masculin), je

 

 

 

 Pourtant la forme en « i » n’a pas complétement disparu en hébreu, en ce qui concerne le futur et l’impératif:

 Geénése  III     תֵּלְדִי בָנִים;  tu enfanteras (à la femme) avec le ioud terminant le verbe. Mais le possessif est bien dérivé du « at » avec l e recours au « sheva » final, propre à la forme du féminin en hébreu moderne. 

טז אֶל-הָאִשָּׁה אָמַר, הַרְבָּה אַרְבֶּה עִצְּבוֹנֵךְ וְהֵרֹנֵךְ–בְּעֶצֶב, תֵּלְדִי בָנִים; וְאֶל-אִישֵׁךְ, תְּשׁוּקָתֵךְ, וְהוּא, יִמְשָׁל-בָּךְ.  {ס} 16 A la femme il dit: « J’aggraverai tes labeurs et ta grossesse; tu enfanteras avec douleur; la passion t’attirera, vers ton époux, et lui te dominera. »

 Toujours au chapitre III de la Genése, lors de la scéne de la « pomme », Dieu s’adresse à Adam au passé avec la finale « ta » dérivée du Ata. On note d’ailleurs que le vav conversif ou nversif  n’est pas ici utilisé:  Ki shamata, ce qui dénote une version tardive comme c’est d’ailleurs le cas au premier verset de la Genése. On observe donc un mélange de pratiques  au sein d’un même chapitre de la Genése.

יז וּלְאָדָם אָמַר, כִּי-שָׁמַעְתָּ לְקוֹל אִשְׁתֶּךָ, וַתֹּאכַל מִן-הָעֵץ, אֲשֶׁר צִוִּיתִיךָ לֵאמֹר לֹא תֹאכַל מִמֶּנּוּ–אֲרוּרָה הָאֲדָמָה, בַּעֲבוּרֶךָ, בְּעִצָּבוֹן תֹּאכְלֶנָּה, כֹּל יְמֵי חַיֶּיךָ.  17 Et à l’homme il dit: « Parce que tu as cédé à la voix de ton épouse, et que tu as mangé de l’arbre dont je t’avais enjoint de ne pas manger, maudite est la terre à cause de toi: c’est avec effort que tu en tireras ta nourriture, tant que tu vivras.

 

Publié dans judaîsme, LINGUISTIQUE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Le « Mystère » de l’astrologie.

Posté par nofim le 8 février 2023

jacques  halbronn  Le « Mystère » de l’astrologie. 

 

Le Christianisme assume sa part de « mystère », pourquoi n’en serait-il pas de même pour l’astrologie?

 

 Wikipedia

   »Le mystère dans le christianisme est un fait qui relève de l’histoire du salut. Le Nouveau Testament, et particulièrement saint Paul, emploie le terme « mystère de Dieu » (Col 2,2) pour parler de « toute l’histoire sainte, depuis la venue du Christ ici-bas jusqu’à sa parousie. »

Peut-on  aborder la question de l’astrologie sans invoquer une certaine part de mystère?Par mystère, nous entendons une forme de transcendance, qui dépasse le cadre de la Nature et nous avons proposé de parler de « Surnature », d’une valeur ajoutée à la simple Nature. Récemment, nous avons insisté sur la nécessité de réfléchir sur les conditions requises pour que le lien entre le monde des astres et celui des humains puisse s’etre établi et que ce lien ne va pas de soi, n’est pas en quelque sorte automatique, au postulat que tout se connecte à tout. C’est ainsi que pour nous, la seule planéte opérante, et l’on met les luminaires à part, est Saturne (cf notre Astrologie selon Saturne, 1994-1995) pour l’excellente raison que notre Humanité n’a pas besoin pour se structurer de plus d’un  cycle articulé sur les rapports planéte/écliptique. Nous nous inscrivons dans ce qu’on appelle « intelligent design »

 Sur Internet

  »Le dessein intelligent (intelligent design en anglais) est une théorie pseudo-scientifique selon laquelle « certaines observations de l’Univers et du monde du vivant sont mieux expliquées par une cause « intelligente » que par des processus non dirigés tels que la sélection naturelle. »   

 Or ce n’est pas parce que l’on pense qu’il y a quelque plan « divin » sous tendant l’astrologie que l’on doit sacraliser le systéme solaire comme étant, dans sa globalité, la clef de toute l’astrologie, comme le pensent un Jean Pierre Nicola ou un Max Lejbowicz avec le RET (-cf la Condition solaire  Paris; 1964) et Introduction à l’Astrlogie Conditionnelle, 1977) Une chose est d’invoquer un mystère, une autre est de proner un processus faisant intervenir les astres de Mercure jusqu’à Pluton car la théologie implique, épistémologiquement, que l’on prête à Dieu  une certaine forme de cohérence et de rationalité comme ce serait le cas pour un architecte. Nous pronons le respect du rasoir d’Ockam en nous méfiant de toute surcharge, ce qui renvoie à la révolution copernicienne.

  »Le rasoir d’Ockham ou rasoir d’Occam est un principe de raisonnement philosophique entrant dans les concepts de rationalisme et de nominalisme. Le terme vient de « raser » qui, en philosophie, signifie « éliminer des explications improbables d’un phénomène » et du philosophe du XIVᵉ siècle Guillaume d’Ockham. Wikipédia« 

JHB  08 02 23

Publié dans ASTROLOGIE, théocratie | Pas de Commentaire »

12345
 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs