Jacques halbronn Le tabou de la dialectique Hommes/femmes dans le milieu astrologique. Instrumentalisation de l’astrologie par les homosexuels.

Posté par nofim le 31 mars 2023

Jacques  halbronn  Le tabou de la dialectique  Hommes/femmes dans le milieu  astrologique.Instrumentalisation de l’astrologie par les homosexuels.

 

Nous pensions dans nos récentes mises en ligne  avoir réparti équitablement la part des hommes et des femmes dans le processus cyclique autour notamment de la notion de circularité. Mais  cela heurtait encore trop les « feelings » de certains astrologues qui considérent que la prise en compte de cette dualité  disqualifierait  définitivement l’astrologie. On prendra pour exemple le cas de Laurent  Gizzi qui se présente ainsi: 

« Laurent est astrologue (consultations, formations et recherches), auteur du site Zodiac-City. Il y écrit des articles sur l’astrologie et y expose ses recherches dans cette discipline. Il pratique une astrologie centrée sur la personnalité et son évolution permettant de se découvrir soi-même (nœuds de la personnalité, monstre intérieur, héros intérieur, axe de vie, contrat astral…) afin de se développer au mieux de ses possibilités » 
Apparemment, pour Gizzi, la question de la personnalité n’aurait strictement rien à voir avec le fait d’être un homme ou une femme et ce serait  franchement « réac » de se référer à un tel distinguo. En fait  cet astrologue pensait qu’en milieu astrologique, on n’en serait plus  à s’intéresser à un tel critère pour lui définitivement dépassé. .Ci dessous des propos qu’il a tenu sur « ‘L’actualité de l’astrologie » à la suite de la mise en ligne de notre exposé: Il nous qualifie de « hors sol », alors même que c’est le déni d’une telle dualité qui nous apparait justement  devoir mériter un tel qualificatif
    • Laurent Gizzi

      Merci de me rappeler que l’astrologie est un milieu réac en utilisant le discours d’un soi disant astrologue complètement hors-sol
       Et l’animatrice  de signaler  une telle « aversion »
      • Uranie Astro

        Admin
        Jacques  halbronn  Le tabou de la dialectique  Hommes/femmes dans le milieu  astrologique. Instrumentalisation de l'astrologie par les homosexuels. dans ASTROLOGIE R7wTxPjTCqP
        Laurent Gizzi je n’utilise rien du tout Jacques Halbronn m’a envoyé cette vidéo que je rassemble dans cette même publication. Connaissant ton aversion pour le principe masculin/féminin tout simplement « 
        Apparemment, Gizzi  fait appel à la « science » pour évacuer le dit clivage: comme s’il ne suffisait pas d’ouvrir les yeux pour constater la dimension sociétale d’un tel distinguo.
        « 
      • Laurent Gizzi

        Jacques Halbronn quand même….pour avoir discuté, enfin, si on peut appeler ça discuter, c’est vraiment pas une référence…du coup, son discours est complètement orienté et bien évidemment, sans aucune référence sociétale, scientifique… I
        (…)  Y’a pas de problème que ça parle à d’autres, le problème est de l’ériger en modèle unique et indépassable, ce que fait ici Halbronn et le milieu astrologique. Le modèle homme/femme est un modèle qui ne doit pas être excluant, Or, à l’heure actuelle c’est le cas. C’est quand même pas bien compliqué de comprendre qu’en tant que science humaine l’astro se doit être la plus inclusive possible. »   
        Autrement dit, les sciences humaines ne sauraient aborder une telle dialectique. Le must, c’est d’être « inclusif »
        On est en plein wokisme avec de Monsieur Gizzi!: En prenant le parti de l’inclusion, Gizzi croit avoir trouvé la voie de salvation  pour l’astrologie.  Le thème astral  est censé dépasser  un tel clivage jugé insupportable. Et ce propos ne nous surprend pas car nous pensons que l’astrologie fascine tout particulièrement ceux qui ont un probléme avec le masculin  et le feminin.  Entendre ainsi s’exprimer un astrologue est édifiant  et il y a là un biais cognitif patent. On aimerait d’ailleurs savoir si un tel discours est compatible avec la déontologie de la FDAF à laquelle il a adhéré. En conclusion,  Gizzi tranche sans appel
        , »ce n’est pas quelqu’un qui aura fait progresser notre science, au contraire même…avoir disons 50 d’expérience en astro si c’est pour se tromper pendant 50 ans. » On  aimerait comprendre  de quoi Gizzi veut parler à propos de nos « erreurs », outre le tabou du genre qui serait rédhibitoire  et qui n’aurait, à l’entendre, jamais cessé de nous obséder, ce qui nous semble un tant soit peu réducteur et outrancier  pour résumer 50 ans de carrière.  Avant tout l’astrologie reléve d’une ingéniérie sociale  avant de passer en aval à des questions de personnalités. Ne mettons pas la charrue avant les boeufs:
        Gizzi  à Uranie Astro ah ben au moins c’est clair comme ça, tu es homophobe ! Dire que le mariage pour tous est contre nature est de la dernière des homophobies ! de la, je vais pas aller plus loin !
        • Tout le blablabla derrière n’a aucun sens, tu mélanges tout …

           
        • Uranie Astro

          à Laurent Gizzi alors pas du tout, je ne suis pas homophobe , il ne faudrait pas tout mélanger . Je partage un avis suivant ma propre conscience , mon éducation dans ma jeunesse catholique, ayant fait ma petite et grande communion , ayant été à la messe …
           
        •   ah on peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre va falloir choisir ! Si tu es contre l’égalité homo/hetero en plus en disant l’horrible expression contre nature, oui, tu es homophobe… Certes, tu veux pas me mettre dans un camp de concentration
        • Uranie Astro

          à Laurent Gizzi n’importe quoi en ce qui concerne ton éloignement astrologique, tu étais peut-être trop dans une recherche d’identification à un modèle et contrairement à toi je suis mon propre modèle et il m’a fallu du temps pour l’intégrer et l’accepter…
          JHB   01 104  23 

Publié dans ASTROLOGIE, FEMMES | Pas de Commentaire »

Jacques halbronn Le livre de l’Exode et l’édit de Cyrus.

Posté par nofim le 31 mars 2023

Jacques  halbronn   Le livre de l’Exode et l’édit de Cyrus       

 

A la lecture de la Bible Dévoilée d’I. Finkelstein  et  N. A. Silbermann, il apparaitrait que le Livre de l’Exode serait marqué par le VIe siècle avant JC.   J. M Van Caugh   in  Nouvelle Revue théosophique 20004/3  écrit dans son compte rendu:

 

« Finkelstein et Silberman proposent donc de situer l’exode aux VIIe et VIe siècles av J.C. sous la XXVIe dynastie égyptienne (saïte) des pharaons Psammétique I (664-610) et de son fils Neko ou Nekao (610-595). Jérémie aux chapitres 44 et 46 témoigne que de nombreux immigrés en provenance de Juda se trouvaient à cette époque dans le delta du Nil (cf. BD 84-87). C’est aussi la thèse défendue par J. Teixidor qui conclut : « Dans le passage du Deutéronome que j’ai appelé le credo historique, le deuxième élément, le séjour en Égypte, a été étudié ici d’après les documents épigraphiques et littéraires des VIIe, VIe et Ve siècles concernant les Judéens d’Égypte ; c’est dans le milieu dont ils émanent qu’a pu naître l’écriture de l’Exode, qui est une épopée nationale et non pas un document historique » Nos commentateurs oublient de tenir compte d’Osée 12,14 : « Mais par un prophète, Yahvé fit monter Israël d’Égypte, et par un prophète, il fut gardé ». Nous avons ici une allusion claire à Moïse et à l’exode, allusion qui date des environs de 750 av. J.C ».  Or, il aurait été heureux pour nos auteurs de rappeler que c’est l’époque de l’Edit  de Cyrus, lequel décréta le retour des Judéens  depuis  Babylone jusqu’ à leur terre d’origine, ce qui n’est pas sans  faire penser à la Sortie d’Egypte.

 

 

Noticz  Wikipedia;

« Cyrus bénéficie d’une image très positive dans les textes bibliques. De la même manière que les textes babyloniens en font l’élu choisi par Marduk pour libérer Babylone de l’impie Nabonide, le Deutéro-Isaïe (41:3; 45:2) en fait l’«oint» (donc le messie) de YHWH, tout mécréant qu’il soit, venu pour permettre le retour de l’Exil et la reconstruction du Temple de Jérusalem après sa destruction et la déportation sous Nabuchodonosor II

Dans le Livre d’Esdras (1:1-4, décret en hébreu; 3:6), YHWH inspire à Cyrus un décret proclamant l’autorisation de reconstruire le Temple de Jérusalem, en utilisant les trésors qui avait été dérobés par Nabuchodonosor II lors de la destruction du sanctuaire. Un autre décret du même Cyrus (cette fois-ci en araméen, la langue officielle de la chancellerie perse), redécouvert au temps de son successeur Darius Ier est de la même teneur (6:2-12). Des doutes ont été soulevés quant à l’authenticité de ces décrets. Si certains les prennent pour véridiques, la majorité des spécialistes sont sceptiques. Ainsi L. Grabbe a relevé plusieurs points problématiques. D’abord, les proclamations sont en accord avec la théologie judéenne, il évoque « Israël » alors que les documents authentiques émis par le pouvoir perse parlent de « Juïfs » et de « Juda ». Ensuite, la langue araméenne employée dans plusieurs des textes et leur formulaire présentent des traits qui plaident en faveur d’une rédaction postérieure à la période perse. Du reste, il n’est pas dans les habitudes du pouvoir perse de soutenir les cultes locaux, a fortiori pour des sommes aussi importantes que celles évoquées dans la Bible, et il juge peu probable que Cyrus se soit occupé personnellement de cette affaire concernant en fin de compte une petite communauté. De ce fait, selon lui il faut envisager la possibilité que certains de ces documents soient des faux (notamment le décret de Cyrus en hébreu qui présente le plus d’incohérences), même s’il préfère envisager qu’il s’agisse de réécritures postérieures à partir d’originaux effectivement émis par l’administration perse, dont le sens originel a pu être modifié. Et du reste s’il y a bien eu des retours d’exilés en Judée par la suite, il est généralement estimé que cela n’a concerné qu’un nombre limité de personnes, contrairement à l’image d’un retour massif qui se trouve dans la Bible

En tout cas il n’y a pas lieu de surinterpréter le choix de permettre le retour à Juda des Judéens exilés en Babylonie en le considérant comme une faveur exceptionnelle, au contraire il est courant à cette période qu’un conquérant autorise le retour de personnes et de divinités déportées par un de ses prédécesseurs, a fortiori si celui-ci est un roi d’un pays qu’il a vaincu Ainsi la Chronique de Nabonide comme le cylindre de Cyrus indiquent que ce roi permet après sa conquête de Babylone à divers temples mésopotamiens de reprendre leur culte, ce qui se fait notamment grâce à la restitution de leurs statues divines qui avaient été capturées auparavant par les Babyloniens. C’est par exemple le cas d’Assur, ancienne capitale et ville sainte assyrienne, où le culte du grand dieu local (également appelé Assur) semble restauré vers la même période »   L’article en question signale les incohérences existant entre  les deux références au dit Edit que nous avions relevées, il  y  a déjà un certain temps entre le Deutéro Isaie et le Livre d’Esdras, notamment à propos de la mention du nom « Israel » qui semble s’être substitué dans le Deutéro Isaie à celui de Judéens dans Esdras. Rappelons aussi que le Livre des Psaumes est marqué en certais d’entre eux par le Livre de l’Exode, ce qui donne la mesure de l’influence des Israelites sur la  mouture finale de l’Ancien Testament.   

C’est ainsi que le Livre de l’Exode en sa rédaction aurait été à la fois influencé par la situation egyptienne ainsi que par la babylonienne, au VIe siècle, donc bien après la Sécession/Schisme,survenu au lendemain de la mort de Salomon, ce qui confirme la pérennité de l’israelisme bien après la destruction du Royaume d’Israel (-722)

Dans le Deutéro Isaie, le nom d’Israel apparait comme c’est le cas dans le Livre de l’Exode, dès le premier verset;

 

א וְאֵלֶּה, שְׁמוֹת בְּנֵי יִשְׂרָאֵל, הַבָּאִים, מִצְרָיְמָה:  אֵת יַעֲקֹב, אִישׁ וּבֵיתוֹ בָּאוּ.  1 Voici les noms des fils d’Israël, venus en Égypte; ils y accompagnèrent Jacob, chacun avec sa famille:

 Deutéro Isaie

15 Je suis l’Eternel, votre Saint, le Créateur d’Israël, votre roi. 

 La  contrefaçon propre à ce Livre de  l’Exode aurait ainsi joué sur deux tableaux: d’une part autour du personnage de Moise conduisant les Israélites ( Benei Israel) vers la « Terre Promise »  et de l’autre  autour du personnage de Cyrus décidant de les rapatrier les Israélites.

 

Bibliographie  Pierre Monat   L’Histoire profane de la Bible.  Origines, transmission et rayonnement du Livre Saint. Ed Perrin 2013 (pp. 36  et seq)

 

 

JHB 31 03 23

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Initiation à la logique circulaire à l’intention des astrologues.

Posté par nofim le 30 mars 2023

jacques  halbronn   Initiation à la logique circulaire à l’intention des astrologues. 

 

On opposera pensée circulaire et pensée linéaire. La logique circulaire prend nécessairement en compte le passé, le présent et le futur. La logique linéaire serait plus statique, moins marquée par la notion de retour, par la problématique d’évolution./involution.

Par définition, toute forme de cyclologie reléve la logique circulaire, a conscience d’avoir à respecter un principe éthique d’alternance et d’enchainement, donc d’interdépendance, de chevauchement.

Si l’on considére la cyclologie propre à l’astrologie EXOLS, l’on aura compris que  les signes mutables qui précédent les signes cardinaux constituent en fait le départ d’une phase saturnienne de 7 ans et de la même façon, la fin d’une saison prépare la suivante, ce qu’indiquent d’ailleurs les mois de mars, juin, septembre et décembre, qui relévent chacun de deux saisons. D’ailleurs, avant la réforme de 1582, c’était au 15 du mois que l’on changeait de signe et non vers le 20/21/(cf le Kalendrier et Compost des Bergers dans ses éditions de la fin du XVe siècle et de la première partie du XVIe.

Au prisme de ce principe de circularité, nous décrirons ainsi désormais les phases équinoxiales et solsticiales au prisme de la dialectique Hommes/femmes qui nous apparait comme incontournable.

Les  phases équinoxiales visent à la promotion des femmes , propulsés par les hommes alors que les phases solsticiales fonctionneraient en sens inverse.  Au prisme de nos travaux en linguistique, on dira que  les phases équinoxiales  relévent de la dérivation et les solsticiales de la matricialité. La dérivation, c’est aller du centre vers la périphérie et c’est l’inverse pour la matricialité et l’on saisit bien ici à l’oeuvre une logique circulaire.

C’est ainsi que les femmes qui seront  promues devront à terme renvoyer l’ascenseur aux hommes et ainsi de suite; C’est le passage de la phase d’équinoxialité à la phase suivante de solsticialité au cours de laquelle, l’heure sera à la promotion, cette fois, des hommes. Car celui qui n’a pas de pouvoir n’est pas en mesure de promouvoir et pour être promu, il convient de ne pas l’être déjà. La grammaire dont on ne saurait sous estimer la portée anthropologique  est par elle même cyclique en ce qu’elle  nous conduit à articuler le passé, le présent et le futur.

Nous résumerons notre pensée en  signalant qu’en termes de communication et de représentation, il y a un temps pour la promotion des hommes et un temps pour la promotion des hommes et que cette promotion doit être assurée par l’autre groupe. Si l’on n’accorde pas un certain pouvoir aux femmes, elles ne pourront, le moment venu être des faiseuses de rois et inversement. Telle est bien la logique circulaire de l’aller-retour, ce qui correspond à un écosystéme.

Les astrologues qui n’ont pas encore adopté une telle démarche mentale risquent de développer une vision par trop rigide  du passage d’une phase à l’autre alors qu’on est dans le mouvement et le mouvant (le mutable). La pratique des élections « primaires » montre bien l’empiétement d’une phase sur la suivante, la campagne électorale anticipant largement sur le calendrier considéré.

Cela dit, il ne s’agit pas de laisser entendre qu’il y aurait équivalence entre les deux sexes. La phase équinoxiale tend vers le bas, la dérivation et la phase solsticiale tend vers le haut, la matricialité.  La phase équinoxiale tend à terme vers le pluriel, vers la collégialité, la multiplication et la phase solsticiale vers le singulier, le retour à l’origine, donc vers le pouvoir d’un seul, à partir duquel se développera justement la dérivation. ce qui ne fait pas appel aux mêmes capacités. Autrement dit, la dérivation féminine implique que la roche de Sisyphe atteigne le sommet pour qu’elle soit amenée à en redescendre  et la matricialité masculine  implique que la roche doit descendue pour qu’il faille la remonter, ce qui implique une recomposition de ce qui a pu se décomposer. Cercle vicieux ou cercle heureux…. On aura compris que la prévision astrologique exige d’assumer certains paradoxes, faute de quoi elle risque d’être prise en défaut.   La célébration de  la nativité ( Noël) correspond au solstice d’hiver, c’est à dire au moment où la progression de la nuit est stoppée et que s »opère une remontée du jour, ce qui correspond à notre description de la solsticialité tendant vers l’équinoxialité. Inversement,  l’injonction « Croissez et multipliez » correspondrait à notre description de l’équinixalité tendant vers la solsticialité.

 

 

 

 

 

 

 

JHB  30 03 23

Publié dans ASTROLOGIE, FEMMES | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn La question des fausses pistes à propos du collectif « Soleil & Lune en Astrologie » dir André Barbault (1953)

Posté par nofim le 30 mars 2023

 Jacques  Halbronn  La  question  des fausses pistes  à propos du  collectif  « Soleil & Lune en Astrologie » dir André Barbault (1953)

 

Il y  a 70 ans paraissait, après Jupiter-Sature, un volume sur les luminaires, dans le cadre du Centre International d’Astrologie. Le volume Mars-  Vénus annoncé ne paraitra jamais mais Uranus et Neptune seront bien diffusés. En cette même année 1953, se tint un important Congrès International d’Astrologie à Paris, au Palais de la Mutualité et pendant 20 ans, Paris n’accueillera plus le moindre Colloque national ou international.(jusqu’au congrès de septembre 1974 à l’Hotel Méridien) alors que des colloques annuels se tenaient régulièrement en Angleterre et en Allemagne. Depuis, cinquante ans, la France a remarquablement rattrapé son retard, en grande partie, grâce à nous, faut il le souligner. 

Nous voudrions ici insister sur la notion de dualité en Astrologie, puisque cette série de volumes met en exergue des « couples » planétaires. https://www.amazon.fr/Soleil-Lune-astrologie-Andr%C3%A9-Barbault/dp/B000XA6E0C)

Or, il nous semble que ce fut là une fausse piste. A commencer par le fait que nous ne pensons pas que les planétes incarnent des valeurs car cela est du ressort des signes et plus largement du cycle des saisons. Une telle erreur était d’ailleurs courante dans les années cinquante puisque Michel Gauquelin (à partir de 1955), va s’efforcer assez vainement  de valider les significations planétaires, par la méthode statistique (L’influence des astres, Ed du Dauphin). Le thème natal  està la base de ces diverses significations planétaires, marquées par l’usage d’une mythologie polythéiste. 

Le pire, c’est qu’en s’intéressant aux polarités célestes, l’on allait négliger les polarités terrestres que sont les hommes et les femmes. D’ailleurs, quand on interroge les astrologues sur le masculin et le féminin,ils nous renvoient aux attributions planétaires et en l’occurence le soleil correspondrait au masculin  et la lune au féminin, tout comme Mars et Vénus, respectivement.

Pour notre part, nous avons pensé que parallélement au balisage du monde céleste, il convenait de procéder au balisage du monde terrestre et que l’astrologie devait tout autant s’intéresser à l’astronomie qu’à l’anthropologie et précisément ce qui distingue l’astrologie de l’astronomie, c’est cette double allégeance, ce double regard. D’où l’intérêt de la formule  ‘anthropocosmologie ». chère à nos amis belges.http://s160463743.onlinehome.fr/fdaf/vanaise_jacques.htm.

  Dans le cas du Soleil, son rôle n’est point d’être en dialectique avec la Lune – et même la division en 12 de l’écliptique nous semble bien contestable astrologiquement parlant et c’est une élaboration qui n’engage que les astronomes en leur méta-langage. Le Soleil, à lui tout seul, variera de tonalité en passant notamment par les quadrants saisonniers, le soleil de printemps n’est pas celui de l’Eté et ainsi de suite donc il peut prendre les visages les plus divers de par sa polysémie.

On peut donc regretter que le CIA et notamment Barbault, n’aient points cherché à approfondir les notions d’équinoxe et de solstice, comme nous l’avons fait, ce qui eut été bien plus profitable.  Certes, Barbault publiera-t-il dans la foulée la série des volumes zodiacaux (Ed Seuil)/. Mais entre ces deux extrémes,  le symbolisme planétaire et le symbolisme zodiacal, il n’accédera pas – il  fera l’impasse – au symbolisme saisonnier à base 4 voire à base 2. On trouve cependant quelque intérêt à propos du thème d’ »ingres » saisonnier dans la littérature astrologique   http://nofim.unblog.fr/2013/09/30/les-ingres-un-outil-pour-debutant-en-astrologie/ Signalons le récent  texte  «  L’ingrès de printemps » par Patrick Giani  qui écrit « En astrologie, nous accordons beaucoup d’importance aux solstices et aux équinoxes car ce sont eux qui rythment les saisons. C’est pourquoi nous dressons une carte du ciel du moment où le Soleil arrive au premier degré du Bélier (équinoxe du printemps) du Cancer (solstice d’été) de la Balance (équinoxe d’automne) et du Capricorne (solstice d’hiver). » Nous avons signalé que pour nous les changements « saisonniers » ne se produisaient pas sur l’axe Bélier-Balance ou Cancer Capricorne mais sur l’axe  Poissons- Bélier et Gémeaux-Sagittaire.

Par la suite,  Barbault,  dix ans plus tard,  prendra une autre option, celles des conjonctions planétaires, diversement réparties et cette diversité de répartition (déjà abordée par Caslant et Gouchon) deviendra sa référence primordiale, déjà en 1963  dans La crise mondiale, Albin Michel.  Que Barbault  ait publié, dans la série concernée, un « Uranus-Neptune » avec Jean Carteret, à savoir deux planétes transsaturniennes, fait évidemment probléme mais c’est bien le trio Uranus- Neptune Pluton qui sous tend son indice cyclique tout comme cela sous tend le RET de l’Astrologie conditionnaliste de Jean-Pierre Nicola. Là encore, une fausse piste.

 

 

 

 

 

JHB  30 03 23

Publié dans ASTROLOGIE, FEMMES | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Astrologie EXOLS Equinoxe matrice, Solstice, dérivée.

Posté par nofim le 29 mars 2023

jacques  halbronn  Astrologie EXOLS  Equinoxe matrice, Solstice, dérivée. Ursula  Van der Leyen

 

A la lumière de nos recherches en linguistique diachronique,  nous pensons être en mesure de préciser encore mieux les notions d’équinoxialité et de solsticialité. Tout le débat politique ne tourne-t-il pas actuellement sur la question diachronique de l’oeuf et de la poule, du chef et du peuple? A l’aune de  nos acquis linguistiques, nous dirons que la solsticialité  est plurielle- le peuple et l’équinoxialité, singulière- le chef.. D’où la thèse que nous pronons, à savoir que le peuple dérive, se constitue à partir  du chef et non point l’inverse. 

Cela dit, en phase solsticiale, le chef passe la main au peuple, se décharge sur lui pour un temps, quitte à reprendre l’affaire au bout de 7 ans. La phase solsticiale est une forme d’hibernation (solstice d’hiver) ou de vacances (solstice d’Eté). Ces périodes permettent de relâcher la pression exercée par le pouvoir en passant le relais à des personnes moins impressionnantes, moins humiliantes du fait de leur supériorité intellectuelle, de leur sens stratégique. 

On aura compris que tous les 15 ans, avec le retour d’une phase équinoxiale, le temps de la verticalité est à nouveau à l’oeuvre et que les personnes mises en avant en phase solsticiale vont devoir s’effacer pour les  7 ans à venir, ce qu’ils ne feront pas nécessairement de bonne grâce, d’où des résistances qu’il faudra  briser en faisant appel aux « bonnes personnes » : the right man, a the right time, at the right place ». En phase solsticiale, on a affaire au geai paré des plumes du paon (La Fontaine).

Cela dit, nous avons expliqué que la période solsticiale impliquait une alliance entre ce qui est tout en haut et ce qui est tout en bas, à savoir les génies et les femmes sur le dos des hommes « moyens » qui avaient occupé le terrain en phase solsticiale. .

En linguistique diachronique, le féminin dérive du masculin, tout comme le pluriel du singulier. Il faut donc s’attendre à ce que les femmes se regroupent autour des mâles dominants pour prendre leur revanche sur les hommes ordinaires. Nous dirons qu’en phase solsticiale, les hommes sont sur le devant de la scéne et qu’en phase équinoxiale, ce seront les femmes.https://www.youtube.com/watch?v=Nrn2MuLQbHc

On pense à Ursula Van der Leyen

Notice  Wikipedia

  »En juillet 2019, elle est élue présidente de la Commission européenne par le Parlement européen avec une majorité réduite de neuf voix. Elle démissionne alors du gouvernement allemand, et rejoint la commission le 1er décembre suivant, première femme à en exercer la représentation et la direction. »https://marieclaire.be/fr/heroines-histoire-feminisme/

 https://www.lemonde.fr/international/article/2019/07/17/ursula-von-der-leyen-une-pro-europeenne-au-bilan-controverse-en-allemagne_5490189_3210.html

 

 

 

 

 

JHB 30 03 23

Publié dans ASTROLOGIE, LINGUISTIQUE | Pas de Commentaire »

Jacques halbronn Linguistique diachronique. Formes matricielles et formes dérivées en français

Posté par nofim le 29 mars 2023

Jacques  halbronn  Linguistique diachronique .Formes matricielles et formes dérivées en français

 

On entend parfois que la forme « fol » serait plus ancienne que la forme « fou ». Il s’agit là d’une contre vérité, et littéralement d’un contre sens puisque c’est l’inverse qui est correct.  Pour nous en convaincre, il convient de se servir de la notion de dérivé, fol dérive-t-il de fou ou bien serait-ce l’inverse.?

Selon nous la forme dérivée est logiquement précédée de l’état matriciel. Or, c’est fol qui est à rapprocher de folle, de folie, de follement, d’affoler etc alors que fou ne reléve pas d’un ensemble de dérivations. De même pour bel qui dérive de beau et non l’inverse, d’où  le féminin belle, le verbe embellir ou encore vieux qui précéde vieil, vieille, vieillissement, vieillir. La multiplicité caractérise les dérivés alors que la matrice est toute seule. Nous donnerons ici toute une série complémentaire  de cas pour illustrer notre thèse diachronique laquelle doit prévaloir sur des documents qui iraient en sens contraire. Chaque fois le U- ou plutôt le V- laisse la place au L. pour former le féminin, un adverbe, un verbe, autant de dérivés.

marteau, martel  verbe marteler

puceau, pucelle, dépuceler 

chapeau, chapelier 

sceau, sceller

niveau, niveler

ciseau ciseler

peau, peler

chateau, chatelain, chatelier

Vaisseau, vaisselle, vaisselier 

Eux -ils/ elle (s)

Au – A  la

Du – De la

Je veux, je voulais, volonté

Seul, Solitude, isolement 

sauveur,  salut, salvation (anglais)

 

Il nous apparait nécessaire de rappeler que la lettre U et la lettre V ne faisaient qu’un, comme c’est d’ailleurs le cas en hébreu avec le « Vav ». L’anglais appelle le « w », « double « u » et l’on observera que « un peu » donne « a few » en anglais. Le français « jeune » (=Jevne)  est à rapprocher de l’espagnol ‘joven » et de l’italien « giovane »

Le U serait donc une consonne et non une voyelle, ce qui fait pendant au N, à la base des diphtongues (an, en, in,on) et dans les deux cas, en cas de dérivation, le N se prononcera pas  tout comme le U.V muet au niveau matriciel.

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB 29 03 23

Publié dans LINGUISTIQUE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Astrologie et Linguistique. Respecter et restituer les couleurs sonores du français. La notion de dégradation

Posté par nofim le 29 mars 2023

jacques  halbronn Astrologie  et Linguistique.  Respecter et restituer les couleurs sonores du français. La notion de dégradation.

 

La langue française se distingue nettement de la famille des langues dites latines de par sa richesse phonologique. L’on sait que les locuteurs « latins » ont le plus grand mal à produire le son « u » ou le son « e » alors que c’est à la base de la phonologie du français. En revanche, ces deux sons sont formalisés en allemand, à l’écrit, avec le u et le  o « umlaut » (avec trema)

 

 Google. 

« Prononciation de l’Umlaut en allemand : ä – ö – ü

Ces deux points au-dessus de la lettre s’appellent en allemand un Umlaut.

Nous allons voir des exemples comportant les lettres  ä – ö – ü.
Pour commencer voici des exemples de mots comportant un ö.

1/ können = pouvoir / être capable de
Können Sie mir zeigen, wie das funktioniert? = Pouvez-vous me montrer comment cela fonctionne ?
funktionieren = fonctionner
Ich könnte es heute machen. = Je pourrais le faire aujourd’hui.
heute = aujourd’hui

können Sie das bitte wiederholen? = Pouvez-vous répéter, s’il vous plaît ?

2/ mögen  = avoir envie de / vouloir

Ich möchte gern mit dir ins Kino gehen. = J’aimerais bien aller au cinéma avec toi.
das Kino = le cinéma
Ich möchte dich keinesfalls stören. = Je ne veux en aucun cas te déranger.
keinesfalls = en aucun cas

Ich möchte einen alkoholfreien Aperitif. = Je voudrais un apéritif sans alcool.
der Aperitif = l’apéritif

3/ öffnen = ouvrir
Das neue Geschäft wird nächste Woche öffnen. = Le nouveau magasin va ouvrir la semaine prochaine.
werden = devenir / sert à former le futur : werden + infinitif
die Woche = la semaine

Könntest du bitte das Fenster öffnen? = Pourrais-tu ouvrir la fenêtre, s’il te plaît ?

4/ glücklich = heureux / chanceux
Deine Oma wird sehr glücklich sein. = Ta mamie va être heureuse.
die Oma = la mamie
Darum bin ich jetzt so glücklich. = Voilà pourquoi je suis si heureux maintenant.

Man kann nicht immer glücklich sein. = On ne peut pas toujours être heureux.

5/ müde = fatigué
Du musst müde sein nach so einer langen Reise. = Tu dois être fatigué après un si long voyage.
müssen = devoir
die Reise = le voyage
Du scheinst mir sehr müde. = Tu me parais très fatigué.
scheinen = paraître / sembler / briller

Ich bin müde und möchte schlafen. = Je suis fatigué et je voudrais dormir.
mögen = avoir envie de / vouloir / bien aimer faire quelque chose

6/ erklären = expliquer / déclarer
Ich kann es Ihnen erklären. = Je peux vous l’expliquer.
Kannst du mir das nochmal erklären? = Peux-tu me l’expliquer encore une fois ?
können = pouvoir / être capable de
nochmal = encore une fois

Ich werde alles erklären, versprochen. = Je vais tout expliquer, promis.
alles = tout – pronom indéfini

7/ der Nächste = le suivant  / le prochain
Wo ist der nächste Taxistand? = Où est la station de taxis la plus proche ?   
der Taxistand = la station de taxi
Ich komme nächste Woche wieder. = Je reviendrai la semaine prochaine.
die Woche = la semaine

Wann ist der nächste Feiertag? = Quand est le prochain jour férié ?

8/ der Bär = l’ours
Ein Bär kann auf einen Baum klettern. = Un ours peut grimper à un arbre.
der Baum = l’arbre
klettern = grimper / escalader

Er brummt immer wie ein Bär. = Il grogne toujours comme un ours.
brummen = grogner / marmonner / bourdonner

9/ das Mädchen = la fille / la gamine / la gonzesse
Sie gab dem kleinen Mädchen heiße Milch zu trinken. = Elle donnait du lait chaud à boire à la petite fille.
geben = donner
klein = petit
heiß = chaud
die Milch = le lait

Sie ist das hübscheste Mädchen der ganzen Schule. = Elle est la plus jolie fille de toute l’école.
hübsch = joli
ganz = en entier / tout
die Schule = l’école

Sie war eines der schönsten Mädchen. = Elle était une des plus belles filles.

10/ zählen = compter
Ich zähle bis zehn. = Je compte jusqu’à dix.
Auf dich kann man ja nicht zählen! = On ne peut pas compter sur toi !
können = pouvoir / être capable de

Kannst du schon bis zehn zählen? = Peux-tu déjà compter jusqu’à dix ? »

  Nous avions déjà signalé le probléme des marqueurs de genre en allemand comme pour klein et  kleine en notant que l’allemand ne savait pas rendre à l’oral la forme « ein » comme le fait le français quand il distingue le masculin  « un » et le féminin « une », avec diphtongation au masculin et décomposition au féminin, faisant ressortir la lettre « n » qui n’apparait que dans la dérivation féminine, si l’on admet notre thèse d’une décomposition en passant du haut vers le bas. 

 Le  français  s’articule sur un principe de verticalité; ce qui est en haut tendant à se dégrader au fur et à mesure de son éloignement de la matrice , ce qui rattache notre propos à notre astrologie EXOLS avec le passage de l’équinoxialité à la solsticialité, ce que nous rapprochons de la théorie du Big Bang impliquant  une très grande concentration d’énergie au commencement du processus.

Wikipedia

  »Le Big Bang (« Grand Boum »a) est un modèle cosmologique utilisé par les scientifiques pour décrire l’origine et l’évolution de l’Univers1De façon générale, le terme « Big Bang » est associé à toutes les théories qui décrivent notre Univers comme issu d’une dilatation rapide. Par extension, il est également associé à cette époque dense et chaude qu’a connue l’Univers il y a 13,8 milliards d’années, sans que cela préjuge de l’existence d’un « instant initial » ou d’un commencement à son histoire. »

Or, selon nous,  la langue française ne peut s’appréhender pleinement qu’au prisme d’un tel phénoméne de concentration suivi d’une dilatation avec le passage de la diphtongue  vers une forme dérivée  moins sophistiquée comme dans violon/violoniste ou avec la forme en « eu » et « ou »:  vieux passe à vieillle, vieillesse, vieillard, vieillissement  et  mou  passe à molle, mollesse, mollement, ramollissement.ou encore  fou  passant à folle, folie, follement, affolement.  Dégradation marquée par la perte d’une certaine qualité sonore que le français aura su pérenniser à l’oral, c’est à dire  à une certaine lecture de l’écrit.

Ainsi,  l’ascendant que le français aura très tôt exercé sur d’autres langues tiendrait à cette supériorité non pas tant de son lexique que de sa qualité phonologique. Certes, il serait bon de réformer le français là où il a pu se dégrader du fait d’un certain mimétisme qui aura conduit les formes inférieures de la langue à en copier les formes supérieures avec notamment le maintien indu de la diphtongation au  féminn  comme  grande qui maintien  la diphtongue  du masculin ou les substantifs et les adverbes  en « ent » qui s’absfiennent à tort de rendre le son du « n ». A ce propos, force est de constater que  les autres langues  n’ont pas suivi ce biais et doivent en ce sens nous servir d’exemple comme pour la prononciation  de « differente » qui ne saurait s’aligner sur le masculin « différent » diphtongué.

 

 

JHB 29 03 23

Publié dans ASTROLOGIE, LINGUISTIQUE | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Astrologie EXOLS Poutine à 15 ans d’intervalle: 2007-2022

Posté par nofim le 29 mars 2023

jacques  Halbronn    Astrologie EXOLS  Poutine à 15 ans d’intervalle: 2007-2022   Poursuivant nos investigations sur les récurrences de situation à intervalles correspondant à un demi cycle de Saturne, nous renvoyons  à l’article ci-dessous (vidéo)

Internet:

« Russie : ce discours de Vladimir Poutine en 2007 qui résonne avec la crise actuelle en Ukraine

Lors d’une conférence sur la sécurité il y a quinze ans, le président russe avait développé sa vision du monde et dénoncé l’unilatéralirisme des États-Unis.

Article rédigé par Sylvain Tronchet  Radio Francejacques  Halbronn    Astrologie EXOLS  Poutine à 15 ans d'intervalle: 2007-2022 dans ASTROLOGIE placeholder-36b69ec8
 
Le président russe Vladimir Poutine prononce un discours lors de la 43e édition de la conférence de Munich sur la sécurité, le 10 février 2007. (DMITRY ASTAKHOV / POOL / AFP)

Le président russe Vladimir Poutine prononce un discours lors de la 43e édition de la conférence de Munich sur la sécurité, le 10 février 2007. (DMITRY ASTAKHOV / POOL / AFP) »  Ce que ne signale évidemment pas l’auteur, c’est qu’en 2007, on avait exactement la même configuration astronomique qu’actuellement,  à savoir le passage de Saturne sur l’axe Poissons- Vierge. Tout se passe comme si le seul fait de ce « transit » de Saturne sur cet axe « saisonnier » avait conduit Poutine à mettre les pieds dans le plat. Certes, le transit n’aura lieu qu’en septembre 2007 mais il nous est apparu à plusieurs reprises qu’un effet d’anticipation de plusieurs mois (et parfois même un peu plus) était à prévoir lors des changements septénaux de phase. Le début d’une phase équinoxial met fin à un certain laxisme propre à la phase solsticiale auquel il convient de mettre le hola.  Voilà qui vient confirmer toute l »importance de l’axe mutable et les astrologues qui auraient misé sur le passage sur l’axe cardinal auraient été dépassés par les événements. Ce fut d’ailleurs notre erreur en 1976 quand nous avions publié nos graphiques dans la première édition de Clefs pour l’astrologie, restant piégés par une certaine orthodoxie  astronomique liés aux équinoxes et aux solstices. alors que par ailleurs, dans le judaisme, l’on sait que le  Vendtedi est appelé « veille (erev) du Shabbat ». Un des Dix Commandements stipule « Souviens-toi du jour du sabbat pour le sanctifier. Pendant six jours tu travailleras et tu feras tout ton ouvrage mais le septième jour est le jour du repos, sabbat en l’honneur du Seigneur ton Dieu. Tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni tes bêtes, ni l’immigré qui est dans ta ville. Car en six jours le Seigneur a fait le ciel, la terre, la mer et tout ce qu’ils contiennent, mais il s’est reposé le septième jour. C’est pourquoi le Seigneur a béni le jour du sabbat et l’a sanctifié »https://erevshabbat.org/fr/pourquoi-erev-shabbat/
Jusqu’à ce que nous découvrions qu’il fallait avancer les temps, nos corrélations cycliques s’avéraient assez décevantes même si dès 1994, nous avions publié un tableau montrant que Saturne n’était pas encore en Bélier lors de nos sondages (cf L’Astrologie selon Saturne) Nous avons même proposé récemment de décaler d’un tiers la précession des équinoxes, ce qui donne une différence d’environ 600 ans pour le changement d’ère, ce qui nous  ferait entrer bien plutôt dans l’ère du Verseau, autour de la Renaissance.
.
JHB 29 03 23

 

Publié dans ASTROLOGIE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn L’astrologie sera scientifique ou ne sera pas.

Posté par nofim le 28 mars 2023

jacques  halbronn  L’astrologie sera scientifique ou ne sera pas.

 

 

 

L'astrologie science du XXIe siècle Postulat ... / Elizabeth Teissier /  Réf60394 | eBay

 

En  1994, Eizabeth Teissier,  publiait   chez Belfond, un ouvrage intitulé L’astrologie science du XXIe siècle (https://www.afis.org/These-d-Elizabeth-Teissier-reactions-dans-les-medias-2)/ Tout dépend évidemment de quelle astrologie il s’agit. Selon nous, le monde aura impérativement besoin d’une astrologie « scientifique, » selon la formule en vogue il y a un siècle chez Un Paul Choisnard.  Sera-t-elle prêtre à jouer ce rôle dans les prochaines années? Nous le pensons car l’astrologie aura progressé considérablement dans ce sens, ces dernières années, même si en 1994,  elle avait déjà en partie trouvé le bon cap (cf  nos Clefs pour l’Astrologie Ed Seghers, Seconde édition, 1993) mais il lui restait encore du chemin à parcourir, des obstacles épistémologiques à franchir comme la question cruciale du balisage des frontières entre phases.(cf notre Astrologie EXOLS en ses dernières moutures) 
Le spectacle auquel nous assistons actuellement tant sur la scéne internationale que national,  préfigure les derives qui nous attendent.  C’est la crise des institutions qui est à l’ordre du jour  et notamment du « Droit » lequel repose sur des sables mouvants, tel un chateau de cartes. En effet, ces constitutions que l’on nous a proposés depuis plus de deux siècles, ont fait long feu et les gens n’y croient plus car leurs fondements sont factices parce que fabriqués de toutes pièces  par les humains et  quant à la Loi telle qu’elle est exposée dans la  Bible, elle est également suspecte -on pense à ces « Dix Commandements » qui ne sont qu’une emplatre sur une jambe de bois.
  C’est pourquoi  l’astrologie, avec son aura cosmique, nous apparait de plus en plus comme la solution d’avenir sous la forme  de phases de 7 ans en 7 ans annoncées d’ailleurs dans le Livre de la Genése. C’est ce que nous avons appelé une astrologie « équinoxiale », cyclique, collective par opposition à cet artisanat et ce bricolage de l’astrologie solsticiale  dont la pièce maitresse est le thème natal individuel… Qu’entendons nous par scientifique? Une astrologie qui propose une cyclicité régulière, récurrente, dont chacun peut prendre connaissance et qui s’applique tant au passé qu’au futur selon un seul et même pattern.  Il faut comprendre que l’astrologie « solsticiale » est née de l’échec de l’astrologie équinoxiale, c’est un pis aller, un cache misère et la phase solsticiale, ce sont les vaches maigres dont parle Joseph, et qui succédent aux vaches grasses. Il est temps de ne plus se contenter de cette astrologie besogneuse. du pauvre, complétement imprévisible et qui ne fonctionne qu’au coup par coup.
JHB  27 03 23

 

 

 

 

Publié dans ASTROLOGIE, cyclologie | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Linguistique et Cyclologie. Le cycle Dérivation et Matricialité.

Posté par nofim le 28 mars 2023

jacques  halbronn  Linguistique et Cyclologie.   Le cycle  Dérivation  et Matricialité. 

 

 

 

Nous voudrions ici mettre en évidence la dimension cyclique qui sous tend l’usage des langues et notamment du français, pour nous, la langue pilote. Le passage de la forme matricielle la plus condensée vers des formes dérivées multiples n’est pas sans évoquer la théorie cosmologique du « big  bang ». On parlera alors d’évolution par opposition au temps de l’involution, consistant à remonter des dérivées vers la matrice. Dans le cas de notre modéle/pattern qu’est la langue française restituée, la matrice se caractérise par une contraction, une concentration que nous associons à la notion de diphtongue dont le français est si friand et inversement quand la diphtongue se dissout, c’est le passage à la dérivation.  C’est ainsi que l’on passera de  « nation » à « national », de violon à violoniste et ainsi de suite. Une autre forme de matricialité  concerne  le passage du « au » à  « al », comme quand on va du masculin au féminin :  il se rend au marché, il rentre à la maison.  

 

Il y  a une chaine de dérivés: on passe du féminin à l’adverbe et au verbe.  Grand (masculin), grande (féminin),  grandement (adverbe)  et  beau- belle- embellir (verbe).  On passe de vieux, à vieille, à vieillesse, vieillir, vieillissement..

  Nous voyons là un processsus cyclologique dans cet aller retour de la matrice vers ses dérivées et vice vera. Ce qui nous renvoie à nos travaux en astrologie  avec l’alternance des phases « matricielles » d’équinoxialité  et « dérivées de solsticialié. L’équinoxialité va du haut vers le bas et la solsticialité du bas vers le haut, c’est à dire  de l’élite vers le peuple  et du peuple vers l’élite.

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB 28 03 23

Publié dans ASTROLOGIE, LINGUISTIQUE | Pas de Commentaire »

123456
 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs