• Accueil
  • > Archives pour février 2024

jacques halbronn L’inculture cyclique du citoyen

Posté par nofim le 29 février 2024

jacques  halbronn L’inculture cyclique du citoyen 

 

Force est de constater l’incapacité et l’incompétence de la plupart de ceux qui prennent la parole quand il s’agit de comparer des périodes plus ou moins distantes entre elles. L’absence d’un modéle cyclique universel se fait alors durement sentir. On n’aura fourni aucun bagage scolaire au citoyen lambda lui permettant de tirer des leçons en rapport avec des périodes similaires dans le temps, tant sur le court que sur le long terme. Tout au plus,  se risquera-t-il à comparer telle et telle guerre, telle ou telle révolution. avec quelque situation  du moment, en s’appuyant sur une pratique langagière, ce  qui lui servira bel et bien pour tout bagage. C’est ainsi que face à l’actualité présente, tant en Russie qu’en Palestine, ce citoyen manquera de repères et se contentera de déclarations de principe contre telle ou telle action menée, sans avoir une claire conscience et connaissance des précédents. Or, suivant en cela le Livre de l’Ecclésiaste, rien n’est nouveau sous le Soleil et il est un temps pour chaque chose. La notion d’alternance, pourtant placée au coeur du systéme démocratique aurait du le rendre mesuré dans ses jugements.. Dans un systéme binaire, qui nous semble à la portée du citoyen moyen, il faut admettre la nécessité périodique de rééquilibrages. Les gens apprennent le déni  et l’esquive ce qui leur permet de vivre avec d’énormes lacunes protégés par leur routine.

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB  29 02 24

Publié dans LINGUISTIQUE, POLITIQUE, psychosociologie, SOCIETE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn De l’importance des dates pour la recherche astrologique.

Posté par nofim le 29 février 2024

jacques  halbronn  De l’importance des dates pour la recherche  astrologique.

 

  La question des dates  se révéle tout à fait déterminante pour le champ astrologique alors qu’elle a pu paraitre aléatoire pour la « Nouvelle Histoire » d’un Marc Bloch:

 Sur Internet

 » A l’encontre de cette histoire dite « événementielle », Simiand affirmait qu’il fallait « écarter l’accidentel pour s’attacher au régulier ; éliminer l’individuel pour étudier le social, entendu comme activité collective ». Cette dispute, qui avait débuté sous la forme d’un conflit entre disciplines, affecta fortement la recherche historique à partir des années 1930, sous l’impulsion des Annales, la nouvelle revue fondée par Marc Bloch et Lucien Febvre. Ce dernier prit ses distance avec l’histoire événementielle en inaugurant ce qu’on appelle l’histoire des mentalités, alors que Marc Bloch impulsa une histoire sociale comparative du Moyen-Age à nos jours », 

 Une telle  orientation  de la recherche historique témoignait du désintérêt pour toute forme d’astrologie et d’astronomie, ou encore  d’hémérologie.  Il ne semblerait pas utile de connecter les dates entre elles  en vue de mettre en évidence des intervalles de temps qui se représenteraient, ce qui conduirait à quelque rapport à la numérologie. On était donc  très loin du modéle biblique  des 7 années. (cf le Livre de Daniel). Les romanciers pourraient continuer à forger de pseudo-chronologies tout comme la science politique pourrait jongler avec les calendriers électoraux,  constitutionnels, d’un pays à l’autre. C’est donc tout un pan du corpus chronologique que l’exploration historique du XXe siècle se condamnait à ignorer, à laisser pour compte, l’ »abandonnant aux astrologues du type Barbault (Les astres et l’ Histoire, 1967). Un Albumasar mille ans plus tôt avait pourtant montré le bon exemple en produisant des périodes de durées égales à partir des conjonctions de Jupiter à Saturne, ce qui était de bien meilleur aloi que l’indice cyclique du dit  Barbault, basé sur un bouquet de cinq planétes, dont trois inconnues des Anciens et donc dont la connaissance aura été absente tout au long de l’Histoire de l’Humanité jusqu’à la fin du XVIIIe siècle pour Uranus, jusqu’au milieu du XIXe siècle pour Neptune et jusqu’au deuxiéme tiers du XXe siècle pour Pluton. L’astrologie aura d’ailleurs été victime collatérale  de cette « longue durée » prônée par l’Ecole des Annales, ce qui l’aura conduite à intégrer des planétes dont les cycles sidéraux respectifs étaient de 81, 165 et 248 ans au lieu des 28 ans de Saturne, la planéte la plus lente connue jusqu’alors, base du cycle de 7 ans (28/4).

 wikipedia

« La longue durée (ou temps long) est un concept utilisé en histoire par l’École des Annales. Il a été élaboré par Fernand Braudel en 1949 dans sa thèse sur La Méditerranée et le Monde méditerranéen à l’époque de Philippe II où il introduit ce nouveau concept permettant une approche nouvelle des faits historiques. À côté de l’histoire traditionnelle (c’est l’histoire dite évènementielle, condamnée par l’école des Annales) « à oscillations brèves, rapides, nerveuses » et de l’histoire cyclique et conjoncturelle (histoire économique et sociale) caractérisée par des phases lentes, il introduit l’histoire quasi immobile qui s’intéresse aux phénomènes extrêmement longs (évolution des paysages, histoire de l’homme dans ses rapports avec le milieu). » 

Nous avons montré en revanche qu’il était vain de découper un cycle planétaire en 12, pour tenir compte des signes zodiacaux, ce qui générait toute une série de  distorsions et  qu’il valait mieux se limiter comme Albumasar à  4 voire à 2 types de périodes, ce qui facilitait singulièrement le processus de comparaison et de connexion entre périodes et facilitait notamment l’épreuve de falsifiabilité   demandée par Karl Popper.

 Sur Internet

  « La falsifiabilité, au sens où l’entend Popper, désigne la capacité d’une théorie scientifique de se soumettre à une méthode critique sévère, comportant des tests expérimentaux cruciaux susceptibles de la réfuter. »

Il nous semble éminemment souhaitable d’améliorer l’ergonomie du modéle astrologique à savoir une série de séquences de même durée et de significations nettement opposées, quand elles se font suite. Il importe de mettre à distance un corpus astronomique foisonnant et étouffant, qui favorise en fait une forme d’astromancie articulée sur la « carte du ciel » et le thème natal, lequel place la femme-mère au centre de l’image que renvoie toujours de nos jours l’Astrologie. Place à une astrologie « masculine », que chacun peut comprendre et qui n’exige même pas de recourir aux éphémérides lesquelles ne servent que pour dresser le thème natal.  Il importe que le chercheur ait en tête un corpus important de dates qu’il soit en mesure de « caser » dans le cadre de la succession de périodes de 7 ans, au vu et au su de tous. On est à cent lieues de ces manuels qui prétendaient mettre l’astrologie scientifique à la portée de tous -comme le Manuel de Maurice Privat paru chez Grasset en 1935- le terme « scientifique » signifiant avec une lourde charge de données astronomiques véhiculées par les éphémrides. Nous sommes  en faveur d’une astrologie « partagée », c’est à dire qui s’appuie un savoir « public », accessible à tous, et qui ne dépende pas du témoignage individuel et personnel, autour du kaléidoscope constamment en mouvement du thème natal. Il y a 50 ans environ, nous avions donné les bonnes vraies orientations pour bâtir une astrologie désenclavée, sortie de son ghetto (Clefs pour l’Astrologie. Ed Seghers 1976, traduction espagnole, Madrid  1978 Las claves de la Astrologia). 

 

 

 

 

 

 

JHB 01 03  24

Publié dans ASTROLOGIE, epistémologie, HISTOIRE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Judaisme. Réflexions sur la Renaissance de la langue, de la religion et de l’Etat.

Posté par nofim le 28 février 2024

jacques  halbronn   Judaisme. Réflexions sur la Renaissance de la langue, de la religion  et de l’Etat.

 

A partir de la fin du XIXe siècle se pose la question d’une renaissance du monde  juif (cf notre ouvrage « Le sionisme et ses avatars au tournant du XXe siècle », 2002 ) Nous entendons aborder les « solutions » proposées notamment par Theodor Herzl dans son Etat Juif (1897) mais aussi par les tenants d’une réforme de la pratique religieuse juive ainsi que de la renaissance de l’hébreu, mise en oeuvre par Eliezer Ben Yehouda  Nous aborderons trois aspects: I  l’ »idée d’un Etat Juif, II  le  judaisme libéral, III l’hébreu moderne avec à l’arrière plan la Shoah en Europe, sous le joug  nazi et la création de l’Etat d’Israel faisant suite au mandat britannique sur la Palestine; Georges Friedmann  dans  « Fin du peuple juif? » (Ed Gallimard, 1965) s’interrogeait déjà sur l’évolution des mentalités juives en Israel en contraste avec l’esprit  juif de diaspora.

 

I Le  Retour en Palestine

  C’est le contexte de la première Guerre Mondiale qui va actualiser l’idée d’installer un Foyer Juif en Palestine, ce qui n’aurait certainement pas pris cette forme au sein de l’Empire Ottoma,. Il faut voit dans la proposition britannique un calcul géopolitique par rapport au monde arabe s’émancipant du  joug  turc à cette occasion. Mais l’on sait que sous la pression arabe, la Grande Bretagne ne sera pas en mesure d’accueillir tous les Juifs qui souhaiteraient quitter l’Europe en raison du piége nazi. En 1947, la GB se débarasse du dossier en le confiant à l’ONU. Une  autre guerre va changer la donne à savoir la Guerre des Six  Jours dont le succés va aiguiser les appétits israéliens, avec la tentation de garder indéfiniment les territoires « occupés » (terminologie employée pour la France « occupée ») tout comme les victoires allemandes pendant la Seconde Guerre Mondiale permettront au projet de Hitler un début de réalisation bien au delà de l’Allemagne, d’où le Shoah également liée à un contexte guerrier. Trois guerres auront donc façonné le nouvel Etat du fait d’opportunités non anticipées et probablement non réfléchies, non maitrisées.

 

 

II  La relecture de la Bible 

 Un autre défi dépasse le cadre palestinien, c’est celui du positionnement religieux et du poids de l’Histoire, sur plusieurs millénaires.Quelle relation repenser avec le Christianisme? Quel travail de relecture des Ecritures  opérer? Comment notamment gérer le clivage majeur séculaire entre Judéo-Hébreux et Israélito-Chrétiens? Quelle place assigner aux Juifs dans le monde au prisme d »une pensée théologique? Comment recadrer le dialogue judéo-chrétien? Quelle place accorder à la Diaspora ? Aucune approche critique de la Bible ne semble avoit été à l’oeuvre même au sein des courants « libéraux » où l’on ressert indifféremment  la même soupe liturgique. C’est ainsi que la lecture des péricopes du Pentateuque s’est maintenue dans les synagogues libérales (cf le Judaisme en mouvement) alors qu’il s’agit là d’un corpus fortement syncrétique largement impacté par le monde  « israélite » ayant fait sécession avec la dynastie davidienne. Il importe également que l’on apprenne à ne pas sur-réagir à des manifestations compréhensibles  d’hostilité  face au pouvoir que l’on exerce et donc être conscient de ce que l’on représente pour autrui.. On  ne peut avoir le beurre et l’argent du beurre

 

 III  A la  recherche  de la  langue d’origine

On connait le projet d’un Eliezer  Ben Yehouda  de restituer son oralité  à l’hébreu(cf Maurice AdadÉliézer Ben-Yéhouda. Le rêve et sa réaalisation et autres textes. La renaissance de l’hébreu parlé. Introduction et notes de Réuven Sivan. Traduit de l’hébreu par Maurice Adad, Paris : L’Harmattan, 2004) . A-t-on effectué le travail de refondation de cette langue avec les moyens de la linguistique moderne? En quoi cette langue « sémitique »  se distingue-t-elle des autres membres de cette famille, à commencer par l’arabe?C’est d’ailleurs l’argument linguistique qui aura pu peser de tout son poids pour le retour des Juifs au sein du monde arabe. Selon nous, l’ hébreu mériterait un meilleur traitement, exigeant un retour à sa pureté d’origine, ce qui passe notamment par le rapport de l’écrit à l’oral que pose la lecture du « tétragramme »

En ce qui concerne l’hébreu moderne, il eut fallu corriger un certain nombre d’aberrations en ce qui concerne notamment les marqueurs de genre et les finales en « a’ qui tantôt  signalent le féminin, tantôt le masculin, ce qui n’est pas sans laisser perplexes les éléves. C’est ainsi que Ata signifie tu au masculin  et sert de suffixe pour former l’imparfait: « Assita », tu as fait ‘au masculin)  mais « elle  a fait » se dira « dibra »!  De même, on dit en hébreu moderne « Hashavti », j’ai pensé et Hashavta, tu as pensé (à un homme) alors que le pronom personnel  est ani à la première personne, ce qui devrait donner « hashavni » et non pas « hashavti », la forme en « t »  étant un marqueur de la deuxiéme et non de la première personne; En principe, le noun est le marqueur (préfixal ou suffixal)  de la première personne du singulier comme du pluriel, le thav de la deuxiéme personne et le youd de la troisiéme personne.

Il est regrettable que la science linguistique du XXe siècle n’ait pas suscité une école de critique linguistique en paralléle avec la critique biblique (née au XVIIe siècle) L’enseignement des langues exige de déterminer des régles même si celles-ci ne sont plus respectées car il est bon que l’on comprenne que les langues ne se sont pas élaborées n’importe comment même si elles ont pu se corrompre dans leur transmission. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB 01 03  24

 

 

Publié dans judaîsme, Juifs, LINGUISTIQUE, POLITIQUE, RELIGION | Pas de Commentaire »

jacques halbronn La tentation de faire de Jésus un être unique. L’arbre qui cache la forêt.

Posté par nofim le 28 février 2024

jacques  halbronn La tentation de faire de Jésus un être, un événement uniques. L’arbre qui cache la forêt. 

 

 

Le fait d’accepter quelque forme de domination, de  » chefferie » (leadership) a toujours fait probléme en sorte que les dominés, les colonisés, auront cherché à élaborer un narratif limitant au maximum l’impact d’un tel phénoméne  afin de « limiter les  dégâts, d’en circonscrire les effets ».. Il convenait notamment d’éviter  que tel peuple prenne le dessus sur les autres d’où la volonté d’exceptionnaliser une telle prise de pouvoir, en faire une expérience aussi ponctuelle que possible,  nécessairement limitée dans le temps et dans l’espace..Le cas de Jésus nous apparait particulièrement emblématique  d’un tel processus d’occultation. C’est ainsi qu’au lieu de reconnaitre la vocation des Hébreux à piloter les Fils d’Israel,et cela sur le long  terme, de génération en génération, l’on aura préféré  se focaliser sur une courte période autour d’un seul personnage, Jésus dit de Nazareth. C’est pourquoi nous avons mis cet adage en exergue. La meilleure solution n’était-elle pas d’un faire un être surhumain, un demi-dieu, un « fils de dieu ».? 

Dès lors, le phénoméne Jésus  relèverait bel  et bien de l’exception qui ne se renouvellerait pas sinon à la fin des temps, et certainement pas dans une quelconque continuité dynastique. Avec l’Islam, la question de la progéniture se poserait en revanche pour le chiisme.

  »Ali, cousin de Muhammad et son gendre, fait partie des Ahl al Bayt – les gens de la « demeure » – sous-entendu la famille du Prophète. Celle-ci tient une place de haut rang dans la tradition islamique. Ali a été le quatrième calife de l’islam (656-661) et il est considéré par les chiites comme leur premier imam. » Cela dit, est ce que le pape élu par un collége de cardinaux, chez les Catholiques, ne personnifie point une telle continuité? 

En tout état de cause,l’idée était bien de faire de ce « temps de Jésus » un événement tout à fait exceptionnel qui devrait rester dans les mémoires, par le biais des Evangiles de Jésus racontées par quatre  témoins « selon Mathieu, selon Marc, selon Luc, selon Jean », ce qui était une façon ingénieuse de contrer l’idée de « peuple élu » puisqu’avec Jésus tout était déjà joué. Alea jacta est A personnage exceptionnel,  époque exceptionnelle..

 

 

 

 

 

 

. JHB  28 02 24 

Publié dans leaders, théologie | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Sociolinguistique. La pratique des diminutifs dans la culture saxonne et germanique

Posté par nofim le 28 février 2024

jacques  Halbronn  Sociolinguistique. La pratique des diminutifs dans la culture saxonne et germanique. 

En France, de nos jours s’est perdue l’usage des diminutifs  alors qu’ailleurs, elle sévit comme le montre, notamment, le prénom des acteurs que l’on ne relie pas forcément à un prénom  dûment repertorié. Nos « diminutifs’ tendraient plutôt à rallonger: Marco, Pierrot, Jeannot, Jacquot. En Russie, on trouve Sacha pour Alexander, Macha pour Maria, Natacha pour Natalia

En voici une liste non exhaustive; 

Tom pour Thomas  Don pour Donald,  Rod pour Rodolph,  Pete pour Peter, Val pour Valentin, Alex pour Alexander, Fred pour Fredericn Jerry pour Gerald, Eddie pour Edward, Jo pour Joseph, Ray pour Raymond, Gene pour Eugene, Ron pour Ronald, Al pour Albert,   Steve pour Stephen, Dave pour David,  Dan pour Daniel,Stan pour Stanley, Dick pour Richard, Bob pour Robert, Liz  pour Elizabeth,  Kate pour Catherine et dans le monde germanophone, Fritz pour Friedrich, Rudi pour Rudolph,  Adi  pour Adolf etc . 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB   28 02 24

Publié dans LINGUISTIQUE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Sociolinguistique du français. Remplacer le suffixe anglais « ship » par « rie »: Chefferie au lieu de leadership.

Posté par nofim le 27 février 2024

 

Jacques  halbronn  Sociolinguistique  du français   Remplacer le suffixe   anglais  « ship » par « rie » Chefferie au lieu  de leadership. 

 

 

Nous proposons d’abandonner le terme barbare  si usité de nos jours  de  « leadership »  par  celui de  « chefferie », existant mais utilisé de façon restreinte, notamment par les ethnologues.

Sur  Internet

 CHEFFERIE, subst. fém. Circonscription territoriale placée sous les ordres d’un officier du génie ou d’un inspecteur des eaux et forêts. 
Cela rejoindrait toute une série de mots français  se terminant en « rie »  comme  artillerie, infanterie, boulangerie, boucherie, patisserie, loteri, trompertie, ingéniérie; librairie, machinerie, herboristerie,  loterie, tuerie, mairie, crémerie, féérie
  et tant d’autres.
L’anglais a d’ailleurs intégré le « rie »  avec « factory » (au pluriel  factories), bakery, butchery, »fairy »  (de faerie) . L’allemand a la finale « rei »  qui dérive du « rie » comme   Bücherei, Konditorei.
Par ailleurs le  français chef  aura été emprunté par l’anglais avec « chief », l’espagnol  avec « jefe » Quant à l’allemand, il emploie carrément, »chef »  dans Sektionschef.
JHB 27 02 24

Publié dans leaders, LINGUISTIQUE, psychosociologie | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Ezékiel XV : La notion de « fils de Yahwé » et de « fils d’Adam »

Posté par nofim le 26 février 2024

 Jacques  Halbronn  Ezékiel  XV : La notion de  « fils de Yahwé » et de « fils d’Adam »

Au  chapitre  15 du Livre d’Ezékiel, on trouve deux mentions qui nous interpellent, celle de « Fils d’Adam », générallement traduite par  » Fils de l’Homme », ce qui n’aurait pas beaucoup de sens  alors que l’original hébreu est « Ben Adam) 

 

EZEKIEL   XV

יג וַיְהִי דְבַר-יְהוָה, אֵלַי לֵאמֹר.  13 La parole de l’Eternel me fut adressée en ces termes:
יד בֶּן-אָדָם–הִנָּבֵא וְאָמַרְתָּ, כֹּה אָמַר אֲדֹנָי:  אֱמֹר, חֶרֶב חֶרֶב הוּחַדָּה וְגַם-מְרוּטָה.  14  »Fils d’Adam, prophétise et dis: Ainsi parle le Seigneur: Dis qu’une épée, une épée a été aiguisée et polie.
טו לְמַעַן טְבֹחַ טֶבַח הוּחַדָּה, לְמַעַן-הֱיֵה-לָהּ בָּרָק מֹרָטָּה; אוֹ נָשִׂישׂ, שֵׁבֶט בְּנִי מֹאֶסֶת כָּל-עֵץ.  15 C’est pour procéder à la tuerie qu’elle a été aiguisée, c’est pour qu’elle jette des éclairs qu’elle a été polie. Ou se peut-il que nous connaissions encore la joie? La verge qui frappe mon fils (Beni) voit avec dédain tout instrument de bois.
טז וַיִּתֵּן אֹתָהּ לְמָרְטָה, לִתְפֹּשׂ בַּכָּף; הִיא-הוּחַדָּה חֶרֶב וְהִיא מֹרָטָּה, לָתֵת אוֹתָהּ בְּיַד-הוֹרֵג.  16 Il l’a donnée à polir pour qu’on la saisisse par la main; on l’a aiguisée, l’épée, et on l’a polie pour la mettre en la main du meurtrier.
יז זְעַק וְהֵילֵל, בֶּן-אָדָם–כִּי-הִיא הָיְתָה בְעַמִּי, הִיא בְּכָל-נְשִׂיאֵי יִשְׂרָאֵל; מְגוּרֵי אֶל-חֶרֶב הָיוּ אֶת-עַמִּי, לָכֵן סְפֹק אֶל-יָרֵךְ.  17 Crie et lamente-toi, fils d’ Adam), car cette épée a sévi sur mon peuple, elle a sévi sur tous les princes d’Israël; ils ont été livrés à l’épée avec mon peuple, c’est pourquoi frappe-toi la hanche.

 

On retrouve une telle formule dans le Nouveau Testament à propos de Jésus.  Mais une autre expression, dans ce même chapitre d’Ezékiel, ne saurait être ignorée  au verset 15,  où Yahwé parle de son fils (Beni: mon  fils) et l’on connait la fortune de celle-ci pour le Christianisme ( Theoû Uiós 

 

Sur  Internet : 

« En grec ἸΧΘΥΣ / ichtús est un acronyme pour « Ἰησοῦς Χριστὸς Θεοῦ Υἱός, Σωτήρ / Iēsoûs Khristòs Theoû Uiós Sōter », soit « Jésus-Christ, Fils de Dieu, [notre Sauveur] Que signifient donc dans le livre d’Ezékiel ces deux formules « Fils d’Adam »  et « Fils de Yahwé ».? Rappelons que dans l’Evangile de Luc, la généalogie de Jésus aboutit à ces celles-ci. Il est fils d’Adam  et Adam  est fils de Dieu. Selon nous, il s’agit là su déroulé  de la  dynastie  des Hébreux , à distinguer tout à fait de celle des Enfants d’Israel, cette dynastie qui dominera les  Beney Israel jusqu’au Schisme survenu à la mort du roi Salomon au Xe siècle avant JC..

. On trouve également  la formule « mon peuple » dans ce même chapitre XV mise dans le Livre de l’Exode dans la bouche de Moîse, ce qui ne signifie nullement que Moise avait pour peuple les Enfants d’Israel et lors de l’épisode du Veau d’Or,  Moise est assimilé à un personnage étranger dont on se méfie. « celui-ci, Moïse, l’homme (Ish) qui nous a fait sortir du pays d’Égypte, nous ne savons ce qu’il est devenu. »

 

Exode  32

 

א וַיַּרְא הָעָם, כִּי-בֹשֵׁשׁ מֹשֶׁה לָרֶדֶת מִן-הָהָר; וַיִּקָּהֵל הָעָם עַל-אַהֲרֹן, וַיֹּאמְרוּ אֵלָיו קוּם עֲשֵׂה-לָנוּ אֱלֹהִים אֲשֶׁר יֵלְכוּ לְפָנֵינוּ–כִּי-זֶה מֹשֶׁה הָאִישׁ אֲשֶׁר הֶעֱלָנוּ מֵאֶרֶץ מִצְרַיִם, לֹא יָדַעְנוּ מֶה-הָיָה לוֹ.  1 Le peuple, voyant que Moïse tardait à descendre de la montagne, s’attroupa autour d’Aaron et lui dit: « Allons! fais-nous un dieu qui marche à notre tête, puisque celui-ci, Moïse, l’homme (Ish) qui nous a fait sortir du pays d’Égypte, nous ne savons ce qu’il est devenu. »

JHV  26 02 24

 

« 

Publié dans Bible, théologie | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Le conflit Israel -Hamas est interétatique et non génocidaire.

Posté par nofim le 26 février 2024

jacques  halbronn  Le conflit Israel -Hamas est interétatique et non génocidaire. 

Les événements liés au 7 octobre 2023 et à la réplique israélienne doivent absolument être placés et situés dans le cadre d’un conflit interétatique, par delà la question de l’existence ou de la reconnaissance de deux Etats car, en pratique, c’est bien d’une telle relation qu’il s’agit et le mot « génocide »  aura été utilisé, de part et d’autre, faute de vouloir utiliser le mot Etat lequel fait probléme dans les deux camps. 

Ce qui distingue notamment ce qui s’est passé depuis cette date du phénoméne « holocauste-Shoah » tient au fait que certaines autorités aient voulu et soient peu ou prou parvenus à isoler la population juive tant au sein des territoire occupés qu’au sein du territoire national allemand.

Dans l’affaire israélo palestinienne, il faut parler de pertes, de dommages subis par les populations civiles parallélement à ceux infligés aux membres des armées en présence et là encore, il conviendra de ne pas ergoter sur les définitions.  Les victimes du 7 octobre ont  été visées du fait de leur présence sur un certain sol tout comme celles qui ont suivi dans la Bande de Gaza, étant entendu que ce qui s’est passé à cette date équivaut, de toute façon,  à un acte de guerre, à un casus belli. De même, les victimes de la période qui suivra sont impactées par leur présence sur un certain territoire, celui d’un Etat ennemi, même si le mot Etat peut faire probléme accessoirement. 

Cela dit, que penser de la position de Mahmoud Abbas à propos de la présence de Juifs au sein d’un Etat palestinien ? 

 

Sur Internet

“…PAS DE JUIF NI D’ISRAÉLIEN PARMI NOUS …”(MAHMOUD ABBAS AU CAIRE SEPTEMBRE 2010) « Je suis disposé à accepter un tiers parti comme l’OTAN, pour contrôler l’exécution de l’accord, mais je n’accepterais pas des juifs parmi les forces de l’OTAN, ou que l’un d’entre eux vive parmi nous. Je ne veux d’aucun israélien sur le territoire palestinien ». WAFA.  

 Une telle façon d’isoler les Juifs  au sein d’un ensemble, quel qu’il soit,  justifie virtuellement  l’éventualité d’un   génocide puisque c’est là une volonté de déconstruire un Etat Nation, caractérisé par des frontières et non par des considérations raciales ou religieuses. Rappelons qu’en Israel existe une minorité arabe appréciable, ce qui devrait avoir son pendant au sein d’un Etat palestinien. La résolution  181  de l’ONU  de 1947 évoque bien l’existence d’une majorité cohabitant avec une minorité, au sein de chaque Etat issu de la Palestine mandataire – sans envisager de déplacement de population dans un sens ou dans l’autre, tout comme  la Déclaration Balfour de 1947 quant à l’établissement d’un Foyer Juif en Palestine. Mais de fait, le monde arabe rejettera ce plan de « partition »

 

JHB 26 02 24

Publié dans judaîsme, POLITIQUE, RELIGION | Pas de Commentaire »

jacques halbronnn la Vierge dans isaie vii

Posté par nofim le 25 février 2024

 jacques  halbronnn   la Vierge  dans isaie vii 

Isaïe – Chapitre 43 - יְשַׁעְיָהוּ

 

א וְעַתָּה כֹּה-אָמַר יְהוָה, בֹּרַאֲךָ יַעֲקֹב, וְיֹצֶרְךָ, יִשְׂרָאֵל:  אַל-תִּירָא כִּי גְאַלְתִּיךָ, קָרָאתִי בְשִׁמְךָ לִי-אָתָּה.  1 Or maintenant, ainsi a parlé l’Eternel, ton Créateur, ô Jacob, ton Auteur, ô Israël! Ne crains rien car je vais te libérer; je t’ai appelé par ton nom, tu es à moi!

 

 

 Isaie  40

ט עַל הַר-גָּבֹהַּ עֲלִי-לָךְ, מְבַשֶּׂרֶת צִיּוֹן, הָרִימִי בַכֹּחַ קוֹלֵךְ, מְבַשֶּׂרֶת יְרוּשָׁלִָם; הָרִימִי, אַל-תִּירָאִי, אִמְרִי לְעָרֵי יְהוּדָה, הִנֵּה אֱלֹהֵיכֶם.  9 Monte sur une montagne élevée, porteuse de bonnes nouvelles (Bessora) pour Sion, élève ta voix avec force, messagère de Jérusalem! Elève-la sans crainte, annonce aux villes de Juda: « Voici votre Dieu! »

mathieu I 

22 Tout cela est arrivé pour que soit accomplie la parole du Seigneur prononcée par le prophète ( isaie)

23 Voici que la Vierge concevra, et elle enfantera un fils ; on lui donnera le nom d’Emmanuel, qui se traduit : « Dieu-avec-nous »

 

Evagile Mahieu

יד לָכֵן יִתֵּן אֲדֹנָי הוּא, לָכֶם–אוֹת:  הִנֵּה הָעַלְמָה, הָרָה וְיֹלֶדֶת בֵּן, וְקָרָאת שְׁמוֹ, עִמָּנוּ אֵל.  14 Ah certes! Le Seigneur vous donne de lui-même un signe: Voici, la jeune femme (Alma) est devenue enceinte, elle va mettre au monde un fils, qu’elle appellera Immanouel.

Publié dans Bible | Pas de Commentaire »

Jacques halbronn Jacob, le Veau d’Or, Beth El et le Royaume d’Israel

Posté par nofim le 25 février 2024

Jacques halbronn    Jacob, le Veau d’Or,  Beth El  et le Royaume d’Israel   

 

Le Pentateuque   aura été largement impacté par les tenants de la cause « israélite », laquelle ne se limite nullement à l’existence du Royaume d’Israel, tant avant se création qu’après sa dissolution. C’est ainsi que dans le livre de la Genése, l’on trouve des références à Israel autour du personnage de Jacob ainsi qu’à Bethel, puisque Abraham et Jacob vont y passer. 

 Jacob devient Israel et cela est mentionné à deux reprises,  ce qui semble quelque peu redondant:

Genése  32

כז וַיֹּאמֶר שַׁלְּחֵנִי, כִּי עָלָה הַשָּׁחַר; וַיֹּאמֶר לֹא אֲשַׁלֵּחֲךָ, כִּי אִם-בֵּרַכְתָּנִי.  27 Il dit: « Laisse moi partir, car l’aube est venue. » Il répondit: « Je ne te laisserai point, que tu ne m’aies béni. »
כח וַיֹּאמֶר אֵלָיו, מַה-שְּׁמֶךָ; וַיֹּאמֶר, יַעֲקֹב.  28 Il lui dit alors: « Quel est ton nom? » Il répondit: « Jacob. »
כט וַיֹּאמֶר, לֹא יַעֲקֹב יֵאָמֵר עוֹד שִׁמְךָ–כִּי, אִם-יִשְׂרָאֵל:  כִּי-שָׂרִיתָ עִם-אֱלֹהִים וְעִם-אֲנָשִׁים, וַתּוּכָל.  29 Il reprit: « Jacob ne sera plus désormais ton nom, mais bien Israël; car tu as jouté contre des puissances célestes et humaines et tu es resté fort. »

                                    Genése  35

 וַיֹּאמֶר-לוֹ אֱלֹהִים, שִׁמְךָ יַעֲקֹב:  לֹא-יִקָּרֵא שִׁמְךָ עוֹד יַעֲקֹב, כִּי אִם-יִשְׂרָאֵל יִהְיֶה שְׁמֶךָ, וַיִּקְרָא אֶת-שְׁמוֹ, יִשְׂרָאֵל.  10 Dieu lui dit: « Tu te nommes Jacob; mais ton nom, désormais, ne sera plus Jacob, ton nom sera Israël »; il lui donna ainsi le nom d’Israël »
יא וַיֹּאמֶר לוֹ אֱלֹהִים אֲנִי אֵל שַׁדַּי, פְּרֵה וּרְבֵה–גּוֹי וּקְהַל גּוֹיִם, יִהְיֶה מִמֶּךָּ; וּמְלָכִים, מֵחֲלָצֶיךָ יֵצֵאוּ.  11 Et Dieu lui dit: « Je suis le Dieu tout puissant: tu vas croître et multiplier! Un peuple, un essaim de peuples naîtra de toi et des rois sortiront de tes entrailles.
יב וְאֶת-הָאָרֶץ, אֲשֶׁר נָתַתִּי לְאַבְרָהָם וּלְיִצְחָק–לְךָ אֶתְּנֶנָּה; וּלְזַרְעֲךָ אַחֲרֶיךָ, אֶתֵּן אֶת-הָאָרֶץ.  12 Et le pays que j’ai accordé à Abraham et à Isaac, je te l’accorde et à ta postérité après toi je donnerai ce pays. »

  Dans le cas de Bethel, rappelons que les frontières du Royaume d’Israel s’y réferent 

1 Rois 12.29 

Jacques halbronn    Jacob, le Veau d'Or,  Beth El  et le Royaume d'Israel dans Bible
כז אִם-יַעֲלֶה הָעָם הַזֶּה, לַעֲשׂוֹת זְבָחִים בְּבֵית-יְהוָה בִּירוּשָׁלִַם, וְשָׁב לֵב הָעָם הַזֶּה אֶל-אֲדֹנֵיהֶם, אֶל-רְחַבְעָם מֶלֶךְ יְהוּדָה; וַהֲרָגֻנִי, וְשָׁבוּ אֶל-רְחַבְעָם מֶלֶךְ-יְהוּדָה.  27 Si ce peuple monte à Jérusalem pour y offrir des sacrifices dans la maison de Dieu, il se reprendra d’amour pour son maître, pour Roboam, roi de Juda; on me tuera, et l’on reviendra à Roboam, roi de Juda. »
כח וַיִּוָּעַץ הַמֶּלֶךְ–וַיַּעַשׂ, שְׁנֵי עֶגְלֵי זָהָב; וַיֹּאמֶר אֲלֵהֶם, רַב-לָכֶם מֵעֲלוֹת יְרוּשָׁלִַם–הִנֵּה אֱלֹהֶיךָ יִשְׂרָאֵל, אֲשֶׁר הֶעֱלוּךָ מֵאֶרֶץ מִצְרָיִם.  28 Après en avoir délibéré, le roi fit faire deux veaux d’or et dit au peuple: « Assez longtemps vous avez monté à Jérusalem! Voici tes dieux, Israël, qui t’ont tiré du pays d’Egypte! »
כט וַיָּשֶׂם אֶת-הָאֶחָד, בְּבֵית-אֵל; וְאֶת-הָאֶחָד, נָתַן בְּדָן.  29 Il en mit un à Béthel, et plaça l’autre à Dan.

Sur Internet 

« Béthel est lié dans la Bible au passage des patriarches Abraham et Jacob sur ce lieu : Abraham y construit un autel, tandis que Jacob s’y endort et rêve de l’échelle de Jacob, une échelle parcourue par des anges qui s’élève jusqu’au ciel. »

C’est, comme par hasard, à Bethel que Jacob  reçoit le surnom d’Israel.  En ce qui concerne la construction d’un Veau d’Or, dans le Livre de l’Exode,  une telle référence n’est probablement pas fortuite. C’est d’ailleurs un acte de méfiance à l’encontre de l’Hébreu Moïse que cela a lieu;

 

 

Exode  32

א וַיַּרְא הָעָם, כִּי-בֹשֵׁשׁ מֹשֶׁה לָרֶדֶת מִן-הָהָר; וַיִּקָּהֵל הָעָם עַל-אַהֲרֹן, וַיֹּאמְרוּ אֵלָיו קוּם עֲשֵׂה-לָנוּ אֱלֹהִים אֲשֶׁר יֵלְכוּ לְפָנֵינוּ–כִּי-זֶה מֹשֶׁה הָאִישׁ אֲשֶׁר הֶעֱלָנוּ מֵאֶרֶץ מִצְרַיִם, לֹא יָדַעְנוּ מֶה-הָיָה לוֹ.  1 Le peuple, voyant que Moïse tardait à descendre de la montagne, s’attroupa autour d’Aaron et lui dit: « Allons! fais-nous un dieu qui marche à notre tête, puisque celui-ci, Moïse, l’homme (Ish) qui nous a fait sortir du pays d’Égypte, nous ne savons ce qu’il est devenu. »

 Le récit consacré aux fils de Jacob-Israel est une invention qui entend faire croire qu’ Hébreux et Israélites auraient une seule et même origine et  le Schisme  déconstruit  une telle présentation:

1 Rois 12:16 

  

 

ז וַיַּרְא כָּל-יִשְׂרָאֵל, כִּי לֹא-שָׁמַע הַמֶּלֶךְ אֲלֵהֶם, וַיָּשִׁבוּ הָעָם אֶת-הַמֶּלֶךְ דָּבָר לֵאמֹר מַה-לָּנוּ חֵלֶק בְּדָוִד וְלֹא-נַחֲלָה בְּבֶן-יִשַׁי לְאֹהָלֶיךָ יִשְׂרָאֵל, עַתָּה רְאֵה בֵיתְךָ דָּוִד; וַיֵּלֶךְ יִשְׂרָאֵל, לְאֹהָלָיו.  16 Les Israélites, voyant que le roi ne les avait point écoutés, lui firent cette réponse: « Quelle part avons-nous de David? Quelle communauté (Heleq) de possession avec le fils de Jessé? A tes tentes, ô Israël! Pourvois désormais à ta maison, David! » Et Israël rentra dans ses tentes.

 

 

JHB 26 02  24

 

Publié dans Bible, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

123456
 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs