• Accueil
  • > Archives pour février 2024

jacques halbronn La fin de l’Etat d’Israel ne mettrait pas fin à l’antijudaisme

Posté par nofim le 24 février 2024

jacques  halbronn  La fin de l’Etat d’Israel ne mettrait pas fin à l’antijudaisme   

 

L’Etat d’Israel rassemble de facto non pas les Hébreux mais les Israélites car en tout etat de cause, les Hébreux sont très peu nombreux car ils ont une forte productivité. Ils peuvent tel un Moise ou un Jésus prendre le pouvoir auprès des Israélites lesquels ont besoin d’eux. Avant la création de l’Etat d’Israel en 1947-48  et même avant la Déclaration Balfour de 1917, l’antijudaisme était en place depuis longtemps. Que l’on songe à l’Affaire Dreyfus à partir de 1894  qui embrasa la société française  et la cause de la Shoah n’avait rien à voir avec le monde arabo-musulma,(cf notre ouvrage Le sionisme et ses avatars au tournant du XXe siècle  2002)  Herzl, dans son Etat Juif. Essai d’une solution moderne de la question juive, n’envisageait d’ailleurs pas que toues les Juifs (toutes catégories confondues) puissent ou doivent y résider et visait surtout les Juifs de l’Europe centrale et orientale.. Ce qui correspondait à un clivage majeur entre Juifs grégaires, vivant les uns sur les autres (shtetl, ghetto) et les Juifs occupant des positions dominantes au sein de sociétés non juives. Finalement,  l’Etat d’Israel avant et après sa création  était-il autre chose qu’un énorme ghetto voire une sorte de Masada?

  wikipedia

«  Dressée sur un éperon rocheux, Masada est une forteresse naturelle d’une beauté majestueuse qui domine la mer Morte en plein désert de Judée. Symbole de l’ancien royaume d’Israël et de sa destruction brutale, elle fut la dernière poche de résistance des patriotes juifs face à l’armée romaine, en 73 de notre ère. »

  En ce qui concerne les rapports entre Hébreux et Israélites, ils sont loin d’être paisibles car les Hébreux ont vocation à dominer et entrainer  les Israélites. Parmi les leaders israéliens, il y a d’ailleurs  certainement une élite dirigeante  hébraique. Pour les Hébreux, la question israélienne se pose  tout autant que la « question  juive ». Ce qui se joue en Israel peut fort bien, d’une façon ou d’une autre, se répercuter sur les Hébreux en diaspora en raison de la presence massive d’arabo-musulmans en France et ailleurs avec l’éventualité d’une alliance antijuive  entre Chrétiens et Musulmans.  On trouve dans le Pentateuque divers passages qui témoignent de tensions entre Hébreux et Fils d’Israel, à commencer par le livre de l’Exode.Certains continuent à associer la Sortie d’Egypte à Moïse mais cela ne signifie pas que le peuple sorti d’Egypte soit celui de Moïse, ce dernier ne faisant qu’éxécuter les ordres de Yahwé  en faveur de « son » peuple. La dynastie qui va régner en Terre de Canaan est hébraique mais l’on sait qu’à la mort de Salomon, cette dynastie sera rejetée massivement, seule Jérusalem et ses environs restant en son pouvoir. On pense à Charles VII, le « roi de Bourges » du temps de Jeanne  d’Arc.

La mission des Hébreux ne dépend nullement du sort de l’Etat d’Israel. Elle consiste à suivre le « scénario » du plan divin, les Hébreux ayant les moyens intellectuels  de  veiller à son intégrité. On pense aux grands Juifs diasporiques que furent Karl Marx, Sigmund Freud ou  Albert Einstein. Le dieu des Hébreux n’est pas le dieu auteur de tout ce qui existe dans l’univers, c’est un dieu qui se focalise uniquement sur notre Humanité  et en ce sens, Jésus incarne bel et bien le type  Hébreu alors que les Chrétiens adorent un dieu universel, de façon  schizophrénique, sans se rendre compte que cela ne correspond pas  au message de Jésus qui se veut « Fils d’Adam (et non Fils de l’Homme) et fils de Dieu « (cf l’Evangile selon Luc) Il importe donc absolument que les Hébreux revendiquent Jésus comme étant l’un des leurs au même titre que Moîse, en précisant que les peuples qu’ils ont conduit n’étaient pas leurs peuples, mais ceux dont ils avaient la charge au nom d’un certain Dieu se présentant sous le nom de Yahwé (Exode III) Ce dieu d’Abraham, Isaac et Jacob qui est-il d’ailleurs? Celui des Hébreux ou celui des Enfants d’Israel? Ce dieu qui s’adresse,  dans ce sens, parle de « son « peuple. Mais l’on sait que le Pentateuque est bien plus l’oeuvre des Enfants d’Israel que celle des Enfants d’Adam. Les enfants de Jacob sont d’ailleurs présentés comme étant  pour partie d’entre eux nés du ventre d’une esclave, ce qui vaut aussi pour Ismaêl.

Il nous semble que la situation politique actuelle serait propice à une certaine clarification visant à distinguer les Hébreux (avec Moise et Jésus) des Beney Israel. D’ailleurs, le choix même du nom d’Israel pour désigner le nouvel Etat en 1948  est assez révélateur.  En pratique, l’on sait que l’existence d’un Foyer Juif en Palestine n’aura  finalement que médiocrement contribué au salut des Hébreux en Europe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 JHB 24 02 24

Publié dans Juifs | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Sémiologie. Les marqueurs sensoriels et la crise du couple. Le choc des ças et des surmois.

Posté par nofim le 24 février 2024

jacques  halbronn Sémiologie. Les marqueurs sensoriels et la crise  du couple.  Le choc des ças et des surmois   

 

Les topiques sensorielles sont en mesure d’impacter la vie des couples selon un processus de cercle vicieux en ce sens que la réaction de l’un provoquera un choc en retour.. Celui ou celle qui se scandalise du fait de tel ou tel agissement de son/sa partenaire risque fort de scandaliser  l’autre partie à son tour en sur-réagissant.(over react Prenons le cas d’un homme qui choquerait sa conjointe en se goiufrant devant elle en une sorte d’ubris. Si celle-ci exprime son « rejet » par des paroles  outrées, la boucle est, comme on dit, bouclée. On assiste ici au choc entre le ça de la « bouffe » de l’homme et le surmoi de la femme suivi  du ça de la femme qui ne contrôle pas les conséquences de ses mots  face au surmoi de l’homme qui n’apprécie guère certaines dérives.

Par ‘marqueurs sensoriels »,  nous entendons des comportements significatifs d’une appartenance à tel ou tel sexe et qui garantissent leur séparation, leur éloignement  au delà d’un certain degré de tension. En ce sens, ces marqueurs servent de garde fou pour éviter toute confusion des genres car chassez le naturel, il revient au galop, tant pour ce qui est du ça que du Surmoi  car quelque part le Surmoi  est une sorte de ça inversé, aussi peut dominé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB 24 02  24

Publié dans FEMMES, psychosociologie | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Linguistique. Tout ce qui est écrit n’a pas à être prononcé.

Posté par nofim le 24 février 2024

jacques  halbronn Linguistique.  Tout ce qui est écrit n’a pas à être prononcé mais parfois l’écrit n’est pas fiable

 

Il faut insister sur le fait que l’accent placé sur le « é » est un pis aller à l’adresse des locuteurs qui n’auraient pas compris les codes de prononciation du  français. C’est notamment le cas de la lettre « s » souvent condamnée à rester muette quand placée  après un  « e ». C’est ainsi que découvrir, devait- et devrait-  s’écrire  « descouvrir », ce qu’atteste l’emprunt anglais qui donne « discover » et discovery, le  « des »  devenant « dis ». En évacuant le « s », c’est le lien étymologique du français avec l’anglais qui s’efface. Or, pour nous,  la transparence etymologique est la marque de la santé d’une langue au travers, au prisme  de ses dérivés et de ses emprunts. Il est évident, de surcroit, que toute introduction d’un emprunt dans une langue compromet ipso facto  sa fluidité. Cela dit, quand une langue perd le souvenir de ses codes de prononciation, elle se met en danger. Ce n’est pas seulement, contrairement à ce que beaucoup de locuteurs croient bon d’affirmer, la lettre e  qui produit la prononciation de la consonne qui la précéde mais bien les 4 voyelles, en sus, le I (J), le O, le U (V) et le A. (ce qui peut donner Jéovah, une des lectures du tétragamme comme nom de dieu=: on trouve certes à partir de « grand », ‘grande mais aussi agrandir, à partir de « tout », toute mais aussi total.  Ces 4 voyelles relaient éventuellement le « e » et dans le cas du participe passé, on trouve « écrit »  et écrite à côté de chanté (initialement chanted, comme l’atteste une fois  de plus l’emprunt anglais Or, le français  chanté  doit se contenter d’un e supplémentaire au lieu de « chantede », tout comme entrée  qui devrait en   fait être entred, d’où entrede (en espagnol qui n’a jamais perdu sa consonne « d », d’où  » entrada » « encantado  au lieu du  français « enchanté)  On voit qu’en français, le reméde de l’accent  aura été pire que le mal!. . On notera que la forme « des » se prononcé dé devant une consonne (déranger,  défaire, dégradé, détromper,  démystifier) mais reste « des » devant une voyelle: ( désorganisé, désoeuvré, désorienté, désemparé. désequilibre)  Dans le cas de l’anglais  disappear, il s’agit d’une contraction du français désapparaitre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

. JHB 25 02 24

Publié dans LINGUISTIQUE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Astrologie et théologie. Le modéle de l’Apocalypse de Jean selon Eric Denimal

Posté par nofim le 23 février 2024

jacques  halbronn Astrologie et théologie.  Le modéle de l’Apocalypse de Jean selon Eric Denimal, 

 

 

Dans son ouvrage La Bible pour les nuls (Ed First, 2006) l’auteur  formé à la théologie, use, selon nous, de formules heureuses (pp  344 et seq)

« L’aigle survol sa zone en faisant des cercles concentriques  envisageant ainsi  le sol de haut, de plus  en plus haut. Il élargit son champ de vision (;.) Il ne voit pas  le futur  de façon linéaire mais de  façon  circulaire et concentrique. L’Histoire n’est qu’une spirale, rien de nouveau sous le Soleil disait  déjà l’Ecclésiaste. »

« Les scénes prophétiques des chapitres 4-19   (…) reprennent  et soulignent plutôt les mêmes principes agissant tout au long de l’Histoire, les choses se répétant sans cesse » Cela recoupe assez bien notre représentation cyclique du monde. Pour nous, le plan divin est la détermination dès l’origine de sa mise en oeuvre d’un modéle immuable  mais  qui ne l’est que parce qu’il comporte une alternance de périodes de durée fixée une fois pour toutes, ce qui n’implique aucune intervention ultérieure de ce dieu qui n’est pas le dieu premier  mais une sorte de démiurge, donc de « fils de Dieu » se focalisant sur notre seule Terre et notre seul systéme solaire avec la Lune notre satellite dont la révolution autour de notre planéte s’inscrit dans la Loi de Bode, étant le tiers de la révolution de Mercure, la dite Lune ayant en outre les mêmes chiffres, astronomiquement, que Saturne, à savoir 28 jours/ans, ce qui divisé par 4 donne des périodes à base 7.

 

 

 

JHB 23 02 24

Publié dans ASTROLOGIE, théologie | Pas de Commentaire »

jacques halbronn La dualité du monde biblique

Posté par nofim le 23 février 2024

jacques  halbronn   La dualité du monde  biblique 

 

L’affirmation du « Ehad » dans le « Shéma Israel », cache, occulte en réalité une dualité  majeure:

 

Traduction française Transcription Texte original
4 Écoute, Israël, l’Éternel, notre Dieu, l’Éternel est UN. Chémâ, Israël, Ado-naï Elo-henou, Ado-naï Ehad’ שְׁמַע, יִשְׂרָאֵל: יְהוָה אֱלֹהֵינוּ, יְהוָה אֶחָד.

 Les premiers chapitres du Livre de l’Exode  sont traversés par une dualité que l’on retrouve dans le « Nouveau Testament » avec Jésus allant « évangéliser » la Galilée. La lecture de l’Exode met pourtant clairement en évidence l’existence de deux populations,  celle des Enfants d’Israel  et celle des Hébreux d’où  nait le Sauveur Moîse envoyé par  « Yahwé »  vers les Israélites (Exode III) et vers Pharaon avec ce message de Dieu  « Laisse partir mon peuple » Quand Moïse s’exprime ainsi, il n’est que le porte parole de Dieu, « mon peuple », c’est celui de Dieu et non de Moïse! Or, la plupart des commentateurs et des historiens entretiennent la confusion, plus ou moins délibérément.. Cette « terre promise », assez dérisoire,  est destinée aux Enfants d’Israel et non aux Hébreux dont un personnage emblématique est Joseph, l’Hébreu, qui occupera une position centrale dans le gouvernement de l’Egypte, ce qui correspond à un destin propre à la Diaspora parmi les nations dont Joseph serait le prototype. Opposition donc entre un destin collectif, celui des Beney Israel et une carrière individuelle, celle d’un Joseph descendant d’Abraham.Prendre conscience d’une telle dualité se révéle indispensable pour comprendre le Schisme qui se produira à la mort de Salomon tout comme la crucifixion de Jésus.  * Qu’est il donc arrivé aux Hébreux d’Egypte?  Il ne semble en tout cas pas qu’ils aient connu les mêmes tribulations que les Israélites/ On remarquera qu’une des plaies d’Egypte concernera la mort des premiers nés  égyptiens  et  que Moise, à sa naissance fut visé par une telle menace tout comme Jésus d’ailleurs, du temps d’Hérode, d’où la fuite de ses parents en….Egypte.  On peut penser que les Hébreux ne se  rendirent en Palestine qu’ils  conquèrirent, que bien après l’arrivée des Israélites  et qu’ils  s’y installèrent  avec le soutien des Egyptiens. En ce qui concerne le décret du Perse Cyrus (cf Ezra/Esdras I), il s’agit bien de rapatrier les Hébreux, descendants  de Juda et de Benjamin,  mettant fin à leur  » Captivité » babylonienne.  Mais l’on sait que dans (Deutéro) Isaie 45, ce sont les Enfants d’Israel qui profitent de la magnanimité du « messie »  Cyrus alors que leur Royaume du Nord  a  été dissous de longue date.

On peut se demander si une telle dualité  ne persiste pas avec les Hébreux en diaspora et les Israélites….en Israël;

 

 

Ezra – Chapitre 1 - עֶזְרָא


ב כֹּה אָמַר, כֹּרֶשׁ מֶלֶךְ פָּרַס–כֹּל מַמְלְכוֹת הָאָרֶץ, נָתַן לִי יְהוָה אֱלֹהֵי הַשָּׁמָיִם; וְהוּא-פָקַד עָלַי לִבְנוֹת-לוֹ בַיִת, בִּירוּשָׁלִַם אֲשֶׁר בִּיהוּדָה.  2  »Ainsi parle Cyrus, roi de Perse: L’Eternel, Dieu du ciel, m’a mis entre les mains tous les royaumes de la terre, et c’est lui qui m’a donné mission de lui bâtir un temple à Jérusalem, qui est en Judée.
ג מִי-בָכֶם מִכָּל-עַמּוֹ, יְהִי אֱלֹהָיו עִמּוֹ, וְיַעַל, לִירוּשָׁלִַם אֲשֶׁר בִּיהוּדָה; וְיִבֶן, אֶת-בֵּית יְהוָה אֱלֹהֵי יִשְׂרָאֵל–הוּא הָאֱלֹהִים, אֲשֶׁר בִּירוּשָׁלִָם.  3 S’il est parmi vous quelqu’un qui appartienne à son peuple, que son Dieu soit avec lui, pour qu’il monte à Jérusalem, qui est en Judée, et bâtisse le temple de l’Eternel, Dieu d’Israël, de ce Dieu qui réside à Jérusalem!

ה וַיָּקוּמוּ רָאשֵׁי הָאָבוֹת, לִיהוּדָה וּבִנְיָמִן, וְהַכֹּהֲנִים, וְהַלְוִיִּם; לְכֹל הֵעִיר הָאֱלֹהִים, אֶת-רוּחוֹ, לַעֲלוֹת לִבְנוֹת, אֶת-בֵּית יְהוָה אֲשֶׁר בִּירוּשָׁלִָם.  5 Alors s’apprêtèrent les chefs de famille de Juda et de Benjamin, les prêtres et les Lévites, tous ceux en qui Dieu avait éveillé le désir d’aller bâtir le temple de l’Eternel à Jérusalem.

 Herzl  (cf notre essai Le sionisme et ses avatars au tournant du XXe siècle,, 2022) n’entendait pas rassembler dans son Etat Juif l’ensemble du monde juif mais seulement ceux qui vivaient mal leur présence au sein, au milieu des nations, ce qui était notamment le cas des Juifs de l’Est de l’Europe et ceux là étaient probablement, les descendants des Israélites alors que les Juifs « assimilés » et occupant des fonctions diverses dans le monde non  Juif  seraient les descendants des Hébreux, suivant l’exemple d’un Joseph.

JHB  23 02 24

Publié dans Bible, Juifs | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Linguistique et Astrologie. La double fonction saturnienne du « e » en français et son lien avec le « sheva » de l’hébreu.

Posté par nofim le 22 février 2024

jacques  halbronn   Linguistique  et Astrologie    La double fonction saturnienne  du  « e » en français et son lien avec le « sheva » de l’hébreu.   

 

 

Entre le français et l’hébreu, il  y a des points communs mais le français semble mieux maitriser la problématique du « sheva » que l’hébreu.  Le statut de la lettre « e » en français nous semble plus élaboré, plus cohérent qu’en hébreu moderne. Le  rôle du  « e » français est pivotal, en ce sens que placé devant une consonne il l’occulte et placé après une consonne, il la renforce, ce qui correspond à un impact binaire que nous retrouvons en  astrologie  avec la planéte Saturne laquelle produit alternativement des effets opposés, tantôt de type « local », tantôt de type « global ». 

L’hébreu et le français se recoupent tout particulièrement dans le cas de l’infinitif.  En français, le futur se forme sur l’infinitif:manger, je mangerai. et le « e »  n’est pas censé se faire entendre, d’où une combinaison de consonnes:  « mang’rai » En hébreu, l’on passe du présent Kotev à l’infinitif  LiKhtov, avec un « e » muet ou sheva, là encore deux consonnes se retrouvent  jointes: Likh’tov. On retrouve le sheva hébreu lors du passage du masculin au féminin et au pluriel:  gadol (grand) donnera guedola  et guedolim. qu’il convient de prononcer  g’dola, g’dolim, ce qui permet un rééquilibrage en allégeant d’un côté le mot pour faire contre poids à l’addition propre au féminin et au pluriel. En français, nous trouvons  bon  et bonne, le « on » étant diphtongué  et  la diphtongue disparaissant au féminin où le « n » final s’entend alors qu’il est occulté au masculin. L’hébreu moderne ne pratique pas la diphtongaison et se sert du sheva.

En ce qui concerne l’allemand, on trouve un schéma formel assez proche:  ein  et eine comme le français  un  et une si ce n’est que la diphtongaison n’y est pas ou plus respectée et que la lettre  e  ne tient plus son rôle et se retrouve réduite, ravalée au statut de voyelle ordinaie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB 22 02 24

Publié dans LINGUISTIQUE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Le bon ordre astrologique détermine le « qui » et le « quand »

Posté par nofim le 22 février 2024

jacques  halbronn   Le bon  ordre  astrologique  détermine le « qui »  et le « quand »

 

Il est souhaitable que l’astrologie de demain expose clairement son champ d’application au lieu de laisser entendre que rien ne lui est  étranger. Le monde souffre de la défection de l’astrologie laquelle touche un peu à tout au hasard des questions qui lui sont posées. Il serait grand temps  de sortir d’une telle ornière! Le créneau privilégié  de l’astrologie nous semble être celui du  qui et du quand. Entendons par là la formule anglo-saxonne du Right man (qui?), at the right place, at the right time.(Quand), ce qui est la base de toute philosophie de l’alternance et renvoie au Livre de l’Ecclésaste. Il y a un temps pour chaque chose, ce qui est le contraire du « en même temps ».  L’esprit  de la démocratie  semble bien pourtant impliquer la conscience de l’alternance mais celle-ci reste lettre morte vu que cette alternance est réduite à une simple option et n’a pas été qualifiée structurellement et constitutionnellement. Pas de constitution viable, donc,  sans le support d’une anthtropocosomogie capable de fixer le « qui » et le « quand »!

Pour ce faire, cela implique une catégorisation  de la Société,  en  recourant à une certaine typologie binaire que nous avons associée au  cycle des saisons, soit une alternance des périodes équinoxiales et solsticiales mais non pas  sur la base  des luminaires ( Soleil Lune) mais à partir de la planéte Saturne (cf notre Astrologie selon Saturne) dont le cycle est de 28 ans, à rapprocher des 28 jours de la Lune. Nous distinguons les personnes qui ont l’esprit équinoxial de celles qui ont l’esprit solsticial, les unes étant dans le global et les autres dans le local.  Certes, chaque phase impose ses valeurs à toute l’Humanité, solsticialisée et équinoxialisée  de 7 ans en 7 ans. Mais il n’en reste pas moins  que nous perdons beaucoup de temps  et prenons beaucoup de retard avant de nous mettre à l’unisson. et cela a un coût! Tout se passe  comme si les gens étaient déboussolés et ne savaient pas à quel saint se vouer d’où une posture trop souvent adoptée du « tout, tout de suite »  qui ne laisse pas de temps au temps. 

La démocratie ne saurait, en effet, se concevoir sans une grille cyclique laquelle fixe ce qui doit être focalisé à tel moment et non à tel autre. La notion de nation et de peuple est concernée : il y a ceux qui ne jurent que par l’appel au peuple – ce sont les « solsticiaux » et ceux qui considérent qu’il est bon  de faire passer la fin du monde avant la fin du mois. Ce sont là des tensions bien connues et  il revient à l’astrologie, celle que nous qualifions d’EXOLS, d’arbitrer.

 

 

 

 

 

 

JHB 22 02 24

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

Jacques halbronn Le salut écologique passe par un renforcement de nos récepteurs sensoriels.

Posté par nofim le 22 février 2024

Jacques  halbronn Epistémologie.   Le salut écologique passe par un renforcement de nos récepteurs sensoriels.

 

On  a tendance à surinvestir le rôle des émetteurs extérieurs  alors qu’il conviendrait surtout de s’interroger sur la bonne gestion de nos récepteurs  personnels, organiques, marqués par une certaine forme de paresse,  amorçant  un cercle vicieux. Nous sommes confrontés à des tentations aliénantes comme de porter des lunettes pour « améliorer » la vision ou de oreillettes pour l’ouie, ce qui nous rendra dépendants d’appareils. De même, sur le plan  sensoriel inférieur (gout, odorat), on nous proposera le sel, le poivre, les sauces, le  sucre et tutti quanti au lieu que  d’affiner notre appareil  réceptif. 

Plus  généralement,.nous considérons les emetteurs comme responsables  de notre état alors que nous savons que nous ne pouvons capter qu’en fonction de la sensibilité de nos récepteurs. Bien pis, ce que nous qualifions d’émetteurs  ne le sont que parce que nous le voulons bien et que nous en avons, individuellement ou collectivement, décidé ainsi. C’est vrai, notamment, en astrologie  quand on cherche à établir une relation de cause à effet alors que c’est au niveau de l’équipement humain qu’il faut chercher, donc à celui du récepteur, de l’observateur. Dans le domaine du langage, on parle à juste titre de l’ »arbitraire du signe », simple convention qui nous oblige.   

Il faut comprendra que tel récepteur captera ce qui aura échappé à tel autre et l’on ne saurait nier un effet sous prétexte qu’il n’aura pas été ressenti par tous. On ne saurait  d’ailleurs prétendre modifier le champ  d’un récepteur donné  si l’on ne dispose pas d’une bio-technologie appropriée  permettant la mise en oeuvre d’une reprogrammation.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB  22 02 24

Publié dans ASTROLOGIE, psychosociologie | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Bible, Moïse et le peuple de Dieu. . L’énvoyeur, le messager, le message, le destinataire.

Posté par nofim le 22 février 2024

 

jacques  halbronn  Le Trito -Isaie  reféré dans l’Evangile selon Luc.

 

 

  La  référence au Livre du Prophéte Isaie chez  Luc  se  situe dans les chapitres additionnels – le  61é – au premier et au deuxiéme Isaie (Deutéro Isaie),désignés comme « Trito-Isaie ». Nous avons montré que le 45′ chapitre du Deutéro Isaie comportait une refonte de l’édit du  Perse Cyrus quant au retour des Hébreux déportés à Balbylone  en les remplaçant  anachroniquement par les Enfants d’Israel/ Ce Cyrus a  fort bien  pu servir de modéle pour camper le personnage de Moise  guidant  ceux ci vers la « Terre Promise ».

 

 

 

Le Troisième- ou Trito-Isaïe et autres auteurs d’après l’exil

 

‘Le ou les auteurs des chapitres LVI à LXVI se situent après l’exil ; le Temple est reconstruit et la communauté jérusalémite connaît une période de relâchement et de découragement. Les promesses divines tardent à se réaliser ; il s’ensuit diverses défaillances et une certaine inquiétude. Le message des continuateurs de l’école isaïenne, comme celui du prophète Malachie au Ve siècle, permet de comprendre combien une réforme du judaïsme se révèle nécessaire ; elle sera entreprise un peu plus tard par Esdras et Néhémie.’

 

 

 

Luc 4:17-21

 

« Et on lui (à  Jésus) remit le rouleau du livre du prophète Ésaïe. Il le déroula et trouva le passage où il est écrit: «L’Esprit du Seigneur est sur moi, il m’a consacré pour apporter la Bonne Nouvelle aux pauvres. Il m’a envoyé pour proclamer la délivrance aux prisonniers et le don de la vue aux aveugles, pour libérer les opprimés, pour annoncer l’année où le Seigneur manifestera sa faveur.» Puis Jésus roula le livre, le rendit au serviteur et s’assit. Toutes les personnes présentes dans la synagogue fixaient les yeux sur lui. Alors il se mit à leur dire: «Ce passage de l’Écriture est réalisé, aujourd’hui, pour vous qui m’écoutez.»

 

 

 

Isaïe – Chapitre 61 - יְשַׁעְיָהוּ

 

א רוּחַ אֲדֹנָי יְהוִה, עָלָי–יַעַן מָשַׁח יְהוָה אֹתִי לְבַשֵּׂר עֲנָוִים, שְׁלָחַנִי לַחֲבֹשׁ לְנִשְׁבְּרֵי-לֵב, לִקְרֹא לִשְׁבוּיִם דְּרוֹר, וְלַאֲסוּרִים פְּקַח-קוֹחַ. 1 L’esprit du Seigneur, de l’Eternel, repose sur moi, puisque l’Eternel m’a conféré la mission de porter un heureux message aux humbles; il m’a délégué pour guérir les cœurs brisés, pour annoncer la liberté aux captifs et la délivrance à ceux qui sont dans les chaînes;

 

JHB  21 02 24

Publié dans Bible, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn La décolonisation revient à couper des liens de part et d’autre; Le prisme astrologique.

Posté par nofim le 21 février 2024

jacques  halbronn   La décolonisation revient à couper des liens de part  et  d’autre . Le prisme astrologique.

 

 

  Quand on parle d’indépendance, on croit généralement que celui qui était occupé  serait parvenu à se libérer d’une emprise. Mais ne pourrait-on  penser l’inverse? Dans bien des cas, l’on note que de telles séparations sont  perçues comme salutaires chez ceux qui étaient qualifiés de « colonisateurs ». La colonisation est souvent une « patate chaude ». Prenons le cas de l’Algérie

 

Sur Internet à propos de De Gaulle :

« Acte de décès de l’Algérie française

Le tournant décisif intervient le 16 septembre 1959. Il proclame le principe du droit des Algériens à l’autodétermination, véritable acte de décès de l’Algérie française. Il a pris en compte la réalité du terrain algérien, l’image abîmée de la France à l’international, avec sa mise en accusation à l’Onu, et le basculement de l’opinion publique illustré par les « Paix en Algérie » qui fleurissent partout sur les murs en métropole.

« Il comprend que le monde est en train de changer et que ce qui compte, ce n’est plus l’Empire colonial mais la construction européenne et l’entrée dans le nucléaire« , souligne Sylvie Thénault. Celui qui a toujours pensé qu’il n’y a « pas de politique qui vaille en dehors des réalités » a tranché, jugeant que le jeu n’en vaut plus la chandelle.

« Pragmatique, il est arrivé à la conclusion que l’intérêt de la France, c’est la décolonisation« , estime M. Vaïsse, « et il ferme dès lors ce qu’il appelle la ‘boîte à chagrin’« .  Quant à l’Angleterre, elle fut très heureuse de transmettre le dossier palestinien à l’ONU 

 

Sur Internet

 » En 1937, sur fond de revendications d’indépendance et d’opposition à l’immigration, la population arabe se révolte. Le territoire entre alors dans un cycle de terrorisme et de violence, alimenté par les deux parties, qui n’a jamais pris fin. Le Royaume-Uni réfléchit à différents moyens d’amener ce territoire ravagé par la violence à l’indépendance et, en 1947, décide de confier le problème de la Palestine à l’Organisation des Nations Unies ».

et l’on peut aussi s’interroger sur  la Russie, laquelle a pu se sentir soulagée de ne plus avoir à se soucier de  Berlin en 1989..

 Sur  Internet:

« . Le pacte de Varsovie fut finalement dissous le 1er juillet 1991. A Moscou, le premier retrait, celui des troupes soviétiques d’Afghanistan en 1988-1989, avait été vécu comme un immense soulagement. »

En  fait, il importe  d’articuler toute forme d’ambiguité sur une réalité cyclique, ce qui laisse la possibilité de revirements périodiques comme on  a pu le voir avec Poutine.

Il nous semble, en tout cas, illusoire de présenter d’office  les guerres d’indépendance comme une victoire contre l’occupant, le colonisateur. Souvent,  ce sont d’autres enjeux, d’autres perspectives  qui ont pu se présenter, s’offrir et le maintien  du statu  quo a pu être jugé ne pas en valoir la chandelle.   

Astrologiquement, sur le mode EXOLS,  c’est ainsi que le passage en phase solsticiale, au bout de 7 ans de phase équinoxiale, aura conduit à privilégier le local  sur le global, soit un besoin de recentrage et donc justifier  un lâcher prise.  Inversement,  en phase équinoxiale, ce sont les populations conquises qui auront fait appel à l’envahisseur, perçu comme un « sauveur », comme une « divine surprise ». On aura noté que les colonisés  du fait de leur mimétisme peuvent tout à fait envisager de se substituer à leurs « colonisateurs » . En fait, le colonisé peut souvent être assimilé à un « pilleur », notamment lorsqu’il emprunte massivement à la langue  écrite, sinon orale, de son « colonisateur » comme ce fut  et reste le cas de l’anglo-américain (anglo-saxon) prétextant, en toute mauvaise foi, que de toute façon le français aurait  fait de même  avec le latin, en son temps.  Selon nous, le français est la super-langue qui unifie lexicalement l’ensemble des langues  en étant relayé pour ce faire par l’anglais qui roule pour lui. Mais à un certain stade, dans quelques décennies au plus tard, lorsque l’Humanité exigera plus de rigueur et de pureté l’anglais, langue bâtarde  s’il en est finira bien par être évacué.

 

 

 

JHB  21 02 24

Publié dans ASTROLOGIE, psychosociologie | Pas de Commentaire »

123456
 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs