• Accueil
  • > Archives pour février 2024

Jacques Halbronn La dimension dynastique des Juifs versus la version d’un Jésus, « fils unique de Dieu »

Posté par nofim le 20 février 2024

 

 Jacques  Halbronn   La dimension dynastique des Juifs  versus la version  d’un  Jésus, « fils unique de Dieu »   

Selon nous, le « plan divin » à l’adresse de notre Humanité ne pouvait dépendre du sort d’un seul homme, ce qui le rendrait vraiment bien précaire. A contrario,  les juifs constituent un ensemble qui aura traversé les âges et les siècles n’étant pas à la merci de quelque accident de parcours, comme la crucifixion et même la Shoah (holocauste) qui impacta plusieurs millions de personnes, n’aura pas empêché de poursuivre le cours  de l’Histoire/  On ne doit pas mettre tous ses oeufs dans un même panier…

En. ce  sens, ne pourrait-on parler d’un phénoméne  généalogique et dynastique?  La notion de dynastie est garante d’une continuité par delà  la mort  On pense à Henri IV qui succéde au Valois Henri III, sans descendance mâle alors qu’il n’est son parent qu’au 22e degré:

Sur Internet

  »Tant que les fils d’Henri II – Charles IX, Henri III et François d’Alençon, duc d’Anjou – n’ont pas d’héritiers mâles légitimes, Henri de Navarre est le seul héritier du trône en vertu de la loi salique. Descendant direct du sixième fils de Saint Louis, Robert de Clermont, il est en effet le plus proche parent du roi par ordre de primogéniture, alors même qu’il n’est son parent qu’au vingt-deuxième degré. Certes, le cardinal Charles de Bourbon, frère d’Antoine de Bourbon, est plus proche du roi d’un degré, mais il n’est que cadet de famille et n’a donc pas la préséance sur le fils aîné de son frère aîné »

On pourrait aussi mentionner la succession  de la couronne anglaise qui conduira à faire venir un successeur du Hanovre au  XVIIIe siècle. Il nous apparait que la formule dynastique est la plus sûre et on a du mal à croire que Jésus n’ait pas constitué une lignée alors que lui même est présenté(dans Mathieu et Luc) comme issu d’une longue lignée remontant à Adam, « fils de Dieu ». Au principe dynastique va se substituer celui de l’Eglise,  ce qui ne passe plus par le sang, l’hérédité.

 Mathieu 16:18-19 « Jésus dit : moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur ce roc je bâtirai mon Eglise »     Passons  au cas du roi David lequel s’inscrit dans  une lignée, celle de Jessé. Davif n »était nullement « fils unique »!

1 Samuel 16, 10-13

« Jessé présenta ainsi à Samuel ses sept fils, et Samuel lui dit : « Le Seigneur n’a choisi aucun de ceux-là. »
Alors Samuel dit à Jessé : « N’as-tu pas d’autres garçons ? » Jessé répondit : « Il reste encore le plus jeune, il est en train de garder le troupeau. » Alors Samuel dit à Jessé : « Envoie-le chercher : nous ne nous mettrons pas à table tant qu’il ne sera pas arrivé. »
Jessé le fit donc venir : le garçon était roux, il avait de beaux yeux, il était beau.
Le Seigneur dit alors : « Lève-toi, donne-lui l’onction : c’est lui ! »
Samuel prit la corne pleine d’huile, et lui donna l’onction au milieu de ses frères. L’Esprit du Seigneur s’empara de David à partir de ce jour-là. Quant à Samuel, il se mit en route et s’en revint à Rama ». En fait, selon nous,  le nom de Genése, conféré au premier Livre du Pentateuque ne fait sens que si l’on place le chapitre V en tête, renvoyant à la notion de « génération »  Ce chapitre V  commence ainsi: « Ceci est le livre des générations d’Adam » souvent traduit par « Histoire », alors qu’Adam est rendu par « Humanité »:  On y  trouve des éléments qui auront servi pour produire le premier chapitre:

 

 

זֶה סֵפֶר, תּוֹלְדֹת אָדָם:  בְּיוֹם, בְּרֹא אֱלֹהִים אָדָם, בִּדְמוּת אֱלֹהִים, עָשָׂה אֹתוֹ.  1 Ceci est le  livre(Sefer) des générations de l’humanité. Lorsque Dieu créa l’être humain, il le fit à sa propre ressemblance.
ב זָכָר וּנְקֵבָה, בְּרָאָם; וַיְבָרֶךְ אֹתָם, וַיִּקְרָא אֶת-שְׁמָם אָדָם, בְּיוֹם, הִבָּרְאָם.  2 Il les créa mâle et femelle, les bénit et les appela l’homme, le jour de leur création.
ג וַיְחִי אָדָם, שְׁלֹשִׁים וּמְאַת שָׁנָה, וַיּוֹלֶד בִּדְמוּתוֹ, כְּצַלְמוֹ; וַיִּקְרָא אֶת-שְׁמוֹ, שֵׁת.  3 Adam, ayant vécu cent trente ans, produisit un être à son image et selon sa forme, et lui donna pour nom Seth.
ד וַיִּהְיוּ יְמֵי-אָדָם, אַחֲרֵי הוֹלִידוֹ אֶת-שֵׁת, שְׁמֹנֶה מֵאֹת, שָׁנָה; וַיּוֹלֶד בָּנִים, וּבָנוֹת.  4 Après avoir engendré Seth, Adam vécut huit cents ans, engendrant des fils et des filles.
ה וַיִּהְיוּ כָּל-יְמֵי אָדָם, אֲשֶׁר-חַי, תְּשַׁע מֵאוֹת שָׁנָה, וּשְׁלֹשִׁים שָׁנָה; וַיָּמֹת.  {ס} 5 Tout le temps qu’Adam vécut fut donc de neuf cent trente ans; et il mourut.
ו וַיְחִי-שֵׁת, חָמֵשׁ שָׁנִים וּמְאַת שָׁנָה; וַיּוֹלֶד, אֶת-אֱנוֹשׁ.  6 Seth, ayant vécu cent cinq ans, engendra Énos.

 

 

 

 

JHB 20 02 24

Publié dans Bible, théologie | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Fortune des périodes saturniennes de 7 ans, de Joseph à Albumasar en passant par le Livre de Daniel

Posté par nofim le 19 février 2024

 jacques  halbronn   Fortune  des  périodes saturniennes  de 7 ans, de Joseph  l’Hébreu à  Pierre d’Ailly en passant par Le Livre de Daniel

 

L’importance que nous accordons dans nos travaux en cyclologie astrologique est   largement confirmée par  un certain nombre de textes dont un des plus remarquables est probablement situé au chapitte IX  du Livre de Daniel. (cf  La Bible pour les nuls , d’Eric  Denimal; First Editions   2006,  p. 150)  Par ailleurs,  la prophétie de Pierre d’Ailly débouchant sur l’annonce de l’année 1789 pour l’Antéchrist, est connectée avec les révolutions de Saturne dont le cycle sidéral divisé par 4 donne environs 7 ans (à rapprocher des 7 jours de la lune) On perle d’ailleurs de « semaines (Shavoua   de Shéva, 7 en hébreu, ce qui vaut aussi pour le « Shabbat ») » pour qualifier ces phases de 7 ans?   Quid de la notion lunaire de semaine?

Astrologiquement, il conviendrait de parler de « semaines » plutôt que de périodes, quand il s’ »agit d’une durée de 7  ans.Commençons par  le chapitre IX du Livre de Daniel, avec le message délivré par l’ange Gabriel. Les versets 24 à 27 s’y articulent sur le nombre 7  en  traitant de la durée exposant tout un calendrier, un compte à rebours. Il y est question  de l’avénement  d’un Messie (Mashiah) voué à la mort (verset 26)   et d’un Antéchrist.

 

Ch IX  de Daniel

 

l’ange Gabriel à Daniel

 

כא וְעוֹד אֲנִי מְדַבֵּר, בַּתְּפִלָּה; וְהָאִישׁ גַּבְרִיאֵל אֲשֶׁר רָאִיתִי בֶחָזוֹן בַּתְּחִלָּה, מֻעָף בִּיעָף, נֹגֵעַ אֵלַי, כְּעֵת מִנְחַת-עָרֶב.  21 je prononçais encore, dis-je, ma prière, lorsque Gabriel, ce personnage que j’avais vu dans la vision antérieure, arriva vers moi tout essoufflé, vers l’heure de l’oblation du soir.
כב וַיָּבֶן, וַיְדַבֵּר עִמִּי; וַיֹּאמַר–דָּנִיֵּאל, עַתָּה יָצָאתִי לְהַשְׂכִּילְךָ בִינָה.  22 Il me donna des éclaircissements et s’entretint avec moi; il me dit: « Daniel, je me suis mis en route présentement pour te donner une claire intelligence [des choses].
כג בִּתְחִלַּת תַּחֲנוּנֶיךָ יָצָא דָבָר, וַאֲנִי בָּאתִי לְהַגִּיד–כִּי חֲמוּדוֹת, אָתָּה; וּבִין, בַּדָּבָר, וְהָבֵן, בַּמַּרְאֶה.  23 Dès le début de tes supplications, une déclaration a été émise, et je suis venu te la communiquer; car tu es un être de prédilection. Médite cette déclaration et rends-toi compte de la vision:
כד שָׁבֻעִים שִׁבְעִים נֶחְתַּךְ עַל-עַמְּךָ וְעַל-עִיר קָדְשֶׁךָ, לְכַלֵּא הַפֶּשַׁע ולחתם (וּלְהָתֵם) חטאות (חַטָּאת) וּלְכַפֵּר עָוֺן, וּלְהָבִיא, צֶדֶק עֹלָמִים; וְלַחְתֹּם חָזוֹן וְנָבִיא, וְלִמְשֹׁחַ קֹדֶשׁ קָדָשִׁים.  24 Soixante-dix semaines ont été fixées comme terme à ton peuple et à ta ville sainte pour éteindre la rébellion, mettre fin aux péchés, effacer l’iniquité et établir une justice éternelle, de façon à réaliser la vision et [la parole] du prophète et faire l’onction du saint des saints.
כה וְתֵדַע וְתַשְׂכֵּל מִן-מֹצָא דָבָר, לְהָשִׁיב וְלִבְנוֹת יְרוּשָׁלִַם עַד-מָשִׁיחַ נָגִיד–שָׁבֻעִים, שִׁבְעָה; וְשָׁבֻעִים שִׁשִּׁים וּשְׁנַיִם, תָּשׁוּב וְנִבְנְתָה רְחוֹב וְחָרוּץ, וּבְצוֹק, הָעִתִּים.  25 Sache donc et comprends bien qu’à partir du moment où fut donné l’ordre de recommencer à reconstruire Jérusalem jusqu’à un prince oint il y a sept semaines; et durant soixante-deux semaines [Jérusalem] sera de nouveau rebâtie rues et fossés des remparts mais en pleine détresse des temps.
כו וְאַחֲרֵי הַשָּׁבֻעִים שִׁשִּׁים וּשְׁנַיִם, יִכָּרֵת מָשִׁיחַ וְאֵין לוֹ; וְהָעִיר וְהַקֹּדֶשׁ יַשְׁחִית עַם נָגִיד הַבָּא, וְקִצּוֹ בַשֶּׁטֶף, וְעַד קֵץ מִלְחָמָה, נֶחֱרֶצֶת שֹׁמֵמוֹת.  26 Et après ces soixante-deux semaines, un oint (Mashiah, Messie) sera supprimé, sans avoir [de successeur légitime], la ville et le sanctuaire seront ruinés par le peuple d’un souverain à venir; finalement celui-ci sera violemment emporté, mais jusqu’à la fin séviront la guerre et les dévastations.
כז וְהִגְבִּיר בְּרִית לָרַבִּים, שָׁבוּעַ אֶחָד; וַחֲצִי הַשָּׁבוּעַ יַשְׁבִּית זֶבַח וּמִנְחָה, וְעַל כְּנַף שִׁקּוּצִים מְשֹׁמֵם, וְעַד-כָּלָה וְנֶחֱרָצָה, תִּתַּךְ עַל-שֹׁמֵם.  {פ} 27 Pendant une semaine, il fera prédominer son alliance avec un grand nombre, et pendant une demi-semaine, il abolira sacrifices et oblations et [placera] sur le flanc [de l'autel] d’horribles abominations, jusqu’à ce qu’un arrêt de destruction s’abatte sur l’auteur de ces horreurs.

 

La durée d’une semaine est de 7 ans  et donc une demi-semaine sera de 3 ans et demi, soit 28/8. (cf notre Texte prophétique en France, Formation et fortune  Presses Universitaires du Septentrion, 1999) On conçoit qu’il ne saurait s’agir de 7 jours, délai qui serait ici dérisoire. On retrouve dans le songe de Pharaon  sur les  7 vaches,  restitué et interprété par l’Hébreu Joseph la succession de périodes de 7 ans. -Genése  41) 

« Les sept années d’abondance qu’il  y avait eu en Egypte s’achevèrent, et les sept années de famine commencèrent à arriver, comme Joseph l’avait dit. Il y avait la famine dans tous les pays ; mais dans toute l’Egypte, il y avait du pain »
On étudiera  à présent le prophétisme, au XVe siècle, d’un Pierre d’Ailly lequel avait avancé l’année 1789.( ‘cf Denis  Labouré  ASTROLOGIE ET RELIGION AU MOYEN ÂGE; suivi  de  la  traduction  en langue française par le Dr Giuseppe Nastri de la Concordantia astronomie cum  hystorica narratione du cardinal Pierre d’Ailly,  2019). Pour notre part,  nous retiendrons tout spécialement l’intérêt qu’Albumasar porte à la durée de 10 révolutions de Saturne (Labouré,  op. cit.; p. 197) puisque pour nous, la clef de l’astrologie est saturnienne (-cf  notre Astrologie selon Saturne), soit 300  ans ’10 fois 30 ans mais cette fois on ne retrouve pas stricto  sensu le 7 (28/4) cf -Halbronn, J. (1993.8), “Pierre d’Ailly: des conjonctions planétaires à l’Antéchrist”, Colloque Pierre d’Ailly in Bulletin de la Société Historique de Compiègne -. Le nom même de Révolution pour 1789  n’est d’ailleurs pas sans référence astronomique, en soi. Nous avons rencontré la question de l’Antéchrist dans l’Epitre de Nostradamus à Pie IV avec l’annonce de l’an 1567 associée (27 ans plus tard ( quatrain VIII, 77) à 1594, année du couronnement à Chartres d’Henri IV, ce qui conduisit à changer Chastres en Chartres à partir de la source de la Guide des Chemins de France de Charles Estienne, signalée par Chantal Liaroutzos.(RHR).

  • 77.
  • L’antechrist trois bien tost annichilez,
  • Vingt et sept ans sang durera sa guerre:
  • Les heretiques mortz, captifs, exilez,
  • Sang corps humain eau rogi gresler terre.
On  sait que l’Epitre à Henri II, placée en tête du second volet des Centuries)  comporte une référence à 1792,  date fort proche de 1789  (cf  ‘Halbronn, J. (1994.2), “Exégèse prophétique de la Révolution Française”, in Actes du Colloque Prophétisme et Politique, Paris, Politica Hermetica, l’Age d’Homme, HALBRONN (Jacques), « Pierre Du Moulin et le thème du Pape Antéchrist », in FANLO (Jean-Raymond), TOURNON (André) (dir.), Formes du millénarisme en Europe à l’aube des temps modernes, p. 233-245 ) 
En vérité, notre intention dans le présent texte se limitait à recueillir les traces saturniennes dans la production astro-prophétique, afin  de souligner toute l’importance tout à fait centrale accordée à cette planéte, octave supérieure de la Lune.  C’est l’influence des astronomes qui aura rétrogradé Saturne au nom de l’héliocentrisme copernicien, Saturne étant une victime collatérale de l’effondrement du géocentrisme, avec pour coup de grâce la découverte de planétes invisibles à l’oeil  nu,  au delà de Saturne dont l’astrologie contemporaine fut gavée depuis 1781.  Il est urgent que l’astrologie  adopte pour axe central le cycle de Saturne, qui succédera à l’axe jupitéro-saturnien de la théorie des « grandes conjonctions » d’Albumasar, articulée non pas sur les axes saisonniers mais sur les Quatre Eléments.  C’est le lot des précurseurs d’avoir montré la voie sans être parvenu à mettre dans le mille, comme nous  avons eu la fortune de le faire.
JHB  20 02 24

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans ASTROLOGIE, prophétisme | Pas de Commentaire »

jacques halbronn La nation comme superstructure coiffant les peuples, la super nation coiffe les nations. La super-langue.

Posté par nofim le 19 février 2024

jacques  halbronn   La  nation comme superstructure coiffant les peuples, la super-nation coiffe les nations.   La super-langue.

 

 

 Si les peuples existent par eux mêmes, les nations ont besoin de dirigeants qui font tenir ensembles les peuples qui partagent un même espace  et au dessus, l’on trouve les super-nations (ou sur-nations) qui fédérent, arbitrent  entre les nations, ce qui se constitue au plus haut niveau. En termes bibliques,sur le modéle de l’épisode de la Tour de Babel,  la diversité  extréme est celle des peuples, qui s’ingénient à se différencier, comme dans le cas des langues locale alors que l’unité maximale est celle de la super-nation, dotée d’une dimension impériale. La nation  est confrontée périodiquement à des forces centrifuges, ce qui correspond à la dialectique  Equinoxialité. Solsticialité. (cf le mythe de Sisyphe).

 

 Genèse  XI

ה וַיֵּרֶד יְהוָה, לִרְאֹת אֶת-הָעִיר וְאֶת-הַמִּגְדָּל, אֲשֶׁר בָּנוּ, בְּנֵי הָאָדָם.  5 Le Seigneur descendit sur la terre, pour voir la ville et la tour (migdal) que bâtissaient les  descendants  d’Adam
ו וַיֹּאמֶר יְהוָה, הֵן עַם אֶחָד וְשָׂפָה אַחַת לְכֻלָּם, וְזֶה, הַחִלָּם לַעֲשׂוֹת; וְעַתָּה לֹא-יִבָּצֵר מֵהֶם, כֹּל אֲשֶׁר יָזְמוּ לַעֲשׂוֹת.  6 et il dit: « Voici un peuple(Am) uni, tous ayant une même langue- (safa). C’est ainsi qu’ils ont pu commencer leur entreprise et dès lors tout ce qu’ils ont projeté leur réussirait également.
ז הָבָה, נֵרְדָה, וְנָבְלָה שָׁם, שְׂפָתָם–אֲשֶׁר לֹא יִשְׁמְעוּ, אִישׁ שְׂפַת רֵעֵהוּ.  7 Or çà, paraissons! Et, ici même, confondons leur langage, de sorte que l’un n’entende pas le langage (Safa) de l’autre. »

 

 On aura compris que le processus national  a besoin d’un chef apte à rallier, à fédérer des peuples, donc d’une élite alors que les peuples existent par eux mêmes sur la base de ressemblances physiques, raciales, « objectives ».  Dans le ces des Juifs, le terme « peuple » nous semble impropre, tout comme celui de  « nation », d’ailleurs car ils ont vocation à rassembler, à rapprocher des entités séparées, isolées, sur toute la surface de la Terre. La Nation a une dimension « étatique », comme dans le  cas de la Commission de l’Union Européenne. laquelle reléve  de la Super-nation, du Super Etat par dessus les peuples.

De la même façon, puisque Babel renvoie aux langues, l’on parlera de super-langue, c’est à dire d’une langue qui coiffe, surplombe diverses langues, telle une Tour. C’est notamment le cas de la  (super) « langue »  française dont on connait l’impact qu’elle exerce de facto sur toutes sortes de langues, au niveau lexical de sorte que ce qui relie, connecte  celles-ci entre elles, ce sont leurs emprunts respectifs au français, de façon directe ou indirecte

Nous sommes en face de deux « diasporas’, la française de par son lexique, selon un processus d’importation/exportation  et la juive, de par sa présence au sein des structures les plus diverses, à travers l’Histoire. Cela crée un lien entre ces deux entités dominantes à plus d’un titre.  Cela dit, ce rôle de catalyseur qui leur est impartie de fait va à l’encontre du « populisme » solsticial  anti-élitique, obéissant à une logique inverse, n’allant pas du haut vers le bas mais bien plutôt du bas vers le haut. 

Cette opposition est celle entre deux  ciments, le ciment du peuple qui existe par lui même  et celui  de l’Etat Nation au plus haut niveau qui entend  régir les peuples autour d’une certaine centralité. Il y a là matière à alternance entre phases équinoxiale et solsticiale, selon notre modéle  astrologique, de 7 ans en 7 ans et cela devrait être inscrit dans les « constitutions ». L’Astrologie est le vecteur principal de notre planéte Terre et périodiquement, en phase équinoxiale, la Tour est réactivée mais il existe un  garde fou, un compte à rebours qui empeche que les choses aillent trop loin dans un sens comme dans un autre.

 

 

 

JHB  19 02 24

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Syncrétisme israelo-hébraïque du Chapitre ier du livre de l Exode:

Posté par nofim le 19 février 2024

jacques halbronn  Syncrétisme israelo- hébraique du Chapitre premier du livre  de   l’ Exode 
  Les commentaires autour de ce chapitre ne mettent aucunement  en évidence un certain décalage entre l’emploi de formules comme « Enfants d’Israel »  et  « Hébreux »  comme s’il s’agissait de synonymes  (cf  Thomas  Römer    L’Exode . Bayard  2017) Dans sa Bible pour les Nuls,  Eric Denimal ( First Editions 2006  pp 66  et seq)  résume : 
« Le Livre  de l’Exode. « Les Hébreux sont en Egypte depuis plus de 300 ans (..) Les descendants de Jacob sont maintenant réduits en esclavage (.;.) Le Livre de ll’Exode raconte l’origine de la nation d’Israel (…) Finalement  le pharaon laisse partir les Hébreux »   Quant à la notice Wikipedia, on peut lire :
« L’expression « enfants d’Israël » (hébreu : בני ישראל, B’neï Yisraēl) est l’une des appellations les plus fréquemment employées dans la Torah pour désigner les Israélites, c’est-à-dire ceux qui descendent du patriarche Jacob, renommé Israël (« Dieu a combattu à ses côtés »). On les appelle aussi Hébreux. (sic) » ou encore:
« Le livre de l’Exode est le deuxième livre de la Bible et de l’Ancien Testament. Il raconte l’exode hors d’Égypte des Hébreux sous la conduite de Moïse, le don des Dix Commandements et les pérégrinations du peuple hébreu dans le désert du Sinaï en direction de la Terre promise. » Commençons par la naissance de Moïse lequel échappe au sort promis aux enfants mâles:
 
 
.
טו וַיֹּאמֶר מֶלֶךְ מִצְרַיִם, לַמְיַלְּדֹת הָעִבְרִיֹּת, אֲשֶׁר שֵׁם הָאַחַת שִׁפְרָה, וְשֵׁם הַשֵּׁנִית פּוּעָה.  15 Le roi d’Égypte s’adressa aux sages femmes hébreues, qui se nommaient, l’une Chifra, l’autre Poûa
טז וַיֹּאמֶר, בְּיַלֶּדְכֶן אֶת-הָעִבְרִיּוֹת, וּרְאִיתֶן, עַל-הָאָבְנָיִם:  אִם-בֵּן הוּא וַהֲמִתֶּן אֹתוֹ, וְאִם-בַּת הִוא וָחָיָה.  16 et il dit: « Lorsque vous accoucherez les femmes hébreues, vous examinerez les attributs du sexe: si c’est un garçon, faites-le périr; une fille, qu’elle vive. »
יז וַתִּירֶאןָ הַמְיַלְּדֹת, אֶת-הָאֱלֹהִים, וְלֹא עָשׂוּ, כַּאֲשֶׁר דִּבֶּר אֲלֵיהֶן מֶלֶךְ מִצְרָיִם; וַתְּחַיֶּיןָ, אֶת-הַיְלָדִים.  17 Mais les sages-femmes craignaient Dieu: elles ne firent point ce que leur avait dit le roi d’Égypte, elles laissèrent vivre les garçons.
יח וַיִּקְרָא מֶלֶךְ-מִצְרַיִם, לַמְיַלְּדֹת, וַיֹּאמֶר לָהֶן, מַדּוּעַ עֲשִׂיתֶן הַדָּבָר הַזֶּה; וַתְּחַיֶּיןָ, אֶת-הַיְלָדִים.  18 Le roi d’Égypte manda les sages-femmes et leur dit: « Pourquoi avez-vous agi ainsi, avez-vous laissé vivre les garçons? »
יט וַתֹּאמַרְןָ הַמְיַלְּדֹת אֶל-פַּרְעֹה, כִּי לֹא כַנָּשִׁים הַמִּצְרִיֹּת הָעִבְרִיֹּת:  כִּי-חָיוֹת הֵנָּה, בְּטֶרֶם תָּבוֹא אֲלֵהֶן הַמְיַלֶּדֶת וְיָלָדוּ.  19 Les sages-femmes répondirent à Pharaon: « C’est que les femmes des Hébreux ne sont pas comme celles des Égyptiens, elles sont vigoureuses et avant que la sage-femme soit arrivée près d’elles, elles sont délivrées. »
 
כב וַיְצַו פַּרְעֹה, לְכָל-עַמּוֹ לֵאמֹר:  כָּל-הַבֵּן הַיִּלּוֹד, הַיְאֹרָה תַּשְׁלִיכֻהוּ, וְכָל-הַבַּת, תְּחַיּוּן.  {פ} 22 Pharaon donna l’ordre suivant à tout son peuple: « Tout mâle nouveau-né, jetez-le dans le fleuve et toute fille laissez-la vivre
Chapitre  II  de l’Exode
א וַיֵּלֶךְ אִישׁ, מִבֵּית לֵוִי; וַיִּקַּח, אֶת-בַּת-לֵוִי.  1 Or, il y avait un homme de la famille de Lévi, qui avait épousé une fille de Lévi.
ב וַתַּהַר הָאִשָּׁה, וַתֵּלֶד בֵּן; וַתֵּרֶא אֹתוֹ כִּי-טוֹב הוּא, וַתִּצְפְּנֵהוּ שְׁלֹשָׁה יְרָחִים.  2 Cette femme conçut et enfanta un fils. Elle considéra qu’il était beau et le tint caché pendant trois mois.
ג וְלֹא-יָכְלָה עוֹד, הַצְּפִינוֹ, וַתִּקַּח-לוֹ תֵּבַת גֹּמֶא, וַתַּחְמְרָה בַחֵמָר וּבַזָּפֶת; וַתָּשֶׂם בָּהּ אֶת-הַיֶּלֶד, וַתָּשֶׂם בַּסּוּף עַל-שְׂפַת הַיְאֹר.  3 Ne pouvant le cacher plus longtemps, elle lui prépara un berceau de jonc qu’elle enduisit de bitume et de poix, elle y plaça l’enfant et le déposa dans les roseaux sur la rive du fleuve.
ד וַתֵּתַצַּב אֲחֹתוֹ, מֵרָחֹק, לְדֵעָה, מַה-יֵּעָשֶׂה לוֹ.  4 Sa sœur se tint à distance pour observer ce qui lui arriverait.
ה וַתֵּרֶד בַּת-פַּרְעֹה לִרְחֹץ עַל-הַיְאֹר, וְנַעֲרֹתֶיהָ הֹלְכֹת עַל-יַד הַיְאֹר; וַתֵּרֶא אֶת-הַתֵּבָה בְּתוֹךְ הַסּוּף, וַתִּשְׁלַח אֶת-אֲמָתָהּ וַתִּקָּחֶהָ.  5 Or, la fille de Pharaon descendit, pour se baigner, vers le fleuve, ses compagnes la suivant sur la rive. Elle aperçut le berceau parmi les roseaux et envoya sa servante qui alla le prendre.
ו וַתִּפְתַּח וַתִּרְאֵהוּ אֶת-הַיֶּלֶד, וְהִנֵּה-נַעַר בֹּכֶה; וַתַּחְמֹל עָלָיו–וַתֹּאמֶר, מִיַּלְדֵי הָעִבְרִים זֶה.  6 Elle l’ouvrit, elle y vit l’enfant: c’était un garçon vagissant. Elle eut pitié de lui et dit: « C’est quelque enfant des Hébreux. »
ז וַתֹּאמֶר אֲחֹתוֹ, אֶל-בַּת-פַּרְעֹה, הַאֵלֵךְ וְקָרָאתִי לָךְ אִשָּׁה מֵינֶקֶת, מִן הָעִבְרִיֹּת; וְתֵינִק לָךְ, אֶת-הַיָּלֶד.  7 Sa soeur dit à la fille de Pharaon: « Faut-il t’aller quérir une nourrice parmi les femmes hébreues, qui t’allaitera cet enfant? »
ח וַתֹּאמֶר-לָהּ בַּת-פַּרְעֹה, לֵכִי; וַתֵּלֶךְ, הָעַלְמָה, וַתִּקְרָא, אֶת-אֵם הַיָּלֶד.  8 La fille de Pharaon lui répondit: « Va. » Et la jeune fille alla quérir la mère de l’enfant.
Exode  Chapitre II
יא וַיְהִי בַּיָּמִים הָהֵם, וַיִּגְדַּל מֹשֶׁה וַיֵּצֵא אֶל-אֶחָיו, וַיַּרְא, בְּסִבְלֹתָם; וַיַּרְא אִישׁ מִצְרִי, מַכֶּה אִישׁ-עִבְרִי מֵאֶחָיו.  11 Or, en ce temps-là, Moïse, ayant grandi, alla parmi ses frères et fut témoin de leurs souffrances.
יב וַיִּפֶן כֹּה וָכֹה, וַיַּרְא כִּי אֵין אִישׁ; וַיַּךְ, אֶת-הַמִּצְרִי, וַיִּטְמְנֵהוּ, בַּחוֹל.  12 Il aperçut un Égyptien frappant un Hébreu, un de ses frères. Il se tourna de côté et d’autre et ne voyant paraître personne, il frappa l’Égyptien et l’ensevelit dans le sable.
יג וַיֵּצֵא בַּיּוֹם הַשֵּׁנִי, וְהִנֵּה שְׁנֵי-אֲנָשִׁים עִבְרִים נִצִּים; וַיֹּאמֶר, לָרָשָׁע, לָמָּה תַכֶּה, רֵעֶךָ.  13 Étant sorti le jour suivant, il remarqua deux Hébreux qui se querellaient et il dit au coupable: « Pourquoi frappes-tu ton prochain? »
טו וַיִּשְׁמַע פַּרְעֹה אֶת-הַדָּבָר הַזֶּה, וַיְבַקֵּשׁ לַהֲרֹג אֶת-מֹשֶׁה; וַיִּבְרַח מֹשֶׁה מִפְּנֵי פַרְעֹה, וַיֵּשֶׁב בְּאֶרֶץ-מִדְיָן וַיֵּשֶׁב עַל-הַבְּאֵר.  15 Pharaon fut instruit de ce fait et voulut faire mourir Moïse. Celui-ci s’enfuit de devant Pharaon et s’arrêta dans le pays de Madian, où il s’assit près d’un puits.
 
Extraits du  Livre de l’Exode

 Chapitre 1 - שְׁמוֹת

א וְאֵלֶּה, שְׁמוֹת בְּנֵי יִשְׂרָאֵל, הַבָּאִים, מִצְרָיְמָה:  אֵת יַעֲקֹב, אִישׁ וּבֵיתוֹ בָּאוּ.  1 Voici les noms des fils d’Israël, venus en Égypte; ils y accompagnèrent Jacob, chacun avec sa famille:

.
ה וַיְהִי, כָּל-נֶפֶשׁ יֹצְאֵי יֶרֶךְ-יַעֲקֹב–שִׁבְעִים נָפֶשׁ; וְיוֹסֵף, הָיָה בְמִצְרָיִם.  5 Toutes les personnes composant la lignée de Jacob étaient au nombre de soixante-dix. Pour Joseph, il était déjà en Égypte.
ו וַיָּמָת יוֹסֵף וְכָל-אֶחָיו, וְכֹל הַדּוֹר הַהוּא.  6 Joseph mourut, ainsi que tous ses frères, ainsi que toute cette génération.
ז וּבְנֵי יִשְׂרָאֵל, פָּרוּ וַיִּשְׁרְצוּ וַיִּרְבּוּ וַיַּעַצְמוּ–בִּמְאֹד מְאֹד; וַתִּמָּלֵא הָאָרֶץ, אֹתָם.  {פ} 7 Or, les enfants d’Israël avaient augmenté, pullulé, étaient devenus prodigieusement nombreux et ils remplissaient la contrée.
ח וַיָּקָם מֶלֶךְ-חָדָשׁ, עַל-מִצְרָיִם, אֲשֶׁר לֹא-יָדַע, אֶת-יוֹסֵף.  8 Un roi nouveau s’éleva sur l’Égypte, lequel n’avait point connu Joseph.
ט וַיֹּאמֶר, אֶל-עַמּוֹ:  הִנֵּה, עַם בְּנֵי יִשְׂרָאֵל–רַב וְעָצוּם, מִמֶּנּוּ.  9 Il dit à son peuple: « Voyez, la population des enfants d’Israël surpasse et domine la nôtre.


יב וְכַאֲשֶׁר יְעַנּוּ אֹתוֹ, כֵּן יִרְבֶּה וְכֵן יִפְרֹץ; וַיָּקֻצוּ, מִפְּנֵי בְּנֵי יִשְׂרָאֵל.  12 Mais, plus on l’opprimait, plus sa population grossissait et débordait et ils conçurent de l’aversion pour les enfants d’Israël.
יג וַיַּעֲבִדוּ מִצְרַיִם אֶת-בְּנֵי יִשְׂרָאֵל, בְּפָרֶךְ.  13 Les Égyptiens accablèrent les enfants d’Israël de rudes besognes.
י
Au  chapitre V   de l’Exode,  on observe un certain mélange des termes
 
א וְאַחַר, בָּאוּ מֹשֶׁה וְאַהֲרֹן, וַיֹּאמְרוּ, אֶל-פַּרְעֹה:  כֹּה-אָמַר יְהוָה, אֱלֹהֵי יִשְׂרָאֵל, שַׁלַּח אֶת-עַמִּי, וְיָחֹגּוּ לִי בַּמִּדְבָּר.  1 Puis, Moïse et Aaron vinrent trouver Pharaon et lui dirent: « Ainsi a parlé l’Éternel, Dieu d’Israël: Laisse partir mon peuple, pour qu’il célèbre mon culte dans le désert. »
ב וַיֹּאמֶר פַּרְעֹה–מִי יְהוָה אֲשֶׁר אֶשְׁמַע בְּקֹלוֹ, לְשַׁלַּח אֶת-יִשְׂרָאֵל:  לֹא יָדַעְתִּי אֶת-יְהוָה, וְגַם אֶת-יִשְׂרָאֵל לֹא אֲשַׁלֵּחַ.  2 Pharaon répondit: « Quel est cet Éternel dont je dois écouter la parole en laissant partir Israël? Je ne connais point l’Éternel et certes je ne renverrai point Israël. »
ג וַיֹּאמְרוּ, אֱלֹהֵי הָעִבְרִים נִקְרָא עָלֵינוּ; נֵלְכָה נָּא דֶּרֶךְ שְׁלֹשֶׁת יָמִים בַּמִּדְבָּר, וְנִזְבְּחָה לַיהוָה אֱלֹהֵינוּ–פֶּן-יִפְגָּעֵנוּ, בַּדֶּבֶר אוֹ בֶחָרֶב.  3 Ils reprirent: « Le Dieu des Hébreux s’est manifesté à nous. Nous voudrions donc aller à trois journées de chemin dans le désert et sacrifier à l’Éternel notre Dieu, de peur qu’il ne sévisse sur nous par la peste ou par le glaive. »
Dès la fin  du Livre  de la Genése, l’expression « Enfants d’Israel »  apparait qui  annonce  ce qui sera repris constamment dans le livre de l’Exode
Genése chapitre 50   
כה וַיַּשְׁבַּע יוֹסֵף, אֶת-בְּנֵי יִשְׂרָאֵל לֵאמֹר:  פָּקֹד יִפְקֹד אֱלֹהִים אֶתְכֶם, וְהַעֲלִתֶם אֶת-עַצְמֹתַי מִזֶּה.  25 Et Joseph adjura les enfants d’Israël en disant: « Oui, le Seigneur vous visitera et alors vous emporterez mes ossements de ce pays. »
   
Revenons  sur l’épisode du « Buisson Ardent »,  au chapitre III  du Livre de l’Exode alors que Moïse s’est réfugié dans le désert de Madian; or, il est clair pour nous que Moïse  est envoyé par Dieu vers un « peuple »  qui n’est pas le sien, ce qui expliquerait  que Moise est un « Hebreu » allant à la rencontre de « Fils d’Israel » et Moise  parlent d’eux comme s’il  s’agissait d’un monde qui lui  était étranger:
וְעַתָּה לְכָה, וְאֶשְׁלָחֲךָ אֶל-פַּרְעֹה; וְהוֹצֵא אֶת-עַמִּי בְנֵי-יִשְׂרָאֵל, מִמִּצְרָיִם.  10 Et maintenant va, je te délègue vers Pharaon; et fais que mon peuple, les enfants d’Israël, sortent de l’Égypte. »
יא וַיֹּאמֶר מֹשֶׁה, אֶל-הָאֱלֹהִים, מִי אָנֹכִי, כִּי אֵלֵךְ אֶל-פַּרְעֹה; וְכִי אוֹצִיא אֶת-בְּנֵי יִשְׂרָאֵל, מִמִּצְרָיִם.  11 Moïse-dit au Seigneur: « Qui suis-je, pour aborder Pharaon et pour faire sortir les enfants d’Israël de l’Égypte? »

 

Pour notre part,  un tel clivage  va se retrouver à la mort de Salomon, lors du « Schisme » qui donnera naissance à deux Royaumes, celui au Nord dit « Maison d’Israel » et celui au sud  dit « Maison de Juda »  qui est la demeure des Hébreux, autour de Jérusalem avec seulement deux « tribus »  sur les douze.  Le Livre de l’Exode nous narre la Sortie d’Egypte des Enfants d’israel sous la conduite d’un Hébreu,  Moise, ce qui évoque le cas de Jésus, le Judéen  décidant de s’occuper du sort des « brebis perdues de la maison d’Israel » Il nous semble que Moise aurait ainsi réuni ces deux populations distinctes, toutes deux,  sous le joug égyptien, les Hébreux et les Israélites, en leur proposant de suivre un certain nombre de commandements
JHB  19 02 24

Publié dans Bible, Juifs | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Sociolinguistique La langue française génére une certaine schizophrénie chez les Francophones

Posté par nofim le 18 février 2024

Jacques   halbronn Sociolinguistique  La langue française génére une certaine schizophrénie chez les francophones

 

Notre étude du français nous aura donné l’occasion de diagnostiquer une  certaine tendance schizophrénique chez les locuteurs francophones: Cela tient à une complexe dialectique de l’oral et de l’écrit dans cette langue; Entendons par là que ces deux plans semblent fonctionner distinctement, différemment, l’un de l’autre

. C’est ainsi que le même locuteur ne parlera pas le même français quand il lit un texte à voix haute et quand il s’exprime spontanément sans support écrit. L’enseignement du français est en partie responsable d’un tel état de toxicité d’où l’existence d’un hiatus  entre français « parlé » et français « lu »  . On peut ainsi noter que la même phrase lue et « orale » sonnera autrement. Tout se passe comme s’il y avait un niveau « surconscient » qui serait « scolaire »  et un niveau subconscient lié à l’immersion sociale dès le plus  jeune âge. Ces deux niveaux s’ignoreraient mutuellement et le locuteur fonctionnerait ainsi alternativement dans l’un et l’autre des registres.   Il est ainsi très difficile pour un lecteur de produire les mêmes sonorités selon qu’il est placé ou non devant un même texte et c’est en cela que nous pouvons parler d’un état schizophrénique fort répandu chez les francophones non-analphabétes .

D’un autre côté, l’oralité n’a-t-elle pas besoin du référentiel écrit pour s’organiser, s’articuler?   La  seule solution  semble être de décrire correctement le traitement de l’écrit, d’en préciser les codes de lecture. La solution choisie par le passé de remplacer certaines lettres par des accents ou des apostrophes nous apparait comme problématique et ajoute à la confusion notamment pour ce qui est de l’accent qui se substitue à une ou plusieurs consonnes (Eté au lieu de ‘Esté », Ecole au lieu de ‘Escole »; Epie au lieu de « Espie etc), ce qui entretient  une certaine dose  de discontinuité étymologique.     Quand on interroge les locuteurs sur leur passage de l’écrit à l’oral, ceux-ci sont souvent embarrassés et répondent empiriquement  que ‘c’est comme cela que l’on dit, que « ça se dit », l’enseignement se limitant.  à un processus d’imitation et non d’explicitation;                           

 

 

 

 

 

 

 

 

jHB 18 02 24

Publié dans FRance, LINGUISTIQUE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Astrologie La dynamique équinoxiale de la fédération des peuples

Posté par nofim le 18 février 2024

 Jacques  halbronn Astrologie La dynamique équinoxiale de la fédération des peuples

 

L’idée de Nation est postérieure à celle de peuples puisqu’une nation rassemble des peuples. Mais une nation existe par une décision  venue d’en haut alors que le peuple-Etat   reléve d’une réalité en soi n’exigeant aucune construction artificielle. En ce sens, l’Etat – Nation est supra-ethnique. Elle correspond à la mission des Juifs adamites de réunir ce qui était séparé. On le voit déjà avec Jésus  rêvant de rapprocher les peuplades du nord et celles du sud de la Palestine, La construction de la Communauté (Union) Européenne est l’expression d’une telle dynamique équinoxiale et son démantélement celui d’une régression « populiste » comme en 1989 -1991 avec l’effondrement du bloc de l’ Est  et   de l’URSS

Nous avons mis  en garde contre les mirages mimétiques  de la phase  équinoxiale.  En vérité, cette  croyance  dans les vertus, les charmes de l’imitation est cause de nombre de dénis de réalité 

On  a  pu prétendre  abolir les différences de race et de sexe, notamment en raison de la force de gravité supposée de l’Etat, garant d’un certain nivellement.   Si l’on prend le cas des accusations de racisme proférées contre la société française dans » La charge raciale » de Douce  Dibongo (ed Fayard), l’on doit se rendre compte  du piége dans lequel les fausses promesses nous enferment et enferment ceux qui auront été assez naîfs, crédules, pour y croire.

Autrement dit, si de telles promesses n’avaient pas existé, il n’y aurait point de déception (dans tous les sens du terme) Paradoxalement, ceux qui ont cru avoir le pouvoir de passer outre aux  marqueurs chromatiques qui sont le lot millénaire de notre Humanité, vont se retrouver sur la sellette en raison de leur supposé « racisme ».

Comment donc  gérer une telle crise? Soit l’on reconnait s’être trompé et l’on est prêt à réparer les dégâts en reconduisant les populations concernées là d’où on les aura fait indûment partir, soir les dites populations acceptent une forme de cohabitation s’apparentant à un apartheid comme étant la solution la moins pire. En tout état de cause, au nom d’une certaine science de la cyclicité, le tort aura surtout été de croire à des solutions définitives, perrennes, ce qui n’existe pas, de toute façon.

L’alternance qui est la base des société démocratiques donne le droit de ne pas être prisonnier indéfiniment d’une seule et même posture. Autrement dit, ce qui met mal à l ‘aise, ici, c’est finalement l’attitude consistant à forcer la main à ceux qui ont cru bien faire en leur intimant l’ordre de tenir leurs « engagements »! Mais l’on connait la formule : les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent et les prennent au sérieux (Queuille) ad vitam aeternam. Il revient à la phase solsticiale  de miner  les mirages de la Nation en mettant en avant la réalité du Peuple. On aura compris que le terme « Etat » a un double sens, il peut correspondre à un peuple tout comme il peut  signifier un instance organisant des peuples au sein d’une Nation. La devise « diviser pour régner »  exprime la dynamique équinoxiale de gestion de la diversité, qui rend indispensable l’existence  d’un Etat, gardien d’une unité de surface. En phase solsticiale, c’est le temps de l’Etat Nation – ce qui met à mal les « Union » – alors qu’en phase équinoxiale, c’est l’Etat colonne vertébrale d’un ensemble assez disparate. En phase solsticial, la dynamique part d’en bas tandis qu’en phase équinoxiale, elle vient d’en haut..

L’équinoxialité n’impacte pas seulement les entités  politiques mais peut agir au niveau transdisciplinaire unissant des domaines jusque là jugés séparés. La phase équinoxiale actuelle devrait notamment susciter des rapprochements et des ralliements jugés jusque là improbables.
L’équinoxialité n’impacte pas seulement les entités politiques mais peut agir au niveau transdisciplinaire unissant des domaines jusque là jugés séparés. La phase équinoxiale actuelle devrait notamment susciter des rapprochements et des ralliements jugés jusque là improbables. On dira que la phase solsticiale est une régression vers un état de dispersion, ce qui nous conduit à inverser le récit babélien, la division étant un état premier et l’union un état futur toujours précaire et temporaire. D’un point de vue cyclique, il est clair que chaque phase de 7 ans prend le contre-pied de la phase de 7 ans précédente. C’est ainsi que si en 2002  la coalition menée par Lionel Jospin s’est effritée, c’est bien parce que sa constitution avait été une tâche laborieuse en 1997 et inversement, la dispersion des forces  exige, à un certain moment, d’y mettre fin  et ainsi de suite.

 

 

 

 

JHB  18 02 24

,

 

 

 

 

Publié dans ASTROLOGIE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Un paralléle entre Moïse et Jésus, hérauts des 2 testaments

Posté par nofim le 17 février 2024

jacques  halbronn  Un paralléle entre Moïse et Jésus,  hérauts des 2 testaments.   

 

Nul n’est prophéte en son pays. Moise n’appartient pas aux Beney Israel pas plus que Jésus aux « tribus perdues de la maison d’Israel ». Ils sont missionnes ou se croient tels pour guider  une certaine population. Dans EXode III, Dieu envoie Moise vers le « peuple » en question qui n’est pas le sien même si l’on a interpolé un passage qui  brouille quelque peu ce clivage. Mais le chapitre en question place clairement Moise face à un peuple qui lui est étranger. De la même façon, Jésus né en Judée, à Betlehem, va se diriger vers le nord, l’ancien Royaume d’Israel, constitué de populations distinctes de celle des Juifs, comme le montre l’épisode de la rencontre avec une Samaritaine toute étonnée de le voir s’adresser à elle, ce qui est réprouvé par la société juive.

Cela dit, n’aurait-on pas affaire à des récits fictifs, dans les deux cas, ceci concernant jésus se calquant sur Moîse, dont on nous relate la naissance dans une famille  « hébreue » et  se rendant  seul à la rencontre d’un peuple  désigné sous le nom  d’  ‘Enfants d’Israël ».

On pense à Cyrus, le Perse, reconduisant les Hébreux vers leur berceau dont la légende Moise a pu s’inspirer à propos du retour en « terre promise », histoire et théologie faisant bon ménage. Et Jésus à son tour a pu s’aligner sur ces deux  prédecesseurs « messianiques ». Dans Isaie 45, Cyrus n’est il pas qualifier de Messie, donc de Christ, de  Oint; Or, il s’agit là du Deutéro Isaie, pièce rajoutée au Livre d’Isaie, On trouve dans Ezra une autre version du rôle de Cyrus, consacrée aux Judéens alors que dans Isaie 45, Cyrus a affaire avec les Enfants d’Israel!

A plus d’un titre, ce qui est dit de Jésus ou mis dans la bouche de Jésus correspond au portrait du Juif, à commencer par cette appellation de ‘Fils de l’Homme »traduction biaisée de Fils d’Adam. Tous les Juifs sont les fils d’Adam, ce qui s’oppose aux « fils d’Israel » Rappelons qu Isaac a eu des jumeaux, Jacob  et Esau qui correspondent à une telle dualité , Jacob étant surnommé Israel et Esaû, le roux, à Adam ‘(couleur rouge)  

 

 

 

 

 

 

JHB 17 02 24

Publié dans théologie | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Les deux cycles de 28 ans :l’équinoxial et le solsticial.

Posté par nofim le 17 février 2024

Jacques halbronn Les deux cycles  de 28  ans: l’équinoxial et le solsticial

 

Il y a  30 ans nous avions  centré notre étude sur l’Astrologie selon Saturne, sur le cycle équinoxial. Nous complétons ici avec le cycle solsticial, dans les deux cas avec des intervalles de 28  ans environ, soit le cycle sidéral de Saturne. On prendra la séquence suivante;   2016- 1989 – 1962. ce qui correspond au Brexit, à la chute du Mur de Berlin, à l’indépendance de l’Algérie (Evian), 1937, trois moments qui auront ébranlé les « empires « et autres  « unions ». c’est dire que le cycle Saturne Neptune n’a rien à voir dans les événements de 1989 92 comme d’aucuns voudraient le faire accroire.  Cela correspond à ce que nous appelons la dialectique du local et du global, avec l’alternance que cela implique, cette notion étant absolument cruciale en astrologie. Les trois cas signalés correspondent évidemment à une résurgence du local par rapport au globale, aux dépens d’ensembles supranationaux.

Inversement dans notre étude de 1994,  nous avions associé  1789, 1848, 1938  1968   quatre   dates, avec un processus équinoxial de contamination, de solidarité  internationale. auquel il n’est pas possible d’échapper.

On évoquera    le « Printemps des peuples ou Printemps des révolutions (qui) désigne le mouvement révolutionnaire que connaît une grande partie de l’Europe en 1848, pour l’essentiel entre fin février et début juillet 1848, avec une forte concentration d’événements entre mars et juin, d’où la qualification de « printemps »1. Bien que réprimées avec succès, ces crises ont souvent été déterminantes pour l’évolution des pays concernés, notamment l’Allemagne qui, en dépit de l’échec du Parlement de Francfort, s’engage dans la voie de l’unification qui s’achèvera en 1871. »

  Signalons  en 2010-2011 en pleine phase  équinoxiale  le cas du « Printemps arabe » (soit)  un ensemble de contestations populaires, d’ampleur et d’intensité très variable, qui se sont produits dans de nombreux pays du monde arabe à partir de décembre 2010. L’expression de « Printemps arabe » fait référence au « Printemps des peuples » de 1848 auquel il a été comparé, tout comme le Printemps de Prague en 1968. Ces mouvements révolutionnaires nationaux1 sont aussi qualifiés de révolutions arabes, de révoltes arabes, ou encore de « réveil arabe »Note 2, certains vont jusqu’à parler d’une révolution Facebook, d’une révolution Twitter voire d’une révolution 2.0 tant l’usage des réseaux sociaux et des géants du Net aurait été important. Avec le recul, le pluriel « Printemps arabes » a également été privilégié pour mieux rendre compte de la diversité des mouvements regroupés sous cette appellation »

Nous sommes actuellement entrés dans une nouvelle phase équinoxiale  et l’on assiste à une volonté  de reconstituer une certaine forme de domination qui s’était délitée en phase solsticiale tant en ce qui concerne la Russie qu’Israel., la phase équinoxiale ne tolérant pas le séparatisme  comme on a pu l’observer en 1968  avec l’intervention des troupes du Pacte de Varsovie  lors du « printemps de Prague » 

 

  Avec l’arrivée au pouvoir de Hitler, en 1933, en phase solsticiale (Saturne en verseau), c’est l’unité de la société allemande qui est remise en question autour de la question  juive. On retrouvera cette même période solsticiale  en 1941 quand Saturne repassera en phase solsticiale. Entre temps, en phase équinoxiale,  l’on aura connu la récupération des Sudétes par l’allemagne,  territoire pris à la Tchécoslovaquie puis à l’Anschluss intégrant l’Autriche, soit une mise en cause des frontières étatiques et en 1937, un rejet officiel du tracé, du découpage, voulu par le Traité de Versailles de 1919.. On dira que l’équinoxialité  développe une certaine forme de paranoia, de folie des  grandeurs alors que la solsticialité entretiendrait une forme de schizophrénie, de clivage, de séparation

 »

JHB 18 02 24

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Linguistique et Musique. Lecture des « partitions »

Posté par nofim le 17 février 2024

Jacques halbronnn Linguistique et Musique. Lecture des « partitions »

 

 

  Selon nous, le passage de l’écrit à l’oral doit englober la dimension musicale étant donné que la question de la « lecture » se pose dans tous les cas de figure. Quelle différence entre le déchiffrement d’une partition et celui  d’un texte? Dans le cas de la langue française, le rapprochement est particulièrement tentant et flagrant alors que dans d’autres langues, tout se passe comme si « cela se prononce comme cela s’écrit » , ce qui passe totalement à côté du phénoméne étudié et minimise gravement la question des codes de lecture. Il est vrai que dans bien des cas, l’on aura voulu aligner l’écrit sur l’oral, de sorte que le locuteur n’aura pas à être formé aux modalités de passage de l’écrit à l’oral.  C’est ainsi que les autres langues latines auront largement éludé le probléme en supprimant ce qui était écrit mais ne se prononçait pas à la différence du français qui, à quelques exceptions près ( usage indû de l’accent et de l’apostrophe),  aura maintenu l’écrit en l’état, comptant sur une tradition orale pour gérer le dit passage. 

Le cas de la musique devrait nous éclairer quelque peu. Le musicien transcrit la musique sur une partition, ce qui correspond au passage de l’oral à l’écrtit et l’interpréte traduit les notes de musique en sons, au moyen d’un instrument ou de la voix. L’on peut certes lire à haute voix les notes transcrites mais sans produire la musique correspondante, ce qui ne fait sens que pour les musiciens formés à cet exercice. Or, dans le cas de la langue, il s’est instauré une lecture à deux niveaux, et chaque locuteur est censé  pratiquer et maitriser l’un et l’autre. On connait aussi le cas de ceux qui savent lire mais qui ne comprennent pas ce qu’ils disent, comme dans les églises, les synagogues ou les mosquées. On est là face à diverses formes d’analphabétisme: incapacité à restituer la bonne sonorité ou à comprendre ce qui est exposé. Dans le cas du français, le dommage est considérable du fait que la « musique » de cette langue est parvenue à se maintenir  mais qu’elle n’est pas enseignée  correctement (FLE), ce qui crée un décalage socioculturel entre les locuteurs de la francophonie.

 

 

 

 

 

 

JHB  17 02 24

Publié dans MUSIQUE | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Théologie La réciprocité d’exclusivité de l’alliance (Brit)

Posté par nofim le 17 février 2024

jacques  halbronn  Théologie. La réciprocité d’exclusivité  de l’alliance (Brit)

 

Dans le Livre du Deutéronome, au chapitre  V,  il est clairement recommandé aux Juifs entrant en Terre promise et conquise  de ne pas adorer d’autre dieu. Or, il est bon de signaler une logique de réciprocité, à savoir que Dieu ne saurait protéger, faire alliance avec d’autres peuples » Or ce point ne semble pas avoir été mis  suffisamment en balance.  Cela suppose  que d’autres dieux font l’objet de culte, ce qui ne signifie pas qu’ils sont de même nature et stature et cela peut tout à fait indiquer que ce sont de « faux » dieux qui n’en existent pas moins, au regard de ceux qui s’adressent à eux, tout comme d’ailleurs, il peut se trouver de « faux » peuples prétendant constituer une alliance avec le « vrai » dieu..  Les Juifs sont ils  un peuple comme les autres.? La constitution  de l’Etat d’Israel  correspond plutôt à l’idée de Nation que de peuple puisque au sein de cet Etat, il y a d’autres « peuples » que le peuple juif lequel se répartit entre diverses nations, comme  chacun sait; ce qui est qualifié de « diaspora ».

Les Juifs ont vocation à  constituer, à encadrer les peuples   au sein  de  nations. La nation est une instance postérieure à celle de peuple, tout comme les Juifs appartiennent à une nouvelle Humanité et non pas, comme on le dit souvent, à une ancienne! Il suffit d’une élite, d’un état major pour  forger une nation  alors que les peuples  ont une histoire bien plus longue qui leur confère une autorité par la base, d’où le populisme et le gout des référendums de masse. Vox populi  vox Dei.

 

 

JHB  17 02  24

 

Publié dans Juifs, théologie | Pas de Commentaire »

123456
 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs