jacques halbronn Linguistique comparée et restitution de la phonologie du français;

Posté par nofim le 31 mars 2024

 

jacques halbronn Linguistique comparée et restitution de l’oralité d’origine du français grâce aux emprunts.

 
Dans une étude sur L’Ecriture, par Christine Marcellesi (in Collectif « Linguistique Ed Larousse, 1977) au chapitre « Ecritures syllabiques er alphabétiques « , il ressort que l’alphabet phénicien n’est consacré qu’aux seules voyelles et ce seraient les Grecs qui auraient complété un tel dipositif/Or, il n’en est rien, ce qui tiendrait à la dynamique même de la langue, à son économie, à son ergononomie: C’est ainsi que l’écrit se prête à plusieurs lectures alternatives ,ce qui tient à la polarité Masculin/féminin ou plutôt l’inverse et Singulier – Pluriel . Autrement dit, la langue sera traitée, captée, au fil des conjonctures et sur un mode cyclique., à géométrie variable.

On s’intéresse à la cyclicité dans le domaine linguistique à l’instar de nos travaux cyclologiques, ce qui constitue le champ de l’anthropolinguistique. Nous avons abordé précédemment la prononciation du « oui » français (marquant l’affirmation, le positif) et avons proposé de prononcer « ouille » le oui quand le i n’est pas accompagné d’un tréma comme pour ouïe.( cf ausi Moïse, où le oi est décomposé)  Le tréma contrebalance l’impact de la voyelle qui suit le ‘ou » à l’écrit. Par conséquent, sans tréma, le « oui » doit s’entendre « ouille ». En effet, selon nous, désormais, la forme « ou » du français correspondrait au u umlaut de l’allemand et quand, en allemand, on ne met pas d’umlaut, le u s’entend « ou ». En fait l’umlaut correspond au tréma du français et joue un rôle pivotal, c’est à dire cyclique par son absence ou sa présence. Rappelons que l’on trouve aussi en allemand avec le a et le o, dans le premier cas, cela donne le son « é » et dans le second, le son « e », soit le e accentue ou non accentué. Or, l’on remarque que ces pratiques diacritiques de l’umlaut allemand concernent essentiellement des emprunts au français, au niveau lexical, ce qui laisse entendre que ce « tréma » a vocation à restituer au mieux la phonie française plutôt que de la soumettre à l’allemande.

exemples : ökonomie, Föderation, nazionalität, Universität etc Autrement dit, les emprunts allemand et anglais au français nous renseignent sur l’original français oral au moment du transfert.

En ce qui concerne la prononciation du « ou » français, nous proposons donc le u umlaut de l’allemand et donc sans le o précédant le u, le u devrait se prononcer « u » comme en allemand en l’absence d’umlaut. Or, le français actuel fait l’inverse, il prononce « u » la lettre simple et « ou », le couple « ou »!

En ce qui concerne la prononciation du « oui » français, cela signifie que la forme « ou » doit s’entendre comme le « u » allemand avec umlaut. mais si ‘elle est suivi du « i », l’on doit basculer vers le « u » allemand sans umlaut. Ce qui donne phoniquement « ouille » Rappelons le cas de païen, avec trema qui empêche de rendre « pai » tout comme celui de l’ouïe; qui empêche de produite le son ü (selon le code de l’ umlaut allemand). qui serait la prononciation française d’origine. Le « oui » actuel du français ne peut être rendu par le ü en raison du « i » qui suit le « ou » et l’on devrait donc prononcer « ouille » et non « oui » en français.

On peut en dire autant, éventuellement, pour les formes anglais avec « gh, ce qui équivaut au « y ». : night, right, pourraient notamment dériver du français nuit et droit, dès lors que l’on restitue leur ancienne prononciation avec le « i » qui donne « igh ».à l’oral Droyt donnerait Right, Nuyt, Nuit. Notons que ces termes se retrouvent dans d’autres langues latines: derecho, noche en espagnol, diritto, notte, en italien. On peut certes se référer, verticalement, à une langue commune indo-européenne à l’origine mais peut-on exclure l’hypothèse horizontale d’un emprunt?.

Il est, par ailleurs, logique que ces « lettres couplées » comme le ou,le au, le oi, le ei correspondent à des sons différents de ceux produits par les lettres « simples » – une telle dualité se retrouve dans le commentaire du Sefer Yetsira ( Livre de la Création, en kabbale) avec la catégories des lettres doubles (7 ou 6) et simples (12) C’est ainsi que la forme « oi » doit produire un son non réductible à ses composantes, sauf si suivie d’une voyelles; Royal, perd le son « oi » de ‘roi » même si le français actuel ne respecte pas cette régle, laquelle est pratiquée en anglais « ro-yal. En fait, l’anglais ne pratique pas le son correspondant au « oi » français.   Les rapports  entre les deux languies passent notamment par des calques; C’est ainsi que To-day  serait un calque de Au jour (d’hui). et  sur ce cas, on aurait coinstruit  to-bight., to Morrow.  Si l’infinitif anglais se construit avec to, cela  tient probablement à la forme française    »je veux à boire,  à manger »

 sur le web :

« xiie siècle, au jour d’ui. Contraction de à le jour d’hui, renforcement de la forme de l’ancien français hui, hoi, « le jour où l’on est », du latin hodie, « en ce jour  » C’est dire que la synergie entre le français, l’anglais et l’allemand, attestée sur différents plans, nous autorise à soutenir que le français aura impacté plus encore qu’on ne le croit ces deux langues, ce qui nous permet de nous en servir pour remonter à la matrice française qui aura pu évoluer. Ce n’est qu’à ce prix que la comparaison peut s’envisager et certainement pas avec l’état actuel du français!

 

 

 

 

JHB  01 04 24

Publié dans FRance, LINGUISTIQUE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Astrologie ou astromancie?

Posté par nofim le 31 mars 2024

jacques  halbronn  Astrologie ou Astromancie?

Trop souvent, le débat autour de l’astrologie  tourne , tant chez les astrologues que chez les sceptiques, autour du modéle actuellement en vigueur comme si l’on n’était incapable de (re)penser celle-ci à frais nouveaux, Quant aux « réformes » de l’astrologie proposées par certains chercheurs, elles ne parviennent pas à  penser celle-ci autrement tout comme les réformes religieuses tendent à reprendre les anciens formats Autrement dit, rares sont ceux qui semblent être en mesure  de remonter à l’origine du projet  astrologique; Tout se passe, en effet, comme si à trop s’éloigner  de ce que l’astrologie est devenue, ce ne serait plus de l’astrologie!

Un des principes dont la Recherche  astrologique a bien du mal à se départir est celui du plolyplanétarisme comme si pour baliser le temps astrologique, il fallait impérativement relier les planétes entre elles et noter à quelle date ce contact s’établit.Ce serait en quelque sorte analogue à la géométrie euclidienne; Or, on sait qu’il existe des géométries non euclidiennes:

   Wikipedia

 

« La géométrie non euclidienne (GNE) est, en mathématiques, une théorie géométrique ayant recours aux axiomes et postulats posés par Euclide dans les Éléments, sauf le postulat des parallèles.

« Les différentes géométries non euclidiennes sont issues initialement de la volonté de démontrer la proposition du cinquième postulat, qui apparaissait peu satisfaisant en tant que postulat car trop complexe et peut-être redondant avec les autres postulats) (..) On distingue les géométries à courbure négative, comme celle de Lobatchevski (1829) et Bolyai (1832) (somme des angles d’un triangle inférieure à 180°, nombre infini de parallèles possibles à une droite par un point, par exemple la géométrie hyperbolique), des géométries à courbure positive comme celle de Riemann (1867) (somme des angles d’un triangle supérieure à 180°, parallèles se rejoignant aux pôles, par exemple la géométrie elliptique). » Aussi, le postulat selon lequel on ne pourrait étudier une planéte de notre système solaire  séparément des autres  planétes est rarement remis en cause, qu’il s’agisse de l’astrologie individuelle ou mondiale, tant par les tenants que par les adversaires de l’Astrologie. Ni Kepler, ni  Morin de Villefranche ont entendu s’en passer en ce XVIIe siècle qui fut, à maints égards, celui  de la critiques des savoirs (cf notre post doctorat sur la Naissance de la critique nostradamique, EPHE  Ve section, 2007) Or, aussi bien Michel Gauquelin  (1955) que nous mêmes (1976) ont envisagé une astrologie qui étudie les planétes séparément, sans donc aucune combinatoire ou connexion entre elles. Pourtant, le seul lien entre une planéte et un secteur du mouvement diurne ou de l’écliptique ne peut-il servi tout aussi bien?  On notera que d’un point de vue astronomique, les combinatoires entre planétes ne correspondent à aucune réalité car chaque planéte a sa propre course alors que l’on peut notamment étudier le passage du Soleil sur les équinoxes et les solstices ou au lever et à la culmination sans se démarquer de la réalité astronomique.  En ce sens, l’astrologie polyplanétaire nous apparait comme une fiction, un effet de pesrspective,comme dans le cas de la carte du ciel. Cela renvoie  à une divination, à une « ‘astromancie » pas très éloignée de la lecture du marc de café, on parle de mandala.  D’aucuns s’imaginent que le fait de s’appuyer sur des données astronomiques, telles que fournies dans les éphémérides constituerait une caution scientifique suffisante.

Tout  est relatif : si l’on pense à une astrologie « onomantique » articulée sur le patronymes, les chiffres de naissance, comme cela se pratiquait à la fin du XVIIIe siècle (cf L’Astrologie du livre de Thot (1785), suivi de « Recherches sur l’histoire et l’astrologie du tarot » ·, le seul fait de se servir de telles données pourra faire illusion mais c’est là une condition  nécessaire mais non suffisante/ Comme en linguistique, il importe de connaitre le mode d’emploi, le passage de la théorie à la pratique. De même au niveau alimentaire, tout produit devra être contrôle, à savoir qu’il a le contenant et le contenu, ce qui est à jeter et ce qui est à consommer. Or, pour nous, l’astronomie est le contenant et l’astrologie le contenu.

 

 

 

 

 

JHb 31 03 24

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Astrologie sous pression ou gestation tranquille.?

Posté par nofim le 30 mars 2024

jacques  halbronn   Astrologie sous pression ou gestation tranquille?  

 

 

 Comme le reconnaissent la plupart des praticiens de l’astrologie « traditionnelle », on doit prendre des « orbes »  remativement courtes, en raison du surnombre, de le foule  de facteurs à utiliser.

Lu   sur  un  Dictionaire  ( Web)

« Orbe  En astrologie, on admet qu’un aspect entre 2 planètes ne peut pas forcément être exact. L’orbe est le terme employé pour désigner cet écart toléré (en degrés).

Deux méthodes existent. La première détermine l’acceptation des orbes en fonction du type d’aspect, c’est la méthode la plus courante mais il s’agit d’une méthode simplifiée ne devant pas être appliquée à la lettre. La voici :

10° d’orbe pour les aspects de conjonction (12° si l’aspect concerne un des luminaires).
8° d’orbe pour les aspects de sextile, carré et trigone.
4° d’orbe pour les aspects d’opposition.
Toutefois, l’aspect formé par 2 planètes se révélera  d’autant plus significatif qu’il est exact.

La seconde méthode détermine les orbes en fonction des planètes en jeu par rapport à l’aspect envisagé (au degré exact).
Elle est un peu plus difficile à mettre en place mais c’est la méthode originelle (rappelons que le mot orbe signifie à la base « aura des planète ») et se réfèrent donc bien à la puissance de chaque planète plus qu’à celle de chaque aspect. La voici :
12° d’orbe concernant les aspects au Soleil.
10° d’orbe pour les aspects à la Lune (et sans doute de la Lune noire)
8° d’orbe pour les aspects à Mars, Mercure et Vénus.
6° d’orbe pour les aspects à Jupiter et Saturne.
3° d’orbe pour les aspects à Uranus, Neptune et Pluton.- »

La question qui n’est pas posée  est celle des interférences, des empiétements  entre les divers territoires,aires planétaires, notamment au sein d’un thème natal. Pour Roger Héquet, il est impératif d’avoir des orbes très faibles pour que l’on puisse « caser » tout le monde céleste. Ce qui aurait l’avantage de la précision La pratique des aspects aggrave encore la situation puisque un aspect chasse l’autre au sein d’un même cycle!.

La pratique habituelle, au niveau prévisionnel, semble bien être, par la force des choses,  celle de l’année, d’autant qu’une configuration chasse l’autre.   

Or, à nos yeux, une telle approche est  contre-productive car il faut laisser du temps au temps; la conception n’est pas la naissance! Ce qui se manifeste au moment d’une conjonction, quelle que soit sa composition, n’est pas forcément ce qui aura le plus d’impact.  C’est ainsi qu’en 1989, quand Saturne entre en Capricorne, c’est ce qui se produira en 1991 qui sera l’aboutissement et non l’épisode du Mur de Berlin,à savoir le démantélement de l’URSS, toujours en vigueur de nos jours.. Autrement dit,  saluer les événements de 89 comme la validation du passage de Saturne (avec ou sans Neptune) en Capricorne, c’est assimilable à  de l’éjaculation précoce.  (http://nofim.unblog.fr/2014/01/22/heurs-et-malheur-de-lastrologie-mondiale-au-xxe-siecle/) Mais alors  quid de l’orbe? Parce que, entre temps, il se sera passé beaucoup de choses dans le ciel et l’on peut être tenté d’expliquer les malheurs de l’URSS par d’autres facteurs plus récents, ce qui est bien fâcheux.  Décidément, les astres sont en concurrence sauvage entre eux! Le probléme se complique encore par le fait que l’on a 12 signes zodiacaux qui auront aussi leur mot à dire au sein de cette cacophonie dissonnante  dont l’astrologue serait le chef d’orchestre.

Pourtant, tout serait tellement plus simple si l’on élaguait tout ce fatras avec une seule planéte passant sur les axes saisonniers comme le préconise notre Astrologie EXOLS! Dans ce cas, la planéte prend tout son temps et pourra accoucher dans les meilleures conditions,  chaque période s’étendant jusqu’à son passage sur l’axe suivant, équinoxial après solsticial et vice versa, ce qui constitue  un  joli bail garanti de 7 ans à comparer avec les 9 mois de la gestation, soit environ 270  jours, ce qui est tout de même assez proche, numériquement, des 28 ans du cycle de Saturne ou des 28 jours lunaires! En ce sens, notre astrologie serait plutôt féminine, dans la mesure où elle ne se polarise par sur le moment du coït et d’ailleurs, l’astrologie ne s’appuie-t-elle pas sur le moment de la naissance  9 mois après celui de la fécondation?

 

Sur le web  Pour mémoire:

 

« Neuf mois : C’est le temps nécessaire au bon développement de votre bébé

 

Comme vous le savez, votre bébé a besoin de neuf mois pour prendre vie. De l’embryon au fœtus, ce petit être grandit en vous à une vitesse absolument incroyable. A partir du 21ème jour, son cœur commence à battre et il est déjà possible de percevoir les contractions cardiaques. C’est au 2ème mois que Bébé commence à se manifester par des petits mouvements grâce à la formation de ses mains et de ses doigts. Les yeux et la moelle épinière quant à eux sont déjà parfaitement formés. Le mois suivant vient ensuite le développement des cordes vocales, le visage se forme petit à petit et les organes génitaux externes sont peu à peu perceptibles : Avec un peu de chance, votre bébé se tournera comme il faut lors de l’échographie et il vous sera alors possible de savoir si c’est un garçon ou une fille. Le 4ème mois, il y a formation du placenta et développement des muscles ainsi que du système digestif. C’est à partir du 5ème mois que les principes de déglutition et de succion apparaissent. Le fœtus commence à se servir de ses pieds pour changer de position, ce qui peut être particulièrement festif pour la future maman ! Au 6ème mois les cheveux commencent à pousser, les paupières et les sourcils sont dessinés. Bébé bouge de plus en plus. Le 7ème mois, les reins, l’estomac et l’intestin sont parfaitement développés et le fœtus est réceptif aux bruits extérieurs. C’est au8ème mois que le coeur et les poumons finissent de se former. Le fœtus pèse à ce moment là environ 2,2 kg. Enfin, le 9ème mois annonce l’arrivée du bébé. Celui-ci va descendre progressivement jusqu’au moment de l’accouchement »

Ce qui est étrange, d’ailleurs, c’est que les aspects entre les deux points considérées pour toute conjonction sont précisément censés ponctuer une telle progression! Pourquoi donc mettre la charrue devant les boeufs? On en arrive au paradoxe qui fait que lors de la conjonction, l’on risque fort de saluer le processus astral qui aura précédé et non celui qui va suivre! Tout se trouvera ainsi décalé! Pourquoi, donc, une telle précipitation qui peut certes parfois saluer un événement se produisant opportunément mais tout aussi bien faire pschitt? L’astrologie, ce n’est pas le casino, la roulette où l’on sait immédiatement si l’on a gagné ou perdu la partie.  Mais dans le domaine du sport, est ce qu’un match est bouclé alors qu’il ne vient que de commencer? Nous avons ici affaire à des astrologues bien pressés par la  vie qui ont besoin de résultats tout de suite qui auront vécu dans l’urgence, dans  des espaces bondés et qui s’en sont faits une raison et qui se sont construits une astrologie à la mesure de leurs angoisses existentielles qu’ils voudraient nous faire partager.

 

 

 

 

 

JHB  30 03 24

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Quid des références aux esclaves dans la Genése et l’Exode? Le rappelannuel de Pessah.

Posté par nofim le 30 mars 2024

jacques  halbronn  Quid des références aux esclaves  dans la Genése et l’Exode? Le rappel annuel de Pessah.

 

Parmi les contradictions repérables dans la Bible se place au premier plan le statut des femmes avec deux versions opposées. D’une part,  on voit Abraham puis Isaac  s’assurer que leurs fils épouseront des femmes de leur lignage et de l’autre, Abraham s’unissant à la servante Agar pour engendrer son premier fils et  Jacob pourtant envoyé par son père Isaac s’unir à des servantes, se substituant aux fils de leur lignée, à plusieurs reprises, ce Jacob qui recevra le nom d’Israel, nom qui sera revendiqué par le royaume sécessioniste du Nord, à la mort du roi Salomon.! Comment rendre compte de telles divergences dans le texte biblique sinon en y voyant la main des Israélites, lesquels eurent tout loisir de « trafiquer » le Pentateuque, et pas seulement le Livre de l’Exode qui voit se manifester à Moise l’Hébreu  le « Dieu » des Israélites,(Benei Israel), Yahwé. Par la suite,  la fête de Paques célébrera une libération de la maison d’esclavage.

 

 Sur le web

 

 Agar (en hébreu : הָגָר, Hagar) est un personnage de la Genèse, premier livre de l’Ancien Testament. Elle est la servante égyptienne de Sarah, la femme d’Abraham. Sarah étant stérile, elle donne Agar à Abraham. De cette union naîtra Ismaël »

sur le web

 

« Abraham envoie son serviteur Éliézer trouver une compagne pour Isaac dans la lointaine Mésopotamie, parmi les membres de sa propre parenté. Il jure qu’il ne ramènera pas une femme cananéenne à Isaac. »

 

  »Quand Isaac a béni Jacob, il l’a envoyé en Haute-Mésopotamie chez Laban, pour chercher une femme. En le bénissant, il lui a interdit de se marier avec une fille de Canaan »

 

 Agar (en hébreu : הָגָר, Hagar) est un personnage de la Genèse, premier livre de l’Ancien Testament. Elle est la servante égyptienne de Sarah, la femme d’Abraham. Sarah étant stérile, elle donne Agar à Abraham. De cette union naîtra Ismaël »

sur le web

 Zilpa donnera deux fils à Jacob: Gad et Aser dont la descendance constituera deux des douze tribus d’Israël : la tribu de Gad et la tribu d’Aser.

 

 Sur le web

  »Pessa’h, la Pâque juive, commémore la libération des esclaves israélites en Égypte antique. C’est l’une des fêtes juives les plus célébrées dans le monde. L’élément central des célébrations modernes de Pessa’h est le séder : un repas rituel commémorant la libération des Israélites de l’esclavage en Égypte » Quand on examine le Commandement du Shabbat  adressé aux Israélites (Exode XX), qui les dispense  de  travailler,  on voit que l’esclave (oved)  n’est pas oublié:

 

ח שֵׁשֶׁת יָמִים תַּעֲבֹד, וְעָשִׂיתָ כָּל-מְלַאכְתֶּךָ.  8 Durant six jours tu travailleras et t’occuperas de toutes tes affaires,
ט וְיוֹם, הַשְּׁבִיעִי–שַׁבָּת, לַיהוָה אֱלֹהֶיךָ:  לֹא-תַעֲשֶׂה כָל-מְלָאכָה אַתָּה וּבִנְךָ וּבִתֶּךָ, עַבְדְּךָ וַאֲמָתְךָ וּבְהֶמְתֶּךָ, וְגֵרְךָ, אֲשֶׁר בִּשְׁעָרֶיךָ.  9 mais le septième jour est la trêve de l’Éternel ton Dieu: tu n’y feras aucun travail, toi, ton fils ni ta fille, ton esclave mâle ou femelle, ton bétail, ni l’étranger qui est dans tes murs.

 

 Selon nous, ces divers éléments témoignent de la condition de cette population du Royaume d’Israel, mise en esclavage, en servage par la maison de David, depuis des générations. D’ailleurs, la sortie d’Egypte  n’évoque-t-elle pas  ce rejet de la dynastie davidienne, assimilée au Pharaon? On aura compris que la lecture du Pentateuque est  plombée, « minée », dans tous les sens du terme, par un tel narratif israélite. Ce qui étonne, c’est que la Bible aura été à tel point cristallisée , syncrétisée  que l’on ne parvient plus à separer le bon grain de l’ivraie.

JHB  30 03 24

Publié dans Bible | Pas de Commentaire »

Jacques halbronn Astrologie. Faut-il continuer à intégrer la planéte Neptune dans le clavier astrologique? Quid de la loi de Bode?

Posté par nofim le 30 mars 2024

Jacques  halbronn  Astrologie. Faut-il continuer à intégrer la planéte Neptune dans le clavier astrologique? Quid de la loi de Bode?

Dans  son Astrologie scientifique simplifuée (Ed Jep (Reed  1964, p. 17); Max  Heindel (né Carl Louis von Grasshoff,  né le 23 juillet 1865 à Aarhus et mort le 6 janvier 1919 à Oceanside, est le fondateur de la Rosicrucian Fellowship, basée à Mount Ecclesia, Oceanside, en Californie) mettait en doute, il  y a plus d’un siècle, l’usage astrologique de la planéte Neptune en soulignant l’importance du 7 en se référant par ailleurs à la Loi de Bode laquelle « colle » avec Uranus et les Astéroïdes (Cérés, découvert en 1801)

 

 Sur le web:

 » Corroborée en 1781 par la découverte d’Uranus, la loi de Bode est mise en échec en 1846 par celle de Neptune et ne donne plus de résultats probants au-delà. Distances relatives entre les planètes du Système solaire (les tailles des planètes ne sont pas à l’échelle) ».

On sait toute l’importance qu’André  Barbault accordait à la conjonction Saturne-Neptune dans les années cinquante (l’année  1953) puis dans les années 90 (l’année 1989) du siècle dernier sans parler de l’intégration de Neptune dans son ‘indice cyclique ». En fait, le cas de Neptune se distingue de celui d’Uranus, au regard de la loi de Titius Bode (1772) On sait que Jean Pierre Nicola n’hésita pas à constituer un groupe de trois planétes dans son « RET: Uranus Neptune-Pluton; complétant les deux premiers groupes Soleil-Mercure  Vénus  et  Mars -Jupiter-Saturne, la Lune étant mise à part (voir ses « Nombres et formes du cosmos », 1977).  On pourrait évidemment affirmer que les travaux de Barbault auront validé la place accordée à Neptune et que l’affaire est entendue. Mais  jusqu’à quel point, peut-on négliger notamment le fait que Neptune est invisible à l’oeil nu ou que la durée de sa révolution sidérale dépasse la longévité humaine à la différence d’Uranus avec ses 84 ans?

Pour notre part, nous avions intégré Uranus  au sein d’un quatuor ( Mars, Jupiter, Sature, Uranus) notamment dans notre plaquette « Astrologie sensorielle » (in revue Cosmopolitan,  fin 1976) en rapport avec les 4 sens (vue, ouie, gout, odorat) Uranus est en effet visible  par l’oeil humain:

 Sur le web:

  »Bien qu’on l’observe peu, Uranus est pourtant théoriquement visible à l’œil nu si le ciel est bien noir car sa magnitude oscille entre 5,3 et 5,9. »   Quant à Michel Gauquelin, il déclarait n’avoir rien trouvé de concluant pour le lever et la culmination d’Uranus, à la naissance des personnalités retenues dans son corpus.   

En revanche, la Loi de Bode intégre tout à fait les divers  astéroïdes (Cérés etc) situés entre Mars et Jupiter, ce qui fait un peu désordre. Néroman leur accordait une place dans son dispositif des maîtrises. Il semble bien que le systéme solaire a pu être réaménagé à une certaine époque et qu’ Uranus, au niveau anthropocosmologique aura laissé la place à notre satellite, la Lune, dont la révolution est le tiers de celle de Mercure, ce qui la fait correspondre aux chiffres de la Loi de Bode. Cette Lune que Gauquelin aura validée astrologiquement à la différence de Neptune et de Pluton (découvert en 1930) Lune qui comporte les mêmes chiffres que ceux de Saturne: le 28  et le 7 . On (les « dieux ») aurait donc constitué une nouvelle version du systéme solaire autour d’un axe Lune Saturne, excluant Uranus  avec six astres  Lune Mercure vénus Mars  Jupiter et Saturne, le Soleil étant le vecteur central.

Si l’on revient sur les résultats et modéle  Barbault , signalés plus haut, nous avons montré que dans les cas étudiés, la présence de Neptune n’était pas nécessaire car la conjonction était assez concomitante du passage de Saturne sur les axes saisonniers. C’est particulièrement le cas en 1989 quand Saturne était au début du signe du  Capricorne (signe du solstice d’hiver) en même temps qu’il se conjoignait avec Neptune. En revanche, dans Clefs pour l’astrologie (Ed Seghers 1976), nos courbes sinusoidales  pointent cette date. Par la suite, nous avons décalé le début des phases et le capricorne correspond au milieu et non plus au début d’une phase solsticiale, soit à son maximum sur une période de 7 ans..

Rappelons enfin les malheurs de Pluton, ce qui ne semble pas avoir beaucoup troublé les astrologues…..

 sur le web

  »En août 2006, Pluton a perdu son statut de neuvième planète du Système solaire. A la suite d’un vote de l’Union astronomique internationale, elle s’est vue rétrogradée en planète naine. La raison principale de ce changement d’appellation provient d’une redéfinition de ce qu’est une planète »

 

JHB 30 03 24

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Première et seconde alliance: du devoir à la nécessité

Posté par nofim le 29 mars 2024

jacques  halbronn  Première et seconde alliance: du devoir à la nécessité 

 

 

Quand Jésus évoque une Nouvelle Alliance, que faut-il entendre par là? Quel changement cela implique-t-il? Est ce que cela a bien eu lieu, au final?

Nous pensons que la distinction, l’évolution peut se traduire au moyen de la dialectique  Devoir.Nécessité? En effet, faire les choses par devoir, est ce que cela signifie que l’on a compris le pourquoi d’une telle obligation, d’un tel « Commandement » à l’instar des Dix Commandements?

Nos travaux sur ce que nous appelons les ‘topiques sensorielles » auront mis en évidence la force des sensibilités à tel ou tel stimulus, selon le sexe et l’on peut dire que dans ce registre, on est plus dans la nécessité que dans le devoir. Par exemple, se laver, être propre sur soi pourra être vécu par les un(e)s comme un devoir de conscience  et par les autres comme une nécessité impérieuse dont on ne saurait s’abstenir. En pratique, il sera plus aisé d’échapper à un devoir qu’à une nécessité sensorielle liée à la vue, à l’ouie, au goût, à l’odorat ou au  toucher(les 5 sens)

Quand Jérémie évoque le  passage d’un ancien régime à un nouveau régime, il précise bien que le nouveau sera fortement impératif et ne dépendra pas du charisme de quelque guide spirituel. Autrement dit, la Nouvelle Alliance se passe du pouvoir des chefs et entend impacter directement le peuple, on passe d’une dynamique allant du haut vers le bas à une dynamique située, gravée à la ‘base » et sur laquelle on n’aurait plus prise. Est ce bien cela que Jésus annonce comme perspective?  Il semble bien, en tout cas, que les Protestants (Réformés), à partir du XVIe siècle aient tout à fait assumé cette idée de Nouvelle Alliance telle que nous la présentons ici:

Sur le web

. » Pour les pères du Protestantisme, en effet, l’existence humaine est basée sur une prédisposition absolue. Aucune possibilité de choix, aucune variable liée à nos décisions, à nos actions. »

Mais on ne peut s’empêcher de penser à l’Astrologie du moins sous la forme « généthliaque »  du thème natal. En revanche, l’Astrologie Mondiale s’articule davantage sur le pouvoir des chefs qui se font plus ou moins obéir et le mot désobéissance sous- tend l’intervention du prophéte Jérémie (Ch; XXXI, 31). Selon nous, ces deux visions, représentations de l’Astrologie cohabiteraient bel et bien, ce qui correspondrait grosso modo aux modéles  mis en avant par Michel Gauquelin d’une part et par nous même de l’autre. 

L’ astrologie gauquelinienne s’articule sur le moment de naissance et détermine une certaine structure professionnelles des sociétés humaines, autour de la Science, du Sport, de la Politique, notamment. Il nous semble cependant que cette astrologie tend à impacter  une certaine élite et non pas le premier venu, au vu des critères de sélection qui ont présidé aux statistiques de Michel Gauquelin. 

Sur le web:

« Gauquelin, qui fera des recherches statistiques sur les groupes professionnels, avec des résultats lumineux en faveur de la théorie traditionnelle de l ‘Astrologie »..( OpenEdition Books  https://books.openedition.org › psn 

 
 Cela signifie que là encore une élite est quand même impliquée et censée entrainer derrière elle le peuple, lui servir d’exemple, l’encadrer plus ou moins étroitement. Il ne s’agit pas chez Gauquelin de thèmes de naissance personnels  pour tout un chacun, comme voudraient le laisser accroire les praticiens de la consultation astrologique mais de personnages publics dont Gauquelin  a pu accéder aux coordonnées de naissance par le moyen de registres de personnalités. Pour le Christianisme, l’on parlera des prêtres dans un travail de proximité, agissant par la pratique de la confession, de directeurs de conscience.

 

 

 

 

 

 

JHB  29 03 24

Publié dans Juifs, RELIGION | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Linguistique comparée et restitution de l’oralité d’origine du français grâce aux emprunts.

Posté par nofim le 29 mars 2024

 

jacques halbronn  Linguistique comparée et restitution de l’oralité d’origine du français grâce aux emprunts.

Dans une étude sur L’Ecriture, Christine Marcellesi (in Collectif  « Linguistique Ed Larousse, 1977) au  chapitre « Ecritures syllabiques er alphabétiques « , il ressort  que l’alphabet phénicien n’est consacré qu’aux seules voyelles et ce seraient les Grecs qui auraient complété un tel  dipositif/Or, il n’en est rien, ce qui tiendrait  à la dynamique même de la langue, à son  économie, à son ergononomie: C’est ainsi que l’écrit se prête à plusieurs lectures alternatives ,ce qui tient à la polarité Masculin/féminin ou plutôt l’inverse et Singulier – Pluriel   . Autrement dit, la langue sera traitée, captée, au fil  des  conjonctures   et sur un mode cyclique.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            

 

On s’intéresse à la cyclicité  dans le domaine linguistique à l’instar de nos travaux cyclologiques, ce qui constitue le champ  de l’anthropolinguistique.   Nous avons abordé  précédemment  la prononciation du « oui » français (marquant l’affirmation, le positif) et avons proposé de prononcer  « ouille » le oui quand le i n’est pas accompagné d’un tréma comme pour  ouïe. Le tréma  contrebalance l’impact de la voyelle qui suit le ‘ou » à l’écrit. Par conséquent, sans tréma, le « oui » doit s’entendre « ouille ». En effet, selon nous, désormais, la forme « ou » du français correspondrait au u umlaut de l’allemand et quand, en allemand, on ne met pas d’umlaut, le u s’entend « ou ». En fait l’umlaut  correspond au tréma du français et joue un rôle pivotal, c’est à dire cyclique par son absence ou sa présence. Rappelons que l’on trouve aussi en allemand avec le  a  et le o, dans le premier cas, cela donne le son « é » et dans le second, le son « e », soit le e accentue ou non accentué. Or, l’on remarque que ces pratiques diacritiques de l’umlaut allemand concernent essentiellement des emprunts au français, au niveau lexical, ce qui laisse entendre que ce « tréma » a vocation à restituer au mieux la phonie française plutôt que de la soumettre à l’allemande.

exemples  :  ökonomie, Föderation, Nazionalität, Universität etc Autrement dit, les emprunts allemand et anglais au français nous renseignent sur l’original français oral  au moment du transfert.

 En ce qui concerne la prononciation du « ou » français, nous proposons donc le  u umlaut de l’allemand et donc sans le o précédant le u, le u devrait se prononcer « u »  comme en allemand en l’absence d’umlaut. Or, le français actuel fait l’inverse, il prononce « u » la lettre simple et « ou », le couple « ou »!

En ce qui concerne la prononciation du « oui »  français, cela signifie que la forme  « ou » doit s’entendre comme le « u » allemand avec umlaut.  mais si ‘elle est suivi du « i », l’on doit basculer vers le « u » allemand sans umlaut. Ce qui donne   phoniquement « ouille » Rappelons  le cas  de  païen, avec trema qui empêche de rendre  « pai »  tout comme celui de l’ouïe; qui empêche de produite le son ü (selon le code de l’ umlaut  allemand). qui serait la prononciation française d’origine.  Le « oui » actuel du français ne peut être rendu par le ü en raison du « i » qui suit le « ou » et l’on devrait donc prononcer « ouille » et non « oui » en français. 

On peut en dire autant, éventuellement, pour les formes anglais avec « gh, ce qui équivaut au  « y ». : night, right, pourraient notamment dériver du français nuit  et droit, dès lors que l’on restitue leur ancienne prononciation avec le « i » qui donne « igh ».à l’oral  Droyt donnerait Right, Nuyt, Nuit. Notons que ces termes se retrouvent dans d’autres langues latines:  derecho, noche en espagnol,  diritto, notte, en italien.  On peut certes se référer, verticalement,  à une langue commune indo-européenne à l’origine mais peut-on exclure l’hypothèse horizontale d’un emprunt?. Il est intéressant de comparer l’écrit français d’un emprunt de l’anglais. C’est  ainsi que le français « joie » parvient en anglais sous la forme  « joy » avec la prononciation « joye »(enjoy). Nous pensons très plausible que le modéle français devait s’entendre  comme en anglais. De même cry à partir du français « crie » (ou try) nous conduit à penser que le son français était assez proche de ce que donne l’anglais;

Il est, par ailleurs,  logique que ces « lettres couplées » comme le ou,le au, le oi,  le ei  correspondent à des sons différents de ceux produits par les lettres « simples » – une telle dualité se retrouve dans le commentaire du Sefer Yetsira ( Livre de la Création, en kabbale) avec la catégories des lettres doubles (7 ou 6)  et simples (12)  C’est ainsi que la forme « oi » doit produire un son non réductible à ses composantes, sauf si suivie d’une voyelles;  Royal,  perd le son « oi »  de ‘roi » même si le français actuel ne respecte pas cette régle, laquelle est pratiquée en anglais « ro-yal. 

 

 

 

 

 

  JHB  31  03 24

Publié dans LINGUISTIQUE | Pas de Commentaire »

Jacques halbronn Réflexions autour du traité d’astrologie généthliaque de H. Selva, 1902

Posté par nofim le 28 mars 2024

Jacques  halbronn Réflexions autour du traité d’astrologie généthliaque de H. Selva, 1902 

 

Selva (d’origine  juive, Vlés) se sera beaucoup intéressé  l’astrologue du XVIIe siècle,  Jean Baptiste Morin( dit de Villefranche ) et à son Astrologia  Gallica mais il n’aura pas réus – pas plus d’ailleurs que Jean Hiéroz (alias Rozières)- son successeur en quelque sorte, à découvrir ses Remarques Astrologiques parues en 1654 (chez Morin lui même) et 1657 chez P. Ménard, donc avant son Astrologia Gallica, qui sont une sorte de résumé en français du gros volume latin en préparation qui sortira à La Haye en 1661, peu de temps après sa mort, ouvrage que nous avons fait reparaitre en 1975 dans la collection dirigée par René Alleau, chez Retz; Selva aura traduit en français certains chapitres de cette Astrologia Gallica (cf  La Théorie des déterminations. astrologiques de Morin de Villefranche ) On s’intéressera ici au Traité d’Astrologie Généthliaque paru en 1902. chez Chacornac.  Rappelons notre ouvrage collectif, paru en 1992, chez Trédaniel  La vie astrologique il y a cent ans, d’Alan Léo à  F. Ch. Barlet.

Dans ce Traité, il parle de ces deux réformateurs de l’astrologie que furent Kepler  et Morin de Villefranche (p. 32), ce qui vient confirmer la thèse que nous avons exposée dans notre post doctorat (EPHE  2007) sur l’essor de la démarche critique au XVIIe siècle, à propos de l’ouvrage, paru anonymement, du Dominicain  Jean Giffré de Rechac (alais jean de Saint Marie), Eclaircissement des véritables quatrains de Maistre Michel de Nostradamus  (1656), sur « la naissance de la critique nostradamique »  à peu près à la mort du dit Morin. Mais le XVIIe fut aussi le siècle de la critique biblique  avec le Juif  Baruch  Spinoza  et  l’Oratorien Richard Simon.(Histoire critique du  Vieux Testament. Selva décrit ainsi la démarche de Kepler et de Morin: « Kepler parait avoir été parmi les premiers  à avoir dénoncé les aberrations et les stupidités au milieu desquelles l’astrologie se débattait alors mais c’est son contemporaine M. de V   qui a taillé dans le vif pour extirper cette corruption avec une méthode véritablement scientifique qui le place d’emblée  de beaucoup au dessus de ses prédecesseurs » Pour Selva, l’astrologie doit reposer sur des principes « naturels » « L’influence astrale est une opération de la Nature (..) c’est une affaire d’observation  et de jugement »

Mais Selva, tout comme Morin, reste un adepte de cette Astrologie généthliaque qui est annoncée au titre de son livre, le thème apparaissant comme une donnée sine qua non, position que partage Barlet (p. 52) Ces deux auteurs pensent que les astres à la naissance ne font que refléter l’état de la personne, thèse que reprendra Michel Gauquelin, allant jusqu’à dire que les naissances provoquées médicalement faussent la corrélation astrologique. Selva conclut  » L’astrologie affirme que la naissance physique ne s’opére qu’au moment où les configurations planétaires et les positions astrales sont en harmonie avec les virtualités psychiques propres au nouvel être » (p; 54) 

Pour Selva (p. 167), si les caractères généraux propres à notre Humanité sont des constantes qui ne dépendent pas des influx célestes, en revanche, les spécificités individuelles reléveraient du thème natal. Or, en ce qui nous concerne, ce seraient au contraire, comme l’a montré Gauquelin à propos des types planétaires ( Lune, Vénus, mars, Jupiter et Saturne), les grandes structures sociales  qui correspondraient aux  positions natales.

Selva précise, citant l’Astrologia Gallica (p; 184): « Morin, entre autres, veut que les causes célestes qui ont déterminé potentiellement, dans une nativité, un événement donné, s’accordent à réunir et à exciter au moment voulu les causes circonstancielles qui sont requises pour sa réalisation ». Selon nous, l’astrologie n’a pas à s’intéresser à l’individu mais à déterminer le fonctionnement général de la Société. 

Selva conclut (p, 292) « Ne jamais tirer un horoscope sans savoir au préalable l’origine de l’enfant et sans connaittre les conditions d’état, de rang, et de fortune  des parents » C’est dire que l’astrologue selon Selva doit prendre connaissance d’un certain déterminisme général, ce qui correspond assez bien à l’astrologie conditionnaliste de Jean Pierre Nicola.

 

JHB  30 03 24

 

 

 

 

 

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Réflexions autour du numéro de La Tour Saint Jacques sur l’Astrologie. 1956

Posté par nofim le 28 mars 2024

jacques  halbronn Réflexions autour du numéro de La Tour Saint Jacques sur l’Astrologie.  Mai juin 1956

 

Cette revue dirigée par Robert Amadou, alors dans sa trentaine,  parut au lendemain de publications importantes d’andré Barbault et de Michel Gauquelin: Défense et illustration de l’astrologie d’une part,  L’Influence des astres, de l’autre.  et au lendemain du Congrès international de Paris (fin 1953, Palais de la Mutualité) Le numéro s’ouvre sous le titre  » L’astrologie contemporaine ».avec un « Bilan de l’Astrologie » par André Barbault, également trentenaire, un texte sur « le mouvement astrologique en France » titre que nous reprendrons vingt ans plus tard lors de la création du MAU, un texte de François Secret sur l’Astrologie et les Kabbalistes Chrétiens à la Renaissance, un autre de Serge Hutin « Le fondement « platonicien » de l’astronomie keplerienne selon W. Pauli, une étude de Jean Porte « L’influence des astres et la statistique » concernant le travail de Gauquelin, dans sa vingtaine, lequel lui répond « La critique de M. Porte et la réalité expérimentale » Puis un texte de l’abbé André Blanchard « Le fidéle catholique devant l’astrologie »,celui ci ayant participé au congrès international  de Paris de 1937. Amadou lui même  sur « Astrologie Perennis », cloture le dossier, le reste du numéro traitant d’autres matières. En 1979, le même Amadou contribuera à notre Aquarius ou la Nouvelle Ere du Verseau (Ed Albatros. Autre Monde), un collectif assez comparable à celui de 1956. 

Dans son avant propos, Robert Amadou oppose  les symbolistes et les physicistes en ce qui concerne le processus de corrélation entre les hommes et les astres, distinction que reprend Barbault, lequel a le sentiment que l’astrologie retrouve, en ce milieu du XXe siècle, une certaine présence dans la société. Cela dit, aucun congrès astrologique ne se tiendra plus en France pendant 20 ans jusqu’à ce que nous en relancions la dynamique.. Arrêtons nous sur le panorama du Mouvement Astrologique avec la création du Centre International d’Astrologie au lendemain de la guerre,  la place des Cahiers Astrologiques de Volguine. On y note que les publications astrologiques  sont le plus souvent cantonnées dans des éditions marginales, à compte d’auteur..

Venons en  au débat consacré  au jeune Gauquelin. Jean Porte note que l’auteur n’a trouvé (en 1955) que trois planétes donnant des résultats significatifs, Mars, Jupiter et Saturne. . Porte suggère, comme contre épreuve de changer les heures de naissance  Qupour voir ce que cela changerait. Que répond Gauquelin?  Que depuis la parution de son livre, il a travaillé sur d’autres corpus avec des résultats comparables. Ce serait, selon nous, un mauvais procés que de reprocher à Gauquelin qu’il n’aura retenu que les approches qui donnaient des résultats, par élimination. Au contraire,  le fait qu’il y ait des résultats négatifs est un bon point, notamment en ne retenant pas les planétes au delà de Saturne.  Amadou, dans sa conclusion  objecte que l’on ne peut isoler une planéte (p. 142)  « L’isolement d’une planéte est déjà arbitraire puisque, les  formes, les  aspects, les  figures dessinés par les corps  célestes importent plus que  leurs masses  et leurs  dimensions. Mais il est  aussi dangereux d’isoler une prétendue  « science  astrologique »  (…) de la personne  de l’astrologue qui,  autant  que le sujet d’un  horoscope et  autant que le tableau du ciel, appartiennent  au complexe  astrologique ». Seul ce complexe est  astrologique ». Amadou  évoque « ces éléments démembrés, tels les morceaux d’un miroir ». Autrement dit, pour Robert Amdou, à l’époque,  l’Astrologie serait un tout indivisible, à prendre ou à laisser. Or, si Gauquelin  a obtenu des résultats à partir de facteurs « isolés », c’est bien qu’il était possible de procéder ainsi, ce qui remet en question, ipso facto, la thèse d’Amadou!

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB 28 03 24

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Linguistique du français. le traitement des séquences diacritiques AIE, EIE, OUI, OIA. Le « oui »/

Posté par nofim le 28 mars 2024

Jacques  halbronn Linguistique du français.  le traitement des  séquences diacritiques  AIE, EIE, OUI, OIA. 

 

Parallélement au procédé des diphtongues comportent l’usage de la lettre N (an, on, (a)in, en, un), nous disposons, en principe, en français d’un certain usage de la lettre I.  comme dans les séquences de voyelles AIE (aille), EIE (veille), OUI (mouille), OIA.(royal)   avec intervention du Y  ou du double L. Il s’agit d’un duo AI, EI, OU, OI  susceptible d’être perturbé par un troisiéme  facteur de type voyelle (E, I, A)   Pour  guider le locuteur dans un certain dédale, on aura cru bien faire, à un certain stade, de lui faciliter la tâche par l’usage diacritique d’un accent, d’une apostrophe, d’un Y  ou d’un double LL,  sans d’ailleurs, dans bien des cas, obtenir les résultats escomptés.

Si les « duos » sont bien connus et respectés, il n’en est pas de même quand un troisiéme facteur se présente qui vient dissoudre la combinaison, ce qui vaut aussi pour les diphtongues qui se défont par l’adjonction d’un  e notamment (bon/bonne) En fait, d’ailleurs, c’est le contraire qui se produit et c’est la diphtongue qui vient abréger la forme longue: on passe de bonne à bon et non de bon à bonne. A notre connaissance, si le cas des diphtongues a été décrit, il n’en est pas de même pour l’autre cas dont il sera traité ici, la preuve en est au demeurant que la régle exposée plus haut n’est guère appliquée, à commencer par la prononciation du « oui »  français (par opposition au  « non »  diphtongué). 

Il nous apparait assez évident que la forme « ouille »  doit être analysée comme  un « oui », le  « i » mettant fin au son « ou », à deux lettres. On passe ainsi de « ou » à « ouye » ou « ouille », le i jouant ici le rôle d’une consonne comme pour le Iod hébraîque, tantôt  I (voyelle), tantôt « Y ».(consonne) On fait le même constat pour  royal,  qui est lié à « roial ». Dans ce cas, le son « oi »  doit disparaitre et se décomposer tout comme le son « ou ». Là encore, l’on peut penser que  que roial  a évolué vers  « roi » et non l’inverse, selon notre principe d’abréviation. De même, on sera passé  de « oui »  à « ou » par suppression du troisiéme facteur qui est en fait antérieur.

  Revenons sur le cas de la forme OUI. On note l’existence d’un tréma  pour « ouïe », ce qui donne  ou-i  permettant de distinguer du « oui ». Avec le tréma, le son « ou » se maintient suivi du « i » alors que sans le tréma, l’on a « ouille » sans le son « i » propre au troisiéme facteur. Le français est riche en formes en « ouille »: trouille, grouille, débrouille, couille, mouille, rouille, souille, andouille, vadrouille,nouille etc Et notre  « oui », affirmatif,  doit être intégré au sein d’une telle série puisqu’il n’y  a pas ici  de tréma sur le « ï », ce qui le distingue du sens de l’ouïe.( ouï-dire – Larousse). Voyons ce qu’il en est en anglais, si riche en emprunts au français (normand), dans la pratique parlementaire.( https://www.parliament.uk/site-information/glossary/aye-and-no-lobbies). Les parlementaires se divisent entre ceux qui acceptent un texte par un « aye » et ceux qui le rejettent par un « no », ce qui est proche de « ouille » (selon notre restitution pour la lecture orale du  « oui ») et de « non ». De même l’anglais aura-t-il  perpetué la forme « ro-yal » perdue en français, ce qui supposerait le respect d’un tréma à l’écrit..

On note que  le passage de l’indicatif au subjonctif, en français,  recourt à une telle dualité.   le verbe avoir  est emblématique en ce sens:  on  a  « j’ai » à la première personne de l’indicatif singulier  et  » que j’aie » au subjonctif. Mais peut-on prononcer les deux formes de façon identique?  Il est clair, au regard de nos précédentes descriptions, que le subjonctif  doit s’entendre  « que j’aille » ou  » que  j’aye.   puisque l’on  se trouve dans la séquence  AIE  (même si cela se confond en l’occurrence avec le verbe défectif  aller) En revanche, à la troisiéme personne qui s’écrit  « qu’il ait », la consonne t préservera le son « AI ».

 

. aient

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB 28 03 24

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

12345...7
 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs