• Accueil
  • > ASTROLOGIE
  • > jacques halbronn Réflexions autour du Traité Pratique d’Astrologe mondiale d’Horicks et Michaud (1941) comme lecture de chevet du jeune André Barbault

jacques halbronn Réflexions autour du Traité Pratique d’Astrologe mondiale d’Horicks et Michaud (1941) comme lecture de chevet du jeune André Barbault

Posté par nofim le 20 mai 2024

jacques  halbronn Réflexions autour du Traité Pratique d’Astrologie mondiale d’Horicks et Michaud,  Nice, juin 1941 Ed des « Soirées Astrologiques »)

 

Cet ouvrage ne doit pas être oublié quand on aborde l’indice cyclique d’André Barbault (Les astres et l’Histoire, 1967) lequel se référe au seul Henri Gouchon pour des publications datant de  la fin  des années Quarante. C »est ainsi que l’intérêt de Barbault pour le début des années 80 du siècle dernier, ne peut guère s’expliquer sans l’existence du Traité de 1941

 Dès les premières pages, les auteurs (en couple) mettent en avant les « grandes conjonctions planétaires » Page 10, on lit « Certaines conjonctions  caractéristiques des trajectoires  s’imposent immédiatement à l’observation du profane(conjonctions  importantes 1850  à 1852, 1881 à 1894, 1914 à 1921, 1940, 1941 1942 1943 1945, 1947 sont autant  d’étapes marquées  par la course des planétes dans l’espace! 1981 ouvree une étape nouvelle, la grande échéance du XXe siècle dont le noyau central se dessine nettement de 1988 à 1992, comme l’indique notre graphique (…)  1914-1915, la guerre mondiale donnant naissance en 1917 à la révolution russe et au nouvel ordre européen (..)Nous arrivons à une nouvelle concentration astrale (conjonctions multiples: 1940, 1941, 1942 d’où  surgira une ordre nouveau (..) Quoi qu’il en soit, la grande échéance du XXe siècle se situe très nettement de 1981 à l’an 2000 avec les saillies  caractéristiques en deux étapes fondamentales: 1981, 1982, 1983 puis 1988-1989, 1992, les années 1997 et 2000 sont importantes mais s’effacent comparativement aux années majeures qui précédent »  On notera que les années 1989-1992 sont soulignées, ce qui se retrouvera chez Barbault (Défense et Illustrations de l’Astrologie,  Grasset, 1955) avant sa publication de 1967  relative au début des années 80.  C ‘est dire que la fixation sur 1981  comme temps majeur, après les deux guerres mondiales, revient à ces auteurs belges, passés de  Bruxelles à Nice dans les années 40. 

Pour notre part, la méthode proposée dans ce Traité ne saurait être pérenisée car les conjonctions planétaires  sont un substitut au « triangle » planéte/étoile fixe/point vernal), l’unité de base étant de 14 ans, soit la moitié d’une révolution sidérale de Saturne.  Il reste que ces auteurs portent la responsabilité du fiasco prévisionnel de Barbault pour 1981  lequel  met en évidence le peu de valeur à accorder aux « conjonctions planétaires ». Mais revenons sur le cycle Saturne -Neptune qui occupera Barbault dans ses publications des années cinquante avec notamment la mort de Staline en 1953. On lit à la page 34 de notre Traité Pratique d’Astrologie Mondiale  à propos de ce cycle: « La dernière conjonction se fit vers 5° du Lion en 1917 (…)Elle se renouvellera en 1953 vers 23° de la Balance » No comment! .On notera que Barbault publiera un « Traité Pratique d’astrologie » reprenant le titre d’H et M.  Les auteurs (p. 195) notent en 1941 « Nous avons été étonnés de retrouver sans citation de sources des idées et passages de nos conférences dans un récent ouvrage sur l’astrologie mondiale écrit et édité par deux astrologues à qui nous avions offert gracieusement  nos travaux. Nous espérons qu’il s’agit d’un oubli » qui est ici visé?   On retrouve cette observation  dans le Manuel  de G B de Surany  (Nice, Ed Cahiers Astrologiques, 1941); » A chaque coup (Saturne/Neptune) ce sont des mouvements révolutionnaires qu’elles provoquent comme nous l’a démontré le passé et comme nous le démontra, plus récente, celle du Ier aout 1917  (..) C’est elle  qui déclencha la révolution communiste en Russie » En 1951, Michel de Socoa ( Ed Chacornac) avait mis l’accent sur l’année 1989 (Réédition 1981, p. 39) comme le rappelle Marc Cerbère  « Michel de Socoa et la grande doriphorie de 1989 pour l’URSS » AstresNet.org | 2010), soit 4 ans avant le pronostic de Barbault pour cette même année.

 

On s’arrêtera sur la « conclusion » de l’ouvrage  qui nous semble fort discutable: » Plus l’homme s’initie à la connaissance du cosmos (..)plus il se sent petit, humble, reconnaissant envers les bienfaits de la Nature, où tout est organisé,prévu en vue de son bonheur » Or, l’ordre astrologique n’est aucunement celui de la Nature mais bien plutôt d’une « SurNature » établie par une certaine Humanité, qui n’est probablement pas  la notre mais qui n’est surement pas assimilable à la  « Nature » – ce qui reléve de la question d’une « humanité » extra-terrestre. 

 

Bibliographie

 Patrice Gunard  signale: dans son étude sur l’Astrologie française au XXe siècle: 
« Louis HORICKS (1900-1992) & Henriette MICHAUX, Traité pratique d’astrologie mondiale (Nice, Les Soirées Astrologiques, 1941)
– cet ouvrage (avant ceux de Michel de Socoa, Dane Rudhyar, Robert Doolaard, André Barbault, San Miguel de Pablos…) avance la possibilité d’une analyse des grandes mutations historiques en fonction des conjonctions des planètes lentes, et notamment des cycles Pluton-Neptune et Neptune-Uranus. »

 

L. HORICKS & H. MICHAUX, Traité pratique d’astrologie mondiale, suivi de La Clé des prédictions nostradamiques. Cédra-Astralis, 1990 [2e édition].

 

JHB 25 05 24

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs