Jacques Halbronn Psychosociologie. Leadership L’archétype « Moïse » , la solitude du chef face au peuple.

Posté par nofim le 28 mai 2022

Jacques  Halbronn  Psychosociologie. Leadership  L’archétype « Moïse » , la solitude du chef face au peuple. 

 

 

La critique des textes – textologie- ne saurait se passer de schémes , de  grilles censés sous tendre une certaine anthropologie. Cela lui permet de corriger ou/et de compléter certaines lacunes ou de signaler certaines interpolations en établissant une norme de référence. Sans disposer de tels outils, le chercheur se trouvera bien démuni (on pense à la Fourmi de la Fable) et impuissant face à la corruption des textes, des corpus.   Nous nous intéresserons ici plus spécialement à dessiner le portrait type du chef, avec ses forces et ses faiblesses.   Il est clair que le leader, paradoxalement, peut sembler devoir souffrir d’une certaine fragilité, pour des raisons en quelque sorte numériques et quantitatives puisqu’il est condamné à être minoritaire face à la masse de ceux auxquels il aura affaire.. On pourrait en ce sens parler de mystère, de miracle du chef, Certes, la vie d’un leader n’est pas une partie de plaisir et la Roche Tarpéienne est proche du Capitole. Il est dépendant du processus de cycicité, d’alternance et il entre en rivalité avec d’autres prétendants au commandement, à l’exercice du pouvoir. 

C’est sous cet angle que nous entendons traiter de la question du Messie, dans la Bible (Ancien et Nouveau Testaments) et plus généralement du Juif autour de cette formule « Nul n’est prophéte en son pays » (Evangile). Une confusion fort répandue consiste à croire que le leader a vocation à guider « son » peuple alors qu’en réalité, le leader est envoyé, délégué, vers un peuple qui n’est pas le sien, comme dans le cas de Moïse, de Cyrus ou de  Jésus.. Le cas de Cyrus, le roi de Perse, est matriciel en ce qu’il génére moins de contre sens Il est présenté comme « messie » (oint) envoyé vers les Hébreux en vue de les ramener à leur terre d’origine dont ils ont été déportés ‘(c VIe siècle avant JC) Cyrus aura, selon nous, servi de modéle pour dessiner les profils de Moïse et de Jésus; Or, la plupart du temps, on nous asséne que Moïse était un Hébreu et que Jésus s’adressa à son peuple, les juifs. Certaines interpolations et ajouts  auront d’ailleurs créé, entretenu délibérément  le doute quant à leur appartenance et à leur mission. Comme nous l’exposions plus haut,  il est nécessaire de repérer de telles additions et distorsions en se servant d’une grille de lecture fiable et viable.  Dans Le monde juif et l’astrologie ( Ed Arché 1985), nous avons montré qu’il existait un scénario de naissance tant chez Moise que chez Jésus (le berceau, la créche.

D’ailleurs, Mahomet n’est-il point appelé ‘envoyé ( rassoul) d’Allah? 

 

Exode  III  Le verbe sholeah a donné « shaliah » en hébreu, l’envoyé.

 

י וְעַתָּה לְכָה, וְאֶשְׁלָחֲךָ אֶל-פַּרְעֹה; וְהוֹצֵא אֶת-עַמִּי בְנֵי-יִשְׂרָאֵל, מִמִּצְרָיִם.  10 Et maintenant va, je te délègue (Eshlakhkha) vers Pharaon; et fais que mon peuple, les enfants d’Israël, sortent de l’Égypte. »

 

 En fait, les deux premiers chapitres du Livre de l’Exode ont été ajoutés et l’ouvrage devrait débuter au chapitre III tout comme celui de la Genése, au chapitre V d’où  ses premiers mots (Toldoth) qui rendent compte du nom du titre  grec (Septante) Genése. On notera les redondances avec le Ier Chapitre de ce Livre. « Lorsque Dieu créa Adam, il le fit à sa propre ressemblance. »(à son image)

 

א זֶה סֵפֶר, תּוֹלְדֹת אָדָם:  בְּיוֹם, בְּרֹא אֱלֹהִים אָדָם, בִּדְמוּת אֱלֹהִים, עָשָׂה אֹתוֹ.  1 Ceci est l’histoire des générations (Toldoth) d’Adam Lorsque Dieu créa  Adam, il le fit à sa propre ressemblance.

 

 Venons en à présent au personnage du Juif dont il est couramment rappelé la condition d’étranger.  Mais n’est ce pas justement le lot du chef d’être étranger au groupe auquel il a affaire,  à ses risques et périls ? Or,  le discours sioniste en vigueur ne semble pas avoir intégré une telle problématique et se lamente sur le sort des Juifs, à la merci des pogroms. Il n’arrive pas à penser valablement  la condition minoritaire du chef en appliquant aux Juifs un modéle inadéquat et inapproprié, ce qui est toujours facheux. La notion même de peuple  convient-elle en la circonstance? On peut en douter.  On pense au cas des femmes, vouées, du fait de l’exogamie à se trouver également « étrangères » au sein de la famille de leur époux.  En ce qui concerne Jésus, il est clair qu’il a été envoyé vers un une autre population que la sienne, selon le modéle que nous exposons ici.  Ceux qui usent de l’argument de la judéité de Jésus pour laisser entendre qu’il ne pouvait que s’adresser aux siens font fausse route, en jouant sur une prétendue synonymie entre maison d’Israel et maison de Juda, ce qui est une falsification caractérisée.

 

 

 

 

JHB  28 05 22

Publié dans anthropocosmologiz, judaîsme, Juifs, RELIGION, SOCIETE, théologie | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Astrologie EXOLS L’effet de répétition du scénario des phases solsticiales.

Posté par nofim le 28 mai 2022

jacques  Halbronn    Astrologie EXOLS  L’effet de répétition du scénario  des phases solsticiales.   

 

 

 La phase solsticiale raméne des situations anciennes à la conscience. Nous présenterons ici une étude personnelle.  En 1993, on était tous en phase solsticiale depuis 1989 et l’on sait que cela conduira à l’effondrement de l’URSS en 1991, avec les réminiscences de la période présoviétique des pays de l’Eirope de l’Est (Pacte de Varsovie); 

A notre niveau, en 1993, il y eut la réédition des Clefs pour l’Astrologie, ( Seghers) 1976)  et la parution  de deux ouvrages consacrés à des éditions de textes comme en 1975-77 (chez Retz)  où étaient parus- Morin de Villefranche  et Abraham Ibn Ezra . Cette fois, ce fut le  tour de Nicolas Bourdin, qui complétait le Morin de Villefranche  et d’Etteilla. (chez Trédaniel) Nous fimes paraitre un Nouveau Guide de la Vie Astrologique à ce moment là, qui poursuivait l’entreprise engagée en 1978.(déjà chez Trédaniel) L’ouvrage sortira en 1997 aux éditions Olivier Laurens.

Au niveau  de la vie privée, en 1993, nous avions renoué avec une femme   rencontrée en 1976 et en fait avions complété ce qui avait été ébauché avec elle par le passé.

Quinze ans plus tard, nouvelle phase solsticiale, avec  le Congrès de Paris, de novembre 2004, où l’on retrouva l’ambiance des congrès des années 70, trente ans auparavant avec la venue des USA  de Julienne Mullette (Sturm Gilmann) qui avait organisé un Congrès ISAR à Paris en septembre 74.   Le probléme, c’est que lorsque le scénario récurrent, remémoré, est marqué par le souvenir d’une union, la phase solsticiale ne pas favorable à une telle idée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB  28 05 22

 

 

 

 

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Les notions essentielles de subconscience et de surconscience.

Posté par nofim le 22 mai 2022

jacques  Halbronn    Astrologie EXOLS  Les notions essentielles   de subconscience et de surconscience.   

 

On appellera Subconscience, l’ensemble des processus qui sous-tendent les activités sociales de notre Humanité et Surconscience l’ensemble des processus établis par la dite  Humanité.   Dans le champ de la cyclologie, il existe un niveau surconscient qui est celui que nos congénéres plaquent sur la réalité à l’instar des Constitutions et de leurs calendriers électoraux, établis notamment depuis la fin du XVIIIe siècle  aux Etats Unis d’Amérique et en France mais cela vaut peu ou prou pour la fixation des fêtes, comme Pâques ou pour une astrologie dégénérée comme celle qui s’impose depuis des siècles. Et puis, il existe un niveau subconscient sur lequel les humains n’ont pas prise et qu’ils n’ont pas les moyens de modifier et qu’ils ont à subir néanmoins.

   En sociologie politique, nous dirons que la Droite s’ancre sur la Subconscience et la Gauche sur la Surconscience, ce qui se traduit par les épithètes respectifs de Libéralisme et de Dirigisme. Au regard de l’astrologie EXOLS  (cf nos écrits et nos vidéos les plus récents), la phase d’équinoxialité  correspondrait à la Subconscience et la phase de solsticialité à la Surconscience, ce qui constitue une dialectique déterminante. 

En phase de solsticialité, l’on tend à nier l’impact de la Subconscience tandis qu’en phase d’équinoxialité, l’on voudra minimiser l’impact de la Surconscience. La phase actuelle, par exemple, avec le conflit en Ukraine, est typiquement solsticiale en ce qu’elle insiste sur l’importance des frontières établies .   

Selon nous l’extréme gauche et l’extréme droite relévent de la Surconscience, d’un certain  forcing  solsticial alors que le « centre » correspondrait à la Subconscience, et à un libéralisme  équinoxial

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB   22. 05 22

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE, Bible, Conscience, LINGUISTIQUE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn La vraie notion de synchronie en astrologie

Posté par nofim le 17 mai 2022

jacques halbronn La vraie notion de synchronie en astrologie   
Quand il est question de synchronie ou de synchronicité en astrologie,  on pense généralement aux corrélations entre les hommes et les astres. Or, force est de constater que de telles corrélations ne sautent pas aux yeux dans la mesure où les astres constituent un monde lointain et dont nous n’avons pas, pour le moins, une appréhension évidente. En revanche,  une autre synchronie s’offre à nous, bien plus repérable, c’est celle qui nous relie, nous connecte aux autres humains, dans un même temps.
Or, la façon dont les astrologues d’aujourd’hui abordent le rapport de l’individu au cosmos ne fait-elle point abstraction d’une certaine communauté de destin  quand on se focalise sur le thème natal? Un moyen terme est la prise en compte du signe de naissance, ce qui divise l’impact planétaire en 12   cas de figure. Pour notre part, nous ne voyons point là une « bonne idée » et il nous semble tout de même plus sain de rechercher un impact général qu’un tel compartimentage. Cela est encore bien trop alambiqué pour espérer parvenir à mettre en évidence la réalité du rapport  Ciel-Terre, pour parler comme dans le premier verset du Livre de la Genése, ce qui doit passer par le constat d’une certaine synchronie entre les humains, laquelle n’est possible-paradoxalement- que du fait même du rapport Ciel-Terre, en tant que  cause centrale d’un tel phénoméne.
En d’autres termes, il importe que l’impact d’une configuration donnée  concerne tout le monde, au même moment, et  ce, sans le moindre décalage. Rappelons qu’en astrologie EXOLS, l’on travaille sur une succession  et une alternance (équinoxe/solstice) de phases de 7 ans. Cela conduit à des mouvements en sens inverse et l’on imagine quelle serait la confusion si cela partait dans tous les sens, ce serait carrément illisible, sans parler du nombre de planétes prises en compte. On se contentera donc, prudemment, de suivre l’alternance de deux temps, l’équinoxial et le solsticial,  avec leurs impacts respectifs, à partir du cycle de Saturne autour des axes équinoxiaux et solsticiaux.. En phase solsticiale, on voudra maintenir un certain statu quo, en préservant les diverses structures existantes, telles que les religions et les nations, en s’inspirant d’un imaginaire collectif  traditionnel. Il faut comprendre que lors d’un tel changement de phase, les sociétés tendront à se comporter « comme un seul homme » en un même mouvement. Et c’est l’observation massive et quantitative d’une telle synergie d’ensemble, ce qui n’empêchera nullement une certaine diversité puisque les mémoires du passé peuvent indéfiniment varier . Mais  la démarche mémorielle sera grosso modo la même, partout sur notre globe. Inversement, en phase équinoxiale, il ne s’agira pas d’un retour vers un passé existentiel, à l’échelle de quelques générations  mais bien plutôt d’une passé « essentiel », d’une problématique métaphysique visant à restituer le « plan divin », ce qui exige de creuser bien plus profond que pour la phase solsticiale et là encore, une même synergie devrait pouvoir s’observer et se préter à la comparaison et à la convergence, par delà les différences  qui tendront cette fois à s’estomper. Dans le cas de la solsticialité, on sera plutôt sur une pente centrifuge et dans celui de l’équinoxialité, sur une pente centripéte.
JHB   17 05 22

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE, FEMMES | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Epistémologie. Le critère démonstratif du mouvement. La question juive.

Posté par nofim le 17 mai 2022

Jacques  Halbronn   Epistémologie.  Le critère démonstratif  du mouvement     

 

 

 

Une question récurrente  est celle de l’identification des catégories sociales, dans le temps et dans l’espace. Qui est qui?  Voilà qui pose le probléme du mouvement et de  ce qu’il nous enseigne. Cela reléve du visuel, de l’observable au regard du cinétique.  A un premier degré, l’on peut tenir compte de l’apparence, celle de l’âge, du sexe, de la race, de la « couleur » de la peau tout comme sur un tableau de bord,  on a affaire à différents signaux, éventuellement dotés de teintes différentes. On pense aux feux de signalisation. C’est là un critère objectif immédiatement identifiable et perceptible.

Mais il y a un second  degré qui exige du temps et donc une observation prolongée, « durable ». Nous entendons par là le repérage de personnes  se  distinguant, sortant du rang, se mettant en avant,  bref se faisant remarquer d’une façon ou d’une autre.  On ne contestera pas que le propre d’un leader c’est de savoir mobiliser, rassembler, à la façon d’un aimant agissant sur de la limaille de fer. A contrario, il n’y aura pas grand mérite si le groupe préexiste. A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. (Corneille)  Il est important que certaines personnes soient capable de faire bouger les lignes. La Bible nous parle de « Justes » dans le dialogue du Livre de la Genése relatif au sort de la cité de Sodome. Sans une certaine proportion d’entre eux, la ville est condamnée à la destruction de la même façon qu’un organisme déficient en globules, par exemple, sera, à terme, voué à dépérir. 

Il nous semble que c’est un assez bon critère que celui du mouvement que tel ou tel acteur aura su générer. Et on reste bien dans le cadre du mouvement, du changement  perceptibles. Ce critère vient, en effet, heureusement compléter celui, évoqué plus haut,  de l’apparence. Dans les deux cas, on est bien dans le visuel. S’agit-il d’une complémentarité ou  d’une dialectique voire d’une opposition?. Pour nous, produite du mouvement au sein d’une société reléve du miracle, bien plus que ceux que l’on met en exergue dans la Bible autour d’un Moïse ou d’un Jésus. Nous leur préférerons un Cyrus en ce sens que le fait d’avoir ramené les Juifs dans leurs pays d’origine mérite d’être qualifié de miracle et selon nous le personnage de Moise a été inspiré par celui de Cyrus, par delà la chronologie  antidatée, fournie dans l’Ancien Testament.

Pour en venir à la question  juive contemporaine,  nous pensons que le critère du mouvement s’applique assez aisément  en ce sens que parmi les personnages qui ont su faire  bouger les choses, la proportion de  Juifs est impressionnante, notamment sur les cinq derniers siècles et cela vaut pour le présent siècle. Ce serait donc un signe distinctif, non visuel au niveau de l’apparences physique certes -come d’aucuns ont cru bon de le penser- mais de leur présence dans toutes sortes de processus  de mouvement observables. De la sorte, c’est une toute nouvelle définition, identification du Juif  qui se voit  ainsi proposée.  Le caractère minoritaire de la présence juive dans le monde confère à une telle aptitude une portée démonstrative d’autant plus marquante.

 

 

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB  17 05  22

Publié dans anthropocosmologiz, judaîsme, Juifs, LINGUISTIQUE, PSYCHOLOGIE, théologie | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Astrologie. L’épineuse question des « orbes » et la répartition du temps.

Posté par nofim le 15 mai 2022

Jacques  Halbronn     Astrologie. L’épineuse question des  « orbes » et la  répartition  du temps.     Quand on interroge un astrophile/astrologue sur la durée d’impact d’une configuration astrale, se souléve nécessairement  la question dite des « orbes ». On nous répond que tout dépend de l’orbe que l’on s’est fixée et cela vaut aussi, au niveau informatique. On s’accorde en général sur une fourchette, une « marge »,  entre 5 et 10° mais cela peut varier selon les critères choisis. On s’intéressera ici aux causes puis aux conséquences d’une telle problématique. 

 

I  Les causes 

Dès lors que l’on dresse une carte du ciel, pour un instant T,  les « aspects » seront rarement exacts (partils), d’où le recours à l’orbe. Ensuite, comme l’on prend en compte un nombre important de planétes et autres facteurs, l’on ne peut, en principe,accorder des marges trop importantes vu qu’il faudra répartir le gâteau du temps en parts en proportion. L’accroissement du nombre de facteurs conduit mécaniquement à diminuer  l’ampleur des orbes accordées.

  Par ailleurs, les astrologues penchent volontiers pour un certain degré de précision, ce qui est susceptible, d’affecter le montant « orbique », ce qui va dans le sens de la demande de précision quant à l’heure (et donc du lieu) de naissance. C’est ainsi que Roger Héquet ( ACB) sera en faveur d’orbes très faibles. On fait de nécessité vertu.

 

 

II Les conséquences 

 

 Le grand perdant, dans cette affaire, est la notion de phase, de période au profit du surinvestissement de celle d’événement « ponctuel ». Or, pour déterminer une période, il faut aménager un commencement et une fin, tout comme on  a besoin de deux points pour tracer une ligne. En outre,  comme son nom l’indique, l’orbe est « circulaire », c’est à dire qu’elle couvre à égalité ce qui précéde et ce qui suit le moment de la configuration stricto sensu. Faut il alors circonscrire une phase autour du dit moment,  en amont comme en aval? 

 

 Nos propositions Pour notre part, la période étant un commencement, il n’y a pas de raison que cela couvre ce qui est avant la configuration. Par ailleurs,  en référence au cycle saisonnier, comme au mouvement diurne,  on va d’un point à un autre, et le printemps va s’étaler sur  trois mois. et ainsi de suite et le pic ne sera pas le début du processus. Il est clair que selon l’option choisie, la prévision  variera singulièrement. On nous répondra peut être qu’une configuration sera effective jusqu’à ce que se présente une autre configuration englobant d’autres facteurs mais cela conduit à des périodes de tailles extrémement variables et nullement calibrées. Pour nous, l’astrologie  a besoin d’un mode unique de balisage du temps, d’une seule et même « unité » de mesure.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB  15 05 22

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Sociologie. Intégration. Les handicaps temporaires et les pérennes.

Posté par nofim le 15 mai 2022

jacques  Halbronn  Sociologie.  Intégration. Les  handicaps  temporaires  et les pérennes   

 

En matière d’intégration, toutes les différences ne pésent pas du même poids.  Il est clair que l’enfant qui vient au monde sera confronté à des obstacles temporaires qui se résorberont avec le temps. Ce ne sera qu’une question de temps.  L’obstacle linguistique est également voué à s’estomper, à des degrés divers,  avec l’apprentissage des langues pour un étranger. Quant à l’obstacle religieux, il pourra  être franchi par la conversion ou par une pratique privée, ce qui peut relever de la laîcité plus ou moins marquée d’une société à l’autre.

Il  en est autrement des « handicaps » -au prisme de l’intégration- liés au sexe, à la couleur de la peau qui ne disparaissent pas avec le temps et ce, même sur des générations, ce qui montre les limites de la francophonie des immigrés. Le conflit ukrainien a mis en évidence cet apparent paradoxe, à savoir que les immigrés ukrainiens, quelle que soit leur méconnaissance de la langue française, auront à terme des perspectives d’intégration, plus  heureuses que les originaires de pays « francophones » d’Outre mer. On est là face à des « handicaps » pérennes que ni la naturalisation, ni la conversion ne sont en mesure de dépasser. Il en est de même pour le sexe, même si l’on peut envisager des opérations « transgenre ».  La différence, c’est qu’une femme peut  éventuellement engendrer des garçons alors qu’en ce qui concerne la couleur de la peau, il faudrait passer par le métissage, ce qui ne résout pas totalement le probléme « visuel », celui de la perception « immédiate », laquelle reste déterminante. Entendons par là que ce n’est que dans un second temps, que l’on pourra prendre connaissance d’autres données chez autrui que celle qui « sautent aux yeux » (le  rôle du  « faciés » pour les contrôles d’identité, de police) et relévent de certains automatismes,  car, qu’on le veuille ou non,  les contacts sociaux impliquent un premier tri, qui ne donne pas du temps au temps.    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB   15 05 22

Publié dans anthropocosmologiz, FEMMES, Juifs, LINGUISTIQUE, POLITIQUE, RELIGION | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Astrologie EXOLS Histoire récente (Solsticialité) et Plan divin (Equinoxialité)

Posté par nofim le 13 mai 2022

Jacques  Halbronn   Astrologie EXOLS  Histoire récente (Solsticialité)  et  Plan divin (Equinoxialité)   

 

 

Nous serons en mesure de préciser davantage ce qui oppose, distingue, les deux phases de notre Astrologie au prisme du rapport avec le passé.  Le passé solsticial  diffère en effet singulièrement du passé équinoxial.

 

Le passé solsticial 

 

La phase solsticiale de 7 ans  est marquée par  le souvenir de temps antérieurs vécus, faisant référence dans notre mémoire, tant collective qu’individuelle. On  connait, en psychologie,  le processus du scénario  répétitif qui périodiquement  vient perturber, envahir nos enjeux présents, de façon obsédante voire compulsive et ce, d’autant plus, que nous vivons  dans une synchronie, c’est à dire dans une forme de réciprocité, de ressenti mutuel, avec autrui, puisque l’astrologie EXOLS  est fondamentalement synchronique, ne s’intéressant pas au thème natal individuel mais  sous tend l’idée d’un destin commun. On sait qu’une critique récurrente contre l’astrologie tient au fait que certains événements collectifs seraient en contradiction avec la croyance dans le thème natal. 

On ne comprend pas les enjeux d’une époque si l’on ne fait pas la part du souvenir. C’est ainsi que la phase solsticiale actuelle polarisera les populations sur des moments marquants du passé : d’où  la référence à l’Union de la Gauche et à la Cohabitations, dans le débat actuel autour des élections législatives, d’où  celle à l’URSS ou de l’Union Européenne dont on voudrait écrire une nouvelle page  et ainsi de suite.  Un temps de nostalgie que celui de la solsticialité; avec un attachement puissant au passé, ce qui réactive des structures anciennes avec plus ou moins de bonheur, ce qui fait écran, résistance au futur.

 

Le passé équinoxial 

 

A  contrario, la phase solsticiale qui par définition, s’intercale entre deux phases équinoxiales  et vice versa, remontera vers un passé beaucoup plus lointaine, celui des origines. On n’est plus alors dans le même processus mémoriel et il revient au philosophe d’explorer le temps des commencements par delà les vestiges et les ruines dont s’occupe la science historique. Il s’agit alors de reconstituer le puzzle primordial, ce que nous appelons le plan divin ou « ichtien » en référence à l’image d’un Jésus, « fils de Dieu. », expression véhiculée par les Evangiles mais déjà présente au tout début du Livre de la Genése quand il est question de la création du Ciel et de laTerre, le terme création étant incompatible avec l’idée cartésienne de Nature.

 

En phase équinoxiale,.le plan divin  reprend la place qui est la sienne et abolit  ce qui aura hanté, meublé la phase  solsticiale. C’est ainsi qu’Emmanuel Macron- passé par la philosophie,  aura été élu en fin de phase équinoxiale, ce qui lui aura permis de mettre sur la touche les anciens partis (PS, LR).  Mais, dès le début de 2018, une nouvelle phase solsticiale se mettra en place et l’on pense aux Gilets Jaunes obnubilés par le mythe de la Prise de la Bastille ou à la Russie, obsédée par le souvenir de l’Union Soviétique sans parler de la mémoire des grandes épidémies de l’Histoire,tout cela au cours de la suite de son quinquennat,la phase solsticiale en cours ne s’achevant qu’à la fin de 2025.. C’est alors que de nouvelles structures pourront se mettre en place, en rapport avec  le « plan divin ». 

 L’enjeu principal est de débloquer, alors,  des traditions sclérosées, figées et notamment dans le domaine du religieux, des Ecritures, des Langues, du politique. L’équinoxialité aura accouché ainsi, dans les années cinquante du siècle dernier, de la Communéuté (Union) Européenne, ce qui correspond à un dépassement du passé..En phase équinoxiale, toute une série de barrages sont voués à sauter et ce en très peu de temps car nous ne sommes pas ici dans le champ de la Nature mais dans celui de la Technologie « ichtienne » la plus avancée. 

L’astrologie devrait pouvoir surfer sur cette nouvelle « vague » équinoxiale en se libérant de ses dérives et de ses hérésies de même que le monde judéo-chrétien devrait  trouver un nouvel équilibre en repensant les modalités de  l’idée d’une centralité  juive.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB   13 05 22

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Astrologie EXOLS La clef solsticiale de la vie politique et de la vie amoureuse. Journaux intimes

Posté par nofim le 12 mai 2022

Jacques  Halbronn  Astrologie EXOLS   La  clef  solsticiale de la vie politique et de la vie amoureuse.Journaux intimes.

 

 

Nous  vous invitons à  expliquer le présent par le passé  au prisme de l’astrologie EXOLS. Selon nous,  l’astrologie détermine une récurrence et c’est d’ailleurs en cela qu’elle se trouvera validée, au prisme de l’activation de nos fonctions mémorielles. Ajoutons que le passé sert d’objectif à atteindre en phase solsticiale et de repoussoir en phase équinoxiale.  Si l’on prend le cas de la période solsticiale actuelle, l’on ne peut que remarquer le role du passé:  nostalgie de l’Union de la Gauche, de l’Union Soviétique, de la Communauté Européenne de Défense (CED), qui ne fut pas appliquée à l’époque etc  Mais signalons aussi en 1976,  avec Chirac, en phase solsticiale, la création du RPR,  avec ce mot « Rassemblement » qui fait écho au RPF de De Gaulle. On peut même voir dans le RN de Marine Le Pen, à la place du FN,  une référence gaulliste. Cherchez toujours la référence du passé dans les actions engagées, ce qui est le gage de la récurrence, comme clef cyclologique. Mais, notre grille peut tout à fait couvrir les événements  de la vie « privée ». 

 En ce qui concerne le recherche dans ce domaine, il nous semble bien préférable de travailler sur des journaux ou/et des correspondances que de se fier à la seule mémoire de l’intéressé-e. En tout état de cause, rien ne vaudra la confrontation entre deux écrits, celui  de l’astrologue et celui, étalé dans le temps, du consultant.  Au vrai, les scénarios sont assez comparables d’un cas à un autre.

Au départ, nous trouverons de l’équinoxialité mais par la suite cette équinoxialité nourrira la solsticialité. Nous prendrons notre propre exemple pour illustrer notre propos. En 1967-69, nous étions engagés dans un certain dépaysement en nous rendant en Israël. On était alors pour tout le monde en phase équinoxiale.  Insistons sur ce « pour tout le monde » puisque nous ne prenons pas en compte le thème natal individuel mais bien une cyclologie « universelle » balisée de 7 ans en 7 ans à partir du passage de Saturne sur les axes équinoxiaux et solsticiaux. Mais en 1976, sous une phase solsticiale, cette fois, la référence fut bel et bien 1967-69, en écho. Il s’agissait de renouer avec un premier temps. Mais ce n’était pas fini car quinze ans plus tard,  sous une nouvelle phase solsticiale, en 1993-1994, le référentiel israélien fut réactivé et nous allions  avoir affaire à des personnages que nous avions connus lors de la précédente phase solsticiale. Nous nous trouvons donc dans une série se déployant de 1967 à 1995, soit sur une trentaine d’années, 1995 – début de phase équinoxiale -mettant fin à une phase solsticiale. Notons que la solsticialité est vécue et partagée par toutes les parties. Mais comme on a dit plus haut, rien ne vaut l’existence d’un corpus matériel  de journaux et de correspondances, d’où la nécessité pour les personnes ainsi suivies astrologiquement de rassembler un maximum de documents pouvant faire foi. Cela dit, vue la simplicité de notre formule du fait que chaque période dure 7 ans, il n’est pas nécessaire de disposer d’une chronologie très pointue en raison de la durée impartie.

Nous sommes là en face d’un phénoméne synchronique remarquable. Il ne s’agit plus ici de relier ce qui se passe en bas avec ce qui se passe en haut mais bien de s’en tenir, pour l’essentiel, à ce qui se présente en bas, d’une époque à l’autre. Cela exige, évidemment, de la part de l’astrologue ordinaire de devoir renoncer à mobiliser toutes les planétes du systéme solaire, se retrouvant à la foi dans le thème natal et par le biais des transits. Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple?

 

On  aura compris  que cette synchronie genére une même dynamique puissante à tous les niveaux et que la somme des vécus solsticiaux constitue et compose un phénoméne marquant de convergence  sociale, de consensus.  Ce sont  les revirements dans un sens ou dans un autre vécus dans un même temps, collectivement aussi bien qu’individuellement,  qui contribuent à une  validation de l’astrologie  même si la projection vers l’avenir n’est nullement à exclure. C’est en tout cas la simultanéité des changements, lors du passage de l’équinoxial  vers le vertical  et vive versa, qui devrait fonder la « croyance » astrologique – liée à une théologie specifique et nous qualifierons un tel processus de « miracle » car la durée de 7 ans ne correspond à aucune causalité « naturelle ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB  17 05 22

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Savoir, apprendre à distinguer les trois instances: Nature, Dieu, Cité

Posté par nofim le 6 mai 2022

jacques  halbronn Savoir, apprendre à distinguer les trois instances:  Nature, Dieu, Cité. 

 

 

Force est de constater que ces trois niveaux sont allégrement confondus dans l’esprit des « gens ». Tout se passe comme si l’on cherchait à confondre ces trois instances au profit d’une seule d’entre elles. D’aucuns  mettent sur le compte de la Cité ce qui reléve en réalité de Dieu et  d’autres assimilent Dieu à la Nature -(cf Spinoza) Peut-on enseigner à faire la part des choses, à rendre à César ce qui est à César?

  On commencera par traiter de la distinction entre  la Nature et Dieu. 

Si l’on prend le cas de notre Humanité, de notre planéte, la Terre et de notre systéme solaire, est-ce à mettre sur le compte de « Dieu » ou de la « Nature »?  Pour beaucoup,  cela serait à mettre sur le compte de la Nature ou d’un Dieu primordial, ce qui revient, somme toute, au même. Rares, de nos jours, ceux qui seraient disposés à attribuer à quelque « dieu » la « création » de notre petit monde et le premier verset du Livre de la Genése  » Et Dieu créa le Ciel et la Terre » est généralement interprété et compris à l’aune de la cosmologie la plus contemporaine, à savoir l’Univers tout entier et non pas seulement ce qui concerne notre Humanité et son écosystéme! Ce faisant, selon nous, on se met en porte à faux avec le Dieu de la Bible, lequel n’apprécie que l’on rende un culte à un autre « dieu » que lui même et cela vaut pour toute référence à la « Nature »,au ‘premier mobile ». En effet,une telle attitude reviendrait à nier l’apport de « notre » Dieu et on est quand même en droit de se demander ce qu’un Dieu « universel »  serait censé se préoccuper de notre petite planéte et de ses occupants.   Ce Dieu qui se serait attaché à notre Humanité et l’aurait façonnée, formatée en la reliant à une cyclicité planétaire, serait celui que les Juifs ont en tête quand ils parlent de ce « dieu » et de  » son » peuple. On pourrait le qualifier de « démiurge », de  créature en situation de créer, à son tour, générant ainsi une création dans la Création. On pourrait parler alors d’un ‘fils de dieu »,  thème  véhiculé par le christianisme mais sans attribuer à Jésus un tel travail de création d’ordre bio-technologique. Pour notre part,  nous ne voyons aucun obstacle à qualifier le Dieu de la Genése de « fils de Dieu ».

 

Abordons à présent la distinction entre le Fils  de  Dieu et la Cité.

 

Si l’on prend les Dix Commandements, par exemple, peut-on sérieusement les attribuer à ce Dieu et encore moins à un Dieu originel? Pour nous, ces préceptes relévent des lois de la Cité, des lois « civiles » par opposition aux lois naturelles ou aux lois « divines ». Ces lois civiles appartiennent au champ du « politique » et le Droit est une affaire d’assemblée, de sénat en situation de légiférer en vue de l’organisation de la dite Cité. Il y aurait donc abus à mettre sur le compte de Dieu ce qui émane d’un consensus social si ce n’est pour conférer plus de poids à une telle production!  On essaierait ainsi de nous faire croire que l’ordre de la Cité dépendrait de ce dont  la dite Cité aurait statue,  ce qui met carrément  Dieu sur la touche. Il y aurait là comme une sorte d’ubris où les humains s’imagineraient  pouvoir changer les lois de la Cité à volonté, puisque celles-ci émaneraient de la dite Cité, soit faire montre de bien peu d’humilité. Mais  de nos jours,  l’on aura appris à reconnaitre la part du Subconscient, le rôle  de l’Inconscient, ce que nous appelons la Subconscience, à la suite d’un Marx,d’un Durkheim,d’un Freud pour ne citer que des Juifs.(d’ascendance)

Dans un précédent texte sur NOFIM.unblog.fr, nous mettions l’accent sur la notion de miracle, c’est à dire de ce qui ne reléverait ni des lois de la Nature, ni de celles de la Cité et c’est dans cet entre-deux que devrait s’inscrite le message biblique et l’on sait à quel point cette position de l’entre deux est fragile (on pense à la Lotharingie prise en tenailles entre la Germanie et la Gaulle, à  la mort de Charlemagne, lors du partage de son empire). Pour nous, les Juifs ont vocation à investir ce « entre deux », à le protéger des incursions de la Nature et de la Cité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  JHB  06 05 22

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE, théologie, Université | Pas de Commentaire »

12345...11
 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs