jacques halbronn L’astrologie EXOLS et le mode d’exercice du pouvoir

Posté par nofim le 2 mai 2022

jacques  halbronn   L’astrologie EXOLS  et le mode d’exercice du pouvoir   

 

 

Tout compte  fait, les périodes successives et alternées semblent bien dessiner et désigner le mode légitime  d’exercice du pouvoir et le choix du leader importe peu dans la mesure où quel qu’il soit, il sera contraint à respecter telle ou telle façon de gouverner et de changer son fusil d’épaule en cours de mandat, dès lors que le dit mandat ne coincide pas avec le commencement et la fin d’une phase donnée.

Dans le cas d’Emmanuel Macron, par exemple, on aura commencé avec un pouvoir de type équinoxial avant de glisser à partir du début de 2018 vers un mode solsticial. Cela dit, il ne semble pas que l’on élise explicitement quelqu’un  par rapport à un mode d’exercice à venir mais bien par rapport à un passé et un présent où cette personne aura agi ou serait supposé se comporter  de telle ou telle manière. Dans le cas de Macron, sa réélection est évidemment marquée par l’exercice qui aura été le sien ces dernières années

. Mais cela ne signifie nullement, selon notre astrologie qu’il en sera ainsi au cours du prochain quinquennat, vu qu’à partir de la fin 2025, on passe en phase équinoxiale, ce  qui va modifier sensiblement la donne, c’est à dire aura pour conséquence un pouvoir partagé, contraint à certains compromis, c’est d’ailleurs cette dialectique qui se profile déjà quand dans les sondages d’opinion, la tendance à souhaiter une autre façon de gouverner se manifeste. Le pouvoir « jupitérien »  ne résistera pas longtemps au passage à une phase équinoxiale.

Cela dit, nous en avons encore, comme on l’a dit, pour un bout de temps à vivre sous le régime « solsticial et cela signifie qu’il ne faut pas s’attendre à des mouvements sociaux capables de tenir en échec les pouvoirs en place,  ce qui ne pourra se présenter qu’en phase équinoxiale.(cf notre étude L’astrologie selon Saturne, Paris, Ed La grande Conjonction, 1994 et 1995) 

Bien évidemment, ce mode d’exercice ne se limite nullement au chef de l’Etat, il vaut à tous les niveaux exigeant un « patron ». C’est ainsi que Jean Luc Mélanchon correspond assez bien à un exercice solsticial du pouvoir, probablement plus qu’une MArine Le Pen qui a eu d’ailleurs probablement le tort de quitter son poste de présidente et l’on comprend que Macron ait souhaité perpétuer le plus longtemps possible son statut de président, en refusant de descendre de son piédestal  car l’exercice du pouvoir n’est pas dans les programmes mais dans les actes.  On voit aussi que les leaders qui n’avaient pas la bonne posture  auront mordu la poussière.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB  02 05  22

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Apport de l’anthropocosmologie à l’astrologie et à la psychothérapie

Posté par nofim le 2 mai 2022

Jacques  Halbronn   Apport de l’anthropocosmologie à l’astrologie et à la psychothérapie 

 

Cet Essai vise à présenter les avancées de la recherche en anthropocosmologie et les perspectives de son impact dans le champ de la thérapie. Cette discipline  facilité le diagnostic et le pronostic des crises et offre des solutions nouvelles en matière de traitement, de coaching/

 

 

 

I    La  durée des crises

 

Notre anthropocosmologie   englobe l’astrologie EXOLS. avex sa dialectique de phases de 7 ans;:  alternativement équinoxiales et solsticiale laquelle s’articule sur une problématique mémorielle. 

En phase solsticiale,  il y a un retour du refoulé. On est hanté par les souvenirs, ce qui conduit à vouloir régler des comptes, à poursuivre ce qui avait été interrompu. Cette période de 7 ans débute lors du passage de Saturne sur l’axe cancer-capricorne et s’achève sur l’axe bélier- balance, sans qu’il faille rechercher une cause conjecturale vu que le changement obéit à une exigence structurelle, à un temps imparti de longue date comme pour un mandat électif en droit constitutionnel. Autrement dit, le changement d’état du patient ne dépendra pas de la cure engagée laquelle devra se contenter d’un accompagnement en quelque sorte palliatif.  Avant l’heure, ce n’est pas l’heure, après l’heure, ce n’est plus l’heure. Lors de la prise en charge thérapeutique, le praticien sera ainsi informé du stade d’avancement de la période traversée -c’est d’ailleurs le même calendrier pour tous- et donc des échéances à venir.

Dans le cas d’une phase équinoxiale, qui est celle du refoulement, de l’amnésie (par opposition à l’hypermnésie solsticiale), on observera un besoin chez les patients de se libérer du poids du passé, des origines, ce qui peut se traduire par un déplacement dans l’espace, ce qui vaut pour l’autre face en termes de retour. On aura compris qu’aucune « solution », aucune ‘réponse » n’a une valeur définitive. C’est le rocher de Sisyphe (ct Camus), tout étant toujours à recommencer, à rejouer.

 

 

 

 

II   Le champ des dysfonctionnements

L’autre outil fourni au thérapeute par notre anthropocosmologie s’inscrit dans une approche « genrée », qui est celui  de la psychologie sensorielle axée sur les « sens »: ouie et vue d’un côté,  goût et odorat de l’autre, ce que nous articulons sur les topiques freudiennes  du ça  et du surmoi. Le Surmoi correspond à un contrôle de certains stimuli sensoriels tandis que le ça correspond à un relâchement de ce contrôle. On n’est plus là dans une structuration  de temps mais d’espace, de terrain/ Le terrain du ça  étant susceptible de génerer des dérapages, des basculements, des manquements alors que le Surmoi est marqué par une certaine maitrise de soi.

Pour les femmes, (exception faite des cas d’homosexualité), le ça est lié à la vue et à l’ouie et donc le Surmoi à  l’odorat et au goût et inversement pour les hommes (avec les même réserves, liées à l’inversion). La vie de couple permet de modérer les tendances disruptives alors que la vie solitaire risque de manquer de garde- fous.  L’homme  enclenche le processus de procréation chez la femme   alors que la femme révéle à l’homme  sa vocation.(cf le film  « Ténor »)

 

CONCLUSION

Il reviendra ainsi  au thérapeute d’explorer en priorité les périodes de temps les plus sensibles, à savoir celles de changements de phase tous les 7 ans d’une part  et d’autre part,  les terrains correspondant à un besoin de liberté, propre au stimulus du ça, ce qui peut être cause de traumatisme relationnel : tentative de viol,  alcoolisme, tabagie chez les hommes,    et chez les femmes,  provocation corporelle,  propos indécents,scandaleux.

 

 

JHB 02 05  21

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn L’astrologie et l’arme de la dissolution de l’Assemblée Nationale

Posté par nofim le 2 mai 2022

jacques Halbronn L’astrologie Exols  et l’arme de la dissolution de l’Assemblée Nationale   

 

 

Notre  propos vise à montrer quel usage les politiques peuvent faire de notre astrologie. On a coutume de dire qu’avec le quinquennat, tout est verrouillé mais la nouvelle formulation n’a pas éliminé le droit présidentiel  de dissolution de l’Assemblée Nationale. Et d’ailleurs, autour de Macron, d’aucuns se sont récemment demandé s’il ne convenait pas de dissoudre l’Assemblée, au lendemain même du second tour pour éviter la corrosion pouvant se produire jusqu’aux législatives.

  Selon nous, astrologiquement,  il serait bon pour le gouvernement à venir d’ici là de profiter d’une dissolution avant le passage de Saturne en phase équinoxiale en 2025 (30 ans après 1995) mais c’est là un jeu pervers car l’on aurait ainsi une majorité qui serait très vite en décalage avec la nouvelle phase  équinoxiale. c’est bien là tout le probléme d’ élections qui figent une situation pour longtemps

: Cela dit, en admettant que l’on veuille instrumentaliser le systéme électoral à des fins partisanes, on recommandera de ne pas attendre l’Avénement d’une nouvelle phase équinoxiale, favorable à la gauche comme en 1981  et en 1997. Revenons sur les affinités entre équinoxialité et sensibilité de  gauche. Ce qui caractérise cette période de 7 ans, c’est le refus des clivages, des inégalités de toutes sortes alors que la solsticialité se complait à diviser pour régner, l’Etat jouant le rôle d’arbitre, de recours. Autrement dit, en période d’équinoxialité, il y aurait dépérissement de l’Etat du fait de l’affaiblissement de la lutte des classes alors qu’en phase solsticiale, l’Etat se renforcerait en montrant sa capacité à faire cohabiter dans la diversité. En ce sens, un Eric Zemmour serait plus favorisé en phase équinoxiale, ce qui n’est pas le cas actuellement. Il nous semble qu’à partir de 2025 et la nouvelle phase équinoxiale, le peuple sera de plus en plus demandeur d’un dépassement des anciens clivages au profit d’une revendication unitaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB   30 04 22

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Astrologie EXOLS Equinoxialité et nouveauté, Solsticialité et ancienneté. Reversibilité du temps et de l’espace

Posté par nofim le 29 avril 2022

jacques  Halbronn   Astrologie EXOLS   Equinoxialité et nouveauté, Solsticialité et ancienneté . Reversibilité du temps et de l’espace

 

 

   On réfléchira ici sur les conditions à remplir alternativement en phase d »équinoxialité  et de solsticialité, ce qui permettra de mieux comprendre les exigences liées respectivement à ces deux phases se succédant de 7 ans en 7  ans..  

 

I   Les conditions d’  une  équinoxialité  heureuse  

 

Pour qu’une période équinoxualité se passe bien, il importe de jouer la carte de la nouveauté pour tous car si cette « nouveauté » n’existe que pour les nouveaux venus, on ne pourra empecher un ressentiment à l’encontre de ceux qui étaient déjà initiés.  Si l’on suit l’argumentation d’un Eric Zemmour, on voit immédiatement, sur quel écueil il va échouer avec  ceux qui sont censés vouloir s’assimiler  et ceux qui incarnent  le modéle à suivre et à rejoindre.  C’est pourquoi une authentique équinoxialité doit être révolutionnaire en instaurant de la  nouveauté pour tous, d’où la nécessité d’élaborer une représentation  à nouveaux frais, avec d’autres régles du jeu, une « abolition des priviléges ». C’était dans cet esprit que Macron avait gagné l’élection présidentielle en 2017 si ce n’est que quelques mois plus tard, début 2018, le monde passait en phase solsticiale;

 

 

II les conditions d’une solsticialité  heureuse 

 

A l’inverse de la phase solsticiale, le respect des traditions propres à chaque groupe en présence est la clef d’une certaine harmonie, ce qui peut semble paradoxal. En effet, en phase solsticiale, il convient que chacun  s’inscrive dans un collectif qui lui corresponde, qui lui est en quelque sorte inhérent, auquel il ne serait en aucune façon, étranger de par ses origines. Si donc la nouveauté convient à l’équinoxialité, l’ancienneté conviendra à la solsticialité. On aura compris qu’il n’est plus ici question de s’initier à de nouveaux rites mais bien de s’inscrire dans une continuité culturelle,  « de souche. 

 

En ce qui concerne notre devise républicaine, il importe de la situer dans son époque. D’une part, une période dite révolutionnaire avec des changements de code et il nous semble que l’idée de Nouveauté et d’égalité des chances,  importe plus que celle de Liberté.  D’autre part, une période  où la population restait relativement homogéne, ce qui sera moins le cas ultérieurement., d’où l’idée de Fraternité entre membre d’un même groupe, le terme devant être pris au pluriel, à savoir un ensemble de fraternités, ce qui exclue les individus isolés, inclassables.

Comment vivre et gérer  une telle alternance à savoir passer d’une période à une autre et ce indéfiniment? Il y a un temps pour chaque chose et cela suppose une certaine reversibilité, un va et vient, un aller -retour, du fait d’une succession d’ouverture et de fermetures Cela signifie, en pratique que le mouvement dans le temps s’accompagne d’un mouvement dans l’espace. Un temps pour sortir de son groupe d’appartenance propre et un temps pour y retourner. Et c’est apparemment, cette question de le reversibilité , du « retour », qui « coince », comme si l’on voulait arrêter le mouvement, le figer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB  28 04 22

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE, POLITIQUE, psychosociologie, SOCIETE, sociologie | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Astrologie EXOLS. La phase solsticiale : on est hanté par le passé. Hypermnésie et discontinuité.

Posté par nofim le 25 avril 2022

jacques  Halbronn    Astrologie EXOLS. La phase solsticiale : on est hanté par le passé. Hypermnésie et discontinuité.

 

 

Pour bien comprendre ce qui est en jeu lors de  chaque phase solsticiale de 7 ans, le mot « hantise » semble convenir. Lorsque cette phase démarre, lors du passage de Saturne sur l’axe Cancer-capricorne, se formant dans le ciel  (on ne parle pas ici de transits sur le thème natal)-et cela vaut au même moment, avec la même durée,  pour tous les humains de notre planéte Terre, le passé va remonter à la surface et nous « hanter », nous obséder. Bien comprendre cela, c’est, ipso facto, bien comprendre le soulagement qu’apporte l’autre phase, l’équinoxiale puisque le début de l’équinoxialité met fin promptement à la dite obsession, ce qui est libérateur. On peut alors parler, a contrario, d’amnésie, de refoulement -et en solsticialité de retour du refoulé.

On concevra donc que notre astrologie puisse se révéler précieuse pour tous ceux qui travaillent dans les thérapies, les traitements de toutes sortes visant à soulager les clients/patients de telles « hantises » qui se sont emparées d’eux sans que l’on sache combien de temps cela durera.Or, c’est justement le rôle de l’astrologie de l’indiquer.  Il serait en effet fort utile aux thérapeutes de savoir que c’est en phase solsticiale que leur clientéle sera particulièrement stimulée par des réglements de compte , des rendez vous avec son passé et de prendre conscience que la durée de cette période déterminera le processus du traitement engagé, ce qui signifie que l’on ne pourra qu’accompagner  les personnes au cours de la dite période sans pouvoir y mettre fin avant l’heure. Ce qui devrait conduire  à une certaine humilité de la part des dits praticiens lesquels pourraient être tentés de mettre l’issue de la période sur le compte du dit traitement! Ils devront d’ailleurs remarquer que c’est au même moment que leurs divers patients se verront libérés de certaines de leurs obsessions en une sorte de synchronie.

En conclusion, nous dirons que les deux professions qui pourraient le mieux profiter de notre Astrologie EXOLS sont d’une part les juristes et de l’autre les thérapeutes. Les premiers, parce qu’ils sont souvent amenés, tant en droit public qu’en droit privé, à fixer des échéances et qu’ils auraient tout intérêt d’y procéder en tenant compte de notre cyclologie, les seconds, comme on l’a dit, parce qu’ils ont également affaire à des questions de temps, quant aux cures dont ils ont la  charge. Cela signifie que la formation professionnelle, dans ces deux domaines, devra tôt ou tard, englober la dite astrologie.  Un point essentiel  est celui de l’alternance des périodes et il vaut mieux parler de suspension d’un processus en ce sens que le probléme posé est voué à revenir à la charge, passée la phase équinoxiale intermédiaire. Or, la notion de suspension- O temps, suspends ton vol – est probablement quelque chose de particulièrement difficile à maitriser : on bascule alors dans le « discontinu » et l’on peut dire que l’astrologie, sous la forme que nous lui avons donné -serait la science de la discontinuité. Maitriser la discontinuité, c’est accepter qu’il  y ait des parenthèses au niveau relationnel, des pauses et des « retours » (d’affection), ce qui va à l’encontre d’une approche linéaire, le plus souvent adoptée. 

Si l’on applique notre modéle à la situation russo-ukrainienne, l’on note que Saturne est en plein milieu d’une phase solsticiale, ce qui signifie que le passé fait irruption avec les effets que l’on connait. Il faudra attendre la fin de 2025 pour que le passé s’estompe, comme par miracle, du moins pour un bail de sept ans. Cela  fait penser à ce qui se passe avec l’hypnose, quand le charme est « rompu ».(cf la rubrique Hypnologica   sur Encyclopaedia Hermetica.  Ramkat.free.fr) On notera ainsi que les scénarios de répétition souvent observés en psychologie/psychiatrie, pourraient bien relever d’un passage solsticial, lequel conduit à reproduire, à mimer des situations du passé. Nous irons jusqu’à dire qu’au delà d’un certain  âge, nos motivations seront peu ou prou dictées par notre histoire personnelle, du moins en phase solsticiale.Inversement, en phase équinoxiale, on tend à quitter la proie pour l’ombre, à plonger dans l’inconnu en embrassant une toute nouvelle carrière, en fréquentant des milieux qui nous avaient jusques alors paru « off limits ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB  25 04 22

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn L’astrologie ne fait sens que dans le collectif.

Posté par nofim le 25 avril 2022

jacques  Halbronn   L’astrologie ne fait sens que dans le collectif.

 

  En ce temps d’alerte écologique et de pandémie, nous avons pris conscience de l’interdépendance: on ne peut résoudre les problémes que collectivement et un individu isolé reste  impuissant à trouver des solutions viables à l’échelle de la planéte. D’où la nécessité d’admettre que l’astrologie enclenche des processus à grande échelle, créant ainsi une synergie, un diapason. ¨Par voie de conséquence, l’astrologie des média, si vilipendée par les astrologues « sérieux », adeptes de la carte du ciel individuelles, feraient, épistémologiquement, fausse route alors que les prévisions « par signe » englobant un grand nombre d’intéressés, seraient philosophiquement dans le vrai, quand bien même, devrait-on contester leurs outils actuels. Il s’agirait donc de corriger les dits outils au moyen de l’astrologie EXOLS, mais non de s’en tenir au « thème natal ». D’ailleurs, même les travaux statistiques de Michel Gauquelin relévent de facto du collectif et n’apportent rien, en pratique, au niveau individuel avec leurs catégories socio-professionnelles et l’incapacité que nous avons à controler ce qui se passe au niveau du mouvement diurne, sur 24h..

Une astrologie viable doit laisser du temps au temps,  permettre aux gens de se retourner, et une période de 7 ans nous semble idéale comme l’ont bien compris, à leurs façons, les constitutionalistes avec leurs mandats allant de 4 à 7 ans et l’on sait pertinemment que seule une astrologie dotée de périodes de durée soutenable ne peut être utile à la Cité. On nous objectera que cela « ruine » le bagage des astrophiles, formés à l’interprétation des thèmes individuels, si soucieux de connaitre précisément les heures de naissance (Etat civil à l’appui) . Mais il est temps de dire que « le roi est nu » et que la voie est question est une impasse. D’où la nécessité de repenser la profession en mettant l’outil astrologique à la disposition des divers praticiens sur le terrain, celui dit du « Bien Etre »-que nous avons souvent eu l’occasion d’interviewer (cf Teleoptima, sur blogger) dans les Salons. Il revient à ces praticiens de travailler sur l’individuel en aval du schéma astrologique. Mais l’Astrologie a un  rôle à jouer, par ailleurs,  en amont, au regard des sciences sociales, politiques, juridiques, rôle qui lui est refusé pour l’heure!

Parmi les arguments les plus répandus visant l’astrologie, il nous semble que le plus frappant est celui qui met l’accent sur le cas de destinées collectives, de catastrophes à grande échellle comme une épidémie, un accident d’avion etc. En effet, un méme événement n’impacte-t-il pas  des personnes dotées de thèmes de naissance.?  Avec notre astrologie EXOLS l’argument tombe puisque notre approche vise des populations entières.

 

 

 

 

 

JHB  26 04 22

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE, POLITIQUE, SOCIETE | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Réponse au naturalisme selon Michel Maffesoli sur les changements d’époque

Posté par nofim le 25 avril 2022

jacques  Halbronn   Réponse au naturalisme  selon Michel Maffesoli  sur les changements d’époque 

 

On sait que M. Maffesoli a dirigé la thèse d’Elisabeth Teissier, en sociologie,  traitant de l’astrologie, soutenue en 2013. (thèse parue chez Plon) Nous l’avons entendu s’exprimer sur Sud Radio (Bercoff dans tous ses états) au lendemain du second tour de l »élection présidentielle et il nous a semblé opportun de nous démarquer, astrologiquement, de la grille de lecture concernant la  fin des périodes, qui est la sienne et que nous n’hésiterons pas à qualifier de « naturaliste »

 

Si nous avons bien suivi son propos, on nous explique que toute époque se terminerait par un effet de saturation, d’exacerbation, et de dépérissement, de lassitude  ce qui laisserait émerger, à la longue, une autre époque.  Cela semble certes relever de l’évidence d’un  certain bon sens: quand le coupe pleine, elle  déborde  et alors on tourne la page

.  Pourtant, l’esprit des élections nous apparait comme d’une autre nature et il est donc étonnant de devoir entendre un tel raisonnement.. Au bout d’un temps imparti, le mandat se termine, quel que soit l’état d’avancement de celui-ci. C’est le couperet. Cela devrait valoir au prisme de l’astrologie si ce n’est que les astrologues ne tiennent pas nécessairement  une telle ligne et  sont souvent tentés d’ajuster leur discours sur les approches les plus diverses, manquant souvent de colonne  vertébrale.  La valeur du systéme astrologique, tel qu’il a pu être élaboré au départ par ses concepteurs, si l’on adopte la notion d’intelligent design, tiendrait précisément au fait que le systéme comporte des garde fous, évitant ainsi le pourrissement des situations, ce qui est également le cas pour la durée des  mandats, laquelle n’est pas fonction de quelque détérioration mais obéit à une structuration immuable du temps, indifférente au processus en cours. D’avance, l’on sait que tel mandat se terminera à telle date et l’on crie au scandale quand  le titulaire de la charge se mantient au delà du temps imparti. On est donc bien loin du « naturalisme » affiché par Maffesoli.  L’image du sablier est ici utile plus que celle de la « coupe pleine » du « raz le bol »..

Cela dit,  il n’est pas question ici de valider les systémes électoraux en vigueur dans les « démocraties » vu qu’ils ne reposent sur aucune donnée cyclologique pertinente si ce n’est le respect de l’assemblée « constituante ».  Rappelons que pour nous, l’alternance n’est pas une option mais une nécessité structurelle, ce qui signifie que les périodes qui se succédent  doivent être marquées par des priorités différentes. D’où les notions de Gauche et de Droite que nous associons aux phases respectivement d’Equinoxialité et de Solsticialité (en Astrologie « EXOLS »), chacune d’une durée de sept années (cf le Songe de Pharaon, dans le Livre de la Genése avec la parabole des vaches) Cela signifie qu’il n’est pas heureux ni utile d’interroger le « peuple » pour savoir où l’on en est sur le plan cyclique, ce qui aurait dû être établi depuis longtemps par la « science politique ».. Bien pis, il ne devrait pas être question de fixer, au moyen d’un tel expédient, la tonalité de la phase ainsi déterminée, ce qui reléverait d’une sorte de religion du « demos » (Vox populi, vox Dei) qui ne respecterait nullement  le plan « divin ».Ce qui nous renvoie aux accusations des prophétes bibliques sur la désobéissance des « commandements » de Dieu, ce qui est le plus souvent compris, bien à tort, comme le non respect des « Dix Commandements », lesquels à l’évidence sont une fabrication humaine et non une conception divine.

Sans l’astrologie,telle que nous l’avons restituée et reconstituée, il n’est pas possible de connaitre donc de respecter les dits commandements. Cela dit, si l’on étudie le Livre du Prophéte Jérémie (XXXI, 31), traitant du passage d’une Ancienne Alliance à une Nouvelle Alliance, il est annoncé qu’à la fin des temps, on ne pourra plus désobéir car les esprits seront programmés de façon subconsciente. On pourrait parler d’une forme d’anarchisme, c’est à dire d’un ordre sous-jacent qui n’aurait pas besoin d’être formulé explicitement mais « gravé » dans les coeurs. Mais en attendant,les hommes garderaient un certain libre arbitre et pourraient être en décalage par rapport aux « lois » divines et célestes -dans tous les sens du terme « Ciel ». Dès lors, l’annonce par Jésus d’une Nouvelle Alliance serait à l’évidence prématurée et donc son rejet des « commandements » propres au judaisme. Ce Jésus qui imite le Roi de Perse Cyrus,  lequel ramena les Judéens à Jérusalem – le Livre de l’Exode autour du personnage de Moïse – est calqué sur le chapitre 45 du Livre d’Isaie lequel désigne Cyrus comme le Messie(Mashiah; d’où le  nom de Moise (Moshé) pourrait dériver,.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB 25 04 22

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Astrologie Les fondements équinoxiaux et solsticiaux de l’aspect de carré

Posté par nofim le 25 avril 2022

jacques  halbronn Astrologie   Les fondements équinoxiaux et solsticiaux de l’aspect de carré

 

  L’aspect de carré est traditionnellement considéré dans la littérature  astrologique comme « dissonnant » mais l’on ne nous explique pas vraiment pour quelle « raison » en dépit des efforts d’un Jean Pierre Nicola. Il convient d’en rechercher la cause au regard du cycle saisonnier et des périodes que ce cycle structure.

Rappelons aux astrologues qui ont pu l’oublier que l’axe équinoxial est en quadrature (90°) avec l’axe solsticial. Or, selon nous, il est essentiel de distinguer voire d’opposer les phases déterminées par le passage de Saturne sur l’un des deux axes de son passage sur l’autre. 

En effet, le passage d’une phase de 7 ans à une autre, constitue un contraste remarquable qui est en fait le phénoméne le plus probant de la validité de l’astrologie alors que dans la « Nature », le changement de saison est progressif, tout comme ce qui conduit le jour à la nuit et vice versa (aube, crépuscule). En Astrologie EXOLS, il en est tout autrement et on serait plus proche de ce qui se passe avec un interrupteur pour produire de la lumière ou au contraire de l’éteindre.(en anglais, on dit « tourner » (turn). Autrement dit,  la dissonance attribuée au carré tiendrait au passage assez net entre deux phases successives et  donc ne ferait sens que dans une démarche cyclique.

Pour nous, les intervalles sont des multiples de 7. Soit le multiplicateur est pair, et l’on tombe sur deux phases semblables (70 ans  = 10×7), soit il  est impair et l’on est présence de deux phases contraires.(35 ans = 5×7).

Si l’on prend le cycle Saturne Neptune, au coeur des travaux d’André Barbault, lequel cycle a coincidé pendant un certain temps, avec le passage de Saturne sur les axes équinoxiaux et solsticiaux, ce qui a pu faire croire un moment que ce cycle était validé par l’Histoire, l’on reléve qu’une conjonction sur deux de Saturne avec Neptune tombe sur le début d’une phase équinoxiale ( 1953)  et une fois sur deux sur  le début d’une phase solsticiale (1989) et qu’il serait donc erroné  de croire, avec Yves Lenoble, que la conjonction prochaine Saturne Neptune (2026) aurait des effets comparables avec celle de 1989,  puisque cela ne correspond pas au même type de phase. La conjonction Saturne Neptune s’étend sur  72 ans, 36 ans avec une phase équinoxiale et 36 ans avec  une phase solsticiale, ce qui ne permet pas de baliser valablement le XXe siècle.

 

 

 

 

PS Rappel nos travaux en astrologie tant écrits que filmés sont rassemblés sur  blogger:  Faculte Libre d’Astrologie de Paris

 

 

 

 

 

JHB  24 04 22

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn L’astrologie, écartelée entre le collectif et l’individuel, la santé et la maladie

Posté par nofim le 22 avril 2022

Jacques  Halbronn   L’astrologie, écartelée entre le collectif et l’individuel,  la santé et la maladie 

 

 

Il y a  un adage qui veut que la santé reléverait d’une norme sociale alors que la maladie contribuerait à une approche individuelle. En effet, c’est la pathologie, l’accident, la crise qui nous font mériter un traitement particulier, spécial, du fait de choses qui ne sont arrivées qu’à nous, étant entendu que nous devenons renoncer à notre spécificité personnelle quand tout est rentré dans l’ordre.

Or, l’astrologie s’est vue confrontée à une telle dialectique. André Barbault, il  y a 60 ans, publiait De le Psychanalyse à l’astrologie (Ed Seghers), ouvrage dans lequel il tentait de démontrer que la structure même du thème natal, dans toute sa complexité, devrait prédisposer l’astrologie à s’attaquer à la complexité du psychisme individuel telle que la révélait la psychologie à l’encontre de la sociologie qui se situait dans le champ du général.

En tant qu’historien de l’astrologie, il nous revient de réfléchir à l’émergence de telle ou telle technique faisant partie de la « tradition » astrologique. Nous avons déjà abordé les rapports Astrologie-Astronomie  et  Mythologie-Astronomie, venons-en, cette fois, aux rapports entre Astrologie et Médecine, sachant que ces divers mariages -et emprunts- n’auront pas nécessairement eu des effets positifs sur le « savoir » astrologique.

Selon nous, la mise en place du « thème » tient à une focalisation sur des cas individuels et comme on a dit plus haut, la maladie, le malheur nous font sortir du rang par le bas comme le génie nous fait sortir du rang par le haut, ce qui était l’approche d’un Dane Rudhyar, désireux de trouver un usage au thème natal  autre que celui relevant de la pathologie. 

Il y aurait là une instrumentalisation de l’astronomie puisque le thème est d’abord une « carte du ciel » sauf que la description des positions planétaire pour un instant T  n’a en soi rien de scientifique mais n’est jamais qu’un constat, un cliché factuel et ponctuel. Bien pis, la carte du ciel  instaure artificiellement des rapports entre les planétes du systéme solaire (voire avec les étoiles fixes) que l’on ne saurait qualifier autrement qu’artificiels. La carte du ciel, tout comme le nom des signes et des planétes appartiennent au méta-langage des astronomes et ces dénominations sont tout à fait interchangeables, ne relevant que de la convention et de l’arbitraire.

On dira que l’astrologie dite « mondiale » n’est en revanche pas censée accorder la moindre importance à cette fameuse « carte du ciel », n,’en déplaise à l’astrologie « groupale » d’Yves Lenoble lequel entend concilier ces deux formes d’astrologie. Pour nous la formule ‘ »astrologie groupale »  est censée indiquer à quel point l’astrologie travaille sur le collectif et non sur l’individuel.  Mais là encore, il y a des écueils, dans les mesure où l’on doit distinguer entre  le point de départ et le point d’arrivée. L’astrologie mondiale n’est pas censée nous dire comment tout se termine mais comment les choses commencent, ce qui correspond au clivage entre le féminin qui est aboutissement, accouchement  et le masculin, conception, enclenchement.  André Barbault ne semble pas avoir voulu s’en tenir à décrire les données premières et aura été tenté de spéculer sur le résultat final. Or, les historiens savent que ce qui arrive aurait pu ne pas arriver et que les mêmes causes ne produisent pas nécessairement les mêmes effets, le pire n’étant jamais certain et la situation actuelle en Ukraine aurait certainement pu être gérée différemment. En ce sens, le rôle de l’astrologue n’est-il pas justement d’éviter que les choses dégénérent en évitant les écueils, pour ne pas tomber de Charybde en Scylla?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB 23 04 22

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE, SOCIETE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Astrologie. Apprendre à reconnaitre les types comme dans la vie vraie

Posté par nofim le 20 avril 2022

jacques halbronn  Astrologie.  Apprendre à reconnaitre les types comme dans la vie vraie.

  Il y a une béquille dont il faudra apprendre à se passer pour déterminer qui est qui  et quand est quand. Beaucoup d’astrophiles sont persuadés que l’astrologie permet de répondre à de telles questions, à partir des données de naissance mais de la sorte, ils deviennent incapables de vérifier la valeur de celles-ci, puisqu’ils n’ont pas de points de comparaison. Cercle vicieux! C’est pourquoi, le recours à des tests  s’avère  incontournable.  D’ailleurs, Gauquelin,pour faire ses statistiques, n’utilisait-il pas des classements socio-professionnels qui ne relevaient pas en sioi de l’astrologie mais pouvaient être correllées éventuellement avec des données cosmiques? Dans les écoles d’astrologie, il semble impératif d’apprendre à reconnaitre  qui reléve de telle ou telle planéte sans avoir à s’appuyer sur les données de naissance.

Dans la vraie vie, on n’a pas besoin d’étiquette, passé un certain âge pour distinguer une tomate d’une carotte ou d’un concombre et même si on est aveugle, on peut s’y retrouver au  toucher, au goût ou à l’odorat, n’est-il pas vrai? Il convient donc de comprendre pourquoi ceux qui vont vers l’astrologie souffrent d’une telle difficulté à identifier les personnes qu’elles rencontrent ou qu’elles veulent étudier.

De la même façon, a-t-on vraiment besoin de consulter  des éphémérides pour connaitre la tendance dominante d’une époque? Là encore, on  trébuche sur le même écueil que plus haut, à savoir qu’il faut se donner les moyens de faire des recoupements entre ce qu’on a pu observer et ce que telle ou telle grille astrologique affirme. Selon nous, il existe tellement de grilles astronomiques qu’on a l’embarras du choix et pour faire le tri, il faut s’appuyer sur nos observations sur le terrain. 

 Autrement dit, tout se passe comme si le réel  était devenu pour certains une abstraction insaisissable alors que les données des éphémérides seraient bien plus accessibles. C’est le monde à l’envers!

 

 

 

 

JHB 20 04 22

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

12345...12
 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs